Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

Ecole, formation

Le gouvernement va financer “10.000 formations aux métiers du numérique”

Le gouvernement a annoncé le lancement de 10.000 formations aux métiers du numérique dans le cadre du plan d’investissement dans les compétences (PIC).

Publié

le

Le gouvernement a annoncé le lancement de 10.000 formations aux métiers du numérique dans le cadre du plan d’investissement dans les compétences (PIC).
Muriel Pénicaud, ministre du Travail, et Mounir Majhoubi, secrétaire d’Etat en charge du Numérique ont dévoilé, le 5 avril dernier à Roubaix, le volet numérique du plan d’investissement dans les compétences (PIC). Celui-ci consiste à lancer 10 000 formations aux métiers du numérique et s’adresse aux jeunes peu diplômés, ainsi qu’aux demandeurs d’emploi.
80 000 emplois non pourvus
Ce plan a été pensé pour répondre aux difficultés de recrutement que rencontrent certaines filières depuis plusieurs années. “80 000 emplois sont non pourvus, faute de profils adaptés, les métiers de la maintenance des matériels, de l’exploitation et de la sécurité, du développement web, mais bien d’autres métiers sont transformés par la numérisation de notre économie“, avancent les deux ministères dans un communiqué de presse commun.
Ce programme s’appuie sur des dispositifs qui ont fait leur preuve en termes d’accompagnement vers l’emploi et d’insertion professionnelle : le réseau de la Grande Ecole du Numérique et Pôle emploi seront mobilisés, en partenariat avec des entreprises volontaires (IBM, Accenture, Capgemini, Linagora, Econocom, Computacenter, CGI, le List de CEA Tech…) et Syntec Numérique, qui se sont engagés à soutenir le plan et recruter des stagiaires à l’issus de la formation.
Un plan à 15 milliards d’euros
Ces 10 000 formations sont l’amorçage d’une ambition forte, faire du numérique un levier de retour à l’emploi et d’émancipation pour tous, et notamment pour les jeunes et les personnes sans emploi“, a commenté Mounir Majhoubi. Cette annonce s’inscrit dans le cadre du plan d’investissement dans les compétences (PIC). Financé à hauteur de 15 milliards d’euros sur quatre ans, celui-ci vise à former un million de jeunes et un million de demandeurs d’emploi peu qualifiés et à accélérer la transformation de la formation professionnelle.

Facebook Comments

Ecole, formation

[VIDÉO] Marseille : MonClub 2.0 lance la première E-sport Academy de France

Publié

le

MCES Academy pour MonClub Esport Academy ouvrira ses portes début janvier dans le 11e arrondissement de Marseille et sera la première école de formation e-sport de France. Le projet est porté par 3 passionnés, Romain Sombret et Sandra Niellini-Sombret, tous deux diplômés de Kedge BS. Ils sont fondateurs du centre MonClub Futbol à Bouc Bel Air, associés du centre MonClub 2.0 à Marseille et sont également titulaire de la licence OM Ludiq Camp. Troisième larron, Loïc Morere, diplômé de l’ESBAM, designer, artiste et ‘’gamer’’ expérimenté. Tous les trois ont bien compris que ce secteur d’activité était une énorme industrie avec un potentiel incroyable et qui est en passe d’être reconnu comme un véritable sport.
Selon les investisseurs, ce domaine représente un marché considérable et très porteur… Aujourd’hui dans le monde, 323 millions de fans sont recensés et le nombre de joueurs ne fait qu’augmenter de mois en mois ! Avec ses 5 millions de consommateurs et ses 2 millions de pratiquants, la France est considérée comme le 7ème pays mondial et 3ème pays européen pour l’e-sport.

 

Etude France esport Médiamétrie

Construire à terme une équipe capable d’être dans le Top 5 français
Déjà propriétaire d’autres salles de sport – foot à 5, badminton et basket indoor -, Romain Sombret a aménagé à Marseille un espace de 200 mètres carrés pour y installer les écrans de 24 ordinateurs et six consoles de jeux. Pour le lancement de MCES Academy, 3 jeux ont été retenus : League of Legends, Fortnite et FIFA et pour chaque jeu, un vrai professionnel de l’e-sport sera le référent ainsi qu’un ancien athlète de haut niveau pour l’aspect sport. Comme toute discipline, une formation et un entraînement sont nécessaires pour exceller et participer à des compétitions face à d’autres joueurs. Or le souhait des trois fondateurs est de détecter et de former de jeunes talents de la région et leur permettre de rayonner dans la France entière dans les différentes LAN (local area network/rassemblement éphémère) organisées. En général, dans l’e-sport, le recrutement se fait en ligne : les équipes repèrent sur les plateformes les ‘’gamers’’ les plus talentueux… sans vraiment pouvoir les former ensuite. Romain Sombret, lui ne cache pas ses ambitions de monter à court terme une équipe de joueurs capable d’approcher le Top 5 français.

