Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

Economie numérique

[Vidéo] Forum du Numérique: Pourquoi vous devez y aller si vous êtes une TPE/PME ?

C’est le premier forum du genre dédié à la transition digitale des TPE/PME de la région Sud

Publié

le

Mardi 10 juillet se tiendra, au Palais du Pharo, le Forum du Numérique organisé par le Medef Paca, la Région Sud, Formasup et Syntec Numérique. Premier événement du genre dans la région Sud, ce Forum qui accueillera en clôture Mounir Mahjoubi, secrétaire d’État en charge du Numérique, ambitionne de répondre à un objectif précis : aider les petites et moyennes entreprises à oser et réussir leur transformation digitale !
Pour cela, le Forum du Numérique propose aux visiteurs des solutions concrètes d’accompagnement.  Au programme : plénières, tables rondes, rendez-vous B to B, témoignages d’entreprises régionales et ateliers rythmeront la journée. Un village des Solutions réunissant des entreprises du numérique. Un pôle institutionnel avec l’URSSAF, le Conseil régional, le MEDEF, l’Anssi, etc. Des stands tenus par les organisations représentatives des entreprises : Upe 13, Syntec Numérique, Ordre des experts comptables, Fédération régionale du Bâtiment, etc. Des ateliers thématiques animés par Google Ateliers Numériques : « Comment booster son modèle économique grâce aux nouvelles technologies », « Réussissez la transition digitale de votre entreprise grâce à la formation de votre équipe », « Comment développer son entreprise grâce au référencement naturel », etc.

Les chefs d’entreprise de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur ont à 67% une perception positive de la transition numérique… mais seuls 46% pensent que le numérique est un facteur partiellement ou totalement innovant. 30% trouvent les questions de la transformation numérique intéressantes mais demandent encore à être convaincus (Source CCIR PACA – Juin 2017).
Vous êtes une TPE ou une PME, voilà pourquoi vous devez venir au Forum du numérique, selon Olivier Cazzulo, délégué régional de Syntec Numérique, co-organisateur de l’événement.

Facebook Comments
Lire la suite
Commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Economie numérique

[Vidéo] #FDNum : Mounir Mahjoubi, Renaud Muselier et Jean-Luc Monteil s’engagent pour le Plan national d’aide à la transformation numérique des TPE-PME

Publié

le

Plus de 1000 visiteurs annoncés pour plus de 1400 inscrits, un ministre présent pour clôturer, le MEDEF Sud (ex PACA) est très satisfait de ce 1er Forum du Numérique qui s’est tenu au Palais du Pharo de Marseille le 10 juillet dernier. L’objectif d’un tel événement est d’aider les petites et moyennes entreprises de la région à se familiariser avec le numérique et découvrir les accompagnements dont elles peuvent bénéficier pour engager leur transformation et l’ambition du syndicat patronal, c’est de l’imposer au fil du temps comme l’événement incontournable des TPE/PME.
La transformation numérique des TPE/PME, c’est l’un des gros chantiers du secrétariat d’état au numérique. Mounir Mahjoubi, qui avait déplacé pour 3 jours son cabinet à thecamp (Aix-en-Provence), l’a encore rappelé lors de la clôture du Forum, ‘la France est en retard au niveau de l’intégration du numérique. Elle se classe en 16e position sur les 28 pays européens en 2017’’, alors qu’elle était par exemple à la 12e place en 2015, selon les chiffres de la Commission européenne. Le jeune secrétaire d’état devrait donc annoncer dans quelques semaines les grandes lignes d’un Plan national d’aide à la transformation numérique des TPE-PME concocté avec l’ensemble des régions françaises. Un dispositif d’appui ciblé sur les entreprises de moins de 50 salariés, afin de leur permettre de faire « les premiers pas » décisifs en matière de numérisation de leur activité. ‘‘On ne peut pas décevoir une fois encore les TPE-PME sur ces sujets là; elles aussi sont dans l’attente.’’

Plateforme numérique avec prestataires de proximité d’ici septembre
Concrètement, d’ici la rentrée de septembre, le gouvernement lancera une plateforme en ligne, France Num, qui contiendra à la fois des recommandations et des conseils de produits numériques, les coûts estimatifs, les aides disponibles, des contacts de prestataires de proximité et l’impact de chaque initiative via des témoignages d’entreprises similaires. Sur la certification des prestataires, libres de s’inscrire sur la plateforme, Mounir Mahjoubi dit ne pas vouloir sécuriser le dispositif pour ne pas laisser la porte ouverte aux seuls grands opérateurs, qui ne répondent pas aux besoins des TPE/PME. « Les petites entreprises veulent des offres de proximité accessibles. » même si le secrétaire d’Etat pointe du doigt le manque de prestataires de proximité. L’idée est donc de donner confiance aux nombreuses TPE-PME qui hésitent à sauter le pas, freinées par la masse d’informations et les « injonctions contradictoires » qu’elles reçoivent depuis plusieurs années.
La région Sud s’est proposée pour être la première en France à mettre en œuvre le plan gouvernemental et ses outils, couplé avec les moyens déjà mis en place par l’institution régionale, à commencer par le nouveau Portail des entreprises. Symboliquement, lors de la séance de clôture de ce 1er Forum du Numérique, Mounir Mahjoubi pour le gouvernement, Renaud Muselier pour la région et Jean-Luc Monteil pour le MEDEF Sud ont signé un accord visant à  mettre leurs moyens ensemble pour permettre à une entreprise d’avoir accès à tout et éviter l’éparpillement des moyens. La région Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur est la première de France à signer un accord sur ce sujet avec l’Etat.

