Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

French Tech

Les 12 travaux de la French Tech Aix-Marseille

Le Conseil Territorial du Numérique s’est réuni pour la première fois la semaine dernière à Aix en Provence pour faire avancer le projet de French Tech Aix-Marseille. Il y a ainsi 12 engagements opérationnels établis pour la fin 2015 que l’association Medinsoft est chargée de faire avancer.

Publié

le

Le Conseil Territorial du Numérique s’est réuni pour la première fois la semaine dernière à Aix en Provence pour faire avancer le projet de French Tech Aix-Marseille. L’un des points abordés portait sur la feuille de route : Il y a ainsi 12 engagements opérationnels établis pour la fin 2015 que l’association Medinsoft est chargée de faire avancer.

Réuni à  l’hôtel de ville d’Aix-en-Provence, et regroupant entreprises et collectivités locales (les villes d’Aix-en-Provence et de Marseille et leurs communautés urbaines respectives, CPA et MPM), l’organe stratégique s’est accordé sur la feuille de route à suivre avant fin 2015 pour rendre opérationnels les différents projets soutenus par le label French Tech Aix-Marseille.

Actuellement en phase d’expérimentation jusqu’à la fin de l’année, la French Tech Aix Marseille se doit de mettre en œuvre les actions programmées dans la feuille de route. Ce sont ces actions qui serviront de base à l’évaluation de l’Etat en vue de la confirmation du label pour une durée de 3 ans. C’est le principal objectif pour l’heure !

En charge de cette feuille de route, l’association Medinsoft est déjà en ordre de marche et doit dans les prochains jours installer une équipe de trois personnes (un directeur de projet – un responsable de communication et un social networker) pour remplir les objectifs à atteindre. Le calendrier est établi, il porte sur une douzaine d’actions dont certains sont déjà opérationnels, ou en passe de l’être !

Dans son intervention, André Jeannerot, président de Medinsoft a tenu à rappeler que la French Tech était un projet économique qui s’appuie sur des leviers de croissance parmi lesquels cinq piliers sont à mettre en œuvre et à développer : Les Smarts cities – Les Objets connectés- Le Big Data et le Cloud – l’e-santé –  le transmedia et le marketing digital.

Les douze engagements opérationnels établis pour la fin 2015 

1/ La mise en place de la gouvernance territoriale de la French Tech Aix-Marseille. C’est chose faite avec la création du Conseil Territorial du Numérique qui assure la gouvernance stratégique. Cette structure collégiale compte 49 membres dont 31 sont issus du secteur privé, et parmi eux les neuf Tech Champions porteurs de projets. Medinsoft, de son côté, est en charge de la gouvernance opérationnelle.

2/ Renforcement de l’équipement du Fablab de Centrale – Marseille.  Ce FabLab ou labo sociétal est déjà opérationnelet proposeune formation innovante aux métiers du numérique destinée à des jeunes issus des quartiers prioritaires et en difficulté d’insertion professionnelle. 24 candidats ont été sélectionnés et composent la première promotion.

3/ Ouverture du Carrefour de l’innovation à Aix en Provence, un « espace d’expérimentation numérique avec un co-working, un lieu de rencontres et d’animations, un lieu de démonstrations et de tests (showroom), un lieu d’accueil pour les créateurs d’entreprises (startup nursery) et un FabLab.

4/ ConnectWave, la plateforme d’expérimentation et d’usages dédiée à la compréhension des Objets Connectés et du Sans Contact (RFID, NFC…) qui sera inaugurée le 19 juin à Rousset par le CNRFID, Centre National de Référence RFID.

5/ Lancement du studio de Motion Capture – Le studio MOCAP – créé par le groupe TelFrance.  Nouveau fleuron des techniques de l’image au sein du Pôle Média Belle de Mai, qui devrait être opérationnel dès l’été 2015 et exploité par les Studios de Marseille, une société spécialisée dans le secteur de la post-production de films cinématographiques, de vidéo et de programmes de télévision.

6/ Déjà opérationnel depuis septembre 2014, l’accélérateur de startups, P.Factory, lancé par Bertrand Bigay et Patrick Siri.

7/ et le « Startup studio », l’accélérateur Netangels,  .

8/ ainsi que l’accélérateur « NFC Factory » de Gemalto, spécialisé dans les services sans contact.

9/ Mise en place du projet Stardust qui propose d’accueillir durant 3 mois, sur sélection, des porteurs de projets d’applications mobiles, sites web ou encore objets connectés afin de les accompagner dans leurs phases de test.

10/ Programme « Entreprises Championnes »: Mise en place de levée de fond pour les entreprises à fort potentiel.

11/ Programme « Actions à l’international » de promotion de l’écosystème provençal sur les marchés étrangers.

