Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

Ecosystème

Provepharm, Nawa Technologies, Therapixel, Delta Plus Group et Les Franjynes, lauréats des 27èmes Trophées EY

Publié

le

En tout ce sont cinq entreprises de la Région Sud qui ont été récompensées le 24 septembre à l’occasion des 27èmes Trophées EY qui ont eu lieu à Nice à l’hôtel Le Negresco. Programme international unique, le Prix de l’Entrepreneur de l’Année a pour objectif de récompenser des parcours entrepreneuriaux d’hommes et de femmes remarquables ayant fait preuve d’innovation, de leadership et d’excellence tout en contribuant également à l’amélioration de la qualité de vie de leur région, de leur pays. 32 dossiers étaient en lice pour cette finale Sud-Est du Prix de l’Entrepreneur de l’année EY. Au programme, cinq trophées ont été remis : le Prix de l’Entrepreneur de l’Année, le Prix de la Start-Up de l’Année, le Prix de l’Entreprise Familiale, le Prix Born Global, et le Prix de l’Engagement Sociétal.

Grand vainqueur de cette soirée, Michel Féraud, fondateur de Provepharm Life Solutions (Marseille), décroche Le Prix de l’Entrepreneur de l’Année. 20 ans après sa création, l’entreprise marseillaise qui a ouvert une troisième voie dans l’industrie du médicament entre les biotechs et les génériques s’impose comme un groupe pharmaceutique français et international de premier plan. Provepharm Life Solutions dont l’actualité est l’inauguration le 25 septembre de sa nouvelle usine à Château-Gombert. Le C2 est une unité pilote dernier cri, dont l’investissement de 9 millions d’€ va permettre au groupe de fabriquer à Marseille et distribuer directement ses médicaments à l’international et notamment au marché US ou Provepharm est bien implanté.

Autre entreprise des Bouches-du-Rhône récompensée, Nawa Technologies implantée à Rousset. Lauréat avec le Prix de la Start-Up de l’année, Nawa Technologies développe et fabrique des électrodes en lithium ultra-rapide qui optimisent le stockage d’énergie dans les batteries, une innovation mondiale. Dirigée par Pascal Boulanger, Nawa Technologies a déjà réalisé de multiples levées de fonds.

Le Prix de l’Entreprise Familiale revient à Jérôme Benoit, président de Delta Plus Group un fabricant d’équipement de protection individuelle installé à Apt dans le Vaucluse),
Le Prix de l’Engagement Sociétal a été décerné à Julie Meunier, fondatrice de Les Franjynes implantée à Nice qui commercialise avec succès des accessoires capillaires à destination des personnes atteintes d’alopécie (en photo, sa collaboratrice).
Enfin, le Prix Born Global, décerné pour l’approche internationale de l’entreprise, récompense Pierre Fillard, président de Therapixel, une spin-off de l’INRIA Sophia Méditerranée, experte dans l’imagerie médicale pour le dépistage de certains cancers.

Pour les cinq lauréats de la région Sud Est, le prochain rendez-vous est la finale nationale des Trophées EY qui aura lieu à Paris le 15 octobre.

Facebook Comments
Lire la suite
Commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ecosystème

Aix-en-Provence : NawaTechnologies lève 13 millions d’euros pour industrialiser ses supercondensateurs

Publié

le

Fabricant français de systèmes de stockage d’énergie à base de supercondensateurs à nanotubes de carbone, NawaTechnologies, vient de finaliser une levée de fonds de 13 millions d’euros lui permettant d’aborder la phase industrielle de ses supercondensateurs de nouvelle génération avec la mise en service dans le courant de l’année de sa première ligne de production à Rousset (Bouches-du-Rhône).
Parmi les nouveaux investisseurs figurent Bpifrance, à travers le fonds Ecotechnologies du PIA, la société d’investissement industriel Kouros et CAAP Création, la branche capital-risque du Crédit Agricole Alpes Provence. Ces derniers viennent s’ajouter à Demeter, Région Sud Investissement, Supernova Invest, Eurowatt / Davaniere Capital Partners et EIT Innoenergy, investisseurs historiques de NawaTechnologies. Un premier tour de table de 4,1 M€ avait été réalisé en 2014 pour démontrer la faisabilité industrielle du procédé de fabrication du matériau de base : un alignement de nanotubes de carbone sur un substrat d’aluminium.

