Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

Ecosystème

SmartPort Challenge : 7 grands comptes, 7 défis innovants et 7 lauréats choisis pour construire le port du futur

Publié

le

Deux entreprises marseillaises, MktxDatos Europe et Searoutes, deux toulonnaises, GreenCityzen et Egerie Software, CAPSIM de Pertuis, Nauvelis d’Aix-en-Provence et une entreprise britannique, NavAlgo, ce sont les 7 lauréats du SmartPort Challenge qui ont été dévoilés jeudi 7 février à l’occasion d’une conférence de presse donnée par Maurice Wolff, vice-président de la CCI Marseille Provence, accompagné de Christine Cabau Woehrel, présidente du Directoire du Port de Marseille Fos, et Charles Barla, représentant Aix-Marseille-Université.

Construire le port du futur
Lancé le 10 octobre dernier par le Port de Marseille Fos, la CCI Marseille Provence, Aix-Marseille Université, avec le soutien de la Préfecture des Bouches-du-Rhône, la Région Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur et la Métropole Aix-Marseille-Provence, le SmartPort Challenge vise à développer des solutions innovantes pour construire le port du futur : un port attractif, innovant, répondant aux enjeux actuels et futurs grâce à une stratégie axée autour des domaines de la logistique, de la performance énergétique et des solutions numériques.
Le challenge repose sur 7 défis lancés par des grands groupes internationaux présents sur le territoire métropolitain : CMA-CGM, EDF PACA, Grand Port Maritime de Marseille, Hammerson/ Les Terrasses du Port, Interxion, La Méridionale et Naval Group. Des défis en lien avec leurs problématiques portuaires.
Les 7 lauréats ont déjà attaqué depuis le début de la semaine une phase d’expérimentation à thecamp, le campus du futur d’Aix-en-Provence, qui durera de 2 à 3 mois. Une récompense de 15 000€ leur sera également attribuée, ainsi qu’une visibilité sur le site web et lors de l’événement SmartPort Day début juin 2019.

Photo de groupe des 7 lauréats entourés de leurs parrains et organisateurs du SmartPort Challenge © CCIMP

Focus sur les 7 lauréats et les défis qu’ils ont à assurer !   

Défi 1 lancé par le groupe CMA-CGM : Comment optimiser les opérations portuaires ?
Lauréat : NavAlgo, une entreprise de neuf salariés implantée à Londres avec une agence à Palaiseau, en banlieue parisienne. NavAlgo est une entreprise de Recherche et Développement qui accompagne ses clients dans leurs grands chantiers de R&D. Elle créée des innovations disruptives en modifiant et optimisant le processus de R&D et la manière dont les entreprises utilisent leurs données.
Son objectif : optimiser les opérations du terminal conteneurs, acquérir une meilleure connaissance de ce qu’il se passe en amont et permettre d’anticiper le meilleur créneau pour accueillir/sortir les conteneurs des terminaux.

Défi 2 lancé par EDF Provence-Alpes-Côte d’Azur :  Comment s’appuyer sur les énergies renouvelables pour le raccordement des navires au réseau électrique ?
Lauréat : CAPSIM (Pertuis), un bureau d’études indépendant en électrotechnique et réseaux électriques certifié ISO 9001 v 2015. Spécialisé dans l’assistance à maîtrise d’ouvrage ou d’œuvre sur les réseaux électriques haute tension ou les systèmes électrotechniques, CAPSIM intervient dans le secteur de l’industrie, de l’énergie, des transports, du nucléaire civil et militaire ainsi que de la défense. La société CAPSIM est composée de 20 personnes dont 19 ingénieurs généralistes ou électrotechniciens diplômés.
Son objectif : le GPMM souhaite développer un système de branchement électrique à quai, de manière à minimiser la dépendance des navires aux combustibles fossiles lorsqu’ils sont en escale. Il a par ailleurs l’ambition d’accroître sa production d’énergies renouvelables.

