Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

IoT

La Poste se réinvente en numérique

Publié

le

La première entreprise publique de France entre dans l’ère de l’objet connecté. La région PACA sert de terrain d’expérimentation en première nationale à une nouvelle offre incarnant le virage numérique en cours à La Poste : un verrou intelligent qui permet de maîtriser à distance l’accès à son domicile ou à son entreprise.

Plus que jamais, l’avenir de La Poste passe par l’innovation qui passe par les nouvelles technologies numériques. Le document intitulé « La Poste en 2020. Le monde change, nous devons changer de modèle », présenté à la presse en fin d’année par son PDG Philippe Wahl, en avait fait état. L’un des premiers employeurs de France avec ses 250 000 salariés doit repenser sa stratégie pour trouver de nouveaux relais de croissance à ses activités traditionnelles (courrier, colis et banque), notamment torpillées par la révolution numérique. À commencer par son pilier, le courrier : à raison d’une baisse d’environ 6 % par an, de 2013 à 2018, le CA diminuerait de 2,8 Md€. Le résultat d’exploitation, de quelque 618 M€ en 2014, tomberait à 350 millions en 2020, dresse le document.

« Incarnation technologique de nos valeurs : proximité et sécurité »

Pour réinventer ses métiers, elle entend capitaliser sur le capital confiance dont elle bénéficie grâce à son réseau de proximité que sont les facteurs (90 000 facteurs, soit le tiers de ses salariés) et ses 17 000 points de contact en France. « En pénétrant le marché des objets connectés, c’est surtout l’univers du domicile connecté que l’on vise. Nos facteurs sont un atout : ils bénéficient auprès de la population d’un capital de confiance. Nous voulons offrir toute une panoplie de services connectés qui simplifient la vie quotidienne » explique Laurent Mirallès porte-parole de la communication de la Poste en PACA quand le directeur de l’enseigne dans les Bouches-du-Rhône passe de nécessité de « modernisation des services publics. »

Parce que l’on ne confie pas ses clés à n’importe qui

Et c’est dans le Sud-Est de la France qu’elle teste pour six mois sur 50 bureaux de Poste, dont 39 en PACA, et « en première nationale », « Postaccess, un verrou intelligent qui permet de maîtriser à distance l’accès à son domicile ou à son entreprise. Ce service n’existe pas en distribution publique à ce jour », est formel Fabrice Monsallier, directeur de l’innovation et de la transformation digitale du groupe. « Cette région était la plus adaptée pour ce test car elle possède un marché locatif important et notamment saisonnier et un fort réseau de TPE/PME, qui sont avec les particuliers, des marchés- cibles », précise-t-il.

Le smartphone détient la clé

« Finis les problèmes de clés. Avec son Smartphone mais aussi à partir d’objet connectés de type bracelets, badges, cartes, l’utilisateur de Postaccess peut définir qui a accès à son domicile et à quelle heure, d’où il veut et quand il veut. La facilité d’usage est aussi un élément de différenciation de notre offre car le système est facile à installer, sans percer ni changer de serrure », défend Philippe Clément. Il se gère à partir d’un site web ou via l’application téléchargeable sur Google Play ou Apple Store. L’offre est packagée en trois niveaux de prix : 7,99, 9,99 à 11,99 €/mois, celle-ci intégrant des options comme l’alerte en cas de suspicion d’infraction. Hors prix du pack et paramétrage à la demande, mentionnent les CGV !

Objectif à court terme : 1 000 clients

Si l’objectif de 1 000 clients est atteint dans les prochains mois, reprend Fabrice Monsallier, il sera déployé sur tout le territoire, sans autre précision sur le business plan. La solution, protégée par une trentaine de brevets par le partenaire et conforme aux normes de cryptage AES 256 utilisées dans le domaine bancaire, a été développée (sous licence OEM) par la start-up basque Openways, qui disposait d’une technologie similaire en BtoB. La Poste n’a donc pas l’exclusivité. L’opérateur n’entend pas s’arrêter là et pousser sa logique « dans d’autres univers comme la télésurveillance, le soutien aux personnes dépendantes, la sécurisation des échanges numériques… ». Et le facteur de devenir multiservices.

