Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

Ecosystème

Marseille : Totem Mobi part à la conquête de Montpellier avant Sophia-Antipolis à l’automne prochain !

Trois ans après sa création à Marseille, Totem Mobi se déploie à Montpellier…avant de le faire à Sophia-Antipolis et Avignon.

Publié

le

Depuis la fin du mois de juin, 30 véhicules 2 places type Renault Twizy connectés et 100% électriques, ont été mis en service dans la métropole montpelliéraine en autopartage. Totem Mobi s’étend désormais à Montpellier et à cette occasion, la société marseillaise a lancé une opération de financement participatif (sur KissKissBankBank) afin de récolter les 5000 euros nécessaires au bon démarrage du service.
Le coup d’envoi du projet de déploiement sur Montpellier a été donné à l’automne dernier avec l’annonce de l’implantation des bornes électriques de recharge grand public.  A terme, Totem Mobi prévoit de faire rouler de 70 à 100 véhicules dans le centre-ville de Montpellier. Comme à Marseille, l’ambition est de permettre à un maximum de montpelliérains de se déplacer facilement (stationnement libre et gratuit), sans émission de CO2 (Twizy 100% électrique) et à moindre coût (1€ le 1/4 d’heure d’utilisation, sans abonnement ni engagement). Les débuts sont prometteurs avec déjà 1 200 personnes inscrites !

Totem Mobi a été adopté par les Marseillais 
Service de location de véhicules électriques en libre-service créé en 2015 par Emmanuelle Champaud et Cyrille Estrade, Totem Mobi ne comptait au commencement que 15 voitures. Aujourd’hui, ce sont 165 véhicules électriques qui sont en libre-service ‘’free-floating’’ (sans station d’attache) dans les rues de Marseille et l’opérateur compte à ce jour plus de 1000 utilisateurs et enregistre plus de 5 000 locations mensuelles d’une durée moyenne de 30 minutes. Avec l’extension de sa flotte, 100 véhicules de plus acquis début 2018, et avec l’implantation de sept nouvelles stations de recharge en plein centre de la cité marseillaise, Totem Mobi compte séduire 3000 utilisateurs d’ici la fin de l’année d’autant que la start-up propose une nouvelle application et une grille tarifaire remodelée.

Une nouvelle application, de nouveaux tarifs…
La nouvelle application Totem Mobi est opérationnelle depuis quelques mois seulement et elle permet désormais d’opérer le service d’autopartage 100 % connecté. Disponible sur IOS et Androïd, l’application permet également de géolocaliser puis de louer les véhicules disponibles en quelques clics seulement ! Par rapport à l’ancienne version, de nouvelles fonctionnalités sont à noter. Parmi les plus importantes : Chargement d’une carte bleue et retrait d’un montant minimum pour pouvoir rouler, suivi de consommation en temps réel, suivi du nombre de kms restant sur chacune des voitures, possibilité de signaler une voiture dégradée dès la prise en charge du véhicule… Et même si le stationnement est libre et gratuit partout, l’application vous permet de gagner des bonus si en fin de location vous stationnez et branchez la Twizy sur l’une des stations de recharge indiquées sur l’appli.
En termes de coût, Totem Mobi a récemment revu l’intégralité de ses tarifs. Les transactions se font en euros et sont transformées en unité “token” (1 token = 1€), de plus les tarifs sont désormais dégressifs. Ainsi, l’inscription se fait directement sur l’appli en 10 minutes (24h/24 et 7j/7) et ne coûte plus que 1€ (contre 19 € auparavant). Le tarif de 1€ (1 token) les 15 minutes pendant la première heure d’utilisation du véhicule devient ensuite dégressif… pour passer à 1€ la demi-heure la deuxième et troisième heure d’utilisation… et arriver à 1€ de l’heure à partir de la 4e heure !  Via son application, Totem Mobi propose l’achat de packs de tokens, le Pack Classique 30€ = 30 tokens, le Pack Fréquence est de 90€ = 100 tokens.

Un parc de 200 véhicules électrique, un seul modèle, la Twizy !
Totem Mobi propose un seul et unique véhicule : la petite Twizy de Renault dans sa version 80, limitée à 80 km/h. Le véhicule électrique est parfaitement adapté à la ville et à l’autopartage en stationnement libre. Compacte, la Twizy se faufile aisément dans les rues de Marseille et sa taille proche des gros scooters permet de se garer très facilement et très rapidement en ville. Son look sympathique en fait un objet mobile communicant.
Les véhicules sont disponibles 24/24h et 7/7j avec stationnement libre et gratuit à Marseille et à Montpellier. Il n’y a pas de clé, le smartphone ou un badge permet de démarrer le véhicule. Ils sont accessibles à tous les conducteurs ayant le permis B, sur simple inscription sur l’application.

