Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

Coworking, fablab, showroom

Connectwave, le showroom du CNRFID pour les objets connectés industriels

Connectwave, un lieu dédié à l’expérimentation et aux usages dans les objets connectés et le NFC

Publié

le

Le centre national RFID (CNRFID) a inauguré vendredi 19 juin la plate-forme Connectwave, son centre d’expérimentation et d’usages de solutions sans contact et d’objets connectés. Objectif de cette initiative en gestation depuis deux ans : démontrer par la pratique l’intérêt de ces solutions dans le milieu industriel.

“ConnectWave”, inauguré le 19 juin dernier, est implanté en plein cœur du village de  Rousset (Bouches-du-Rhône), dans une petite maison de village juste en face du siège du CNRFID. A l’intérieur, c’est un showroom technologique ! Un espace d’environ 150 m² qui se veut un lieu d’expérimentation, de réflexion et de sensibilisation et qui  présente différentes solutions adaptées à une problématique industrielle : certaines de ces solutions ont été réalisées par des PME pour la plupart régionales : Editag, Nexess, Wid, Think&Go, Terradonna, Orange ou ST Micro,…

Sensibiliser à toutes les technologies sans contact

Lorsque le lieu d’exposition a été pensé, il y a quelques années, il s’agissait avant tout de mettre en lumière les produits connectés par RFID ou NFC (Near Field Communication), mais progressivement il a paru judicieux aux responsables du CNRFID d’étendre la sensibilisation à toutes les technologies sans contact.

connectwave inauguration1Ainsi pour l’inauguration, une douzaine de solutions concrètes et matures était exposée. Parmi elles, un dispositif qui permet de contrôler la température des produits médicaux lors de leur transport jusqu’en pharmacie, un conteneur à verre connecté relié par Bluetooth à une application mobile qui permet à l’utilisateur de gagner des points lors de son tri sélectif et de les convertir en promotions locales. On peut y voir aussi, une armoire intelligente pour optimiser la gestion des outils dans l’industrie à l’aide de tags, une chaîne d’approvisionnement connectée, un dispositif de lutte contre la contrefaçon pour les vins et spiritueux ou encore un système qui permet de configurer à distance les produits à la sortie des stocks selon leur destination.Chaque innovation fait l’objet d’une explication détaillée sur ses caractéristiques, son mode de fonctionnement, ses avantages et évolutions possibles, mais aussi sur tous les marchés sur lesquels elle peut être déclinée. « Nous avons énormément travaillé sur la scénarisation afin que les industriels puissent directement identifier la valeur ajoutée qu’apporte l’objet connecté et comment ils peuvent le transposer dans leur secteur », explique Jean-Christophe Lecosse, directeur général du CNRFID.

Connectwave, catalyseur d’idées

Depuis 2008, le Centre National de Référence RFID (CNRFID) s’efforce d’évangéliser sur les technologies sans contact (RFID, NFC…) et de rapprocher offreurs et utilisateurs de solutions. Avec “Connectwave”, une des douze actions du dossier Aix Marseille French Tech, le CNRFID étend son expertise aux objets connectés et permet à n’importe quelle entreprise, de la start-up au grand groupe, de découvrir et tester les solutions aujourd’hui à sa disposition sur le marché pour en évaluer concrètement l’intérêt pour son activité. “Connectwave” qui se veut un catalyseur d’idées, pour que les objets connectés passent d’un secteur à l’autre, du grand public au monde industriel, abrite aussi une salle de formation et un laboratoire de test. L’installation est transportable sur des salons pour des démonstrations.

La construction de Connectwave a été financée à 80 % par des acteurs publics comme la Région PACA, la CPA (Communauté du Pays d’Aix) et la Ville de Rousset, mais le modèle financier pour le faire vivre n’a pas encore été clairement défini. Jean-Christophe Lecosse n’exclut pas un autofinancement reposant sur les services proposés à ses membres.

