Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

Ecosystème

Tech4islands Awards 2020 : Succès mondial sans précédent avec 186 candidatures dont 20 de la Région Sud!

Publié

le

La French Tech Polynésie a lancé en mai dernier à l’échelle mondiale la seconde édition de son concours international Tech4Islands Awards 2020. Un concours dont l’objectif est de faire émerger des solutions innovantes et rapidement déployables pour les îles tant au niveau environnemental qu’économique. Les startups, entreprises innovantes, organismes de recherche et universités en partenariat public/privé avaient jusqu’au 20 juillet 2020 pour candidater et proposer des solutions innovantes concrètes et rapidement déployables dans les îles, autour de cinq grands axes : Health Tech & e-Santé, Blue Tech durable et résiliente, Clean Tech & Économie circulaire, Smart Tourisme écoresponsable et Inclusion numérique.
‘’Nous allons privilégier des solutions pensées par et pour les îles, qui leur offrent à la fois un développement durable, résilient et inclusif, qui protègent les populations insulaires et développent l’emploi dans les îles éloignées » explique le président de La French Tech Polynésie Olivier Kressmann.

Tech4Islands Awards, un concours à l’échelle mondiale
En seulement deux éditions, Tech4Islands aura réussi à tripler le nombre de solutions innovantes candidates à l’accompagnement par la French Tech Polynésie, malgré la crise du covid-19.
Si l’édition 2019, qui a notamment récompensé la start-up de Valbonne, BiOceanOr (solution de station météo sous-marine connectée), était déjà un succès avec 66 candidatures en provenance de 10 pays, la deuxième a suscité un véritable engouement bien en dehors de nos frontières. A l’issue de l’appel à projet lancé pour l’édition 2020, pas moins de 186 candidats de 37 pays différents ont proposé leurs solutions “tech et innovation” axées sur le “rebond” des économies insulaires. Parmi eux, 20 candidats en provenance de la Région Provence-Alpes Côte d’Azur.

12 finalistes pour 3 Grands Prix
Parmi ces 186 projets, seuls 12 finalistes seront sélectionnés le 8 septembre prochain par un jury de présélection composé de représentants du monde de l’économie, de l’entrepreneuriat, de la recherche et de l’innovation du Pacifique. Les lauréats des trois grands prix Tech4Islands Monde, Océanie et Outre-mer seront ensuite désignés le 29 septembre par le jury final.
Les gagnants bénéficieront d’une invitation au Tech4Islands Summit d’avril 2021 à Tahiti (ex-Digital Festival Tahiti), une participation au CES 2021 de Las Vegas, le plus grand salon mondial dédié aux innovations technologiques qui sera cette année virtuel. Ils bénéficieront également d’un accompagnement exclusif pour obtenir le label « Efficient Solutions » par la Fondation Solar Impulse qui valorise les solutions durables bénéfiques à notre Planète, et se verront également offrir plusieurs sessions d’accompagnement et de coaching et la perspective de mise en relation avec des fonds d’investissements.

Les 20 start-up et entreprises innovantes de la Région Sud candidates aux Tech4Islands Awards 2020

Catégorie : BLUE TECH DURABLE & RÉSILIENTE

Accélérer la relance et réduire la crise sociale en préservant les îles, les océans et la biodiversité, renforcer la résilience insulaire au changement climatique et développer des richesses partagées et décarbonées.

CeSigma (Le Pradet) a conçu C4WILD, un système multi-capteurs de détection et de classification de la faune marine. Ce dispositif intègre des caméras vidéo et des capteurs acoustiques qui permettent de détecter sous l’eau la présence et le suivi d’activités biologiques ou anthropiques spécifiques au sein d’écosystèmes côtiers.

NepTech (Aix-en-Provence) conçoit des bateaux intelligents de transport de passagers réguliers, touristes ou marchandises, respectueux de l’environnement. Ses catamarans n’émettent aucune émission polluante, ne génèrent ni bruit ni vibration. Chaque embarcation est dotée d’un système d’aide au pilotage afin de réduire les risques de collision avec tout object ou animal présent sur sa trajectoire.

Seafloatech (Grimaud) conçoit, fabrique et installe des modules flottants et réversibles pour la plaisance et les loisirs nautiques. L’accroche de ces modules aux fonds marins n’induit ni pollution, ni perturbation des écosystèmes présents.

Lanéva (Monaco) a développé une gamme de bateaux électriques haut de gamme et respectueux de l’environnement. Sa solution n’émet pas de CO2 en fonctionnement ni de pollution chimique et contribue à préserver la biodiversité. Ses bateaux intègrent un système de gestion et de contrôle du système propulsif en temps réel, accessible depuis un téléphone portable, une tablette ou via les écrans de navigation.

