Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

Microélectronique

Les microcontrôleurs sécurisés de STMicroelectronics obtiennent le label « France cybersécurité »

Lors du Forum International de la Cybersécurité, Axelle Lemaire, Secrétaire d’Etat au numérique, a remis les premiers Labels
« France Cybersecurity » à 17 entreprises dont STMicroelectronics.

Publié

le

A l’occasion de la 7ème édition du Forum International de la Cybersécurité, le FIC, qui s’est tenue à Lille la semaine dernière, Axelle Lemaire, Secrétaire d’Etat au numérique, a remis les premiers Labels « France Cybersecurity ».  Au total 24 solutions de cybersécurité se sont vues décerner un label, portées par 17 entreprises dont STMicroelectronics et ses microcontrôleurs sécurisés.

Régi par l’Alliance pour la Confiance Numérique (ACN), le label « France Cybersecurity » a pour objectif de sensibiliser les utilisateurs et donneurs d’ordre à l’importance de l’origine d’une offre de cybersécurité, en particulier s’agissant de l’offre française, et de leur fournir une information claire et objective sur la qualité et les fonctionnalités des produits ainsi labélisés. Ce label permet ainsi, à qualité équivalente, de choisir une solution issue de l’offre de cybersécurité française, reconnue tant par les pouvoirs publics que par les utilisateurs.

Pour la secrétaire d’état, « la confiance doit être le pilier de la république numérique, et cette mesure du 33ème Plan de la Nouvelle France Industrielle consacré à la cybersécurité devrait permettre de structurer le marché français autour de cette notion ».Au cours de sa visite au FIC,  Axelle Lemaire a même évoqué l’hypothèse d’une reconnaissance du label en Allemagne.

Si ce label a pour objectif premier valoriser, auprès des entreprises et des administrations françaises, le savoir-faire des sociétés spécialisées dans la sécurité, les autorités souhaitent aussi s’en servir à l’export pour “promouvoir les solutions de cybersécurité françaises et accroître leur visibilité en France et à l’international”.

Selon l’Observatoire de la Confiance Numérique publié par l’Alliance pour la Confiance Numérique (ACN), la filière de cybersécurité représente en France plus de 600 acteurs et emploie 90 000 personnes dans le monde dont 40 000 en France. Les grandes entreprises à stature internationale et le très grand nombre de PME innovantes françaises apparaissent souvent dans le Top 5 mondial de leur métier.

STMicroelectronics, premier fournisseur de composants électroniques labellisé « France cybersécurité ».

Présents dans de multiples objets du quotidien, les microcontrôleurs sécurisés de STMicroelectronics assurent depuis plus de 20 ans la sécurité des services numériques, que ce soit dans les applications du secteur bancaire, de la sûreté informatique, de l’e-gouvernement, des transports publics ou des communications mobiles.

« Nos familles de microcontrôleurs sécurisés ST23, ST33 et ST31 ont été conçues pour satisfaire les plus hauts niveaux d’exigence en matière de sécurité ; elles supportent de multiples standards cryptographiques, et ont obtenu les certifications sécuritaires les plus exigeantes comme celles des Critères Communs EAL6+ ou EMVCo » a déclaré Marie-France Florentin, directrice générale de la division Microcontrôleurs sécurisés de STMicroelectronics.

Ces microcontrôleurs sont principalement conçus et fabriqués à Rousset (Bouches-du-Rhône) ainsi qu’à Crolles et Grenoble (Isère), Sophia Antipolis (Alpes Maritimes) et Rennes (Ille-et-Vilaine).

DG

Facebook Comments
Lire la suite
Commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ecosystème

Sophia Antipolis : Insight SiP met au point la “Security Bubble Covid-19”, un dispositif de distanciation sociale

Publié

le

C’est un petit dispositif qui peut se présenter sous forme d’un tag électronique. Ainsi, dans un espace donné, chaque personne, équipée de ce tag, génère une « Bulle de Sécurité » ou « Security Bubble » individuelle invisible, pour les aider à respecter la distanciation sociale. La règle de distanciation est ajustable de façon précise de 1m à 2 m pour éviter la contagion.

Une “bulle de sécurité” individuelle

Mis au point par Insight SIP, entreprise azuréenne spécialisée dans la conception et la fabrication de composants électroniques ultra miniaturisés qui a décidé d’utiliser son savoir-faire dans la lutte contre le coronavirus, la « Security Bubble Covid-19 » s’appuie sur une technologie de pulse radio hyperfréquence de très basse puissance pour reconnaître sa position vis-à-vis d’autres « Security Bubbles » avec une précision de quelques centimètres. Chaque « Security Bubble » interagit de façon automatique avec les « Security Bubbles » voisines. Lorsque les « Security Bubbles » sont trop proches les unes des autres, elles rentrent en collision et une alarme informe les porteurs de dispositifs.

Grâce à sa miniaturisation, de l’ordre de 14 millimètres, cette nouvelle génération d’EPI (équipement de protection individuelle) peut être intégrée sur tout type d’équipement (tags d’identifications portables, bracelets, matériels de sécurité, vêtements, casques de chantier…).
Cette solution de sécurité a été conçue pour être portée par des personnes sur leurs lieux de travail (les entreprises, les bureaux, les entrepôts, les ateliers de productions, les chantiers, …) mais aussi les lieux qui reçoivent du public (les bars, restaurants, collectivités, magasins, grandes surfaces, musées, …) ainsi que les écoles, universités, centres de formation.
L’après Covid-19 va imposer des règles de distanciation sociale en particulier dans les entreprises et les espaces publiques, souligne Michel Beghin, président d’Insight SIP. La Security Bubble permet aux entreprises, aux fonctions publiques et aux individus de s’assurer qu’ils respectent les consignes de sécurité.”
Insight SIP garantit en outre ses « Security Bubbles » comme non intrusives. Elles ne stockent aucune donnée personnelle et sont en conformité avec les normes RGPD.