A.D

Photo : Fabien Monsallier, directeur de l’innovation et de la transformation digitale du groupe La Poste ce mardi 1er février à Aix-en-Provence à l’occassion du lancement d’une offre qui incarne le virage numérique de La Poste.

 

Facebook Comments
Lire la suite
Commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ecosystème

Avignon : Cheval Passion 2020 célèbre l’Innovation dans la filière équestre

Publié

le

Grand rendez-vous équestre du Sud de la France, le salon Cheval Passion 2020 (15 au 19 janvier) organisé par Avignon Tourisme fête son 35ème anniversaire. Le festival équestre présente cette année 1200 chevaux, 250 exposants professionnels venus de toutes les régions de France et d’Europe (Allemagne, Espagne, Italie, Suisse, etc.), de nombreux concours, un riche programme d’animations, l’ambiance festive de son Cabaret équestre ainsi que ses trophées de l’Innovation.
Précurseur des nouvelles tendances, Cheval Passion est une vitrine reconnue de l’innovation dans le monde équestre, un secteur de niche de plus de deux millions de pratiquants et 700 000 licenciés. Un nombre de licenciés qui fait de la FFE, la troisième fédération derrière celles du football et du tennis.
Depuis 4 ans, le Challenge de l’Innovation Cheval Passion – Ville d’Avignon créé en 2017 valorise et récompense les produits, services et initiatives innovants qui constituent un progrès remarquable au bénéfice des chevaux, des cavaliers ou des professionnels de l’équitation. Différentes catégories d’innovations sont concernées : Matériel et Équipements, Service et Prestations, Tourisme Équestre, Enseignement et Formations, Développement durable.
Pour la 4ème édition de ce Challenge qui s’est tenue le 15 janvier au Parc des Expositions d’Avignon, Ils étaient neuf finalistes sélectionnés et seulement quatre d’entre eux sont repartis avec un Challenge:

Le 1er Challenge Matériel et équipement est revenu à la société Rid Up pour son fourreau d’étrivière. La société implantée à Saint-Paul-de-Vence dans les Alpes-Maritimes a eu l’idée d’inventer il y a deux ans un étrier ‘’confort sécurité’’ doté d’un système d’articulation et de décrochage automatique situé au niveau de l’œil de l’étrier. L’innovation, en prototype pour l’instant, va, en plus d’apporter un certain confort au cavalier, permettre de maintenir l’étrier dans le même sens, pour assurer le système de sécurité. Ce fourreau peut également être utilisé sur d’autres étriers.

Le 2ème Challenge Matériel et équipement est allé à BKS Electronique, spécialisé dans la fabrication de pointeuse badgeuse. Basée en Isère à Le Pont-de-Claix, la société BKS Electronique a mis au point FenceFox Vigixx, un appareil de surveillance de clôture électrique. En cas de chute de tension sur la clôture, FenceFox Vigixx envoie automatiquement une alerte par SMS et par e-mail. De plus le statut de la clôture électrifiée peut-être vérifié en temps réel grâce à une application smartphone.

Incubée au centre de microélectronique de Provence de l’école des Mines de Saint-Etienne (site Charpak à Gardanne), la start-up Movin’Smart est récompensée d’un Challenge Innovation Service et Prestations pour son produit MS 100, qui mesure les données en temps réel de locomotion du couple cavalier-cheval. Le pack est constitué de deux capteurs communicants qui se fixent sur la bombe du cavalier et le filet du cheval. Ils mesurent la locomotion et le déplacement du cavalier et du cheval (vitesse, la distance parcourue…) et communiquent en Bluetooth avec l’application. Les capteurs fournissent également des informations plus techniques comme la fréquence cardiaque du cheval ainsi que les proportions d’utilisation de chaque main, les techniques de monte …Toutes ces données sur le couplage cavalier/monture sont destinées à optimiser les performances physiques, la santé et le bien-être de l’individu (homme et animal).
Movin’Smart a réalisé une opération de crowdfunding (env.150 000 €) en mai 2019 pour développer son innovation.

