Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

Ecole, formation

Sophia-Antipolis : Le projet 3IA Côte d’Azur, la labellisation est officielle !

Publié

le

La réponse était attendue vendredi dernier et finalement elle est tombée hier, le 24 avril. Il y aura bien un Institut interdisciplinaire d’Intelligence Artificielle (3IA) sur la Côte d’Azur. Suite au grand oral qui s’était tenu le 11 avril dernier à Paris, le Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation a annoncé dans le cadre du programme national pour l’intelligence artificielle la labellisation du projet 3IA Côte d’Azur porté par Université́ Côte d’Azur, le CNRS et Inria, avec un budget alloué de 16 M€ sur quatre ans, supérieur aux 13,5 M€ envisagés. L’Institut niçois sera centré autour des applications concernant la santé et la biologie numérique et les territoires intelligents.

En novembre dernier, ils étaient douze territoires à avoir candidater à l’appel à manifestation d’intérêt pour accueillir un Institut Interdisciplinaire de l’Intelligence Artificielle (3IA), une promesse d’Emmanuel Macron. Quatre sites ont été retenus pour héberger ces futurs « 3IA », Grenoble, ParisToulouse et Nice Sophia-Antipolis, quatre bastions de la « Tech » tricolore !
– Grenoble : Projet ‘’MIAI@Grenoble-Alpes’’ avec pour applications privilégiées la santé, l’environnement et l’énergie
– Paris : Projet ‘’PRAIRIE’’ avec pour applications privilégiées la santé, les transports et l’environnement
– Toulouse : Projet ‘’ANITI’’ avec pour applications privilégiées le transport, l’environnement et la santé.
– Nice Sophia-Antipolis : Projet ‘’3IA Côte d’Azur’’ avec pour applications privilégiées la santé et le développement des territoires. Il rassemblera près d’une centaine de chercheurs et d’enseignants-chercheurs spécialistes autour des trois missions de formation, de recherche et de transfert vers les entreprises.
Un 3IA, c’est un institut basé sur l’attribution de chaires’’ explique David Simplot, directeur du centre de recherche Inria Sophia Antipolis – Méditerranée et porteur du projet 3IA Côte d’Azur. ‘’Nous allons commencer doucement, 25 chaires pour 80 chercheurs qui souhaitent s’y impliquer. Sur ces 25 chaires, cœur scientifique du 3IA, nous allons donner des moyens, en doctorants et post-doctorants, en ingénieurs, pour faire avancer leurs recherches, toujours au contact des entreprises. Tous les ans, nous lancerons un nouvel appel à candidatures pour la création de cinq chaires supplémentaires, pour monter en puissance progressivement jusqu’à atteindre, dans l’absolu, un peu plus de 45 chaires.”

Le 3IA Côte d’Azur sera situé sur le Campus Sophia Tech au sein de la première technopole d’Europe qu’est Sophia Antipolis. Aujourd’hui, la force du projet c’est d’avoir su créer l’unité de tous les acteurs principaux autour d’Université Côte d’Azur. Les grands acteurs académiques, scientifiques, technologiques comme le CNRS, Inria, Inserm, EURECOM, MINES ParisTech, SKEMA Business School avec le soutien du CEA, du CHU de Nice, du CSTB, du CNES, de Data Science Tech Institute et de l’INRA. Les entreprises également, plus de 60 entreprises du territoire comme Accenture, Amadeus, ARM, Blu Manta, Doriane, inHEART, NXP, Renault, SAP, Thales et Therapixel se sont engagées à fond ainsi que les collectivités locales et en particulier la CASA (Communauté d’Agglomération Sophia Antipolis).
Et elle sera utile cette union sacrée pour accéder aux volontés gouvernementales qui est de placer la France et l’Europe à la pointe mondiale dans le domaine de l’intelligence artificielle face aux Etats-Unis ou à la Chine, les deux superpuissances de l’intelligence artificielle qui devraient détenir 60 % des «data» au plan mondial à l’horizon 2030 !

Premières réactions

Jean-Marc Gambaudo, Président d’Université Côte d’Azur (UCA). Il s’agit de l’aboutissement d’un long travail de mise en place et de concertation entre Université Côte d’Azur, les partenaires socio-économiques et les collectivités locales qui a commencé bien avant le rapport de Cédric Villani et l’annonce du Président Macron. Le porteur du projet, David Simplot a enclenché une dynamique collective. Tous les acteurs mobilisés (Université, Inria, CNRS, Inserm, INRA, EURECOM, MINES ParisTech) ainsi que les entreprises, ont travaillé main dans la main avec Université Côte d’Azur.”

