Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

Microélectronique

Eltopia utilise les composants de STMicroelectronics pour sauver les abeilles

Aux Etats-Unis, des microcontrôleurs, des capteurs et autres composants de STMicroelectronics sont utilisés pour sauver les abeilles dont le rôle est essentiel pour la survie de l’espèce humaine.

Publié

le

Chez STMicroelectronics, on a coutume de dire que l’entreprise se trouve partout où la technologie microélectronique contribue de manière positive et novatrice à la vie quotidienne. Aujourd’hui, c’est le cas aux Etats-Unis où des microcontrôleurs, des capteurs et autres composants de ST sont utilisés pour sauver les abeilles dont le rôle est essentiel pour la survie de l’espèce humaine.  

Nom de code : MiteNot

Eltopia Communications, spécialisée dans la communication institutionnelle centrée sur l’agriculture, vient d’annoncer que la plateforme intelligente (Intelligent Foundation) qu’ elle a lancé en développement – nom de code : MiteNot – utilise un microcontrôleur STM32F0, plusieurs capteurs et des composants de gestion de l’alimentation développés par ST pour surveiller et recueillir des données relatives aux conditions environnementales, ainsi que pour éliminer les parasites qui favorisent le syndrome d’effondrement des colonies d’abeilles (CCD – Colony Collapse Disorder).

La plateforme intelligente d’Eltopia est une pellicule compostable qui détecte le cycle de vie des abeilles et des parasites. Cette solution interagit ensuite avec la colonie pour appliquer une chaleur ciblée qui stérilise les parasites sans menacer les abeilles – et sans pesticides.

Les ingénieurs d’Eltopia ont sélectionné le microcontrôleur basse consommation STM32F0 et un large éventail de capteurs ST supplémentaires en raison de leurs solides performances. « ST est un solide partenaire qui nous a fourni bien plus qu’une liste d’excellents composants. » souligne Will MacHugh, Président d’Eltopia Communications « Toute l’équipe de ST a fait preuve d’un engagement sans faille en faveur de l’environnement, apportant une réelle valeur ajoutée qui va bien au-delà du partage de valeurs. »

Le syndrome d’effondrement des abeilles : une situation préoccupante

Le syndrome d’effondrement des colonies d’abeilles se caractérise par la disparition des abeilles ouvrières de leur ruche. Selon le ministère américain de l’Agriculture, les abeilles peuplent environ 4 millions de ruches commerciales et pollinisent environ 30 % de la nourriture consommée aux États-Unis ; elles pollinisent également une grande partie des cultures consommées par le bétail et jouent un rôle similaire dans la production alimentaire mondiale. Par conséquent, la diminution des populations d’abeilles représente une réelle menace pour les sources de nourriture à travers le monde.

Pour les spécialistes, le syndrome d’effondrement des colonies d’abeilles est dû à plusieurs facteurs, dont les parasites, les virus et les pesticides. Les principaux suspects sont des acariens parasites qui infectent et détruisent les colonies d’abeilles.

La plateforme intelligente d’Eltopia est actuellement en phase de recherche, de développement et de tests. Eltopia recherche des apiculteurs et des institutions universitaires souhaitant participer à des essais supplémentaires, en vue d’une disponibilité commerciale d’ici à l’automne 2015.

En savoir plus : www.eltopia.com

Facebook Comments
Lire la suite
Commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ecosystème

Sophia-Antipolis : le fonds d’investissement industriel 2C Invest entre au capital d’Insight SIP

A travers le rachat de participations d’actionnaires historiques, le toulonnais 2C Invest entre au capital de l’entreprise sophipolitaine à hauteur de 18,6 %.

Publié

le

Insight SiP, spécialiste français des modules radiofréquence miniatures annonce le rachat des participations d’actionnaires historiques par le fonds d’investissement toulonnais 2C Invest. Grace à ce rachat 2C Invest rentre au capital de l’entreprise à hauteur de 18,6%.
Fondée en 2005 par trois seniors de la microélectronique Chris Barratt, Michel Beghin et Marc Vodovar, l’entreprise sophipolitaine est présidée aujourd’hui par Nick Wood, multi-entrepreneur de l’industrie HiTech. Plus de 85% de son chiffre d’affaires est fait à l’export notamment sur les marchés mondiaux en Europe, Amérique du Nord et Asie.
Michel Beghin, directeur général d’Insight SIP, se félicite de l’arrivée des équipes de 2C Invest qui “apporteront leur savoir-faire industriel et financier pour nous permettre de poursuivre notre croissance.”
Dédiés aux communications sans fil et aux petits objets connectés IoT, les composants électroniques miniatures d’Insight SiP sont au cœur de centaines de produits très basse consommation de l’Internet des objets. Les applications sont aussi diverses que des outils industriels connectés, des capteurs de tracking de pièces détachées, des dispositifs d’accès sécurisés, du matériel de laboratoire connecté, des dispositifs de capteurs biologiques, de température, de taux de glucose, de suivi des femmes enceintes, des dispositifs d’orthodontie, des dispositifs de capteurs environnementaux, des équipements militaires connectés, mais aussi des jouets, des vélos et des équipements de loisirs. Il faut noter qu’en 2017, la technologie Insight SiP a été utilisée par l’astronaute Thomas Pesquet lors de sa mission de six mois dans l’espace.
Depuis dix ans, l’entreprise, forte d’une vingtaine d’experts dans son équipe R&D basée à Sophia Antipolis, enregistre une croissance annuelle moyenne de plus de 30% par an. Elle a vendu en propre plus d’un million de modules. Les produits qu’elle a développés pour comptes de tiers sont commercialisés chaque année à plusieurs dizaines de millions d’unités.
Depuis sa création, la société est accompagnée par Sophia Business Angels, rejoint à partir de 2009 par PACA Investissement, Primaveris et Success Europe. En 2018, Primaveris, Sophia Business Angel et Success Europe ont souhaité transférer leurs participations qui ont été cédées à 2C Invest et au management de l’entreprise.

