Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

Big Data

Beelife, Bioceanor, Bynd, Easygan, MyDataModels & I-MC, lauréats du concours PME Innovantes du Numérique Sud

Publié

le

Les lauréats de la 10e édition du concours PME Innovantes du Numérique Sud ont été annoncé jeudi 19 décembre en point d’orgue du séminaire international Startups Studios organisé par le Pôle de compétitivité mondial Solutions Communicantes Sécurisées (SCS) dans les locaux d’Amadeus à Sophia-Antipolis.
Soutenu par la Région Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur, le Concours PME Innovantes du Numérique Sud 2018 récompense chaque année des startups et PME innovantes de la région. Six prix sont décernés dont le 6e prix qui récompense une innovation numérique co-développée par un couple laboratoire/entreprise directement issu de la recherche ou d’un transfert d’un laboratoire. Les catégories de prix adressent les différents marchés et domaines de compétences couverts par le pôle SCS : cybersecurité/sécurité numérique, IA/big data, microélectronique, IoT et industrie du futur.

Catégorie “IA/Big Data” :
Le lauréat est la start-up MyDataModels (Sophia-Antipolis) fondée en début d’année dans la technopole par Simon GazikianMyDataModels et son équipe d’une douzaine de personnes cherchent à automatiser la technologie du machine learning pour permettre à des experts d’un domaine donné de construire facilement et de faire tourner leur propre modèle prédictif à partir de données petites ou grandes venant de l’IoT.

Catégorie “Cybersécurité/Sécurité Numérique” :
Bynd (Marseille), incubé par Korner (Klanik), réinvente l’expérience des laboratoires de biologie médicale, en fournissant des informations plus compréhensibles aux patients et plus pertinentes aux médecins, grâce à l’Intelligence Artificielle

Catégorie “IoT” :
Deux lauréats dans cette catégorie IoT : Bioceanor (Valbonne) et Beelife (Aix-en-Provence) ;
Bioceanor (Valbonne) est spécialisée dans les systèmes de mesure de la qualité de l’eau de mer, la jeune pousse basée à Sophia-Antipolis développe à destination des fermes aquacoles une station météo sous-marine aux capacités prédictives actuellement expérimentée dans la baie de la Seyne-sur-Mer.
Beelife (Aix-en-Provence) a conçu la première ruche connectée pour les abeilles qui disparaissent, victimes des vagues de chaleur et de froid, de l’acarien Varroa et de la mauvaise qualité de leur habitat, la ruche. Pour survivre, elles ont besoin d’un foyer adapté et d’un peu de technologie. C’est la ruche CoCoon, elle traite le Varroa avec une arme purement biologique, la chaleur (brevet en attente), et aide les abeilles à vivre plus longtemps, à récolter plus de miel, à vivre dans un habitat sain. L’apiculteur n’a aucun entretien à réaliser : le système est autoalimenté, et il dispose d’une surveillance à distance complète. L’ordinateur embarqué avertit dès qu’une anomalie est détectée, et gère de manière autonome l’énergie et la régulation thermique. Beelife dévoilera CoCoon en janvier 2019, à l’occasion du prochain CES à Las Vegas.

Catégorie “Microélectronique” :
EasyGan (Nice) incubé par Paca Est. Cette start-up propose des produits pour la filière GaN sur Silicium. Située à Sophia Antipolis, EasyGaN est une spin-off du CRHEA-CNRS, un centre de recherche reconnu avec 20+ années d’expérience dans la croissance épitaxiale du GaN. La société développe des substrats clés en main répondant aux barrières technologiques du GaN (Nitrure de Gallium) sur silicium et aux exigences du marché́ en termes de qualité́ et de coût.

Catégorie “Industrie du Futur” :
Le lauréat est I-MC (Pertuis), pour Innovative Manufacturing & Controls, une jeune entreprise innovante créée en 2017 avec l’appui de plusieurs associés dont le CEA et l’Ecole Centrale de Nantes.
I-MC qui obtient également le Prix spécial “Collaboration Laboratoire & Entreprise” justement pour le partenariat fort engagé avec CES Recherche et Centrale Nantes.

