Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

Ecosystème

Meyreuil : Synertic fait évoluer sa solution de développement d’app mobile Shapper vers le Web

Publié

le

Shapper est la solution de développement d’application mobile sans compétence en code développée par la société Synertic, spécialisée en conception d’applications mobiles pour smartphones, tablettes tactiles et objets connectés. L’entreprise, créée il y a 10 ans par Bruno Doucende et implantée désormais à Meyreuil, près d’Aix-en-Provence, l’a fait évoluer de façon significative. Jusqu’à présent, Shapper permet de disposer d’une appli mobile en quelques heures, avec la possibilité de gérer l’ensemble du contenu et des fonctionnalités, sans connaissance de programmation, à des tarifs jusqu’à 10 fois moins chers que des applications spécifiques. Désormais, Shapper permettra à l’utilisateur de piloter à la fois son application mobile et l’évolution de son site web en temps réel depuis une même console unifiée.

Piloter en parallèle son app mobile et son site web

La nouvelle solution Shapper permet de générer et piloter aussi bien une application mobile native et un site web (ou web app) accessible depuis un navigateur internet. Concrètement, à travers sa console d’administration unifiée, l’on peut piloter les fonctionnalités, les contenus sur l’appli mobile et sur le site web en bénéficiant des mêmes fonctions comme :

  • La personnalisation des aspects graphiques de l’app native et du site web qui s’adapte à toutes tailles d’écran (responsive design)
  • La gestion des utilisateurs qui peuvent ainsi s’identifier / s’inscrire aussi bien sur l’app que le site web
  • L’utilisation des connections depuis et vers des systèmes d’information tiers
  • La e-boutique
  • La gestion des plannings pour les prises de RDV, d’inscription, etc.
  • Les formulaires personnalisables permettant la saisie de données

Le point fort, réside dans la capacité de différencier ou mutualiser les contenus et fonctionnalités selon le support (app ou site) au sein de la même console d’administration.

Bruno Doucende, PDG de Synertic

‘’Shapper devient la plateforme no-code/low-code de référence permettant aussi bien la création d’applications mobiles natives IOS & Android que des web app ou sites web. Ainsi, Shapper apporte des solutions pertinentes et agiles dans la transformation digitale des organisations quel que soit le type (commerçants, startup, PME, grandes entreprises)’’ souligne Bruno Doucende, PDG de Synertic.

Web et App, deux outils complémentaires

Dans la stratégie de digitalisation d’une entreprise, la question d’un site web et/ou d’une application mobile est souvent posée. En réalité, les enjeux sont différents et complémentaires et méritent de bien les appréhender. En effet, il faut voir l’application mobile comme un complément au site web et non pas une simple copie. Pour une entreprise, un commerce ou une organisation, les avantages du site web vont porter sur :  La notoriété de la marque, la visibilité à travers les moteurs de recherche, l’exhaustivité des informations en consultation dit « paisible », en prenant le temps.
Quant aux avantages de l’application mobile, ils vont se situer dans : L’instantanéité de l’utilisation au moment où l’on en a besoin, l’engagement et la fidélisation, l’accès et la production de l’information n’importe où et n’importe quand.
« On pourrait schématiser, les sites web à l’acquisition et les applis mobiles à la fidélisation. » résume en une phrase Bruno Doucende.

Plus de précisions sur la nouvelle version : https://www.shapper.com/generateur-de-site-web-etwebapp/
Plus d’informations sur Synertic : www.synertic.fr
Plus d’informations sur Shapper : https://www.shapper.com/

Facebook Comments
Lire la suite
Commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ecosystème

Nice : Le chinois Airways choisit Go Mecano pour assurer l’entretien à domicile de ses véhicules électriques