Pour plus d’informations :
www.connectwave.fr
www.centrenational-rfid.com

Facebook Comments

Coworking, fablab, showroom

Carpentras : Une première pierre symbolique (en plastique) a été posé pour le projet de la Gare numérique

Publié

le

L’ancienne gare SNCF de Carpentras

L’initiative revient aux citoyens et aux entreprises du bassin de Carpentras qui souhaitent depuis quelques années réhabiliter l’ancienne gare SNCF de Carpentras, aujourd’hui laissée à l’abandon, en Gare numérique. Le 12 juillet dernier, ils étaient plus d’une centaine de partenaires adhérents – citoyens, entreprises, associations et institutions – pour la pose symbolique de la première pierre en plastique de ce projet ambitieux piloté par la CoVe (Communauté d’agglomération Ventoux – Comtat Venaissin) et par plusieurs entreprises du Mont Ventoux qui ont créé un label, La Provence Créative, pour défendre la production territoriale. Son but : dynamiser le tissu économique local et en renforcer la notoriété.
Citoyens et entreprises ont travaillé en commun sur l’aménagement de leur gare “numérique” qui devrait voir le jour au printemps 2020. L’ancienne gare SNCF devrait se transformer en lieu de vie, la semaine et le week-end. L’objectif est de créer, sur une surface de 1 500 m2 desservie par le réseau de fibre optique, un véritable écosystème consacré aux nouvelles technologies sous la forme d’un pôle de services dédiés aux TPE locales. La Gare numérique est un projet de trois millions d’euros, financé à 48 % par l’État, qui se définit comme un lieu “totem” où toute entité en lien avec les nouvelles technologies pourra venir travailler, échanger et mutualiser compétences et expériences pour mener à bien son projet. Une fois les travaux terminés, la gestion et l’exploitation de ce tiers-lieu seront confiées à une Société Coopérative d’Intérêt Collectif avec, à la clé, la création d’environ huit emplois.

Espace de coworking – COVE

Halles gourmandes – COVE

Pour l’heure, le bâtiment est désaffecté, murs tagués, fenêtres murées ou vitres brisées mais une fois les travaux terminés, en quelques chiffres, La Gare numérique de Carpentras ce sera :

    • 254 m² d’atelier de fabrication numérique avec imprimantes 3D
    • 266 m² de centre d’affaires.
    • 460 m² d’espace de Coworking.
    • 69 m² dédiés aux formations numériques (gratuites et payantes).
    • 373 m² d’espace évènementiel
    • Des halles pour valoriser les produits locaux
    • Un wagon-restaurant de 60 couverts

Facebook Comments
Lire la suite

Coworking, fablab, showroom

Le nouvel espace de coworking Boom Experience ouvre ses portes à Aubagne

Publié

le

Situé en plein cœur de la zone des Paluds à Aubagne, le nouvel espace de coworking Boom Experience a ouvert ses portes jeudi 20 juin, à l’occasion d’une soirée organisée par le CETEM, le Club d’Entrepreneurs du Territoire Est-Métropole, et son président Damien Particelli.
Cette soirée d’ouverture était placée sous le signe du digital avec un invité d’honneur, Stéphane Soto, directeur général de Medinsoft. Il a été question d’innovation mais aussi de Marketing de contenus expliqué par Laurent Ammazini, maître des lieux et dirigeant de l’agence de communication digitale Needeo. Enfin, 4 startuppers ont ‘’pitché’’ sur leur innovation : Éric Gilli de Secuderm, Bruno Ival de Trottix, Christophe Szabo de Zabox, Pascal Raoust & Etienne Mombereau de Whimsitech.

Doté d’une capacité d’accueil de 10 personnes en coworking et d’une salle de réunion de 12 personnes, ce nouvel espace a nécessité un an et demi de travaux, et est situé dans la zone des Paluds face au centre Agora.
Cet espace a été pensé pour permettre à chacun de développer son business dans les meilleures conditions. C’est un lieu très lumineux, haut de gamme et design. Il comprend un espace central d’une centaine de m², la “Bulle” qui est une zone de réunion pour 4 personnes ou un espace de repos, une cuisine, une salle de bain pour les sportifs du midi et une salle de réunion ou de formation de 37 m² pour 12 personnes. Le coworking est à 2mn de l’accès autoroutier et loin des bouchons aixois et marseillais, il se situe au croisement de Marseille, Aix, La Ciotat et Toulon. C’est un choix qui correspond bien à ma philosophie” souligne Laurent Ammazini qui a décidé d’y installer également son agence. Membre actif de Medinsoft, Laurent Ammazini est, avec Dominique Gonod, co-fondateur de #techsnooper. Boom Experience devient à ce titre le nouveau camp de base de #techsnooper ! Bientôt des interviews dans la bulle ? Ça c’est sûr ! 😉 Bien évidemment un programme d’animation spécifique viendra rythmer ce nouveau lieu dès la rentrée. Boom Experience, c’est le second coworking implanté à Aubagne, c’est aussi un nouveau spot du digital présent sur le territoire Est-Métropole !