Semantic TS (Sanary) a conçu Seamonitor, une solution ludique pour acquérir des données environnementales depuis un kayak ou jet ski, guidée par une application mobile

Catégorie : CLEAN TECH & ÉCONOMIE CIRCULAIRE

Éliminer les plastiques et réinventer notre façon de produire et de consommer, pour que les Smart Islands deviennent des modèles d’éco-consommation par l’adoption d’une gestion globale de leurs déchets et de leur valorisation.

Lumi’In (Malijai) fabrique des systèmes d’éclairages autonomes et intelligents pour les Smart Cities et les sites isolés.

Green City Organisation (Marseille) a développé D’Rain, une solution innovante de collecte des déchets, macrodéchets, hydrocarbures, métaux lourds et résidus médicamenteux avant qu’ils n’atteignent les mers et océans, grâce à un système de collerette intelligente associée à un filet. Installée à l’interface entre les villes et les océans, sa solution contribue à la réduction de la pollution marine.

Enogia (Marseille) conçoit des micro-turbines basées sur la technologie ORC (Organic Rankine Cycle), capables de récupérer et de convertir en électricité tout gisement de chaleur comme l’eau, l’huile ou la vapeur.

ENTENT (Aix-en-Provence) propose à ses clients de produire de l’électricité à partir de déchets thermiques. Elle s’inscrit dès lors dans une démarche d’économie circulaire, faisant d’un déchet une ressource utile. Sa solution PULSE produit ainsi de l’électricité à partir de déchets thermiques de très basse température, allant de 60 à 100°C.

VH Quatrevingtreize (La Ciotat) conçoit et fabrique des hydroliennes biosourcées, recyclables et connectées, permettant d’accéder à une production d’énergie renouvelable, résiliente, responsable et durable.

Sinilux (Aix-en-Provence) déploie des solutions d’efficacité énergétique et d’accès à la connectivité haut débit dans les zones blanches et grises à travers la transmission de données par la lumière. Elle intervient également dans les solutions de Smart City à travers la mise en place d’éclairages solaires autonomes intelligents capables de collecter et remonter de la data.

Catégorie : SMART TOURISME ÉCORESPONSABLE

Permettre un accès aux nouveaux métiers du tourisme pour les populations des îles, favoriser le retour rapide d’une activité régulée et maîtrisée qui valorise les équilibres culturels et naturels.

Seaviews (La Ciotat) est spécialisée dans la cartographie sous-marine par méthodes acoustiques et par photogrammétrie. Elle a notamment développé une plateforme numérique de carte sous-marine en 3D des sites de plongée en Polynésie française, afin d’éviter la surfréquentation et de permettre une meilleure gestion des espaces marins.

Archistoire (Toulon/Paris) a déployé une solution qui permet de créer des expériences culturelles immersives sur mobile en réalité hybride, pour des découvertes à 360° des sites et territoires.

Instant2gether (Toulon) a développé une application qui présente en temps-réel, sur la base des préférences de ses utilisateurs, une large gamme d’activités proposées à proximité.

WiXar (Aix-en-Provence) a développé une plateforme logicielle pour créer et gérer facilement et en autonomie des contenus et formations en réalité virtuelle.

Medispot (Marseille) a conçu une cabine de télémédecine équipée d’équipements de visioconférence avec écran tactile. Son logiciel médical est à la fois intuitif et sécurisé pour permettre le suivi des parcours de soins des patients

Smart Futures (Marseille) La plateforme sociale française permet aux habitants d’interagir et construire, aux côtés de leurs collectivités, des territoires plus agréables à vivre. Elle transforme la collecte de données terrain, la participation aux prises de décisions locales et les changements comportementaux en un jeu grâce à des applications ludiques pour faciliter la collaboration, la prise de contact et le suivi des services publics.

InfraOpS (Valbonne) a développé une solution innovante qui simplifie la conception, l’exploitation et la sécurité des structures informatiques. Elle permet aux entreprises de faire communiquer des réseaux incompatibles entre eux et de les accompagner dans leurs stratégies de cybersécurité.

Loqualist (Toulon) a conçu une solution pour participer au processus de transformation digitale des PME et réduire les disparités numériques sur les territoires. Elle permet ainsi de digitaliser le processus d’achat des entreprises et des administrations et optimise le référencement des fournisseurs locaux.

