Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

PME, industrie, grand compte

La Poste poursuit sa transition digitale et la formation de ses facteurs en équipant ses plateformes courrier de tablettes

La Poste poursuit sa transition digitale et la formation de ses facteurs en équipant ses plateformes courrier de tablettes numériques

Publié

le

Des tablettes numériques connectées arrivent dans les plateformes courrier des Bouches-du-Rhône pour développer l’accès aux formations des facteurs. Après avoir équipé l’ensemble des 2 300 facteurs du département de smartphone, c’est une deuxième étape importante dans la transformation digitale du métier de facteur.

Le déploiement de 60 tablettes connectées garantit ainsi un accès facile et sécurisé aux formations pour tous les collaborateurs, afin d’accompagner les facteurs dans l’apprentissage des nouveaux métiers et de maîtriser les compétences de demain.

Les facteurs vont ainsi pouvoir accéder au e-learning directement sur leur lieu de travail. La formation des collaborateurs est un levier fondamental de réussite pour La Poste dans un environnement économique mouvant et dans un contexte de mutation profonde de ses activités historiques. D’autant plus que l’entreprise dispose d’un modèle social qui privilégie l’emploi pérenne en CDI.

La Poste a en effet l’ambition de construire avec les facteurs, tiers de confiance au quotidien, le 1er réseau connecté de services de proximité.

Facebook Comments
Lire la suite
Commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ecosystème

Alcinéo (La Ciotat) et Keloabs (Salon-de-Provence) iront à Amsterdam au Money20/20 Europe avec Business France

Publié

le

Elles sont 12 pépites sélectionnées par Business France pour participer sur le pavillon French Tech à l’événement dédié à l’écosystème du paiement, Money20/20 Europe qui revient pour sa troisième édition du 22 au 24 septembre 2020 à Amsterdam.
Evénement phare pour les Fintechs, le Money20/20 a accueilli plus de 6300 personnes l’an dernier venus découvrir les dernières innovations du secteur. Mais c’est aussi et surtout un important lieu de networking avec des leaders du secteur (22% de startups de série C) et des investisseurs. Parmi les 12 start-up qui seront amenées par l’agence française au service du développement international des entreprises, 2 sont régionales. Elles sont toutes deux  implantées dans le département des Bouches-du-Rhône : Alcinéo à La Ciotat et Keloabs  à Salon-de-Provence.

Alcinéo (La Ciotat), une référence mondiale du paiement embarqué.

Créé en 2007 à la Ciotat, Alcinéo s’est spécialisée dans la conception de logiciels embarqués dans les terminaux de paiement électroniques et la sécurité logique. Lors de chaque transaction, des données particulièrement sensibles sont échangées entre la banque du client à celle du marchand, comme la date d’expiration ou la limite d’argent à ne pas dépasser. Pour éviter leur piratage, Alcinéo a donc intégré ses solutions de sécurité logique au sein de ses offres de paiement électronique et les pousse sur un marché relativement porteur.
Avec le développement du sans contact, la start-up a sorti en 2017, en partenariat avec Trustonic (Sophia-Antipolis), une solution mobile permettant aux petits commerçants, les indépendants et notamment les itinérants, d’accepter les paiements sans contact en utilisant leur smartphone ou leur tablette comme terminal de paiement, avec un niveau de sécurité très élevé. Le paiement sans contact représente 60% de l’activité d’Alcinéo car, au-delà du commerce, tous les secteurs du marché y arrivent progressivement, du transport au parking, en passant par les kiosques, les parcmètres…
Alcinéo n’est pas trop représenté en France où le marché est dominé par Ingenico. Mais en revanche, la société (25 collaborateurs) s’est imposée sur les cinq continents, dans une quarantaine de pays. La société réalise plus de 90 % de son chiffre d’affaires à l’étranger. L’Europe représente environ 45 % de son activité, les États-Unis 30 % et l’Asie 25 %.
L’ambition d’Alcinéo est de devenir une grande référence du paiement embarqué.

Keloabs (Salon-de-Provence), une connectivité clé en main pour l’IoT !