Défi 3 lancé par le Grand Port Maritime de Marseille : Comment réduire les émissions de gaz à effet de serre du transport de fret ?
Lauréat : Etablie à Marseille et accélérée par ZeBox, la toute jeune start-up Searoutes est un service de suivi, de planification et d’optimisation des routes pour les navires marchands — le Google maps, pour la marine. Grâce à des algorithmes d’apprentissage approfondi, Searoutes calcule les routes les moins coûteuses en terme de carburant, à partir des historiques des trajectoires passées. La vision de Searoutes est de participer à la réduction des émissions (COx, NOx, SOx), et rendre la chaine logistique plus transparente.
Son objectif : la réduction des émissions de gaz à effet de serre est un objectif planétaire acté lors de la COP21 et plus récemment par l’Organisation Maritime Internationale (OMI). Le défi proposé ici consiste à prototyper un « éco calculateur » permettant de quantifier les émissions de gaz à effet de serre selon les trajets door-to-door envisagés d’un conteneur et intégrant des éléments de compensation d’empreinte écologique.

Défi 4 lancé par Hammerson/Les Terrasses du Port : Comment mieux informer les usagers sur et autour du port ?
Lauréat : MktxDatos Europe est le chaînon manquant entre Marketing et vente. C’est ce qu’avance la société marseillaise accélérée par M qui construit des ponts technologiques dans chaque entreprise, entre le marketing et les ventes. Son but est d’éliminer l’incertitude et la probabilité pour la remplacer par des preuves. Elle guide les entreprises dans la compréhension et l’optimisation de leur modèle de revenus, de leur budget promotionnel et des publications sur leur page Facebook.
Son objectif : proposer et prototyper une ou plusieurs solutions numériques (application / panneaux d’information innovants / objets connectés) à destination des passagers de croisière et ferries, notamment sur l’offre de transport et de parking existante entre navires et centre-ville, lien aéroport et gares SNCF et les activités (restauration, shopping, culture, hôtels) potentielles autour du port.

Défi 5 lancé par Interxion : Comment mesurer la capacité des batteries avec un capteur à bas coût ?
Lauréat : De 5 à 10 collaborateurs, GreenCityZen est une eco-startup toulonnaise pionnière dans l’internet des objets industriels. Elle propose des solutions de mesure en continu pour le monitoring de données environnementales. Ces solutions autonomes en énergie et en moyen de communication sont très simples à déployer et interopérables. Elles apportent comme bénéfices immédiat une réduction des coûts de déplacements sur le terrain, une amélioration des performances des processus et permettent d’enrichir les offres de service. Greencityzen connecte l’environnement pour la préserver tout en en faisant une source d’économie et de nouveaux profits pour ses clients.
Son objectif : créer une solution de monitoring à bas coût pour chacune des batteries de sites Data Center Interxion sur la zone portuaire.

Défi 6 lancé par La Méridionale :  Comment informer les chauffeurs de la position à quai d’une remorque?
Lauréat : Implantée à Aix-en-Provence, Nauvelis met à disposition une plateforme d’interconnexion dédiée aux objets et services connectés. La société simplifie l’utilisation de ces technologies pour des clients essentiellement B2B pour leur éviter les problèmes de compatibilité. L’objectif est de rendre facilement accessible le développement de produits ou services connectés aux entreprises.
Son objectif : s’inscrire dans la démarche Smart Port en vue d’améliorer la fluidité du trafic portuaire et de diminuer la consommation de carburant sur le terminal.

Défi 7 lancé par Naval Group : Comment établir une cyber cartographie portuaire ?
Lauréat : Egerie Software de Toulon.  Impliqués depuis près de 20 ans dans le conseil et l’audit Cyber en France, les experts EGERIE ont matérialisé leurs savoir-faire et compétences au travers de la marque EGERIE en Janvier 2016, désormais éditrice de la plateforme n°1 de cyber-risk management en Europe. La plate-forme logicielle EGERIE permet aux entreprises de gérer leurs cyber risques et leur data-protection avec agilité et intelligence.
Son objectif : élaborer une méthode visant à cartographier l’ensemble des éléments techniques numériques portuaires (bassins, grutages, ponts, réseau électrique, système informatique pilotant les containers, systèmes informatiques internes du port, systèmes de contrôle d’accès…).

www.lefrenchsmartportinmed.com 

Facebook Comments
Lire la suite
Commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Economie numérique

La CCI Marseille Provence et Airbus Développement s’unissent pour accompagner des porteurs de projets

Publié

le

La CCI Marseille Provence (CCIMP) est la première chambre de commerce et d’industrie de France à signer une convention de partenariat avec Airbus Développement pour encore mieux accompagner les entreprises qui créent ou préservent des emplois sur le territoire. Cela s’est passé le 23 juillet dernier, au Palais de la Bourse à Marseille en présence de Jean-Luc Chauvin, président de la CCI Marseille Provence, et de Michel Sesquès, président d’Airbus Développement.
Filiale de développement économique de Airbus exclusivement dédiée à l’accompagnement des PME et start-ups et au soutien de l’innovation des territoires où le groupe est présent, Airbus Développement a une visée non lucrative. Ce rapprochement avec la CCIMP était donc naturel et la mise en commun de leurs actions profitera au développement économique et à l’innovation sur le territoire.