Facebook Comments
Lire la suite
Commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ecosystème

La plateforme eDRH Sud s’enrichit en intégrant dorénavant un module formation

Publié

le

La plateforme eDRH.fr, dédiée aux métiers de l’industrie et du numérique, propose dorénavant un nouveau module consacré à la formation qui vient compléter le volet recrutement lancé en septembre dernier au niveau de la région Sud. Ce nouveau module entend ainsi répondre à la problématique d’acquisition de compétences, domaine particulièrement fragile, dans des secteurs en tension dans lesquels les entreprises ont beaucoup de mal à recruter.
‘’Cette solution de formation était nécessaire, parce qu’il n’existe pour l’entreprise que deux leviers pour acquérir des compétences, recruter ou former… souligne dans un communiqué Jean-Pierre Savarino, président de la CCI Nice Côte d’Azur. ‘’Notre objectif reste d’attirer, recruter, intégrer, développer et fidéliser les talents de notre territoire.’’

Imaginé sur le modèle de la “Market place”

Créée par la CCI Nice Côte d’Azur, en partenariat avec Amadeus, Harmonie Mutuelle et DPMS (spécialiste de la protection des données personnelles), eDRH a été imaginée autour du concept de « mise en adéquation » et de « mise en relation ».  Il s’agit d’apporter une réponse correspondant aux besoins de l’entreprise en termes de recrutement ou de formation et d’assurer la mise en relation au moment opportun, s’inspirant du modèle dit de « Market place/ Place de marché ».
Le volet formation présente les formations courtes des organismes agréés des Alpes-Maritimes, y compris celles de la CCI Nice Côte d’Azur. La recherche est ciblée par le choix entre 14 thèmes de formation, types d’organismes de formation, modalités en présentiel ou distanciel, prix… L’inscription se fait en ligne et la mise en relation auprès de l’organisme de formation est directe.

Le plus : la mutualisation du coût de la formation

Forte de l’expérience déployée sur le territoire de Sophia-Antipolis avec 50 entreprises optant pour un partage de la formation, eDRH a généralisé le principe de mutualisation afin de permettre à une entreprise, quels que soient sa taille et son effectif, d’ouvrir une formation à des participants externes et optimiser la participation en réduisant le coût final. La CCI Nice Côte d’Azur intervient en amont pour recueillir les besoins de formation auprès des entreprises et propose son ingénierie de formation pour répondre aux besoins spécifiques.

Près de 30 organismes de formation déjà clients

La commercialisation de leur offre de formation, la mise en relation directe et la visibilité accrue avec une page dédiée ont déjà convaincu près d’une trentaine d’organismes de formation qui a rejoint la plateforme. Pour ABP Consulting (formations professionnelles en management, communication, commercial, développement personnel, coaching, basée à Nice), le nouveau module proposé par eDRH est ‘’ Attractif, clair, structuré, et surtout très ergonomique. On identifie facilement ce que l’on cherche. L’outil dégage un réel sérieux. La possibilité d’inclure des éléments visuels (photos, logos), ce qui n’est pas le cas pour de nombreuses autres plateformes ; de visualiser sa page organisme, pour avoir une vision réelle de ce que cela donne ; la mise en avant des réseaux sociaux, certifications obtenues… la facilité de création de nouveaux modules / nouvelles sessions sont les points forts de cette plateforme.’’
Plus d’infos sur https://edrh.fr/

Facebook Comments
Lire la suite

Ecosystème

Malgré le contexte sanitaire exceptionnel, le Pôle SCS résiste et envisage d’accélérer en 2021

Publié

le

Acteur incontournable dans les domaines de la microélectronique, sécurité numérique, IoT et Big Data/IA, le Pôle SCS, pôle de compétitivité mondial Solutions Communicantes Sécurisées a fait le bilan des actions phares menées en 2020, dans un contexte sanitaire exceptionnel et celles engagées pour 2021 au service du premier écosystème numérique de la Région Sud.

2020, s’adapter pour gagner en efficacité

Dès le premier trimestre 2020, SCS a mis l’accent sur 3 axes prioritaires : continuer à animer l’écosystème numérique en Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, accentuer les accompagnements R&D et renforcer son suivi individuel auprès de chaque start-up et PME membre du pôle.
Une grande partie des services et de l’animation SCS s’est adaptée et a basculé dans un format digital avec l’élaboration de plus d’une vingtaine de webinaires ‘’#WebTechSCS’’ et ateliers pratiques animés par des experts sur des sujets de pointe tels que l’IA au service de l’efficacité industrielle, la sécurisation de l’IoT, l’implémentation et les usages de la blockchain. L’ensemble des 42 animations digitales et physiques de SCS ont fédéré plus de 1 600 participants durant 2020.
Le contexte sanitaire a également permis aux entreprises de se concentrer sur le développement de nouveaux produits et services innovants. L’accompagnement de projets innovants par SCS a atteint un niveau significatif avec plus de 50 projets accompagnés, dont 44 labellisés SCS engageant 37 TPE/PME membres.
SCS a mis aussi l’accent sur le suivi individualisé et qualitatif de ses start-up et PME membres. Cette volonté s’est traduite par la réalisation de plus de 650 services d’accompagnement (médiatisation d’actions membres, aide à la recherche d’investisseurs privés, parcours de formation sur la maîtrise des risques Cybersécurité). On dénombre plus de 250 mises en relation Business entres les membres SCS pour 2020, notamment à travers des démarches d’Open Innovation sur le thème de l’IA entre grands groupes et TPE/PME membres SCS, débouchant sur la conception de PoC et la signature de nouveaux contrats.