12/ Enfin attirer « les Talents »: Cibler les résidents en France ou à l’étranger qui envisagent de créer leur entreprise sur le périmètre French Tech Aix Marseille,  et qui souhaitent investir ou rejoindre une équipe ou un projet local.

Un programme d’action qui en conclusion a fait dire à Maryse Joissains – Masini, maire d’Aix en Provence et présidente de la Communauté d’agglomération du pays d’Aix, qu’à long terme, il s’agissait de développer  « une culture nouvelle » au cœur  « d’une métropole de projets qui ne serait pas plombée par l’esprit bureaucratique. »

Facebook Comments

Economie numérique

Le Big Tour Bpifrance fera escale cet été dans la Région Sud pour promouvoir l’innovation française

Publié

le

Fort du succès rencontré l’année dernière avec le French Fab Tour (470.000 participants sur 18 dates), le Big Tour Bpifrance va de nouveau sillonner cet été le littoral français à la rencontre du grand public et des jeunes en particulier. Le Big Tour s’arrêtera dans 21 villes du 29 juillet à Vieux-Boucau (Landes) au 19 août à Paris, en passant par La Rochelle, Carnac, Saint-Malo, Dieppe, et pour la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, Savines le Lac (samedi 22 août), Nice (lundi 24 août) et Toulon (mardi 25 août). Une édition quelque peu chamboulée par la crise sanitaire mais non moins ambitieuse avec, dans chaque ville, des activités pour découvrir de nombreux métiers, des shows sportifs et artistiques et le soir à partir de 21 heures, un concert.
Gratuit et conçu comme un événement grand public, ce festival ambulant a cette année les ambitions suivantes : inspirer les jeunes dans leur avenir professionnel, promouvoir l’entrepreneuriat et les savoir-faire français, stimuler les énergies des territoires et mettre en avant les solutions tricolores pour le climat.
Nous voulons montrer aux Français que l’innovation est un levier majeur pour construire le monde de demain”, explique Patrice Bégay, directeur exécutif et directeur communication chez Bpifrance, à l’occasion d’une visioconférence de presse mardi 16 juin 2020. “Le but de cette tournée n’est ni plus ni moins que de susciter des vocations, raconter de belles histoires entrepreneuriales et montrer que tout est possible. Donner l’envie, pour choisir une formation ou trouver un emploi.

Un Big Tour au format phygital

Compte tenu du contexte sanitaire, le Big Tour adoptera un format “phygital” selon la formule de Patrice Bégay, combinant animations présentielles et retransmissions en ligne. Dans chacune des villes hôtes, un village éphémère de 3000 m2 sera bâti avec ses 11 stands thématiques (emploi/formation, création d’entreprise, climat, transport, French Tech, French Fab, etc.). Nouveauté de cette édition : les visiteurs pourront postuler à des offres émises par les entreprises partenaires du Big Tour. Des ateliers découvertes (découvrir les métiers de la plasturgie ou de l’énergie…) et des jeux, démonstrations et animations de réalité virtuelle (avion, sous-marin), seront proposés avant un concert de clôture avec différents d’artistes dont le chanteur jamaïcain Patrice, vedette de la musique reggae. Il s’entend que pour respecter les règles sanitaires, les visiteurs devront suivre un sens de circulation pour préserver 2,5 m2 de distance entre eux. Seront également mis à leur disposition des masques et du gel hydro alcoolique.
Enfin, à chaque date, une émission de 90 minutes baptisée “Vive ta ville” sera diffusée en direct sur le site bigtour.fr ainsi que les réseaux sociaux. Animée par Patrice Bégay, celle-ci accueillera chefs d’entreprise, élus locaux pour parler emploi, formation, savoir-faire et innovation pour l’avenir. ‘’ Ma cible, ce sont les jeunes, car ils sont notre avenir. Le message que je veux leur faire passer, c’est : rêvez, osez, entreprenez’’ martèle le dirigeant de Bpifrance.

Facebook Comments
Lire la suite

Economie numérique

Le gouvernement injecte 1,2 Milliard d’euros pour sauver la French Tech ébranlée par la crise du coronavirus

Publié

le

Bruno Lemaire et Cédric O (Photo : Ludovic Marin / AFP

Vendredi dernier, le 5 juin, le ministre de l’Économie Bruno le Maire et le secrétaire d’État au Numérique Cédric O ont annoncé un programme de soutien de 1,2 milliard d’euros en faveur des start-ups françaises pour les aider à traverser une crise majeure liée au Covid-19 qui met en péril leur activité. Cédric O l’a inlassablement répété durant les débats sur l’application StopCovid, la France doit s’offrir une “souveraineté numérique” loin des GAFAM. Le secrétaire d’Etat chargé du Numérique ne veut pas voir ses futures pépites se faire croquer par des géants étrangers, américains ou chinois, pour quelques bouchées de pain.
« Les entreprises technologiques sont au cœur de la reconstruction économique de notre pays et de sa puissance. Les soutenir est un impératif car elles sont essentielles à l’innovation et à notre souveraineté technologique. La crise du Covid-19 a montré l’importance croissante de l’économie numérique dans nos sociétés. Nous devons protéger nos start-ups et les aider à se développer. C’est toute l’ambition que nous portons avec ce plan de soutien », a déclaré Bruno Le Maire.