Enfin, un Challenge Innovation Développement Durable a été attribué à la société Equi Bien-être de Beaucaire dans le Gard qui propose une gamme de compléments alimentaires et de soins naturels dédiés aux chevaux.  C’est pour son produit Equi-chaleurs que la société gardoise a été récompensé. Il s’agit d’un mélange de plantes bio (Alchémille – Achillée Millefeuille – Gattilier -Cassis – Bicarbonate – Calcium – Magnésium) aux puissants principes actifs permettant de réduire les symptômes liés aux chaleurs des juments. Cette formule composée d’antioxydants et d’anti-inflammatoire, permet de calmer les douleurs. Elle est également anti spasmodique ce qui permet de réguler les cycles. Elle optimise, soutien et renforce le fonctionnement physiologique lié au cycle de reproduction. Élaborés par Sarah Beaumier, experte en nutrition équine, ces mélanges de plantes certifiés Bio sont produits en France près de Arles. Aucun rajout d’éléments superflus (fourrages ou éléments de synthèse) n’est utilisé, ce qui garantit 100% de principes actifs aux produits.

Source : Cheval Mag

Facebook Comments
Lire la suite

Ecosystème

[CES 2020] Green Systems Automotives et Sunleavs, lauréates des « CES Climate Change Innovators Awards »

Publié

le

Green Systems Automotives et Sunleavs, les deux seules startups d’Europe à remporter un Climate Change Award au CES (Photo DR/Made in Marseille)

Cette année, seulement six « CES Climate Change Innovators Awards » ont été décernés par l’organisation du CES de Las Vegas dans le monde entier, dont deux en Europe. Ils ont été remis la veille du salon, le 6 janvier, à deux start-up de la Région Sud : Green Systems Automotives et Sunleavs, toutes deux basées au Technopôle de l’Arbois et la pépinière Cleantech à Aix-en-Provence. Les « CES Climate Change Innovators Awards » récompensent les projets sélectionnés pour exposer au CES ayant le plus grand impact pour améliorer l’environnement et lutter contre le changement climatique via la réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Green Systems Automotives réduit le coût de carburant des deux-roues
Pour sa première participation au CES de Las Vegas, Green Systems Automotive (GSA) a fait fort en obtenant 3 Awards : Deux CES innovations Awards et un CES Climate Change Innovator Award ! GSA a mis au point un dispositif intégré, connecté et innovant de conversion, permettant de réduire de 40% les émissions de CO² mais aussi diminuer de façon significative le coût de carburant des deux-roues qui représentent 13% du trafic routier. Il s’agit en fait d’une solution de conversion des deux-roues au biocarburant (technologie Flexfuel) afin de réduire leur impact environnemental. Pour faire simple, un boîtier permet de modifier les réglages d’injection. La solution intègre par ailleurs des services associés : application de télémétrie embarquée, système de tracking GPS et service d’alerte accident actif ou passif.
Aujourd’hui, après la visibilité apportée par le CES, GSA est en recherche d’investisseurs et envisage une levée de fonds de 300 à 500 K€.
www.greensystemsautomotives.com 

Lire aussi : [CES 2020] A 3 semaines du CES, Focus sur quelques start-up régionales déjà dans les starting blocks