[Vidéo]  Intervention de Renaud Muselier, président de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, sur son action économique, lors de la clôture du 1er Forum du Numérique organisé par le MEDEF Sud, la région Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur, le Syntec Numérique et Formasup.

[Vidéo] Intervention de Mounir Mahjoubi, secrétaire d’état en charge du numérique, sur la transformation numérique des TPE/PME, lors de la cloture du 1er Forum du Numérique.

[Vidéo] Signature symbolique d’un engagement de l’Etat, la Région Sud et du MEDIF Sud pour la mise en commun des moyens afin d’aider les TPE/PME à se numériser.

Facebook Comments
Lire la suite

Economie numérique

[Vidéo] Marseille : Quand Inès Leonarduzzi fait rimer Ecologie et Digital à La Coque

Fondatrice et présidente de l’ONG Digital For the Planet, Inès Leonarduzzi a fait de la pollution numérique son combat !

Publié

le

Réduire la pollution numérique dans le monde.” Voici l’objectif que s’est fixé Inès Leonarduzzi en fondant l’ONG Digital For the Planet en août 2017. C’est la première initiative du genre ! L’idée lui vient au cours d’une randonnée en montagne dans le Piémont italien. La jeune consultante en stratégie digitale qu’elle est à l’époque a le déclic : “J’ai réalisé que je pouvais recevoir des mails et des appels alors que j’étais isolée en pleine nature, au milieu de nulle part. Je me suis dit que ça n’allait pas de soi et j’ai commencé à m’interroger sur la mécanique derrière cette hyper connectivité et les implications pour notre planète…”. A son retour d’Italie, la jeune femme peine à trouver des études sur le sujet, mais le peu d’infos grappillées sur la toile la conforte dans sa démarche et lance Digital For the Planet. Objectif : informer, alerter, et conseiller, notamment les entreprises, pour mettre un frein à la pollution numérique.

Les usages numériques sont énergivores
On a tendance à l’ignorer parce que le digital est quelque chose d’immatériel mais il a des répercussions réelles sur l’environnement. Effectuer une recherche sur Google ou un autre moteur de recherche, lire une vidéo sur YouTube ou envoyer un mail avec plusieurs personnes en copie, tout cela nécessitent des datacenters et des réseaux pour stocker, traiter et acheminer les données. Des infrastructures énergivores. Toute action sur le Net, même l’ouverture d’une page, a une conséquence environnementale. Pour l’envoi d’un email avec une pièce jointe, les conséquences sont les mêmes que si vous laissiez une ampoule allumée pendant une heure.  Imaginez donc 4 milliards d’internautes dans le monde (+7% en un an !) répéter ces gestes quotidiennement… Pas étonnant d’entendre qu’aujourd’hui le numérique produit autant de CO2 que toute l’industrie aérospatiale mondiale !

Au service de l’écologie digitale…
Depuis un an, Inès Leonarduzzi s’active à éveiller les consciences, notamment en entreprise, où elle intervient régulièrement pour promouvoir les bonnes pratiques. La tâche est titanesque d’autant que la jeune femme sait pertinemment qu’il n’est même pas envisageable de se passer du numérique et de ses outils. Il faut donc mettre en place un code de bon comportement et encourager la prise de conscience. L’ONG travaille notamment sur la création d’un premier écolabel européen certifiant, en matière d’écologie digitale, à destination des entreprises et des institutions. Rien ne semble entamer la motivation de celle qui se décrit sur son compte LinkedIn comme “global sustainability activist” (Activiste du développement durable mondial).

C’est ce combat contre la pollution numérique qu’elle a évoqué et expliqué lors de son passage à Marseille, lundi 25 juin, pour une conférence organisée à La Coque par les anciens de l’EDHEC et le cluster numérique Medinsoft.

Facebook Comments
Lire la suite

Economie numérique

French Tech : lancement d’un nouveau fonds, “French Tech seed”

En déplacement à Metz jeudi 21 juin, le Premier ministre, Edouard Philippe, a annoncé le lancement d’un nouveau fonds, “French Tech seed”, pour la French Tech.

Publié

le

En déplacement à Metz jeudi 21 juin, le Premier ministre, Edouard Philippe, a annoncé le lancement d’un nouveau fonds, “French Tech seed“, pour la French Tech. Doté de 400 millions d’euros dans le cadre du troisième volet du Programme d’investissements d’avenir, ce fonds visera à soutenir les levées de fonds des start-ups technologiques issues des laboratoires, des incubateurs ou des sociétés d’accélération du transfert de technologies (SATT).
Géré par Bpifrance, il reposera sur des apporteurs d’affaires labellisés, chargés d’accompagner ces nouvelles pousses et de leur trouver des investisseurs privés. Ces apporteurs d’affaires, garants de la validité technologique du projet, permettront un investissement public quasi-automatique, sous forme d’obligations convertibles, en complément des capitaux apportés par les investisseurs privés.
Le fonds, qui dote la France, à l’instar d’autres start-up nations comme les Etats-Unis, la Corée du Sud ou Israël, d’un outil de financement capable de financer le pré-amorçage à grande échelle, pourra également intervenir directement en fonds propres pour des levées plus importantes. Sa création conforte le virage, annoncé le 25 mai, à l’occasion du salon Vivatech, par le Secrétaire d’Etat au Numérique, Mounir Mahjoubi, de la French Tech vers la “deep tech”. Il concrétise également l’un des 100 engagements pris à l’occasion du plan “Action start-ups 2018” présenté alors…

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X