Pour l’heure à l’état de prototype développé avec des technologies et composants de base déjà en production pour d’autres applications, la Security Bubble a fait l’objet d’un dépôt de brevet. Pour finaliser les produits et pour les lancer sur le marché, l’entreprise de Sophia-Antipolis souhaite travailler avec des entreprises spécialisées dans le domaine des EPI (Equipement de Protection Individuelle) qui seront capables d’adapter et de finaliser le produit aux besoins de leurs clients.  “Aujourd’hui, nous proposons notre expertise et nos technologies à tout fabricant d’EPI qui souhaite mettre de tels dispositifs sur le marché ” indique Michel Beghin. Une commercialisation peut ainsi être espérée dans les prochains mois.

Facebook Comments
Lire la suite

Ecosystème

Nanoz lève 1,5 M€ pour lancer la production en série de son nanocapteur de gaz

Publié

le

Installée à Fuveau dans le Pays d’Aix, la start-up Nanoz annonce avoir bouclé il y a un mois sa première levée de fonds d’un montant de 1,5 M€ auprès de Région Sud Investissement (fonds de la région dont la gestion est confiée à Turenne Capital), de Foreis (fonds de dotation des industries françaises de la micro et nanoélectronique), de Provence Business Angels (PBA), du Pôle SCS (Solutions communicantes sécurisées), de la Banque publique d’investissement (BPI) et de la SATT Sud-Est.
Grâce à cette levée de fonds, la jeune pousse entend lancer la production de son capteur de gaz en nanotechnologie qui a nécessité cinq ans de R&D et deux ans de pré-industrialisation. Cette nouvelle génération de capteurs repose sur la technologie MOx (Metal Oxyde) sur Silicium développée avec l’Institut Matériaux Microélectroniques Nanosciences de Provence (IM2PN), une entité de recherche dépendante du CNRS. Plus petits (1.8 mm x 1.8 mm), ces capteurs peuvent être intégrés dans divers objets connectés ou des smartphones et peuvent détecter des gaz – comme le monoxyde de carbone (CO), l’Ozone, le VOC, l’Ethanol par transpiration (détecte le taux d’alcool dans le sang au toucher) et mesurer aussi la qualité de l’air. Ses avantages, une faible consommation, un coût peu élevé.
« Les plus grands fabricants de téléphonie mobile ont tous prévu d’intégrer la détection de gaz dans leur prochaine génération de smartphones et seul Nanoz rend possible l’identification précise d’un gaz parmi d’autres à partir de son smartphone », précise Thibaud Sellam, fondateur et dirigeant de Nanoz dans un communiqué.
Créée en mars 2012, Nanoz et ses 7 salariés espèrent connaître en 2019  une croissance à trois chiffres grâce au démarrage de la production. La start-up annonce avoir signé un premier contrat avec une entreprise du CAC 40 sans pour autant dévoiler son nom.
Photos : ©Nanoz

Facebook Comments
Lire la suite

Ecosystème

Gemalto revendique la première carte SIM 5G au monde

Gemalto lance la première carte SIM 5G de l’industrie, afin de répondre aux exigences des opérateurs en matière de déploiements de réseaux de nouvelle…

Publié

le

Alors que le déploiement commercial de la 5G approche à grands pas et qu’on s’attend à ce que, cette  semaine, le Mobile World Congress de Barcelone (25 au 28 février) soit un florilège de terminaux compatibles, Gemalto vient se positionner en précurseur sur un secteur assez inattendu : la SIM 5G.
L’entreprise de Gémenos lance en effet la première carte SIM 5G de l’industrie, afin de répondre aux exigences des opérateurs en matière de déploiements de réseaux de nouvelle génération dès 2019. Conformément aux dernières spécifications ETSI et 3GPP et aux recommandations de la SIMalliance, la carte SIM 5G se définit comme l’unique solution capable d’assurer l’accès au réseau 5G. Cette carte SIM 5G doit apporter une amélioration en termes de confidentialité des données et une itinérance mondiale 5G transparente, imposées par les normes les plus élevées. C’est également la première carte SIM à ajouter une protection améliorée contre les tentatives d’intrusion afin d’anticiper les exigences futures.
D’ici 2024, la couverture du réseau 5G devrait atteindre 40% de la population mondiale et représentera 1,5 milliard d’abonnements (rapport d’Ericsson Mobile – novembre 2018). En tirant parti des avantages de la 5G, les principaux cas d’utilisation de cette nouvelle carte SIM devraient inclure le haut débit mobile amélioré, les applications IoT à grande échelle ainsi que les infrastructures de communication critiques.
La carte SIM 5G de Gemalto sera disponible dans tous les formats SIM (SIM amovible, carte SIM M2M, eSIM) au cours du premier semestre 2019. Cette nouvelle carte SIM 5G permet l’anonymisation des identités des abonnés, grâce au cryptage embarqué de l’identité qui permet d’éliminer la possibilité d’utiliser abusivement ce type d’informations dans le but de localiser et de suivre les particuliers ou de recueillir des données personnelles, tout en garantissant que les opérateurs mobiles se conforment aux réglementations, comme le cadre général de protection des données. En outre, la résilience d’un environnement de confiance aidera les opérateurs à assurer le contrôle du cycle de vie complet de la carte SIM, “supprimant toute exposition aux cyber-attaques et aux violations de sécurité accidentelles”. Une ‘expérience d’itinérance 5G transparente’ est également proposée.
Gemalto collabore étroitement avec des acteurs clés du secteur de la 5G du monde entier, dans le cadre du développement de cette carte SIM 5G.

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X