David Simplot, directeur du centre de recherche Inria Sophia Antipolis – Méditerranée et porteur du projet 3IA Côte d’Azur. “Ce qu’il faut retenir du projet 3IA Côte d’Azur, c’est avant tout qu’il a été porté par l’ensemble des membres de l’enseignement supérieur et de la recherche du territoire pour lesquels la recherche en intelligence artificielle est un axe important et que les entreprises se font très fortement mobilisées sur le dossier ce qui correspond à l’ADN de l’écosystème. Le travail ne fait que commencer et les prochaines étapes sont la mise en place des chaires 3IA mais aussi les groupes de travail permettant de monter en puissance sur les sujets interdisciplinaires, notamment en coordination avec l’Inserm et l’INRA sur les sujets de la santé et de la biologie. Sur les “smart territoires”, notre défi est de réussir à faire monter et à attirer des talents pouvant candidater sur des chaires 3IA.”

Jean Leonetti, Maire d’Antibes-Juan Les Pins, Président de la Communauté d’Agglomération de Sophia Antipolis. “En labélisant Sophia Antipolis comme Institut Interdisciplinaire de l’Intelligence Artificielle, le gouvernement confirme une fois de plus l’attractivité considérable de notre territoire. Alors que nous fêtons les 50 ans de Sophia Antipolis, la première technopole d’Europe continue à briller de par son potentiel humain, technologique et scientifique. Demain, avec la volonté des gouvernants, l’intelligence artificielle sera encore plus que jamais au cœur de toutes les tâches de notre quotidien. Comme Sophia Antipolis a historiquement su le faire avec la micro-électronique, les télécommunications, le numérique et l’internet, nous démontrons qu’aujourd’hui encore notre technopole possède les atouts nécessaires pour aborder cette nouvelle ère de l’IA, et pour intégrer les tendances profondes de la technologie”.

Christian Estrosi, Maire de Nice, Président de la Métropole Nice Côte d’Azur, Président délégué de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur. ‘’J’ai souhaité dès le début que la Métropole Nice Côte d’Azur apporte son soutien à cette candidature. Je me réjouis donc de cette sélection qui est une formidable nouvelle pour l’attractivité universitaire, scientifique et économique de notre territoire. En accueillant l’institut 3IA, Nice Côte d’Azur, smart city mondiale reconnue, va confirmer son rôle moteur dans le rayonnement industriel de la France et dans la maîtrise et l’exploitation de la révolution technologique majeure que constitue l’Intelligence Artificielle.’’

Facebook Comments
Lire la suite
Commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ecole, formation

Xavier Niel va ouvrir un 3ème campus de son Ecole 42 à Nice après ceux de Paris et Lyon

Publié

le

Il avait déjà un pied à Nice et sur la Côte d’Azur en devenant il y a quelques mois l’unique actionnaire du groupe Nice-Matin qui comprend les titres Nice-Matin, Monaco-Matin et Var-Matin. Aujourd’hui, l’emblématique entrepreneur Xavier Niel pose le second pied en annonçant l’ouverture à Nice d’une troisième antenne, après celles de Paris et Lyon, de sa prestigieuse Ecole 42.

Lancé en 2013 à Paris à la Station F, ce dispositif propose à tous l’accès à une école de codage de haut niveau, gratuitement sans diplôme, accessible à tous dès 18 ans. L’un des piliers de l’école repose sur l’implication et la motivation personnelle des candidats

Une pédagogie innovante qui repose sur l’apprentissage en « Peer-to-Peer ».

Il s’agit d’une formation participative, en “Peer-to-Peer”, innovante, adaptée au secteur du numérique, sans cours ni professeurs et basée sur l’intelligence collective plus que sur les connaissances théoriques. Il ne s’agit plus d’attendre que la connaissance soit dispensée par celui qui sait, mais d’aller la chercher soi-même en s’appuyant sur le collectif. Les étudiants sont donc en charge de leur propre réussite ainsi que de la réussite de leurs camarades, autour d’un cursus 100% pratique en mode projet mené dans un environnement de travail moderne et convivial, ouvert 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24.

La première promotion en janvier 2021

L’Ecole 42 s’installera à Nice dans ses locaux de l’avenue Simone Veil dans l’immeuble Nice Premium sur Nice Meridia à partir du mois de juin. Les lieux seront inaugurés en septembre. Les inscriptions seront prises dès juin, les formulaires d’inscription seront en ligne sur le site web de l’école www.42.fr, et le premier concours d’entrée sera organisé de septembre à décembre. La première promotion fera sa rentrée en janvier 2021.
Pour Christian Estrosi, qui s’est réjoui évidemment de cette installation, c’est une aubaine : “le secteur du numérique crée et va créer beaucoup d’emplois dans les mois et les années qui viennent. Nous nous devons d’anticiper ce besoin, d’implanter et de structurer des formations innovantes, agiles et adaptées pour proposer aux entreprises des codeurs compétents.
Cette Ecole 42 est ouverte à toutes et tous gratuitement et sans obligation de diplôme, et nous permettra donc de compléter des outils que nous avons mis en place, comme l’Ecole de la Deuxième chance, qui favorisent l’inclusion et l’insertion professionnelle des personnes éloignées de l’emploi
” a ajouté le maire de Nice.
Cette école hors cadre est désormais déclinée en réseau ‘’42 Network’’, et est déjà installé sur quelques-uns des plus beaux spots du digital mondial, Tokyo, Sao Paulo ou Madrid.