Issue en 2012 de la fusion entre Raisonance (Montbonnot, Isère) et Soliatis (Salon-de-Provence, Bouches-du-Rhône), Keolabs est un spécialiste de l’embarqué et des outils de vérification pour les cartes à puce et le Near Field Communication (NFC). Plus précisément, ses activités se portent sur deux marchés distincts : la validation de cartes à puces, et les outils pour le développement d’applications embarquées sur microcontrôleurs.
Keolabs propose ainsi une solution clé en main, appelée IoTize™, qui facilite l’implémentation de la connectivité NFC, Bluetooth ou Wi-Fi pour les systèmes électroniques embarqués dans les machines industrielles et l’électroménager. IoTize vise à relier, par l’ajout d’un module NFC, n’importe quel système embarqué à un smartphone. Le module se connecte au port de ‘’debug’’ de l’appareil électronique et permet, sans installation complémentaire matérielle ou logicielle, d’en lire les caractéristiques ou de les modifier depuis son téléphone, grâce à un procédé breveté par Keolabs. Pour les entreprises, cela permet de déployer leurs produits connectés plus rapidement et avec moins de risque.
IoTize est un projet collaboratif R&D qui a pour but la sécurisation et l’optimisation de cette technologie. Mené par Keolabs, le projet réunit des équipes R&D de STMicroelectronics, Gemalto, le Laboratoire Informatique de Grenoble et l’ISEN de Toulon. Le projet est labellisé par les pôles Minalogic et Pole Solutions Communicantes Sécurisées (SCS) et bénéficie d’un financement FUI à hauteur de 1,4 million d’euros pour une dépense totale de 3,9 millions d’euros.
Keolabs réalise 50% de son activité à l’export (Europe, Asie…) et compte pour références NXP, STMicro,GemaltoMotorolaSamsungLG, Oberthur…,

Les autres start-up de la délégation Business France au Money 20/20 Europe
(22 au 24 septembre 2020)

Famoco (Paris) aide les entreprises à déployer leurs applications métiers sur mobile. La startup fournit des terminaux dédiés fonctionnant sur OS Android. Grâce à un seul terminal, les entreprises peuvent ainsi gérer le paiement sans contact, suivre leurs marchandises ou vérifier des billets de transport ou de spectacle. Ces solutions peuvent être contrôlées à distance grâce à une plateforme SaaS.

Antelop Solutions (Paris). Fondé par deux anciens de Visa, Nicolas Bruley et Nicolas Benady, Antelop Solutions s’est lancé sur le marché du paiement mobile NFC. Malgré un marché très concurrentiel, la startup a réussi à s’imposer comme un important fournisseur de solutions de paiement par mobile et d’authentification. Elle travaille notamment avec les banques et leur système Secure 3D.

Ariadnext (Rennes). Depuis 2010, Ariadnext a fait de l’identité et de la sécurité le coeur de son métier. La startup propose des solutions d’identité numérique. MobileID.io facilite la création d’une identité numérique tandis qu’IDCheck.io contrôle l’identité grâce à une détection de la fraude automatisée. SmartStamp.io et Check’nSign.io, permettent, de leur côté, de sécuriser des documents reçus et de signer électroniquement des contrats.

Bizao (Paris). Pour faciliter les transactions entre la France et l’Afrique, Bizao a développé une solution de paiement via le compte mobile money ou le crédit téléphonique du client. Le système fonctionne quelque soit le canal de distribution utilisé (web, app, ussd,sms). Bizao centralise ainsi les échanges avec les différents opérateurs téléphoniques.

Quarkslab (Paris) aide les entreprises à sécuriser leurs équipements, leur systèmes et leurs programmes en agissant directement au niveau de leur code. L’idée qui se cache derrière la startup est de tenter de “casser” le code de leurs clients pour y trouver les défaillances et les corriger immédiatement. Quarkslab commercialise deux logiciels, IRMA spécialisé sur l’analyse des menaces et EPONA, une protection logicielle. La startup vient de lever 5 millions d’euros pour renforcer sa position sur le marché et se déployer à l’international.

PayCert (Paris) est un organisme de certification indépendant accrédité par le COFRAC. Il intervient pour certifier les systèmes de paiement électronique. Il délivre des certifications de conformité fonctionnelle et sécuritaire relatifs aux cartes ou aux terminaux. La startup travaille avec le secteur bancaire, les laboratoires ou les sociétés de transport.

W-HA (Boulogne-Billancourt) est une société anonyme, filiale d’Orange qui a reçu l’agrément d’établissement de monnaie électronique par l’ACPR. API-Money est une solution de paiement par monnaie électronique adaptée aux plateformes de crowdfunding et aux marketplaces, respectant les réglementations et la directive européennes sur les paiements (DSP2) et plus particulièrement la gestion d’encaissement pour le compte de tiers.

