Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

*

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

Ecole, formation

Le gouvernement va financer “10.000 formations aux métiers du numérique”

Le gouvernement a annoncé le lancement de 10.000 formations aux métiers du numérique dans le cadre du plan d’investissement dans les compétences (PIC).

Publié

le

Le gouvernement a annoncé le lancement de 10.000 formations aux métiers du numérique dans le cadre du plan d’investissement dans les compétences (PIC).
Muriel Pénicaud, ministre du Travail, et Mounir Majhoubi, secrétaire d’Etat en charge du Numérique ont dévoilé, le 5 avril dernier à Roubaix, le volet numérique du plan d’investissement dans les compétences (PIC). Celui-ci consiste à lancer 10 000 formations aux métiers du numérique et s’adresse aux jeunes peu diplômés, ainsi qu’aux demandeurs d’emploi.
80 000 emplois non pourvus
Ce plan a été pensé pour répondre aux difficultés de recrutement que rencontrent certaines filières depuis plusieurs années. “80 000 emplois sont non pourvus, faute de profils adaptés, les métiers de la maintenance des matériels, de l’exploitation et de la sécurité, du développement web, mais bien d’autres métiers sont transformés par la numérisation de notre économie“, avancent les deux ministères dans un communiqué de presse commun.
Ce programme s’appuie sur des dispositifs qui ont fait leur preuve en termes d’accompagnement vers l’emploi et d’insertion professionnelle : le réseau de la Grande Ecole du Numérique et Pôle emploi seront mobilisés, en partenariat avec des entreprises volontaires (IBM, Accenture, Capgemini, Linagora, Econocom, Computacenter, CGI, le List de CEA Tech…) et Syntec Numérique, qui se sont engagés à soutenir le plan et recruter des stagiaires à l’issus de la formation.
Un plan à 15 milliards d’euros
Ces 10 000 formations sont l’amorçage d’une ambition forte, faire du numérique un levier de retour à l’emploi et d’émancipation pour tous, et notamment pour les jeunes et les personnes sans emploi“, a commenté Mounir Majhoubi. Cette annonce s’inscrit dans le cadre du plan d’investissement dans les compétences (PIC). Financé à hauteur de 15 milliards d’euros sur quatre ans, celui-ci vise à former un million de jeunes et un million de demandeurs d’emploi peu qualifiés et à accélérer la transformation de la formation professionnelle.

Facebook Comments

Ecole, formation

L’école GENIMAGE, spécialisée dans l’animation, le jeu vidéo, et le manga, la BD et l’illustration, ouvre à Marseille

Implanté en plein cœur du quartier de La Joliette, à Marseille, GENIMAGE est un nouvel établissement d’enseignement supérieur spécialisé dans l’animation, le jeu vidéo, et le manga, la BD et l’illustration.

Publié

le

Implanté en plein cœur du quartier de La Joliette, à Marseille, au 113 avenue de la République pour être exact, GENIMAGE est un nouvel établissement d’enseignement supérieur spécialisé dans l’animation, le jeu vidéo, et le manga, la BD et l’illustration.
Cette école est née de la volonté de trois partenaires fondateurs de donner une impulsion nouvelle à cette filière de formation : Stéphane Salord et Baptiste Galland, les créateurs des écoles de design ESDAC, le réalisateur Hervé Trouillet, et Cédric Biscay, fondateur notamment de la société Shibuya Productions (Astroboy Reboot/Shenmue,), en collaboration avec le développeur de jeux vidéo marseillais EXKEE.