Depuis maintenant 10 ans, le pôle SCS a ainsi primé près de 60 entreprises.  Le concours a mis en avant un grand nombre d’entreprises à l’instar de Starchip, Oléa Medical, Ombrea, Feeligreen, Option Way, Anapix Medical, SunPartner Technologies, Wooxo, Texplained, Kinaxia, Eukles Solutions, Data Solutions, …

Facebook Comments
Lire la suite
Commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Big Data

Qwant lance Causes et transforme vos clics dans son moteur de recherche en dons pour vos associations préférées

Publié

le

Soutenir financièrement des associations d’intérêt général via de simples recherches sur le moteur de recherche Qwant, c’est la nouvelle fonctionnalité annoncée le 14 mai par Éric Léandri, le fondateur-dirigeant du moteur de recherche européen. Ce nouveau service donne la possibilité aux internautes de soutenir concrètement des causes justes menées par des associations (acteurs de la solidarité et du développement durable) sous la forme de dons alimentés grâce à leurs recherches. Aucune transaction bancaire n’est demandée à l’internaute : c’est via ses clics sur les publicités qu’il peut contribuer facilement et anonymement car Qwant ne collecte aucune donnée personnelle, aux causes qui lui sont chères.
Dans un entretien publié sur le site le Portail de l’IE, Éric Léandri explique ‘’Si vous souhaitez défendre une cause, par exemple celle de la femme ou bien de l’environnement, il vous suffira d’activer Qwant Causes. Cela générera quelques publicités supplémentaires et les revenus seront redistribués à qui vous voulez. […] Vous pourrez planter des arbres aux Philippines, ou bien en bas de chez vous, peu importe, et votre vie privée restera préservée’’.

Comment ça marche ?
Il n’est pas nécessaire de créer le moindre compte mais il faut néanmoins activer Qwant Causes via le nouveau petit bouton qui apparaît en haut à droite de la page d’accueil Qwant. Ensuite, chaque clic sur un lien sponsorisé lors de vos recherches sur le moteur Qwant générera des points appelés “QOZ”. Chaque mois, la valeur de ces points sera versée, en euro, aux associations que vous aurez sélectionnées, et ce dès le premier centime. Si vous ne sélectionnez aucune association, la somme sera versée à la cause mise en avant par Qwant Causes pour le mois en cours. Pour son lancement, le nouveau service a choisi de pousser la cause du droit de la femme, qui représente 96 associations, mais pour les mois suivants, ce sera la communauté de voter pour l’association à mettre en avant. Le moteur de recherche espère pouvoir verser ainsi 100 000 euros aux associations en l’espace d’un an.

Plus de 1000 associations et fondations déjà reconnues
La nouvelle fonctionnalité Qwant Causes, activable et désactivable à la volée, donne également accès à un catalogue d’associations pour aider l’utilisateur à faire sa sélection. Plus d’un millier d’associations et fondations sont déjà reconnues mais à terme toutes les associations du monde entier seront progressivement indexées par le moteur de recherche européen. Pour développer ce projet et organiser notamment le versement des dons pour les structures membres, Qwant s’est associé à différents experts du milieu associatif, tel HelloAsso, la première solution de paiement en ligne des associations. Chaque mois un rapport des donations effectuées indiquant les sommes versées aux associations soutenues par les internautes sera publié. Il en sera de même pour les entreprises, qui peuvent choisir d’activer par défaut cette fonctionnalité dans leur déploiement de Qwant, dans le cadre de leur politique de responsabilité sociale d’entreprise (RSE).

Qwant, de plus en plus anti-Google
Si Qwant est un moteur de recherche respectueux de la vie privée, l’entreprise poursuit son développement avec l’idée de concurrencer Google dans d’autres domaines, comme l’e-mail ou bien la navigation, avec un concurrent de Google Maps.
Déjà d’ici à fin juin, Qwant compte lancer son service mail fondé sur le même principe que son moteur de recherche et baptisé Qwant mail. Un nouveau pied de nez à Google et à sa messagerie Gmail, qui rien que sur le mois d’avril 2019, a géré 28% des mails de la planète.
Enfin, sur le Portail de l’IE, Éric Léandri annonce également ‘’travailler sur une plateforme dédiée à la culture, qui doit rassembler les photos libres de droit mais également celles non libres, et permettre de retrouver leurs propriétaires afin de les rétribuer’’