YouTransactor (Paris). Fondé en 2006 par Gérard Compain et Gregory Mardinian, YouTransactor conçoit et commercialise des solutions de paiement sécurisées mobiles adaptées aux environnements difficile (humidité, choc, température). La startup travaille avec des entreprises dans le secteur des transports, notamment Thalys. Elle a déjà déployé plus de deux millions terminaux de paiement sur le terrain.

Dejamobile (Caen) conçoit des solutions facilitant le paiement mobile pour les banques, le transport, le commerce et les entreprises. Elle accompagne ainsi ses clients dans le déploiement du paiement sans contact, la dématérialisation des titres de transport, des cartes de fidélité ou encore des titres restaurants ou des cartes cadeaux.

Paytweak (Paris) sécurise le paiement à distance par email ou sms. L’entreprise envoie un mail ou un sms aux clients indiquant le montant à régler. Paytweak génère un lien sécurisé qui permet de déclencher des paiements par carte de crédit ou wallet, de n’importe où et de façon sécurisée.

Facebook Comments
Lire la suite

Ecosystème

La Ville de Grasse teste la Saniboxx, la première cabine de désinfection et de prise de température innovante

Publié

le

Alors que l’épidémie Covid-19 continue de se propager dans le monde et que la prudence reste de mise, l’hôtel de ville de Grasse teste pendant tout l’été le premier portique de désinfection et prise de température intelligent à la technologie entièrement azuréenne. Ce portique a été installé à l’entrée du service de l’état-civil qui voit passer une centaine de personnes chaque jour.
Pour le maire de Grasse, Jérôme Viaud, la santé des administrés est une priorité absolue. Dès le début de crise, la Ville de Grasse a pris ses dispositions en équipant les lieux accessibles au public de distributeurs de gel hydro alcoolique et en rendant obligatoire le port du masque dans les services les plus exposés.
Ce portique innovant installé depuis vendredi 17 juillet a été développé par deux entreprises locales, Saniboxx à Valbonne et Axiome concept à Mouans-Sartoux. Elles ont uni leurs compétentes et leurs expertises dans les secteurs de la domotique et de la télégestion de parcs, parking, ports et aéroports, pour élaborer la Saniboxx, un nouveau concept à la pointe de la technologie qui permet de renforcer la prévention contre le coronavirus. La machine entièrement numérisée prend la température, vérifie le port du masque, puis désinfecte la personne grâce à l’action conjointe des UV, d’une brumisation d’eau ionisée et d’ultra son.
Les premiers portiques sont en cours de commercialisation. Le premier à été vendu à une société cannoise 15.900 euros.

Photos : DR Ville de Grasse

Facebook Comments
Lire la suite

Ecosystème

Air Liquide va ouvrir à Fos-sur-Mer la première station Hydrogène pour poids-lourds d’Europe

Publié

le

Si l’utilisation de poids-lourds à hydrogène est de plus en plus évoquée, encore faut-il un réseau de stations pour les alimenter. Et à ce titre, en matière d’infrastructures alternatives, l’Europe est très en retard en comparaison avec notamment le Japon qui accueille 117 stations d’hydrogène.
Le groupe Air Liquide vient d’annoncer la création d’une première station hydrogène française dédiée aux camions. Installée sur le site du groupe à Fos-sur-Mer, dans le département des Bouches-du-Rhône, cette station de 700 bars proposera une capacité d’avitaillement d’une tonne par jour. Elle permettra d’avitailler quotidiennement jusqu’à 20 camions. Sur le segment des véhicules lourds, ce projet va permettre de réduire les émissions de CO2 de 1500 tonnes/an
Construite dans le cadre de HyAMMED (Hydrogène à Aix-Marseille pour une Mobilité Écologique et Durable), cette station hydrogène est en partie financé par l’ADEME et est intégré au programme européen H2Haul. Elle bénéficie également du soutien de la Région Sud et de l’Europe via le FCH JU (Fuel Cells and Hydrogen Joint Undertaking). Parmi les autres partenaires du projet figure des transporteurs et des acteurs de la grande distribution tels que Carrefour, Coca-Cola European Partners et Monoprix.
Attendue début 2022, la station alimentera une première flotte de huit camions de 44 tonnes spécialement conçus dans le cadre du projet. Au-delà des poids-lourds, la station pourra aussi accueillir des bus et autres véhicules utilitaires.

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X