Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

IoT

Les conteneurs de la CMA CGM deviennent des « objets connectés » grâce à Traxens

Le Bougainville, navire amiral de la flotte du Groupe CMA CGM, est le premier porte-conteneur au monde à être équipé de la technologie Traxens, qui transforme les conteneurs en objets « connectés ».

Publié

le

Le Bougainville, navire amiral de la flotte du Groupe CMA CGM, est le premier porte-conteneur au monde à être équipé de la technologie Traxens, qui transforme les conteneurs en objets « connectés ».

Le CMA CGM Bougainville qui sera lancé mardi 6 octobre au Havre par le Président de la République, embarque à son bord un boîtier Traxens permettant aux conteneurs de communiquer entre eux, mais aussi et surtout avec le navire lui-même grâce à des antennes relais. Toutes les informations collectées sont ensuite envoyées au siège du groupe CMA CGM à Marseille par le biais des datacenters de Traxens.

Le système Traxens permet, en effet, de collecter en temps réel des informations durant tout le transport du conteneur, sur terre et en mer, utiles aussi bien à la compagnie de transport, qu’à ses clients, aux sociétés d’assurance ou aux douanes (position géographique du conteneur, variations de température, taux d’humidité, vibrations, chocs, effractions, informations à caractère douanier et règlementaire etc.).

Ces boîtiers présentent une valeur ajoutée supplémentaire dans le cadre du transport réfrigéré de matières périssables, car ils peuvent contrôler et ajuster, à distance, la température des conteneurs réfrigérés et pourront aussi permettre à terme de réduire le temps d’inspection requis.

CMA CGM et Traxens souhaitent d’ailleurs faire de cette technologie un standard international dans le monde du transport maritime.

Facebook Comments
Lire la suite
Commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ecosystème

Aix-en-Provence : NawaTechnologies lève 13 millions d’euros pour industrialiser ses supercondensateurs

Publié

le

Fabricant français de systèmes de stockage d’énergie à base de supercondensateurs à nanotubes de carbone, NawaTechnologies, vient de finaliser une levée de fonds de 13 millions d’euros lui permettant d’aborder la phase industrielle de ses supercondensateurs de nouvelle génération avec la mise en service dans le courant de l’année de sa première ligne de production à Rousset (Bouches-du-Rhône).
Parmi les nouveaux investisseurs figurent Bpifrance, à travers le fonds Ecotechnologies du PIA, la société d’investissement industriel Kouros et CAAP Création, la branche capital-risque du Crédit Agricole Alpes Provence. Ces derniers viennent s’ajouter à Demeter, Région Sud Investissement, Supernova Invest, Eurowatt / Davaniere Capital Partners et EIT Innoenergy, investisseurs historiques de NawaTechnologies. Un premier tour de table de 4,1 M€ avait été réalisé en 2014 pour démontrer la faisabilité industrielle du procédé de fabrication du matériau de base : un alignement de nanotubes de carbone sur un substrat d’aluminium.

Une production de 100 000 cellules par mois

Située dans les locaux de ST Microelectronics à Rousset, près d’Aix-en-Provence, la ligne de production devrait être mise en service au début de l’été après un investissement de 4 millions d’euros. A pleine capacité, elle permettra d’atteindre un objectif de 100 000 cellules par mois. Ces premières cellules sont destinées à des utilisations pour l’outillage électrique, la petite mobilité et les robots autonomes ainsi qu’à l’alimentation des capteurs communicants.
‘’Nous entamons avec sérénité le passage à la production et fournirons bientôt des cellules dans le monde entier. Cette levée nous donne aussi les moyens de développer de nouvelles applications pour les tapis de nanotubes de carbone alignés », souligne Pascal Boulanger, président du conseil d’administration et fondateur de NawaTechnologies.
La technologie d’électrode au carbone ultra-rapide de NawaTechnologies a permis de développer des supercondensateurs de nouvelle génération. Fabriquée à partir d’un tapis de nanotubes de carbone alignés verticalement associés à un revêtement unique, ils peuvent stocker de trois à cinq fois plus d’énergie que les de supercondensateurs actuels ou jusqu’à dix fois plus de puissance, selon l’application. Ils peuvent être efficacement combinée à des batteries lithium-ion pour offrir un meilleur équilibre entre puissance et énergie. Capables d’être chargées et déchargées en quelques secondes sur un million de cycles sans perte de performance, les supercondensateurs NawaTechnologies minimisent l’impact environnemental car ils n’utilisent comme matières premières que du carbone et de l’aluminium, à l’exclusion de métaux rares et polluants.