Facebook Comments
Lire la suite

Microélectronique

Gemalto fournit une solution sans contact au russe EKA

Gemalto fournit une solution sans contact au russe EKA

Publié

le

Le détaillant en essence russe EKA procède depuis le mois d’avril à la migration des cartes de paiement existantes vers la solution sans contact Optelio PURE de Gemalto.

Ces nouvelles cartes de marque Gemalto déployées depuis avril 2015 apportent une mesure de prévention solide contre la fraude et une commodité accrue pour les utilisateurs finaux. La mise en œuvre de la norme EMV (Europay Mastercard Visa), le standard international de sécurité des cartes de paiement (cartes à puce), facilitera les échanges commerciaux d’EKA pour l’interopérabilité avec d’autres détaillants.

Les nouvelles cartes à double interface apportent également une expérience de paiement plus rapide aux clients qui doivent simplement effleurer le terminal du point de vente avec la carte pour payer le montant dans les stations d’essence d’EKA. La vérification de l’authenticité de la carte est effectuée par le terminal de paiement lui-même, en assurant le maintien de la continuité de service même en cas de problème avec le réseau.La technologie est déjà bien éprouvée, en 2014, Gemalto en a livré plus de 320 millions de cartes NFC.

« Gemalto est la seule société qui peut fournir une solution complète de carte de paiement EMV sans contact de marque maison, appuyée par de solides références dans le monde entier », a souligné Vasiliy Nazarenko, PDG d’EKA.  «La prochaine étape sera l’interopérabilité avec d’autres détaillants pour créer un réseau EMV russe privé, solide et large ».

Gemalto est déjà présent en Russie avec un centre de personnalisation à Moscou.

Facebook Comments
Lire la suite

Microélectronique

STMicroelectronics perd sa place de numéro 1 européen suite à la fusion NXP-Freescale

STMicroelectronics perd sa place de numéro 1 européen suite à la fusion NXP-Freescale

Publié

le

En rachetant l’américain Freescale, le néerlandais NXP devient le nouveau champion européen des semi-conducteurs et se positionne en leader sur les marchés de demain tels que l’automobile, l’industrie ou le médical. De quoi contrecarrer les ambitions de l’allemand Infineon et mettre la pression sur le franco-italien STMicroelectronics !

Cette fusion entre l’américain Freescale et le néerlandais NXP est la plus grande opération de consolidation dans les semi-conducteurs. Le nouveau groupe, constitué de 42 000 personnes, pèse 10,3 milliards de dollars de chiffre d’affaires en 2014, ce qui le place septième fournisseur mondial de puces électroniques.

Mais le nouvel ensemble devient aussi le nouveau champion européen des semi-conducteurs, un titre détenu jusqu’ici par le franco-italien STMicroelectronics. C’est peut être une bonne chose pour l’industrie européenne, qui dispose maintenant d’un leader mondial dans les composants essentiels aux marchés de demain des semi-conducteurs comme l’automobile, l’énergie, l’industrie ou le médical. Des secteurs d’application, qui tendent à se numériser et à intégrer toujours davantage d’électronique, et qui vont tirer le marché des semi-conducteurs dans les 10 à 15 ans à venir.

Ainsi selon le cabinet iHS Technology, le marché des puces électroniques pour l’automobile est promis à une croissance de 18 à 20 % par an d’ici à 2018, contre moins de 10 % pour l’ensemble du marché des semi-conducteurs.

L’allemand Infineon challengé dans l’automobile

Cette opération rebat toutefois les cartes en Europe. L’Allemand Infineon (ancien bras armé de Siemens dans les semi-conducteurs) s’est positionné fortement sur les circuits discrets, analogiques et de puissance, notamment pour l’automobile. Avec grand succès, puisqu’en 2014, il est devenu le numéro un dans ce domaine, avec 9,8 % du marché, devant le Japonais Renesas Electronics (9,3 %), selon IHS Technology. Il devra maintenant céder sa couronne au nouvel ensemble NXP-Freescale, qui s’arroge 12,9 % du marché.

STMicroelectronics obligé de rebondir

La perte de sa place de numéro un européen a un impact symbolique fort. Cette fusion NXP-Freescale est clairement une mauvaise nouvelle pour STMicroelectronics,  et en plus elle tombe mal car le groupe franco-italien peine à sortir des difficultés dans lesquelles il est englué depuis trois ans. Carlo Bozotti, PDG de STMicroelectronics, était occupé jusqu’ici à sortir le groupe de sa mésaventure dans les circuits pour mobiles, en liquidant sans faire trop de vague l’héritage de ST-Ericsson, sa coentreprise avec Ericsson dissoute à l’été 2013.

En 2014, STMicroelectronics a vu son chiffre d’affaires reculer de 8,4 %, alors que le marché des semi-conducteurs a bondi de 9 %.  Les marchés de l’automobile, l’industrie ou le médical, domaines où il est censé avoir le plus d’atouts, ont progressé bien plus vite, comme en témoigne l’augmentation de 17 % du chiffre d’affaires de NXP et de celui d’Infineon en 2014.

STMicroelectronics doit rebondir et sortir du marasme. Pour cela, le groupe dispose de sérieux atouts : une belle machine de production et une belle machine de R&D. Il reste maintenant à restaurer la motivation des troupes !

DG

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X