Facebook Comments
Lire la suite

Big Data

Qwant veut ouvrir une agence en Occitanie d’ici un an

Publié

le

Il y a 3 semaines, la Région Occitanie lançait un nouveau cluster régional destiné à créer un espace de confiance autour de l’économie de la donnée. Son nom Occitanie Data et parmi les 17 membres fondateurs se trouve Qwant, l’ambitieux moteur de recherche européen, dont le siège social se situe aujourd’hui à Paris mais qui est né en 2013 à Sophia-Antipolis.
C’est donc pour concrétiser un peu plus son implication dans la région que le fondateur de l’entreprise Éric Léandri, a annoncé l’ouverture prochaine en Occitanie, d’une antenne dédiée au traitement des données. Il se donne en effet un an pour ouvrir ce site vers Montpellier ou Toulouse, mais peu importe la localisation, le service sera disponible pour toute la Région et promet de faire de l’Occitanie, la première région en Europe sur le traitement des données locales. Pour cela, concrètement, plusieurs serveurs seraient installés pour un investissement pouvant monter jusqu’à 10 millions d’euros.
Dans les colonnes de la Tribune, Eric Léandri explique  : “L’idée de structurer les échanges et le traitement des datas publiques et privées pour gérer une Région m’a paru très intéressante. Mais la collecte n’est qu’un début. Qwant souhaite mettre à disposition sa puissance de calcul et sa technologie IA pour créer des services aux citoyens.” Parmi ces services, le patron de Qwant pense aux données sur les conditions de circulation en Région, sur la qualité de l’air ou encore sur la qualité des eaux de baignades. Et grâce aux objets connectés, pourquoi pas aussi repérer d’éventuelles fuites d’eau dans les bâtiments publics ou des lumières encore allumées pendant les weekends !
Qwant, c’est aujourd’hui 160 collaborateurs répartis sur les cinq sites français (Paris, Rouen, Epinal, Nice et Ajaccio), et les deux filiales en Italie et en Allemagne. Malgré l’hégémonie de Google, Qwant se fait petit à petit une place et un nom parmi les moteurs de recherche. Ainsi, il a presque doublé son trafic l’an dernier, passant de 9,8 à 18 milliards de requêtes.

Facebook Comments
Lire la suite

Big Data

[VIDÉO] Marseille : Euroméditerranée inaugure son espace collaboratif dédié aux technologies BIM et CIM

Publié

le

Euroméditerranée a inauguré le 24 avril son espace collaboratif dédié aux technologies BIM et CIM (Building & City Information Modeling) des métiers du bâtiment et de l’aménagement. Hébergé au sein de La Coque numérique, dans le quartier de la Joliette à Marseille, il a pour objectif de fédérer les acteurs du territoire, collectivités, entreprises et industries du BTP, autour d’outils de haute technologie et d’un processus de travail collaboratif afin de faciliter la gestion de leurs projets et les accompagner dans leur transformation numérique.

BIM/CIM, des atouts pour construire une ville durable et écoresponsable.
La démarche de l’établissement public d’aménagement répond à son engagement sur la charte “Objectif BIM 2022“, initiée par le gouvernement français pour généraliser cette technologie. En offrant la possibilité de modéliser des bâtiments, infrastructures, voire des territoires entiers, en maquette 3D auxquelles sont rattachées des données structurées, le BIM, et plus encore le CIM, s’avèrent des éléments moteurs pour créer la ville éco-responsable du futur.
‘’À l’avenir, cette technologie deviendra indispensable pour penser, concevoir et construire la ville de demain. C’est pourquoi nous travaillons à la modélisation et à la définition d’une stratégie d’usages BIM/CIM sur le périmètre de l’Opération d’Intérêt National que nous menons’’ souligne Hugues Parant, directeur général d’Euroméditerranée lors de l’inauguration de l’espace.
Selon Euroméditerranée, la démocratisation des technologies BIM/CIM devraient permettre de réduire, d’ici cinq à sept ans, de 12% les coûts totaux sur le cycle de vie d’un bâtiment.

Un lieu immersif extrêmement technologique
L’espace BIM/CIM, lieu immersif de 62 m², permettra d’accueillir de quinze à vingt personnes. Les utilisateurs, qu’ils soient maîtres d’ouvrage (pouvoirs publics, opérateurs…) pour la coordination, maîtres d’œuvre (architectes, urbanistes, géomètres…) pour la phase de conception et de construction, jusqu’aux assureurs et gestionnaires pour l’étape finale d’exploitation, disposeront d’un outil leur permettant – grâce à des lunettes de réalité virtuelle et une solution de vidéo-tracking équipée de six caméras – de se plonger en immersion totale dans un projet de bâtiment ou d’aménagement. Un écran de projection de plus de six mètres et un écran tactile de 85 pouces présentera une simulation des projets.

Opérationnel à 100% dès l’automne 2019
Ce n’est que le 15 mai prochain que l’espace collaboratif ouvrira et dans un premier temps, il ouvrira  sans mode d’accompagnement et sans contenu de maquette numérique. Les premiers rendez-vous concerneront donc des spécialistes connaissant déjà le BIM, venant avec leur propre contenu, et capables d’être autonomes avec le matériel et le logiciel. Ils devront réserver l’espace pour pouvoir l’utiliser gratuitement.
A la rentrée d’automne, seconde étape, Euroméditerranée proposera des services plus complets avec notamment une personne en présentiel accompagnant les utilisateurs au niveau du matériel et du logiciel.

[VIDEO] Rémi Constantino, secrétaire général d’Euroméditérranée en charge du Développement, de l’Innovation et e l’International, explique comment l’espace BIM/CIM sera utilisé.

[VIDÉO] :

[VIDÉO] :  Le nouvel espace BIM / CIM d’Euroméditerranée permet d’optimiser et de valoriser les projets urbains grâce à la technologie. 

 

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X