La cible, les marchés IoT, industrie 4.0 et mobilité

Avec l’augmentation du marché mondial des supercondensateurs, qui devrait atteindre 2 à 3 milliards d’euros d’ici 2023, l’entreprise basée à Aix-en-Provence se positionne ainsi pour tirer parti de l’accélération de la demande pour des batteries combinant énergie et puissance, efficacité et durée de vie.
Le premier secteur mondial à bénéficier de ces nouvelles cellules révolutionnaires sera celui de l’industrie 4.0 pour alimenter l’outillage sans fil utilisé sur les lignes de production et pour les AGV (Automated Guided Vehicles – robots autonomes de chargement) qui équipent de plus en plus les lignes de fabrication industrielles, remplaçant les batteries lithium en offrant une charge plus rapide et une durée de vie plus longue à un coût réduit. Nawa Technologies adresse également le marché de l’Internet des objets, avec par exemple l’utilisation des supercondensateurs dans les capteurs intelligents sans entretien et à très longue durée de vie. Le marché de la mobilité avec les voitures hybrides, les véhicules électriques (VEB) et les véhicules à pile à combustible est aussi ciblé. La technologie d’électrode ultra-rapide au carbone peut, par exemple, stocker (et restituer) plus efficacement l’énergie de freinage, augmentant ainsi considérablement l’autonomie du véhicule, en particulier en milieu urbain.
Lors du salon de l’électronique grand public CES 2020 à Las Vegas, Nawa Technologies a dévoilé son concept Nawa Racer e-bike, moto électrique intégrant un système de stockage hybride unique combinant les supercondensateurs NAWACap avec des batteries lithium traditionnelles.

Facebook Comments
Lire la suite

Aéronautique, spatial

Grasse : Bioceanor va connecter ses stations météo sous-marines de surveillance aux réseaux satellitaires de CLS

Publié

le

C’est un partenariat stratégique que vient de conclure Bioceanor, startup implantée à Sophia-Antipolis, avec CLS (Collecte Localisation Satellites) spécialisée dans la fourniture de solutions d’observations et de surveillance de la Terre, filiale du Centre national d’études spatiales (CNES), d’Ardian et de l’Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer (Ifremer).
Créée à Grasse en 2018, Bioceanor développe une solution de station météo sous-marine connectée capable de mesure en temps réel et par prédiction la pollution de l’eau. L’AquaReal, c’est son nom, regroupe toutes les dernières innovations technologies de l’IoT, du Big Data en passant par le Machine Learning.

Anticiper les risques de pollution
Via ce partenariat, les bouées intelligentes AquaReal vont être connectées aux réseaux satellitaires de CLS afin d’observer depuis l’espace les risques et impacts environnementaux qui planent sur les fermes aquacoles. Huîtres contaminées par la gastro-entérite, truites arc-en-ciel infectées par la nécrose hématopoïétique, les maladies des espèces issues de l’aquaculture sont difficiles à endiguer et pèsent lourd sur l’économie de la filière et sur la confiance du consommateur toujours plus soucieux de la qualité et de l’origine de son alimentation. L’enjeu est crucial face à la diminution du stock naturel : un poisson sur deux destiné à la consommation humaine dans le monde est issu de l’élevage et la France qui compte 3.500 fermes aquacoles est le deuxième des pays producteurs de l’UE avec 200.000 tonnes par an.
En s’associant, les deux entreprises vont ainsi assurer 24h/24 la surveillance et la collecte de données qui portent sur les propriétés physico-chimiques de l’eau selon 14 paramètres différents (quantité d’oxygène, pH, turbidité, salinité…). Les informations sont remontées via un cloud et affichées en temps réel sur un portail web et/ou une application smartphone. Elles vont permettre de mettre ainsi en place des indicateurs de la qualité microbiologique dont l’évaluation nécessite habituellement des prélèvements sur site et des analyses en laboratoires.

Samuel Dupont, CEO de Bioceanor

 ‘’L’expertise satellitaire de CLS est un accélérateur de nos algorithmes, explique Samuel Dupont, CEO de Bioceanor. ‘’C’est une brique technologique essentielle dans le développement de nos systèmes prédictifs. Allier les données satellitaires de CLS aux données terrains de nos dispositifs IoT permet d’alimenter les processus Big Data et machine learning pour l’observation, la compréhension et l’anticipation d’événements marins’’.
Et Gaëtan Fabritius, directeur de l’innovation et de la prospective de CLS, d’ajouter: ‘’Le spatial permet ainsi de surveiller et d’anticiper en permanence toute crise environnementale et sanitaire impactant entre autres les activités d’aquaculture. Ce partenariat nous apporte également un complément à l’offre de CLS en matière de surveillance des zones écologiquement sensibles, ports, infrastructures offshore, parc marins et aires marines protégées ».
Bioceanor qui a décroché en fin d’année dernière le Grand Prix Tech4Islands Awards 2019 a pour ambition de devenir une des références mondiales sur la prise de mesure et l’analyse de la qualité de l’eau. Son offre AquaReal commercialisée à travers le monde vise les aquaculteurs, les collectivités, les organismes d’Etat, les centres de recherches et tous ceux qui s’intéressent à la qualité de l’eau… Ainsi l’AquaReal est déjà utilisée en Polynésie pour la surveillance de la barrière de corail.