Après Montpellier, Totem Mobi ouvrira à l’automne à Sophia-Antipolis, début 2019 à Avignon. La start-up songe également se déployer en France par la cession de licences à des opérateurs locaux. Avec 12 salariés à ce jour, Totem Mobi a toujours la confiance de ses principaux actionnaires que sont la Caisse des Dépôts, PACA Investissement et la Banque Populaire Méditerranée… Et bien sûr le groupe Renault.

Facebook Comments
Lire la suite
Commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ecole, formation

La Wild Code School veut former plus de femmes au métier de développeur web en Région Sud

Dans ce secteur, la région souffre d’une forte pénurie de femmes (21%) par rapport à la moyenne nationale (33%). La Wild Code School propose à 10 femmes de participer gratuitement à la formation développeur web de septembre.

Publié

le

Le réseau d’écoles numériques Wild Code School qui forme au métier de développeur web ouvre en septembre son 13ème campus à Marseille. Le processus de recrutement de la 1ère session d’élèves touche à sa fin, mais le nombre de candidates est beaucoup plus faible que dans les autres villes françaises. Pour tenter d’atteindre la parité et résoudre une problématique régionale, le campus de Marseille bénéficie du dispositif “Elles Codent !” qui permettra à 10 femmes de rejoindre la session de septembre 2018, à titre gratuit.

Inauguration du dispositif “Elles codent ! » à Paris en présence de Mounir Mahjoubi

Ce dispositif tient à coeur à Anna Stépanoff, fondatrice et CEO de la Wild Code School. Élue parmi les 10 femmes à suivre dans la Tech en 2018 par l’association StartHer, Anna souhaite apporter une solution concrète à la pénurie de main d’œuvre féminine dans les écosystèmes numériques de France en incitant plus de femmes à se former au métier de développeur. Lancé l’année dernière à Paris, le dispositif “Elles Codent !” avait permis à 30 femmes d’accéder gratuitement à la formation de 5 mois en développement web. La deuxième saison aura lieu cette fois-ci dans le quart sud-est où le nombre de femmes dans le numérique est inférieur à la moyenne nationale. Seulement 21% de femmes travaillent dans les métiers numériques en Provence-Alpes-Côte d’Azur. La région souffre d’une forte pénurie de femmes dans ce secteur par rapport à la moyenne nationale (33%).

Comment bénéficier du dispositif “Elles Codent” ?
D’une durée de 5 mois, la formation s’adresse à des personnes de tout horizon, sans condition de diplômes. À partir de 18 ans, avec ou sans Bac, entrepreneuses, salariées, demandeuses d’emploi ou personnes en reconversion professionnelle peuvent s’immerger dans le métier de développeur web grâce au processus de candidature accessible depuis le site internet de l’école (wildcodeschool.fr). Les candidates auront jusqu’au 31 juillet pour nous remettre les exercices, première étape du parcours de candidature.

Facebook Comments
Lire la suite

Economie numérique

[Vidéo] #FDNum : Mounir Mahjoubi, Renaud Muselier et Jean-Luc Monteil s’engagent pour le Plan national d’aide à la transformation numérique des TPE-PME

Publié

le

Plus de 1000 visiteurs annoncés pour plus de 1400 inscrits, un ministre présent pour clôturer, le MEDEF Sud (ex PACA) est très satisfait de ce 1er Forum du Numérique qui s’est tenu au Palais du Pharo de Marseille le 10 juillet dernier. L’objectif d’un tel événement est d’aider les petites et moyennes entreprises de la région à se familiariser avec le numérique et découvrir les accompagnements dont elles peuvent bénéficier pour engager leur transformation et l’ambition du syndicat patronal, c’est de l’imposer au fil du temps comme l’événement incontournable des TPE/PME.
La transformation numérique des TPE/PME, c’est l’un des gros chantiers du secrétariat d’état au numérique. Mounir Mahjoubi, qui avait déplacé pour 3 jours son cabinet à thecamp (Aix-en-Provence), l’a encore rappelé lors de la clôture du Forum, ‘la France est en retard au niveau de l’intégration du numérique. Elle se classe en 16e position sur les 28 pays européens en 2017’’, alors qu’elle était par exemple à la 12e place en 2015, selon les chiffres de la Commission européenne. Le jeune secrétaire d’état devrait donc annoncer dans quelques semaines les grandes lignes d’un Plan national d’aide à la transformation numérique des TPE-PME concocté avec l’ensemble des régions françaises. Un dispositif d’appui ciblé sur les entreprises de moins de 50 salariés, afin de leur permettre de faire « les premiers pas » décisifs en matière de numérisation de leur activité. ‘‘On ne peut pas décevoir une fois encore les TPE-PME sur ces sujets là; elles aussi sont dans l’attente.’’