GENIMAGE propose à ses étudiants un cursus leur permettant de devenir des professionnels confirmés en utilisant l’ensemble des ressources actives qu’amènent les fondateurs.
3 filières spécifiques structurent les enseignements de GENIMAGE : Animation / Graphisme jeu vidéo / Effets spéciaux Programmation jeu vidéo Manga / BD / Illustration.
Des cours et projets en commun sont prévus afin de développer la transversalité des équipes de production. Le Bachelor en 3 ans pour chacune de ces 3 formations, peut être suivi de deux années de Mastère pour : • La programmation jeu vidéo ; • Le Graphisme « jeu et film d’animation / VFX »
Le premier trimestre de la 1ère année de Bachelor est commun à toutes les formations, et permet d’immerger les étudiants, lors de cours intensifs et à travers la réalisation de projets, pour qu’ils puissent faire un tour d’horizon de toutes les matières qui seront abordées. Ce trimestre peut ainsi permettre à certains étudiants d’identifier la voie définitive de leur spécialité qui leur sera enseignée dès le second trimestre, et pour toute la durée des 3 années de Bachelor.
GENIMAGE a l’ambition de donner à ses étudiants des formations liées à des savoir-faire d’excellence, en prise direct avec les meilleurs talents internationaux, permettant de forts débouchés professionnels. Ainsi le français Raoul Barbet, Game Designer du célèbre jeu vidéo Life is Strange (DONTNOD /Square Enix) sera parmi les intervenants qui viendront partager leurs expériences et donner les conseils des plus avisés.
L’inauguration officielle de cette nouvelle école aura lieu samedi 21 Avril 2018, en présence de tous les fondateurs et de Didier Tarquin, célèbre auteur du blockbuster BD Lanfeust de Troy. Une Journée Portes Ouvertes est également organisée.

Facebook Comments
Lire la suite

Ecole, formation

Marseille : Kedge organise le Challenge Open Innovation Entreprise

Les étudiants de Kedge Business School participent à la 4ème édition du Challenge Open Innovation Entreprise avec l’école Epitech. Ils plancheront sur des problématiques dans les domaines de l’IA, de la robotique ou de la biotech.

Publié

le

Le « Challenge Open Innovation Entreprise » dont c’est la quatrième édition met l’entreprise au cœur de l’enseignement pour apprendre aux étudiants à résoudre une problématique complexe et innovante en bénéficiant de l’intelligence collective. Cette année, ce sont les étudiants de Kedge issus de tous les programmes spécialisés en Master et Master of science qui relèvent le défi de ce Challenge organisé avec des étudiants d’Epitech, école informatique. Regroupés en équipes transdisciplinaires, ils auront trois semaines pour répondre à la problématique stratégique réelle dans les domaines de l’intelligence artificielle, de la robotique ou de la biotech posée par une entreprise.
Le challenge a été conçu dès le début autour du concept ‘’Ecole-Entreprise’’. L’intérêt est d’amener les étudiants à réfléchir autrement grâce à la pluridisciplinarité et d’encourager l’expérimentation, l’audace et la créativité en développant des projets innovants qui répondent aux attentes des entreprises. Ainsi, une centaine d’étudiants répartis sur les campus de Kedge Bordeaux et Marseille développeront des projets innovants à la fois pour des grands groupes, tel qu’Airbus, ou des startups, comme Knock. En région PACA, ce sont deux startups (Gene & GreenTK et XEGEN) de l’IHU (Institut Universitaire Hospitalier) et sa Fondation Méditerranée Infection, qui participent au Challenge. Parmi les missions, il s’agira autant d’imaginer des solutions d’IA au service des clients dans l’aéronautique, que de travailler sur la conception de chatbots, ou de réfléchir à solutions appliqués à la nanotechnologie, la robotique ou l’e-santé.
Pour mener à bien leurs travaux, les étudiants seront encadrés tout au long du Challenge par des experts et assisteront à des séances de coaching et à des cours, ainsi qu’à des conférences. A l’issue du séminaire, l’école de management marseillais délivrera un certificat Open innovation à tous les étudiants participant au Challenge.

Lors de l’édition précédente, un groupe d’étudiants de Kedge a accompagné une entreprise qui avait remporté la médaille d’or du concours Lépine 2017 avec Viktor, le coussin connecté destiné aux personnes âgées. Les étudiants avaient proposé un service complémentaire qui permettait aux personnes âgées de sélectionner des menus et de se faire livrer des repas par La Poste.