[Vidéo] Romain Sombret, cofondateur et CEO de MCES Academy

Mêler sport physique et jeu en ligne
Le concept développé par les trois cofondateurs est de créer une école alliant formation aux jeux et sport physique. Romain Sombret ne veut pas que les élèves passent l’intégralité de leur formation devant un écran. Aussi en plus des experts professionnels spécialistes des différents types de jeux, Fornite, League of Legends ou encore FIFA, MCES Academy s’appuie également sur l’expérience de deux anciens athlètes de haut niveau, deux jeunes retraités qui ont pour nom, Guy Demel, international ivoirien de football et l’ancien nageur, double champion olympique, Yannick Agnel. Leur rôle, intervenir et conseiller sur les aspects de nutrition, d’entraînement et surtout comment éviter le surentraînement, gérer le stress en compétition mais aussi créer un cadre pour éviter aux jeunes de “se sédentariser”.

[Vidéo] Yannick Agnel, référent sport pour MCES Academy

Objectif : ouvrir 10 salles en France avant l’international
Les cours mis en place au MCES Academy sont facturés 48 euros par mois pour deux heures de cours hebdomadaires et grimpent jusqu’à 144 euros pour huit heures chaque semaine. Des locations à l’heure (30 PC + chaises de gaming à disposition, fibre 1Go, consoles, VR…) seront également proposées et de nombreux événements, tournois, retransmissions e-sport… seront organisés.
L’ouverture de la salle MonClub Esport Marseille est la première pierre d’un projet très ambitieux qui vise à développer 10 salles similaires en France avant de se lancer à l’international dès 2020. La deuxième salle, de 150m², devrait ouvrir ses portes à Bouc Bel Air au sein du centre sportif MonClub Futbol dans le courant du premier trimestre 2019.
En attendant, MCES Academy Marseille organise les 8 et 9 décembre prochains un week-end Portes Ouvertes.

[Vidéo] Teaser MCES Academy

Facebook Comments
Lire la suite

Coworking, fablab, showroom

[VIDÉO] Le Wagon, le “Coding Bootcamp” made in France a déjà formé 4000 codeurs dans le Monde dont 120 à Marseille !

Publié

le

En à peine quatre ans d’existence, l’école de codage informatique Le Wagon s’est implantée sur 4 continents, 17 pays, 27 villes dont 6 en France : Paris, Bordeaux, Lille, Lyon, Nantes et Marseille. Le Wagon Marseille se situe au 167, rue du Paradis et propose sur une superficie de 400 mètres carrés son espace coworking et son école de codage d’où sont déjà sortis 120 codeurs en deux ans. Le concept clé du Wagon, former des développeurs en informatique aux cinq langages web – CSS, HTML, JavaScript, SQL et Ruby – en seulement neuf semaines.

Un bootcamp d’inspiration américaine
Le concept est né il y a quatre ans, dans la tête de deux frères autodidactes, qui s’étaient formés au code pour le loisir. S’est alors posée la question : comment apprendre aux autres à coder plus rapidement et répondre à une problématique majeure du moment, le manque de développeurs informatiques sur le marché ?
Inspirés par les bootcamps américains, Romain et Boris Paillard vont mettre au point une formation de neuf semaines, une “coding school”, visant à réunir plusieurs profils : les entrepreneurs, les esprits créatifs, les curieux des débouchés professionnels, etc. Les deux frères souhaitent démystifier l’apprentissage de la programmation informatique en permettant à des personnes n’ayant aucune connaissance du code d’apprendre les fondamentaux des principaux langages du Web en neuf semaines de formation intensive.