Facebook Comments
Lire la suite

Ecole, formation

En Mai, le Wagon Marseille propose des formations, 100% financées pour les personnes au chômage partiel

Publié

le

Ce sont des formations de 1 à 3 jours que le Wagon Marseille, startup éducative, propose aux personnes en chômage partiel pour leur permettre de monter en compétences sur les bonnes pratiques du numérique ; Applis, développement web, automatisation des tâches, data analyse… une manière de renforcer les équipes qui doivent réinventer leurs produits et services.
Ces formations sont 100 % financées par le FNE. Dans le cadre de la crise du Covid-19, le dispositif FNE-Formation est renforcé de manière temporaire afin de répondre aux besoins de l’entreprise en activité partielle par la prise en charge des coûts pédagogiques. Il est accessible à toutes les entreprises qui ont des salariés en chômage partiel, par une simple convention entre l’entreprise et la Diteccte.
2 niveaux d’accompagnement, 4 domaines de compétence.
Ces formations sont proposées en 2 niveaux : l’acculturation au digital en 1 jour (600 €/HT), ou la montée en compétence en 3 jours (1250 €/HT) et sont disponibles dans 4 domaines :
– le Design UX/UI, pour créer des prototypes interactifs d’applications web avec une approche centrée utilisateur;
– le Développement Web, pour apprendre les bases de HTML et CSS en codant son premier site;
-l’Automatisation et API, pour automatiser des tâches en découvrant les APIs;
– et la Data Analyse pour collecter, nettoyer, analyser et visualiser les données.

Inscription sur bit.ly/2xJ3wtK 

Facebook Comments
Lire la suite

Ecole, formation

#Covid19 : Crocos-Go-Digital met en ligne gratuitement ses cours de code pour enfants pendant le confinement

Publié

le

Pour soutenir les familles durant le confinement, Crocos-Go-Digital, la startup marseillaise spécialisée en neuro-éducation, propose aux enfants de 6 à 15 ans des ateliers numériques gratuits de programmation informatique afin de les occuper pendant la période de confinement.
Conçus pour réduire la fracture numérique, faciliter l’apprentissage du digital et développer les stimulations cognitives par le jeu, les enfants et adolescents peuvent s’initier et approfondir le langage de programmation informatique Scratch ou encore à la création d’un jeu vidéo sur Internet.
« En période de confinement, les écrans occupent une place prépondérante chez les enfants. C’est pourquoi, en qualité d’entreprise sociétale qui travaille sur l’inclusion, Crocos-Go-Digital mobilise tous ses formateurs pour offrir chaque jour à plus d’une centaine de familles un accès gratuit à des ateliers d’une heure pour apprendre et  se familiariser au numérique. Notre équipe a créé des outils spécifiques pour développer l’autonomie et la curiosité des enfants durant cette période particulière, propice à la découverte de nouvelles expériences » déclare Vincent Berge, CEO de Crocos-Go-Digital.
Crocos-Go-Digital propose plusieurs sessions en direct, sur plusieurs créneaux, pour 10 enfants maximum. Deux niveaux sont proposés, INITIATION de 6 à 10 ans et ADVANCED de 11 à 15 ans.
Au programme, initiation au langage de programmation Scratch, création d’un jeu vidéo et découverte de micro: bit, avec pour seul objectif d’encourager la créativité et stimuler les fonctions cognitives. Chaque atelier dure une heure et est encadré par un animateur ce qui permet aux enfants de découvrir grâce à l’outil de visioconférence des notions technologiques et de les appliquer en direct en suivant les conseils de l’animateur.        

Crocos-Go-Digital, une start-up marseillaise engagée

En parallèle de ces ateliers en ligne, Crocos-Go-Digital a également développé en partenariat avec la jeune pousse marseillaise d’innovation sociale Synergie Family, un programme d’ateliers de programmation informatique spécialement dédié aux enfants des soignants et professionnels aidants contraints à travailler pendant le confinement. L’école élémentaire les Pins à Bouc-Bel-Air accueille ainsi chaque jour une douzaine d’enfants. Grâce aux tablettes prêtées et aux formateurs Crocos-Go-Digital, les enfants profitent d’activités atypiques et créatives de stimulation cognitives, susceptibles de faire naître, pourquoi pas, des vocations ?
« C’est notre responsabilité sociétale de mettre à disposition nos technologies, nos formateurs et notre matériel à ce ux qui ont besoin de soutien. L’objectif est de réduire la fracture numérique pour aider les parents et enfants qui n’ont pas d’accès » ajoute Vincent Berge, CEO de Crocos-Go-Digital.

Pour s’inscrire à une session : crocosgodigital.com/pre-inscriptions-ateliers-de programmation-a-distance-gratuits-en-avril/

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X