Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

Ecosystème

Teach on Mars s’engage pour un avenir durable avec Teach on Earth et sa nouvelle application Tech for Good

Publié

le

Fort du succès rencontré auprès de ses clients grands comptes et convaincue que l’éducation joue un rôle clé dans la lutte contre la pauvreté, les inégalités, la préservation de l’environnement et la promotion du bien-être et de la paix, le leader européen du mobile learning, Teach on Mars a créé en 2017 l’association Teach on Earth. Celle-ci permet de mettre à profit, auprès des organisations à but non lucratif et des ONG, le savoir-faire de Teach on Mars et les meilleures technologies de formation digitale pour leur permettre de former plus efficacement leurs équipes et bénéficiaires.
Aussi en cette date symbolique du 25 septembre, qui marque le quatrième anniversaire de l’adoption des Objectifs de Développement Durable (ODD) des Nations Unies, Teach on Earth annonce le lancement d’une application mobile pour sensibiliser le monde aux enjeux et défis de notre planète. Cette plateforme mobile, gratuite et ouverte à tous (téléchargeable sur App Store ou Google Play), propose des contenus pédagogiques, ludiques et engageants, sur les ODD des Nations Unies. Cette initiative s’inscrit dans le cadre de la cible 4.7 de l’ODD 4, qui met l’accent sur l’éducation à la citoyenneté mondiale et l’éducation en vue du développement durable.
‘’Le mobile est devenu un vecteur majeur d’éducation du public. Dans le contexte qui est le nôtre, Teach on Mars et ses collaborateurs n’envisagent pas leur travail quotidien sans inclure une dimension sociétale forte. Savoir, c’est pouvoir agir ! Il est donc essentiel d’utiliser le pouvoir de la formation digitale au profit de la prise de conscience des défis sociaux et environnementaux. Il est fondamental de former plus et mieux, mais en étant socialement responsable’’ explique Vincent Desnot, Co-fondateur et CEO de Teach on Mars.
Les contenus disponibles lors du lancement de l’application le 25 septembre concernent, à titre d’exemple, l’initiative du Global Compact des Nations Unies, les ODD 1. Pas de pauvreté, ODD 2. Faim zéro, ODD 3. Bonne santé & bien-être, ODD 4. Éducation de qualité, ODD 9. Industrie, Innovation et Infrastructure et ODD 12. Consommation et productions durables. Cette liste s’enrichira régulièrement dans le temps, l’objectif étant de proposer, à l’été 2020, 50 formations sur les 17 ODD. Teach on Earth s’appuie sur l’aide d’experts (associations, ONG, universitaires, instituts de recherche, agences onusiennes, agences gouvernementales) pour contribuer à l’élaboration de ces contenus, au service du futur de la planète.
L’engagement de Teach on Mars autour de la démarche du « Tech for Good » se décline également au travers de son adhésion à Global Compact France, relais local du Global Compact des Nations Unies. Ce mouvement rassemble les entreprises et organisations engagées pour développer et partager les démarches de responsabilité sociétale. Grâce à ce partenariat avec l’association, Teach on Mars a accès aux ressources pédagogiques de Global Compact.
Teach on Mars, dont le siège est à Sophia-Antipolis, consacre 1% de son chiffre d’affaires annuel à des projets éducatifs liés aux objectifs de développement durable de l’ONU.

Plus d’informations : www.teachonmars.com

[Vidéo] Vincent Desnot, co-fondateur et CEO de Teach on Mars, présente Teach on Earth

Facebook Comments
Lire la suite
Commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ecosystème

Marseille : Le datacenter MRS3 d’Interxion a ouvert dans une ancienne base sous-marine du IIIème Reich

Publié

le

La base sous-marine allemande Martha, en 1951.

Le 1er juillet dernier Interxion a réceptionné la première tranche de son nouveau datacenter marseillais ‘’Interxion MRS3’’ qui a accueilli son premier client dont le nom n’a pas été communiqué. Ce centre est construit dans une ancienne base sous –marine conçue en 1943 par l’armée allemande pendant la seconde guerre mondiale et reconvertie pour l’occasion. Appelée Martha, cette base allemande n’a jamais été achevée, mais le bâtiment s’étend sur 249 mètres de longueur pour 44 mètres de large.
Le MRS3 sera le troisième Data Center d’Interxion à Marseille. Il vient compléter deux autres MRS1, MRS 2 implantés dans la cité phocéenne depuis 2015. MRS3 est construit en trois phases, la première réceptionnée en début de mois offre environ 2 300 m² d’espace, les deux phases suivantes devraient être complétées en 2021. Une fois le site achevé, MRS3 proposera aux clients environ 7 100 m² d’espace équipé, avec 17 MW de puissance disponible. Il s’agit d’un projet à 157 millions de dollars, pour un centre qui sera entièrement alimenté par des sources d’énergie renouvelables.