Plateforme numérique avec prestataires de proximité d’ici septembre
Concrètement, d’ici la rentrée de septembre, le gouvernement lancera une plateforme en ligne, France Num, qui contiendra à la fois des recommandations et des conseils de produits numériques, les coûts estimatifs, les aides disponibles, des contacts de prestataires de proximité et l’impact de chaque initiative via des témoignages d’entreprises similaires. Sur la certification des prestataires, libres de s’inscrire sur la plateforme, Mounir Mahjoubi dit ne pas vouloir sécuriser le dispositif pour ne pas laisser la porte ouverte aux seuls grands opérateurs, qui ne répondent pas aux besoins des TPE/PME. « Les petites entreprises veulent des offres de proximité accessibles. » même si le secrétaire d’Etat pointe du doigt le manque de prestataires de proximité. L’idée est donc de donner confiance aux nombreuses TPE-PME qui hésitent à sauter le pas, freinées par la masse d’informations et les « injonctions contradictoires » qu’elles reçoivent depuis plusieurs années.
La région Sud s’est proposée pour être la première en France à mettre en œuvre le plan gouvernemental et ses outils, couplé avec les moyens déjà mis en place par l’institution régionale, à commencer par le nouveau Portail des entreprises. Symboliquement, lors de la séance de clôture de ce 1er Forum du Numérique, Mounir Mahjoubi pour le gouvernement, Renaud Muselier pour la région et Jean-Luc Monteil pour le MEDEF Sud ont signé un accord visant à  mettre leurs moyens ensemble pour permettre à une entreprise d’avoir accès à tout et éviter l’éparpillement des moyens. La région Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur est la première de France à signer un accord sur ce sujet avec l’Etat.

[Vidéo]  Intervention de Renaud Muselier, président de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, sur son action économique, lors de la clôture du 1er Forum du Numérique organisé par le MEDEF Sud, la région Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur, le Syntec Numérique et Formasup.

[Vidéo] Intervention de Mounir Mahjoubi, secrétaire d’état en charge du numérique, sur la transformation numérique des TPE/PME, lors de la cloture du 1er Forum du Numérique.

[Vidéo] Signature symbolique d’un engagement de l’Etat, la Région Sud et du MEDIF Sud pour la mise en commun des moyens afin d’aider les TPE/PME à se numériser.

Facebook Comments
Lire la suite

Digital marketing & sales

Sophia-Antipolis : Izicap lève 6M€ pour financer son expansion européenne et recruter de nouveaux talents

La start-up a fait de la carte bancaire du consommateur la carte de fidélité du commerçant. Elle a l’ambition d’étendre son influence en Europe.

Publié

le

Implantée à Sophia-Antipolis, Izicap est spécialisée dans la relation marketing pour le commerce de proximité, la jeune pousse qui compte déjà parmi ses clients le Crédit Agricole, la Banque Populaire et la Caisse d’Epargne vient de lever 6 M€ auprès de Seventure Partners et d’Entrepreneur Venture avec l’ambition de poursuivre son expansion à l’échelle européenne.
Cofondée et présidée par Reda El Mejjad, Izicap édite une plateforme SaaS permettant aux réseaux bancaires d’apporter de nouveaux services à leurs clients. Ainsi, en récoltant et analysant les données de paiement, la société permet ainsi aux commerces de proximité de bénéficier d’un outil de marketing et de fidélisation performant pour augmenter leurs ventes en transformant la carte de paiement en carte de fidélité par exemple.

Reda El Mejjad (3ème en partant de la droite) au milieu de son équipe

‘’Notre solution technologique et ses services associés permettent au commerce de proximité de bénéficier d’un outil de fidélisation et de marketing digital tout aussi puissant que ceux utilisés par le commerce organisé’’ explique Reda El Mejjad, co-fondateur et président d’Izicap. ‘’Intégrée aux catalogues de services des banques, notre solution offre également aux réseaux bancaires la possibilité de renforcer la relation de proximité avec leurs clients commerçants et leur permet d’augmenter leur chiffre d’affaires.’’
Grace à cette levée de fonds, l’entreprise entend accompagner sa croissance par du recrutement. Elle a prévu d’embaucher une centaine de personnes sur 18 mois pour renforcer son équipe composée de 40 collaborateurs à ce jour.

Crédit Photos : Izicap

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X