Une production de 100 000 cellules par mois

Située dans les locaux de ST Microelectronics à Rousset, près d’Aix-en-Provence, la ligne de production devrait être mise en service au début de l’été après un investissement de 4 millions d’euros. A pleine capacité, elle permettra d’atteindre un objectif de 100 000 cellules par mois. Ces premières cellules sont destinées à des utilisations pour l’outillage électrique, la petite mobilité et les robots autonomes ainsi qu’à l’alimentation des capteurs communicants.
‘’Nous entamons avec sérénité le passage à la production et fournirons bientôt des cellules dans le monde entier. Cette levée nous donne aussi les moyens de développer de nouvelles applications pour les tapis de nanotubes de carbone alignés », souligne Pascal Boulanger, président du conseil d’administration et fondateur de NawaTechnologies.
La technologie d’électrode au carbone ultra-rapide de NawaTechnologies a permis de développer des supercondensateurs de nouvelle génération. Fabriquée à partir d’un tapis de nanotubes de carbone alignés verticalement associés à un revêtement unique, ils peuvent stocker de trois à cinq fois plus d’énergie que les de supercondensateurs actuels ou jusqu’à dix fois plus de puissance, selon l’application. Ils peuvent être efficacement combinée à des batteries lithium-ion pour offrir un meilleur équilibre entre puissance et énergie. Capables d’être chargées et déchargées en quelques secondes sur un million de cycles sans perte de performance, les supercondensateurs NawaTechnologies minimisent l’impact environnemental car ils n’utilisent comme matières premières que du carbone et de l’aluminium, à l’exclusion de métaux rares et polluants.

La cible, les marchés IoT, industrie 4.0 et mobilité

Avec l’augmentation du marché mondial des supercondensateurs, qui devrait atteindre 2 à 3 milliards d’euros d’ici 2023, l’entreprise basée à Aix-en-Provence se positionne ainsi pour tirer parti de l’accélération de la demande pour des batteries combinant énergie et puissance, efficacité et durée de vie.
Le premier secteur mondial à bénéficier de ces nouvelles cellules révolutionnaires sera celui de l’industrie 4.0 pour alimenter l’outillage sans fil utilisé sur les lignes de production et pour les AGV (Automated Guided Vehicles – robots autonomes de chargement) qui équipent de plus en plus les lignes de fabrication industrielles, remplaçant les batteries lithium en offrant une charge plus rapide et une durée de vie plus longue à un coût réduit. Nawa Technologies adresse également le marché de l’Internet des objets, avec par exemple l’utilisation des supercondensateurs dans les capteurs intelligents sans entretien et à très longue durée de vie. Le marché de la mobilité avec les voitures hybrides, les véhicules électriques (VEB) et les véhicules à pile à combustible est aussi ciblé. La technologie d’électrode ultra-rapide au carbone peut, par exemple, stocker (et restituer) plus efficacement l’énergie de freinage, augmentant ainsi considérablement l’autonomie du véhicule, en particulier en milieu urbain.
Lors du salon de l’électronique grand public CES 2020 à Las Vegas, Nawa Technologies a dévoilé son concept Nawa Racer e-bike, moto électrique intégrant un système de stockage hybride unique combinant les supercondensateurs NAWACap avec des batteries lithium traditionnelles.

Facebook Comments
Lire la suite

Ecosystème

Shopopop, le service de livraison collaborative entre particuliers, arrive à Flassans-sur-Issole (83)

Publié

le

Après s’être implantée dans un premier temps à Marseille et à Nice puis à Chateaurenard dans le Vaucluse il y a quelques semaines, la start-up nantaise Shopopop, leader de la livraison collaborative, entre particuliers prend pied dans le Var et plus particulièrement à Flassans-sur-Issole près de Brignoles.
Depuis quelques jours, la start-up propose de faciliter le quotidien des Flassanais, qui peuvent désormais se faire livrer leurs courses et colis à l’adresse, au jour, et à l’heure de leur choix, par un membre de la communauté des particuliers-livreurs appelés ​‘’Shoppers’’. La start-up s’appuie sur les flux de déplacements quotidiens des habitants pour assurer des livraisons à domicile et à la demande grâce à une communauté de particuliers prêts à se rendre service. Pour cela, l’utilisateur bénéficie du service directement via son magasin, grâce au partenariat noué entre l’enseigne et Shopopop.