Interxion France, filiale du groupe néerlandais Interxion, deuxième opérateur mondial de datacenter (50 dans 13 pays d’Europe), ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. L’opérateur rappelle qu’il a investi plus de 300 millions d’euros en cinq ans et annonce deux nouveaux centres, MRS 4 et MRS 5 en prévision à Marseille.
Cet engouement pour la cité phocéenne du deuxième opérateur mondial de centres de données s’explique par la position géographique de la ville, notamment son emplacement stratégique au cœur de la Méditerranée. Avec 14 câbles de télécommunication à fibre optique et près d’une dizaine en prévision pour les cinq prochaines années, la cité phocéenne connecte 4,5 milliards d’utilisateurs entre l’Europe, l’Afrique, le Moyen-Orient et l’Asie. Marseille est ainsi le 10e « hub » mondial en termes de connectivité.

Facebook Comments
Lire la suite

Ecosystème

Euroméditerranée lance la 2ème édition de Med’Innovant Africa pour imaginer la ville méditerranéenne durable de demain

Publié

le

L’Établissement Public d’Aménagement Euroméditerranée poursuit sa politique d’ouverture en direction du continent africain et lance la 2ème édition de son concours Med’Innovant Africa. Son objectif : répondre aux nombreux défis environnementaux et économiques auxquels les territoires sont confrontés, et accélérer le développement de projets éco-innovants de startups apportant des solutions à long terme aux problématiques liées à la ville durable méditerranéenne et africaine.
« Au même titre que Miami se positionne comme la porte d’entrée de l’Amérique latine, qu’Hong Kong et Singapour donnent un accès privilégié à l’Asie, Marseille a toutes les cartes en main pour offrir aux entreprises internationales une base idéale pour atteindre les marchés africains avec un objectif à moyen et long terme : faire de la Métropole Aix-Marseille Provence le hub de l’innovation digitale entre l’Europe et l’Afrique », souligne dans un communiqué Hugues Parant, Directeur général d’Euroméditerranée.
Alors que cette nouvelle édition place la résilience au cœur de sa démarche, les pépites et porteurs de projet africains développant des solutions innovantes pour rendre les villes de demain plus durables et résilientes, sont invités à proposer leur candidature du 1er juillet au 31 août. Après analyse des dossiers et sélection par un jury d’experts, deux lauréats, « Le prix du jury » et « Le prix coup de cœur », accéderont au territoire d’expérimentation d’Euroméditerranée, pour tester et déployer leur solution au cœur de Marseille, la 2ème métropole de France ! Ils bénéficieront d’un accompagnement dédié dans l’optique de trouver, à terme, des investisseurs et partenaires industriels européens mais également africains et remporteront une dotation financière pouvant aller jusqu’à 7000 €. Ils seront également amenés à ‘’pitcher’’ leur projet sur scène à l’occasion du sommet international Emerging Valley (7 et 8 décembre au Palais du Pharo à Marseille), une occasion unique de visibilité et de networking.

Créé en 2019, Med’Innovant Africa est un concours de solutions innovantes pour imaginer la ville méditerranéenne durable de demain, tout en accompagnant les projets de startups africaines investies dans la production de solutions urbaines novatrice. Pour la première édition, près de 129 candidatures de 23 pays différents ont été reçues en provenance du Cameroun (28), de la Côte d’Ivoire (17), du Nigéria (15), du Maroc (13) du Sénégal (11), ou encore de la Tunisie (8).
Le « Prix du jury » est allé à Sen Or’Dur (Sénégal) pour son projet de gestion des déchets plastiques, le « Prix coup de cœur » a été aattribué à Promagric (Cameroun) pour sa solution permettant aux agriculteurs de diagnostiquer les maladies des cultures agricoles.

Facebook Comments
Lire la suite

Avis d'Experts

RisingSUD lance sa chaîne de podcasts ‘’InnovatiON’’

Publié

le

Chaque dernier lundi du mois, risingSUD se propose de décrypter les grands questions d’innovation avec les entrepreneurs et experts de la région Sud. Lundi 29 juin, l’agence de développement économique de la région Sud, a en effet lancé sa chaîne de podcasts ‘’InnovatiON’’ en partenariat avec le média La Tribune.
Pour risingSUD, il est urgent, face aux mutations économiques, sociales et environnementales, de repenser et transformer nos modèles traditionnels. Pour y parvenir, un seul moyen : L’innovation (nouveaux modèles économiques, nouveaux produits, nouveaux services, nouveaux procédés …). Mais innover pour quoi et innover comment ?
Grâce à la parole d’experts réunis pour l’occasion et à des témoignages de chefs d’entreprises régionaux, les podcasts de la chaîne ‘’InnovatiON’’ donneront un éclairage pointu dur différentes thématiques liées à l’innovation et à la transformation dans l’entreprise.
Ces podcasts d’une trentaine de minutes sont à écouter et réécouter sur toutes les plateformes d’écoute.

https://podcast.ausha.co/risingsud-innov

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X