La plateforme Sunleavs propose aux consommateurs de partager une installation photovoltaïque
Développée par la startup varoise Indewatt, Sunleavs (pour « feuille de soleil » en anglais) veut booster l’autoconsommation collective en créant des « communautés énergétiques » de citoyens. La plateforme propose en effet d’accompagner simplement les habitants d’un quartier dans leur projet de production photovoltaïque commun afin de partager et consommer localement une électricité propre, inépuisable et à un prix maîtrisé entre eux et sans intermédiaire. Concrètement, ils investissement via la plateforme Sunleavs dans une installation photovoltaïque et équipent le tableau électrique de chacun des membres d’un capteur wifi. Ensuite, ils partagent et répartissent l’énergie produite, au plus près des besoins de chacun. Le tout dans un rayon d’1 km.
La solution Sunleavs propose également un système de « stockage virtuel ». Si le consommateur ne consomme pas l’énergie (il est en vacances par exemple), celle-ci est répartie sur les autres habitants du quartier et rétribuée le jour où il en a besoin.
Constituée en « Solar social club », la communauté locale bénéficie aussi d’un accompagnement incluant « l’assistance à la maîtrise d’ouvrage pour l’installation des panneaux solaires, la gestion via la plateforme web de visualisation et de mutualisation des moyens, la maintenance grâce au capteur/boîtier connecté qui détecte notamment les pannes et des conseils personnalisés sur la consommation d’énergie domestique de chaque membre », précise la cleantech aixoise.
Un concept original créé alors que les tarifs de l’électricité ont augmenté de 60 % sur la dernière décennie et porté depuis quatre ans par Romain Chayla qui veut développer un véritable esprit communautaire autour d’une énergie propre locale.
www.sunleavs.fr

Facebook Comments
Lire la suite

Ecosystème

Ellcie Healthy se lance dans le crowdfunding pour produire les “lunettes les plus intelligentes au monde”.

Publié

le

Serenity Eyewear, c’est le nom de la nouvelle gamme de lunettes intelligentes de la marque Ellcie Healthy, un véritable concentré de technologie embarqué dans 26 grammes de lunettes. Après avoir sorti sa première génération de produits en 2019, c’est à l’occasion de sa troisième participation au CES de Las Vegas qui vient de s’ouvrir qu’Ellcie Healthy présente son nouveau produit dont le prototype existe depuis mai dernier. L’entreprise implantée à Villeneuve-Loubet annonce du même coup le lancement d’une campagne de crowdfunding sur Indiegogo pour produire Serenity Eyewear, “les lunettes les plus intelligentes du monde” avance même l’entreprise. Philippe Peyrard, ancien directeur général d’Atol qui a fondé Ellcie Healthy en 2016 à Nice souhaite récolter au minimum 300 000 euros grâce à cette campagne de précommande. Disponible en deux styles (rond et carré), avec ou sans correction et en 5 coloris, la Serenity Eyewear est proposée à un tarif préférentiel de 199 $ (178 €) pour les early birds, puis 239 $ (213 €). Ce prix inclut les montures intelligentes, le chargeur et les verres (solaires, ou correcteurs unifocaux). Les premiers exemplaires seront livrés dans six mois.

 

26 grammes de concentré technologique
Fonctionnant avec la technologie Bluetooth, la Serenity Eyewear est dotée d’une quinzaine de capteurs dans les branches et sur la face de la lunette qui récupèrent des données physiques, physiologiques et environnementales. Analysées en permanence par des algorithmes, celles-ci permettent de détecter des risques de chute, d’endormissement au volant… Sont également intégrées, des fonctionnalités “grand public” parmi lesquelles un micro et des haut-parleurs Bluetooth pour passer des appels ou écouter de la musique, la navigation GPS, le ‘’Find my phone’’, une lampe frontale et un traqueur d’activité pour mesurer le stress et le bien-être grâce à des capteurs ECG (électrocardiogramme). Tout cela en seulement 26 grammes de condensé technologique !
Rappelons qu’avec son premier produit, la Prudensee dont la monture est équipée d’un système d’alerte contre l’endormissement au volant, s’est à ce jour écoulée à près de 15.000 exemplaires au sein du réseau de l’enseigne Optic 2000. C’est pour Prudensee qu’Ellcie Healthy s’est vu remettre l’an dernier le prix de l’Innovation Sécurité Routière 2019.

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X