2021, être acteur clé de la relance et accélérer la digitalisation

En ce début 2021, SCS et ses membres (près de 300 membres : Grands Groupes, Start-up & PME et organisations de recherche), seront au cœur de trois grandes tendances. Tout d’abord, l’accélération de la digitalisation de l’économie, notamment avec le montage et le lancement du projet européen Move2Digital, qui a pour ambition d’accompagner la digitalisation des filières clés de la Région Provence Alpes Côte d’Azur. Ce projet a été présélectionné par l’Etat français fin 2020. (CP officiel)
Mais aussi l’utilisation de l’Intelligence Artificielle dans les produits et services des filières clés de la Région Sud avec une action d’accompagnement spécifique menée en coopération avec 9 Pôles et Clusters régionaux. (En savoir plus)
Ensuite, la prise en compte primordiale de la sécurité dans la conception des objets et services connectés (IoT), qui fera l’objet d’un accompagnement spécifique lancé par SCS en février 2021 autour du principe de développement « Security By Design ». (En savoir plus)
Enfin, l’environnement et la décarbonation de l’économie qui passeront nécessairement par l’utilisation des technologies de sécurité numérique, les nouvelles mobilités avec les voitures connectées, la gestion intelligente de la supply chain dans le cadre de l’industrie 4.0 et plus généralement les smart cities. Autant de sujets sur lesquels les membres SCS peuvent être force de propositions et de solutions innovantes.
Dans la cadre de France Relance, SCS compte poursuivre ses actions d’accompagnement sur le montage de projets innovants et industriels, le renforcement des fonds propres des startups du Numérique, sur le soutien à l’export et dans la recherche de clients et de marchés pour ses membres. Fort de ses succès internationaux, SCS va également continuer à s’impliquer dans des projets européens, qui permettront notamment de flécher des financements pour les prototypes de ses membres comme ce fut le cas pour IoT4Industry.
Plus d’informations: www.pole-scs.org

Facebook Comments
Lire la suite

Ecosystème

Nice : Le chinois Airways choisit Go Mecano pour assurer l’entretien à domicile de ses véhicules électriques

Publié

le

Nouer des partenariats, voilà la stratégie du jeune constructeur d’automobiles électriques chinois Aiways qui se lance à l’assaut du marché français et européen avec son SUV U5 100% électrique. La marque a ainsi noué un partenariat avec le distributeur Car East France qui lui assurera les ventes dans l’Hexagone. Le U5 n’étant vendu que sur Internet. Une fois la commande validée en ligne, la livraison se fera chez vous.  Aiways a signé d’autres partenariats pour l’entretien notamment. Celui-ci sera assuré par le réseau Feu Vert, mais aussi par des garages itinérants proposés par la start-up niçoise Go Mécano dont la particularité est d’assurer un service d’entretien et de réparations des véhicules à domicile ou sur les lieux de travail dans les grandes villes de France, le tout 7 jours sur 7.
La signature d’un tel partenariat va booster la jeune pousse créée en 2017 par Alexandre Nivesse et Mathias Boutsen, deux passionnés d’automobile avec une idée simple : permettre aux particuliers de bénéficier d’un mécanicien à domicile et de rétablir une relation de confiance entre le client et le mécanicien réparateur automobile.
« Nous sommes extrêmement fiers de ce partenariat stratégique de Go Mecano avec Aiways qui met l’accent sur la facilité d’accès et la qualité de notre service. Cette collaboration va également nous permettre de mettre en lumière les compétences mufti-marques et multi-motorisations de nos mécaniciens à domicile sur toute la France » a déclaré Alexandre Nivesse, l’un des deux fondateurs.
Go Mecano qui vient d’intégrer la promotion 2020/2022 du Village by CA de Sophia Antipolis va déjà renforcer son déploiement en France avec un réseau de 150 mécaniciens d’ici fin 2021.

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X