Une dizaine de porteurs de projets pour un accompagnement sur-mesure
Une dizaine de porteurs de projets, startuppers ou entrepreneurs en développement, identifiés par la CCIMP selon des critères bien précis, pourront ainsi se voir attribuer des prêts proposés par Airbus Développement (prêts participatifs, aide à la création, reprise, développement…).
En parallèle, des porteurs de projets, issus soit de l’essaimage technologique soit de plans de départs volontaires de Airbus Helicopters bénéficieront des services d’accompagnement sur mesure de la CCIMP, incluant par exemple pour les créateurs d’entreprises : un entretien découverte avec un expert à la création, de l’aide au montage du business plan, l’analyse et le montage du dossier de financement, une prise en charge des formalités de création d’entreprise, l’accompagnement par un expert pendant 6 mois, un suivi pendant 5 ans après la création pour permettre un point sur l’activité et sur les besoins techniques, financiers, réseaux etc.
Des parcours spécifiques seront aussi proposés aux repreneurs et aux franchisés. Tous les porteurs de projet bénéficieront de plus d’une mise en relation incluant entre autres l’intégration dans un club de jeunes entrepreneurs qui est en cours de création, une adhésion offerte pendant un an au Metropolitain Business Act (MBA) pour favoriser l’achat local entre grands donneurs d’ordre publics/privés et TPE/PME du territoire, participation aux évènements B to B proposés par la CCIMP (accueil nouveaux arrivants, RV Business Place…), accès au réseau de la CCIMP à l’international.
Nous souhaitions en effet nous appuyer sur l’expertise de la CCI Marseille Provence dans l’accompagnement sur mesure des porteurs de projets. Avec en tête favoriser la réussite de l’essaimage au sein d’Airbus Helicopters en particulier et de l’entreprenariat en général, au profit de la création d’emplois sur le territoire“, explique Michel Sesquès, président de Airbus Développement.

Depuis son origine en 1996, Airbus Développement a permis d’accompagner 1 008 entreprises sur toute la France tout en ayant créé ou conforté 13 000 emplois. Au total, 14 M€ ont été investis dans les cinq zones d’influence industrielle d’Airbus : Occitanie, Nouvelle Aquitaine, Île de France, Pays de la Loire et Provence-Alpes-Côte d’Azur.
Ce partenariat va nous permettre de faire grandir ensemble nos entreprises et notre territoire. Nous avons tous à y gagner : c’est une chance pour notre économie et nos emplois“, a affirmé Jean-Luc Chauvin, président de la CCI Marseille Provence.

Photo de Une : Jean-Luc Chauvin (à gauche) et Michel Sesquès signent une convention de partenariat pour soutenir les entreprises du territoire (Photo Claude Almodovar/CCIMP)

Facebook Comments
Lire la suite

Ecosystème

Région Sud : Le Fundtruck de Sowefund boucle son tour de France fin septembre, à Nice, Toulon et Marseille

Publié

le

Le Fundtruck a repris la route pour sa 5ème édition! Le camion du financement sillonne la France depuis le 18 juin et sera sur les routes de France jusqu’au 27 septembre prochain. Il achèvera son périple 2019 à Nice, Toulon puis Marseille, dernière étape.
Créé en 2015 par la plateforme d’investissement Sowefund, le Fundtruck est le premier concours itinérant sous forme de roadshow. Le concept est simple, faire prendre la route à des jeunes entrepreneurs et les emmener à la rencontre de tous les membres de l’écosystème du financement de l’innovation : investisseurs, entrepreneurs à succès, représentants locaux, médias, etc. Pour cette édition, des partenaires régionaux et nationaux d’exception accompagnent le Fundtruck. Sowefund à l’origine du projet, le Groupe La Poste dans le cadre de son programme French Iot pour la deuxième année consécutive, ainsi que MediaTransports, la Tribune et Widoobiz.