Un plan d’action en cinq volets

Ce programme vient compléter un premier plan de secours de 4 milliards d’euros annoncé fin mars. Financé pour l’essentiel à travers le Programme d’investissements d’avenir (PIA), ce nouveau plan comprend cinq volets. Le premier consiste à lancer le fonds « French Tech Souveraineté » géré par Bpifrance. La banque publique d’investissement peut déjà compter sur un portefeuille de 150 millions d’euros. Celui-ci pourra à grossir jusqu’à 500 millions d’euros en 2021 afin de financer « les acteurs clés » de « l’autonomie technologique » de la France.
Le gouvernement compte également allouer une enveloppe de 335 millions d’euros, pour ré-abonder le fonds French Tech Bridge (80 millions), lancer une offre de prêt pour les startups en difficulté non éligibles au prêt garanti par l’État (100 millions), renflouer le fonds PSIM (Programme de soutien à l’innovation majeure) à hauteur de 120 millions, et renforcer les dispositifs d’aide à l’innovation dont le concours d’innovations i-Nov (20 millions) et les Challenges IA (15 millions).
Le gouvernement garde aussi un œil sur les futures pépites. Traduisons : tous ces fonds ne sont pas uniquement réservés au French Tech 120. Ainsi, deux cents millions d’euros seront attribués à la continuité du plan Deep Tech « afin de ne pas compromettre la création de nouvelles startups », peut-on lire dans un communiqué de presse. Là encore, les fonds sont répartis dans trois programmes, dont le fonds French Tech Accélération n° 2 doté de 100 millions d’euros. Le réseau SATT recevra 65 millions, tandis que l’appel à projets deep tech bénéficiera de 15 millions supplémentaires.

Principales mesures de soutien pour sauver la French Tech

  • Création du fonds « French Tech Souveraineté » : véhicule d’investissement géré par Bpifrance à vocation à la fois offensive et défensive disposant dès à présent d’une première poche de 150 M€, pouvant augmenter à 500 M€ en 2021 ;
  • Ré abondement de 80 M€ du fonds French Tech Bridge ;
  • Lancement d’une offre de prêts, d’un total de 100 M€, distribués par Bpifrance ;
  • Extension du Concours d’innovation (i-Nov) avec une dotation supplémentaire de 20 M€
  • Lancement d’une nouvelle vague de Challenges IApour 15 M€ ;
  • Rechargement du fonds d’investissement PSIMpour 120 M€ ;
  • Déblocage d’une troisième tranche de financement en faveur des SATTpour 65 M€ ;
  • Lancement d’une nouvelle vague de Challenges IApour 15 M€ ;
  • Création du fonds d’investissement French Tech Accélération n°2, doté de 100 M€…

En tout, près d’1,2 milliard d’euros sont – ou vont – être consacrés au soutien de l’activité des start-ups françaises pour éviter qu’elles coulent. Rappelons que la France compte aujourd’hui de 10 000 à 20 000 start-up, employant plus de 100 000 personnes. Avant la crise, elles devaient selon le gouvernement créer près de 25 000 emplois nets en 2020, soit entre 10 % et 20 % du total.

Facebook Comments
Lire la suite

Ecosystème

La French Tech Côte d’Azur lance début septembre la 1ère édition du French Tech Summit à Cannes

Publié

le

Avec cette 1ère édition du French Tech Summit, l’ambition de la French Tech Côte d’Azur est d’être, avant tout, utile aux start-up et entreprises innovantes du territoire en réunissant en un seul lieu et sur deux jours, les 3 et 4 septembre prochains à Cannes, un concentré d’innovations et de solutions à partager tous ensemble. L’humain sera au cœur de cet événement avec de nombreuses rencontres entre les entreprises (PME, grands groupes, ETI…), les services publics (Urssaf, Banque de France, INPI, Apec, BPI…) et la CCI Nice Côte d’Azur. L’objectif est de fédérer toutes les forces pour relever les défis de demain.
Au programme ? Deux journées exceptionnelles dédiées à l’inspiration et à la rencontre entre start-up et entreprises innovantes. Des rendez-vous à ne pas manquer sont déjà annoncés ; les « Women In Tech Awards », des keynotes, des conférences comme celle en ouverture de l’événement de Navi Radjou, un des maitres à penser dans le domaine de l’innovation dans le monde. Une conférence dédiée sur ‘’comment assurer la pérennité de votre entreprise dans le monde complexe d’après-Covid-19’’.

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X