Publié

le

Nouer des partenariats, voilà la stratégie du jeune constructeur d’automobiles électriques chinois Aiways qui se lance à l’assaut du marché français et européen avec son SUV U5 100% électrique. La marque a ainsi noué un partenariat avec le distributeur Car East France qui lui assurera les ventes dans l’Hexagone. Le U5 n’étant vendu que sur Internet. Une fois la commande validée en ligne, la livraison se fera chez vous.  Aiways a signé d’autres partenariats pour l’entretien notamment. Celui-ci sera assuré par le réseau Feu Vert, mais aussi par des garages itinérants proposés par la start-up niçoise Go Mécano dont la particularité est d’assurer un service d’entretien et de réparations des véhicules à domicile ou sur les lieux de travail dans les grandes villes de France, le tout 7 jours sur 7.
La signature d’un tel partenariat va booster la jeune pousse créée en 2017 par Alexandre Nivesse et Mathias Boutsen, deux passionnés d’automobile avec une idée simple : permettre aux particuliers de bénéficier d’un mécanicien à domicile et de rétablir une relation de confiance entre le client et le mécanicien réparateur automobile.
« Nous sommes extrêmement fiers de ce partenariat stratégique de Go Mecano avec Aiways qui met l’accent sur la facilité d’accès et la qualité de notre service. Cette collaboration va également nous permettre de mettre en lumière les compétences mufti-marques et multi-motorisations de nos mécaniciens à domicile sur toute la France » a déclaré Alexandre Nivesse, l’un des deux fondateurs.
Go Mecano qui vient d’intégrer la promotion 2020/2022 du Village by CA de Sophia Antipolis va déjà renforcer son déploiement en France avec un réseau de 150 mécaniciens d’ici fin 2021.

Facebook Comments
Lire la suite

Ecosystème

Nice : Spécialiste de l’auto-partage, Vulog lève 26 millions d’euros pour déployer huit projets de mobilité

Publié

le

C’est la deuxième levée de fonds que concrétise la start-up niçoise Vulog après celle réalisée il y a près de quatre ans d’un montant de 17,5 millions d’euros. Cette fois Vulog annonce un second tour de table de 26 millions d’euros mené auprès de ses investisseurs historiques Bpifrance (avec son fonds Ecotechnologies), ETF Partners, Frog Capital et Inven Capital ainsi que la Banque Européenne d’Investissement.
Spécialisée dans les technologies alimentant les services d’auto-partage, Vulog affirme ainsi son rang de numéro un mondial du secteur grâce au développement de sa plateforme qui permet de déployer rapidement un service de véhicules en auto-partage que ce soit avec des voitures, vélos, scooters ou encore des trottinettes. L’entreprise s’est imposée comme un partenaire technologique privilégié de grands acteurs de la mobilité (PSA, Volkswagen, Kia ou Hyundai…) qui ont pris le virage de l’auto-partage afin d’anticiper le déclin des ventes des véhicules. Vulog leur propose un écosystème complet d’outils couvrant tous les besoins de mobilité à la demande, quel que soit le type de véhicule (voitures, vélos, scooters…), le marché cible (B2C et B2B) ou le type d’utilisation (accès instantané, réservation programmée, abonnement…).
Ce nouvel apport financier va permettre le développement de nouveaux services comme la gestion prédictive de la demande, une politique tarifaire intelligente et fluctuante ou la gestion de flottes autonomes et va assurer également à Vulog le lancement de 8 nouveaux projets programmés au cours des trois prochains mois dont WeShare by Volkswagen dans la ville de Hambourg et une nouvelle offre de vélos électriques en libre-service qui doit être déployé à New York.
“Notre mission est claire : réduire la place du véhicule personnel dans les villes”, aime à dire Gregory Ducongé, CEO de Vulog.
Vulog fait donc le pari que les restrictions croissantes pour circuler dans les grandes villes avec des voitures individuelles vont favoriser le développement des services d’auto-partage et, plus globalement, de la mobilité partagée. Une étude du cabinet 6t, spécialisé sur la mobilité et les modes de vie, publiée en décembre 2019 avait mis en évidence les vertus de l’auto-partage en boucle, qui permet d’utiliser une voiture pour quelques heures, puis de le rapporter à son point de départ. Quelques 68 % des « auto-partageurs » en France confiaient s’être séparés d’au moins une voiture, et 77 % de ceux qui l’avaient fait avançaient comme explication « que l’utilisation de l’autopartage était suffisante ». Cela dit l’impact de l’auto-partage reste toutefois marginal : la même étude estimait que l’autopartage permettait de réduire le parc automobile de 12.500 à 20.000 voitures. Une goutte d’eau par rapport aux plus de 32 millions de véhicules en circulation en France.