3 minutes pour convaincre
À bord du Fundtruck, pas de présentation PowerPoint projetée. Les seules armes autorisées sont un micro, un tablier et 3 minutes pour rendre son projet unique. Pour les entrepreneurs finalistes de chaque ville, cet évènement est une occasion unique de tester leurs idées auprès de professionnels de l’entrepreneuriat et de convaincre le jury composé de professionnels de l’investissement et de membres actifs de l’écosystème. À chaque session, les porteurs de projets seront coachés par des entrepreneurs expérimentés, présents pour les soutenir et leur donner le maximum de conseils pour leur présentation. Les années précédentes, des mentors tels que Céline Lazorthes fondatrice de Leetchi, ou encore Xavier Court de Vente Privée avaient apporté leurs précieuses recommandations lors des différentes étapes.
Cette année le camion du financement traverse 14 villes de France : Bordeaux, Nancy, Troyes, Strasbourg, Amiens, Lille, Valenciennes, La Roche sur Yon, Nantes, St-Nazaire, Paris, et les 26 & 27 septembre, il sera à Nice, Toulon et Marseille.

Vous êtes un entrepreneur et vous souhaitez tenter votre chance ? https://fundtruck.com/candidater/

Facebook Comments
Lire la suite

Cluster, association

Avis aux gamers, Cannes Esport organise fin août les premiers ‘’Fortnite Trip’’ sur les îles de Lérins

Publié

le

C’est au centre international de séjour Fort Royal de l’île Sainte-Marguerite, face à la baie de Cannes, que se tiendront les premiers’Fortnite Trip’’ (24 au 26 août et du 27 au 29 août) destinés aux jeunes gamers âgés de 12 à 16 ans et organisés par la jeune association Cannes Esport Club.
Le “Fortnite Trip” est un séjour sous forme de stage de perfectionnement (3 jours en pension complète) dédié au jeu vidéo à succès Fortnite, l’un des jeux les plus joués au monde et disponible sur de nombreuses plateformes, développé par Epic Games et proposant différents modes de jeu, le plus célèbre d’entre eux étant le Battle Royal. Ce stage inédit, qui rappelle les “summer camps” américains, est également l’occasion de participer à un tournoi sur PS4/Xbox/PC®.  Lors des deux sessions, du 24 au 26 août et du 27 au 29 août, 48 joueurs en solo s’affronteront et les vainqueurs repartiront avec un ‘’cash prize’’ de 500 €.,
Au cours de ces deux séjours, un joueur professionnel Fortnite accompagnera, en tant que coach, les participants pour leur apprendre à gérer leurs émotions pendant les parties. Mais ce n’est pas tout ! Des activités culturelles et sportives seront également proposées aux participants ; épreuve de course d’orientations et tir à l’arc, le tout encadré par des professionnels. Faire de l’activité physique à côté doit permettre à ces jeunes de s’aérer les neurones et de mieux jouer ensuite.
“Faire de la prévention autour de l’addiction aux jeux-vidéo et du temps passé devant les écrans, c’est très important, explique dans les colonnes de Nice-Matin, Haïkel Rezgui, fondateur de Cannes Esport Club. Nous voulons aussi créer du lien et reconnecter ces jeunes à la réalité. Quand ils jouent en ligne, ils s’excluent, restent dans leur chambre. Ici, ils seront amenés à vivre ensemble en partageant leur passion commune et vivre une aventure humaine.”
La jeune et très dynamique association Cannes Esport-Club ne compte pas s’arrêter là en terme d’ambitions. Elle souhaite ainsi faire du jeu vidéo une discipline à part entière au sein de l’Académie de Nice et créer “une ligue académique” sur le jeu vidéo Fortnite.
En partenariat avec l’Académie de Nice qui est divisée en zones, nous avons déjà sélectionné 4 lycées de la région, explique le fondateur, à Cannes, Nice, Toulon et St-Raphael”. Les établissements choisis serviront de lieu de qualification pour tous les lycéens inscrits. Les 16 meilleurs de chaque lycée seront sélectionnés, soit 64 étudiants, et s’affronteront pour accéder à la finale qui se déroulera durant le Festival International des Jeux à Cannes en février prochain.

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X