Thématiques innovantes proposées par les entreprises pour cette 4ème édition :
– Nanotechnologie et e-santé (Genes’ink)
– Détection de microorganismes (Click4Tag)
– Robotique de télé présence (Noisolation)
– Anticorps (Theranyx Biotech)
– Alternative aux antibiotiques (Gene & Greentk)
– Biofouling (Gene & Greentk)
– Plancton marin et protéine (Planktovie)
– Aéronautique : Intelligence Artificielle au service des clients (Airbus)
– Culture de Micro Algue (Urban Algae)
– Radiocommunication Professionnelle du secteur de l’aéronautique et du ferroviaire (Dimotec)
– Chatbot Assistant Virtuel Immobilier (Knock)
– Bioinformatique 2.0 spécialiste des données NGS (Xegen)
– Innov’In Med 2018 (MCO Congrès)
– Logiciel multiplateforme, modulaire et évolutif pour la collecte, le traitement et la communication de données (Akeros)
– Application d’optimisation des parcours clients sur Gare et Aérogares (Kouik Agency)
– Valorisation de l’Apprentissage par les Pairs (Upper)
– Gants de moto chauffant par contact (NTact)
– Apprentissage des compétences managériales par la réalité virtuelle et augmentée (CFAIM)

Facebook Comments
Lire la suite

Ecole, formation

La Wild Code School s’installe à Marseille

Créée en 2014 par Anna Stépanoff et Romain Cœur, le concept de la WCS a fait ses preuves avec un taux d’insertion professionnelle supérieur à 85%.

Publié

le

Fondée sur une pédagogie originale, la Wild Code School est une école nouvelle génération qui propose de former de manière intensive, en 5 mois, les développeurs web et mobile de demain via un parcours débouchant sur un titre de développeur logiciel reconnu par l’Etat (équivalent bac+2). Présente dans 10 grandes villes françaises, l’école s’implante à Marseille. Accompagnée par les équipes de Provence Promotion, la Wild Code School a eu un véritable coup de cœur pour la ville et son écosystème.
Une école de code de nouvelle génération
Co-fondée en 2014 par Romain Cœur, développeur, et Anna Stepanoff, une universitaire diplômée de Harvard et de l’école Normale Supérieure de Paris, la Wild Code School s’est fixé pour objectif de former aux langages de développement, en un temps record, des entrepreneurs, des personnes en reconversion ou des étudiants. L’école est en effet accessible à tous, sans condition d’âge et de diplômes. Alliant méthodes agiles et travail collaboratif, la formation dite de « blended learning » combine de l’apprentissage en ligne et de la formation en présentiel. Très rapidement, ce sont des cas pratiques qui permettent aux élèves de progresser. Les élèves obtiennent un équivalent Bac+2 reconnu et homologué par l’Etat.
Pourquoi Marseille ?
La Wild Code School a tout de suite été séduite par la dynamique numérique qui souffle sur la cité phocéenne. Elle a découvert une communauté soudée de passionnés dans la hacker-house de Start-up Marseille. Sans voix devant le projet de thecamp, impressionnée par les solutions d’accompagnement des accélérateurs proposées aux startup et les nombreuses solutions de coworking à La Boate, Smack-coworking, ILOV’IT, Digital Village, etc … Anna Stépanoff explique que « l’ambition de la WCS est de couvrir le Sud de la France. Marseille a tout le potentiel pour devenir une ‘’Barcelone à la française’’. Son ouverture au monde et aux nouvelles technologies sont deux aspects qui m’ont immédiatement séduite ».
La Wild Code School s’installe dans Le PAT.IO, dans le 2e arrondissement à Marseille, à deux pas du quartier dynamique de la Joliette. Avant de se lancer, l’école a interrogé les entreprises du territoire sur la nature de leurs besoins. Il apparaît qu’il y a une forte demande de développeurs formés sur des technologies web comme Javascript ou PHP : ce sera donc l’un de ces deux langages que la Wild Code School proposera en septembre 2018.
https://wildcodeschool.fr

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X