Facebook Comments
Lire la suite

Accélérateur, incubateur, pépinière

Phase 2 de la French Tech : Deux capitales et deux communautés sont labellisées en Région Sud

Publié

le

La French Tech Riviera Région Sud et Aix-Marseille Région Sud, c’est leurs nouveaux noms, font partie des 13 capitales French Tech labellisées pour trois ans dont la liste a été dévoilé le 3 avril par le nouveau secrétaire d’état en charge du numérique, Cédric O, et la directrice générale de la French Tech, Kat Borlongan.
Dans cette phase 2 qui s’ouvre, il n’est plus question de hubs et de métropoles French Tech mais de communautés et de capitales. Suite à l’appel à candidatures lancé en décembre 2018, la Mission French Tech a donc labellisé 13 capitales, mais aussi 38 communautés French Tech en France, dont Toulon Région Sud et Grande Provence (Avignon/Arles) et 48 autres à l’international.

LES 13 CAPITALES FRENCH TECH LABELLISÉES

2 millions d’euros pour soutenir la French Tech
Fini donc les hubs et les métropoles French Tech. Place à la notion de communautés et de capitales. Le label « Communauté French Tech » est attribué à un groupement d’au moins 4 entrepreneurs d’un territoire qui souhaitent promouvoir ensemble un écosystème local ou une expertise commune. Ils doivent être capables de fédérer 50 start-up (10 pour les Communautés basées à l’étranger).  Quelques 38 communautés ont été ainsi labellisées dont 23 nouvelles ainsi que 48 communautés à l’étranger.
Le label « Capitale French Tech » valorise de son côté les aires géographiques qui concentrent un certain nombre d’entreprises en hyper croissance. Pour être éligible, l’appel à projets précisait notamment d’avoir au moins 5 entreprises lauréates actuelles du Pass French Tech dans son écosystème et une gouvernance d’entrepreneurs.
Objectif de la French Tech : laisser des communautés émerger et apporter davantage de visibilité aux plus grosses. Pour cela, elles seront accompagnées financièrement dans leurs initiatives par un fonds de 2 millions d’euros destiné à soutenir leurs projets.

4 labels autour d’une marque commune, Région Sud
Le premier à s’être félicité de cette quadruple labéllisation, c’est Renaud Muselier qui a annoncé par communiqué que la Région Sud accompagnera les 4 écosystèmes French Tech au travers d’un plan d’actions partagé au service des start-up et autour d’une marque commune, Région Sud. Pour le président de la région, cette reconnaissance vient aussi conforter son ambition de faire de Provence-Alpes-Côte d’Azur, la 1ère Smart Région d’Europe.
« Je me réjouis de cette labellisation qui est la juste récompense du dynamisme de notre écosystème numérique et de notre engagement commun pour les entreprises de la région Sud. […] Afin d’accompagner au mieux nos start-up, et dans la droite ligne de notre ambition Smart Région, j’ai souhaité, avec l’ensemble des 4 French Tech, mettre en place une gouvernance partagée autour d’une French Tech « Région Sud » et d’un plan d’actions commun soutenu par la Région. Mon objectif : fédérer nos écosystèmes et faire en sorte que nous soyons plus efficaces à l’international, pour mieux chasser en meute, mais aussi mieux accompagner nos start-up au quotidien, que ce soit à l’export ou sur des levées de fonds. Si nous avons de grandes ambitions pour ce territoire, c’est parce que nous disposons de tous les atouts pour réussir ! L’Innovation est dans l’ADN de notre Région, de ces entreprises. Preuve nous en est faite encore aujourd’hui’’ conclut Renaud Muselier.

LES 38 COMMUNAUTÉS FRENCH TECH EN FRANCE (en rouge, les Communautés déjà existantes)

LES 48 COMMUNAUTÉS FRENCH TECH À L’INTERNATIONAL

© Photo : Mission French Tech

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X