Facebook Comments
Lire la suite

Ecosystème

Avignon : Cheval Passion 2020 célèbre l’Innovation dans la filière équestre

Publié

le

Grand rendez-vous équestre du Sud de la France, le salon Cheval Passion 2020 (15 au 19 janvier) organisé par Avignon Tourisme fête son 35ème anniversaire. Le festival équestre présente cette année 1200 chevaux, 250 exposants professionnels venus de toutes les régions de France et d’Europe (Allemagne, Espagne, Italie, Suisse, etc.), de nombreux concours, un riche programme d’animations, l’ambiance festive de son Cabaret équestre ainsi que ses trophées de l’Innovation.
Précurseur des nouvelles tendances, Cheval Passion est une vitrine reconnue de l’innovation dans le monde équestre, un secteur de niche de plus de deux millions de pratiquants et 700 000 licenciés. Un nombre de licenciés qui fait de la FFE, la troisième fédération derrière celles du football et du tennis.
Depuis 4 ans, le Challenge de l’Innovation Cheval Passion – Ville d’Avignon créé en 2017 valorise et récompense les produits, services et initiatives innovants qui constituent un progrès remarquable au bénéfice des chevaux, des cavaliers ou des professionnels de l’équitation. Différentes catégories d’innovations sont concernées : Matériel et Équipements, Service et Prestations, Tourisme Équestre, Enseignement et Formations, Développement durable.
Pour la 4ème édition de ce Challenge qui s’est tenue le 15 janvier au Parc des Expositions d’Avignon, Ils étaient neuf finalistes sélectionnés et seulement quatre d’entre eux sont repartis avec un Challenge:

Le 1er Challenge Matériel et équipement est revenu à la société Rid Up pour son fourreau d’étrivière. La société implantée à Saint-Paul-de-Vence dans les Alpes-Maritimes a eu l’idée d’inventer il y a deux ans un étrier ‘’confort sécurité’’ doté d’un système d’articulation et de décrochage automatique situé au niveau de l’œil de l’étrier. L’innovation, en prototype pour l’instant, va, en plus d’apporter un certain confort au cavalier, permettre de maintenir l’étrier dans le même sens, pour assurer le système de sécurité. Ce fourreau peut également être utilisé sur d’autres étriers.

Le 2ème Challenge Matériel et équipement est allé à BKS Electronique, spécialisé dans la fabrication de pointeuse badgeuse. Basée en Isère à Le Pont-de-Claix, la société BKS Electronique a mis au point FenceFox Vigixx, un appareil de surveillance de clôture électrique. En cas de chute de tension sur la clôture, FenceFox Vigixx envoie automatiquement une alerte par SMS et par e-mail. De plus le statut de la clôture électrifiée peut-être vérifié en temps réel grâce à une application smartphone.

Incubée au centre de microélectronique de Provence de l’école des Mines de Saint-Etienne (site Charpak à Gardanne), la start-up Movin’Smart est récompensée d’un Challenge Innovation Service et Prestations pour son produit MS 100, qui mesure les données en temps réel de locomotion du couple cavalier-cheval. Le pack est constitué de deux capteurs communicants qui se fixent sur la bombe du cavalier et le filet du cheval. Ils mesurent la locomotion et le déplacement du cavalier et du cheval (vitesse, la distance parcourue…) et communiquent en Bluetooth avec l’application. Les capteurs fournissent également des informations plus techniques comme la fréquence cardiaque du cheval ainsi que les proportions d’utilisation de chaque main, les techniques de monte …Toutes ces données sur le couplage cavalier/monture sont destinées à optimiser les performances physiques, la santé et le bien-être de l’individu (homme et animal).
Movin’Smart a réalisé une opération de crowdfunding (env.150 000 €) en mai 2019 pour développer son innovation.

Enfin, un Challenge Innovation Développement Durable a été attribué à la société Equi Bien-être de Beaucaire dans le Gard qui propose une gamme de compléments alimentaires et de soins naturels dédiés aux chevaux.  C’est pour son produit Equi-chaleurs que la société gardoise a été récompensé. Il s’agit d’un mélange de plantes bio (Alchémille – Achillée Millefeuille – Gattilier -Cassis – Bicarbonate – Calcium – Magnésium) aux puissants principes actifs permettant de réduire les symptômes liés aux chaleurs des juments. Cette formule composée d’antioxydants et d’anti-inflammatoire, permet de calmer les douleurs. Elle est également anti spasmodique ce qui permet de réguler les cycles. Elle optimise, soutien et renforce le fonctionnement physiologique lié au cycle de reproduction. Élaborés par Sarah Beaumier, experte en nutrition équine, ces mélanges de plantes certifiés Bio sont produits en France près de Arles. Aucun rajout d’éléments superflus (fourrages ou éléments de synthèse) n’est utilisé, ce qui garantit 100% de principes actifs aux produits.

Source : Cheval Mag

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X