Facebook Comments
Lire la suite

Ecosystème

Aix-Marseille French Tech : 11 startups intègrent la phase ‘’incubation’’ de French Tech Tremplin

Publié

le

C’est à l’issue d’un processus de sélection pointilleux qui a duré 3 mois que la French Tech Aix-Marseille a annoncé sa nouvelle promotion French Tech Tremplin : 11 start-up du territoire ont finalement été retenues pour composer la nouvelle promotion du programme dédié aux start-up fondées par des entrepreneurs issus de milieux sous-représentés dans la Tech.
Lancé pour la première fois en janvier 2020 à Aix-Marseille, French Tech Tremplin entend ouvrir le sérail des entrepreneurs de la Tech à des profils plus diversifiés (étudiants boursiers, habitants de QPV, réfugiés…etc.). En plus d’un accompagnement d’un an au sein d’un incubateur partenaire, les projets sélectionnés accèdent à 30 000€ de financement et au réseau de la French Tech.
L’entrepreneuriat ne doit pas être réservé à une élite, et French Tech Tremplin est là pour le démontrer. Cette nouvelle étape du programme nous permet de créer une dynamique plus large en faveur de l’inclusion, auprès des start-up et des structures d’accompagnementJean-Baptiste Geissler, Directeur Général de la French Tech.
Parmi les 11 lauréats, on retrouve Teeneo, Libi-works et Re-SenS, trois alumnis qui ont terminé le volet “Prépa” de Tremplin achevé en août dernier, et qui était composé exclusivement de porteurs de projet présentant une idée d’entreprise. La nouvelle promotion, qui correspond au volet “Incubation” de Tremplin, n’a été ouverte qu’aux start-up déjà immatriculées et qui attestent d’un stade de développement plus avancé. Le trio d’alumnis s’étaient distingués en raflant les trois premières places du concours de pitch qui avait couronné les 6 mois de formation intensive au sein des incubateurs des Premières Sud et Belle de Mai.
En plus de ces derniers, de nouveaux incubateurs/accélérateurs partenaires sont venus renforcer les rangs des structures d’accompagnement qui opèrent le programme : le Carburateur, Marseille Innovation, l’Accélérateur M, The Great Village, Market Leader, Simplon, la Briqueterie, Kedge Business Nursery.
Ces derniers ont été sélectionnées par la French Tech à l’issue d’un appel à candidatures destiné aux structures d’accompagnement se reconnaissant dans les valeurs d’inclusion portées par Tremplin. Les start-up ont été réparties au sein des incubateurs en fonction de leurs besoins et des spécificités de l’offre de ces derniers.

Les start-up sélectionnées sont :

  • Be’unic : outil de personnalisation pour prothèses
  • L’Eveil du Désert : site e-commerce de cosmétiques 100% naturels et biologiques
  • Garage Comedy : web TV dédié au stand-up
  • Heureux Hasard : éditeur de solutions numériques collaboratives, éducatives et pédagogiques
  • Libi Works : outil de modélisation d’environnement 3D
  • Oward : outil numérique pour la filière audiovisuelle et cinématographique
  • Re-Pulp : objets issus des déchets d’agrumes, 100% français et éco-responsables
  • Re-SenS : capteurs anti-collision pour personnes malvoyantes
  • Teeneo : néo-banque éducative pour adolescents, pilotée par les parents
  • Wonder Human : parcours de e-learning pour prévenir les comportements sexistes
  • Woozoo : service local et instantané de livraison par coursier
Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X