Mathieu Bonfils et Louis Chavane

360 heures de code
A Marseille, Mathieu Bonfils et Louis Chavane lancent Le Wagon en 2016. Ils accueillent une vingtaine d’étudiantes et étudiants par session et il y a 4 sessions par an. Ils sont designers, coach de sport, ingénieurs, fraîchement diplômés, en reconversion professionnelle, ou porteurs de projets… Des profils très différents qui durant la formation vont devoir porter et ‘’pitcher’’ un projet individuel. Après deux mois de formation intensive, les élèves ont deux semaines pour concrétiser et créer leur projet Web qui sera ensuite présenté en public à l’occasion d’une soirée de démonstration, le Demo Day.  Le prochain Demo Day au Wagon Marseille, ouvert à tous,aura lieu le 14 décembre.
Le DemoDay est particulièrement important pour les étudiants car certains lanceront leurs produits web à l’issue de cette soirée. Après neuf semaines de formation, les participants ne peuvent pas prétendre à des postes d’ingénieurs informatiques, en revanche, ils ont acquis les compétences nécessaires pour maîtriser les dernières solutions de développement informatique et pouvoir, par exemple, créer un site ou une application mobile de bout en bout. Ils sont généralement prompts à monter leur projet web, devenir un webdesigner confirmé, ou encore postuler à un poste de ‘’junior developer’’ ou de ‘’product manager’’.

[Entretien vidéo] Mathieu Bonfils, cofondateur et CEO Le Wagon Marseille nous présente le programme de formation de l’école de codage et ses spécificités.

 

90% des étudiants en activité une fois formé
90% des élèves formés depuis deux ans au Wagon Marseille ont, soit réintégré leur entreprise car beaucoup de salariés d’entreprises viennent se former au code à leur demande ou celle de leur hiérarchie, soit lancé leur propre start-up sur la base de leur projet Web.
Ainsi certains produits Web viennent directement du Wagon Marseille et sont déjà en ligne. C’est le cas de l’application mobile Imparato qui permet de donner la réplique à des comédiens amateurs (www.imparato.io) ou de l’application Alma concierge tool, la nouvelle boîte à outils pour les concierges d’hôtels (www.almaconciergetool.club).  Nous pouvons citer également Embarq, une nouvelle plateforme pour le portage salarial (https://embarq.fr), ou Motiv record, la future application mobile qui permet aux sportifs de sauvegarder leurs performances et suivre leur évolution  (http://motiv-record.com). Et que dire d’Hosman, une start-up dont l’un des fondateurs est marseillais, qui s’est fixé pour mission de révolutionner l’agence immobilière et qui vient de réaliser une première levée de fonds en seed de 1,5m€ (https://hosman.welcomekit.co/).
Autant de parcours différends et de réussites à la sortie du bootcamp marseillais qui prouvent que la formule Le Wagon fonctionne plutôt bien !

Facebook Comments
Lire la suite

Ecole, formation

Sophia Antipolis : 400 emplois et stages sont à pourvoir au SophiaTech Forum

Publié

le

Il est devenu un rendez-vous incontournable des entreprises de la technopole de Sophia Antipolis. Pour sa 6e édition, le SophiaTech Forum regroupe cette année plus de 45 entreprises, petites ou (très) grandes, Air France, Thales, Virbac, Elsys Design, le BE… qui viennent rencontrer les étudiants et jeunes diplômés de l’école d’ingénieurs Polytech à la recherche de stage ou d‘un premier emploi.
Le 15 novembre prochain, sur le campus SophiaTech, plus de 400 offres seront proposées ; des stages, des contrats en alternance, des sujets de thèses, des emplois, avec pour thématique centrale l’innovation et la R&D. Pour les étudiants, ce forum est un excellent moyen de connaitre l’écosystème local, d’élargir leur réseau professionnel, d’apprendre à “vendre” leurs compétences et leur savoir-faire, et mettre toutes les chances de leur côté afin que les entretiens d’embauche soient couronnés de succès.
Organisée par Polytech Nice Sophia, la Fondation UCA, Telecom Valley et le Sophia Club Entreprises, cette journée sera rythmée par des conférences (Pôle PASS, Altereo et Axe PI) et des tables rondes sur le bâtiment, le génie de l’eau, l’informatique, les mathématiques appliquées, et l’électronique.

100 postes chez Telecom Valley
Nouveauté cette année, en plus de la quarantaine de stands réservés par les entreprises recruteuses, Telecom Valley s’offre un pavillon, le Village Telecom Valley. L’association y accueillera une dizaine de startups et PME du numérique et d’acteurs institutionnels (CCI, Pôle emploi, APEC), qui proposeront une centaine d’emplois et de stages dans les métiers du numérique… également ouverts à ceux qui ne sont pas étudiants Polytech.

Programme et inscription : https://entreprises.polytech.unice.fr/sophiatech-forum/

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X