Se faire livrer où l’on veut, quand on veut

Plus flexible et moins coûteux qu’un service logistique traditionnel, le modèle Shopopop répond aux besoins des distributeurs et des commerçants qui souhaitent pouvoir livrer leurs clients à domicile sans rogner sur leurs marges. Les Shoppers possèdent leurs propres moyens de locomotion et sont rémunérés directement par les clients via la plateforme. Les enseignes partenaires ​sont ainsi exemptées de l’ensemble des coûts d’infrastructures, des frais logistiques et des charges salariales liés à un prestataire de livraison traditionnel.
Aujourd’hui leader dans la livraison collaborative du drive, Shopopop travaille avec les principaux acteurs du marché en France et revendique plus de 400 drive et commerces partenaires dont ceux de la Région Sud à Marseille, Nice, Chateaurenard et maintenant Flassans-sur-Issole.
L’application Shopopop est disponible sur ​Google Play​ et l’​App Store​.

www.shopopop.com.

Facebook Comments
Lire la suite

Ecole, formation

[Vidéo] Le Wagon Marseille lance « Les 72 heures de la Tech » pour sensibiliser entreprises et collectivités au digital

Publié

le

L’initiative baptisée “les 72 heures de la Tech” est une première pour Le Wagon Marseille, un ‘’bootcamp*’’au service des décideurs d’entreprises ou de collectivités territoriales afin qu’ils réussissent la transformation numérique de leur structure.
Il ne faut pas que ces décideurs considèrent le digital comme une contrainte mais plutôt comme une opportunité” souligne Mathieu Bonfils, cofondateur et CEO du Wagon Marseille.
En 72h, les décideurs qui se seront gratuitement inscrit à ce ‘’bootcamp’’ vont ainsi comprendre les enjeux de cette transformation, apprendre les bonnes pratiques et savoir prototyper une appli web. Le 5 mars sera la journée de lancement de l’événement, entreprises et collectivités pourront alors s’inscrire pour la journée d’immersion programmée le 3 avril. Ce jour-là, les participants seront invités à passer une journée d’ateliers et de rencontres dédiés à la création de prototypes d’applications. Ils suivront deux ateliers qui leur permettront de maîtriser les bases de la création d’un produit digital : 1/ Design d’expérience et interface utilisateur (UW/UI) ; 2/ Utilisation d’un outil de prototypage. Ensuite, les participants seront accompagnés par l’équipe du Wagon dans la réalisation pratique de leur premier prototype fonctionné. Enfin, la journée sera ponctué d’interventions de CEO de start-up et de product managers. Dernière étape de ces 72 heures de la Tech, les rendez-vous individuels de suivi ! Au nombre de deux, ils seront organisés en mai et juin avec chaque participant.

Vidéo : Mathieu Bonfils nous détaille les grandes lignes de l’événement ‘’Les 72 heures de la Tech’’

Créée en 2014 à Paris, cette école de développement web s’installe un an après en plein centre de Marseille. Le Wagon représente 39 campus dans le monde qui ont formés plus de 6700 personnes dont plus de 200 dans la cité phocéenne avec 95% de satisfaction. Le Wagon est classé 1er bootcamp de code au monde. La pédagogie est basée sur la pratique et le produit qui donne à ses apprenants toutes les compétences techniques pour développer une application web de A jusqu’à Z.
A Marseille, Le Wagon accueille des promotions de 25 personnes, des étudiants, des entrepreneurs porteurs de projets et futurs freelance ou des salariés d’entreprise en reconversion professionnelle. Ils vont en 360 heures étalées sur 9 semaines apprendre à coder en mode intensif. Il en coutera environ 6000 euros par formation mais le résultat est là ; plus de 1400 applications ont été développées et près de 300 start-up ont été créées dans le monde.

* bootcamp : Du vocabulaire militaire, désigne un entrainement intensif

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X