Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

Ecosystème

Sophia-Antipolis : Myxyty, le Google Home français, est en liquidation judiciaire

Faute de capitaux nouveaux, Myxyty n’a pas pu maintenir son activité, le concurrent de Google Home et Amazon Echo est en liquidation !

Publié

le

Née il y dix ans au sein du parc technologique de Sophia-Antipolis, la start-up Myxyty, spécialisée dans la smart home et les objets connectés, est en liquidation judiciaire depuis le 23 mai, apprend-on sur son site Internet. “Après 10 ans d’activité, c’est avec regret que nous vous informons de la mise en liquidation judiciaire de la société Myxyty à compter du 23 mai 2018“, est-il écrit dans un message qui précise que “malgré de beaux projets concrétisés et la qualité de travail exceptionnelle de nos équipes, nous n’avons pu maintenir la société en activité“. Faute de capitaux nouveaux, Myxyty n’a pas pu maintenir son activité, ni réussi à éponger ses dettes, de l’ordre de 3 millions d’euros si l’on croit le site Les Numériques.

Capture d’écran du site Myxyty

Pourtant tout semblait sourire à cette PME de 27 personnes et dont le chiffre d’affaires consolidé avoisinait les 15 millions d’euros depuis sa création en 2008. La société communiquait même en octobre dernier sur la finalisation d’une levée de fonds avec la plateforme Pré-Ipo d’Invest Securities — entre 3 et 5 millions d’euros selon La Tribune. Levée de fonds qui visiblement n’a pas abouti !
Fondée par Olivier Courtade, la start-up avait également développé plusieurs partenariats stratégiques, notamment avec IBM et Sigfox qui a donné naissance à la lampe connectée MyxyLamp. Cette lampe design gère une lumière multicolore, diffuse de la musique, mais sert également d’assistant vocal interactif permettant par exemple de contrôler toutes les fonctionnalités domotiques au domicile. Sa mise sur le marché était programmée pour le deuxième trimestre 2018.
Tout aussi stratégique, la création en janvier dernier d’un joint-venture avec le moteur de recherche français Qwant, dont la R&D est basée à Nice. Un rapprochement entre les deux sociétés françaises qui a permis le développement de Myxypod, une enceinte intelligente venant chasser sur les terres de Google Home et Amazon Echo, en proposant une option qui respecte les données personnelles et la vie privée des utilisateurs tout en garantissant l’absence de toute collecte d’informations. La levée de fonds aurait permis l’industrialisation à grande échelle de la solution pour une commercialisation du produit en Europe dans le courant du premier semestre de 2018. Les ambitions de Myxyty et de son fondateur allaient encore plus loin cette année. Pour Olivier Courtade, il était clair qu’il fallait prévoir une introduction en Bourse de Myxyty dans le courant de l’année, ce qui allait de pair avec la levée de plusieurs millions d’euros.
Avec cette mise en liquidation, C’est un nouveau symbole de la French Tech qui tombe !

Facebook Comments
Lire la suite
Commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ecosystème

Au Salon des Maires, Axians met en avant la ville d’Aix-en-Provence pour illustrer son expertise autour de l’IoT

Publié

le

Au Salon des Maires et des Collectivités Locales qui se tient au Palais des Congrès de Paris, du 20 au 22 novembre, Axians, la marque globale de Vinci dédiée aux technologies de l’information et de la communication (ICT), présente notamment son savoir-faire autour de l’Internet des Objets pour les villes au travers d’un projet mené pour la ville d’Aix-en-Provence, une référence en matière de ville intelligente : Optimisation de la collecte des déchets, éclairage intelligent, gestion des flux de piétons, amélioration de la qualité de l’air, l’offre IoT pour les villes d’Axians repose sur un réseau de communication privé, des capteurs, une plateforme de stockage et de gestion des données.
Sur le stand d’Axians, les visiteurs pourront appréhender toute la dimension des capacités de l’offre IoT pour les villes via une vidéo et un démonstrateur, permettant une immersion 3D dans la ville d’Aix-en-Provence. Ainsi, ils pourront voir tous les cas d’usages des technologies IT permettant à une ville de devenir efficiente.
Acteur majeur du très haut débit et de solutions de communication pour les collectivités, Axians accompagne la transformation digitale des villes et des territoires. Depuis le déploiement d’infrastructures télécoms très haut débit, jusqu’à la création de nouveaux usages, la marque ICT de VINCI Energies met son expertise au service du développement local.
« Notre objectif est de proposer aux maires de développer des villes dont la qualité de vie est augmentée. Ainsi nous déployons des infrastructures de communication multiservices sécurisées, des capteurs permettant de collecter des données à des fins d’amélioration de la vie des citoyens, de l’environnement, de la gestion de l’énergie, ou de prédiction lié au transport urbain et péri-urbain », explique Vincent Lemoux, directeur chez Vinci Energies Sud Est.
De son côté Juan Lopez, CTO chez Axians insiste sur la spécificité de l’offre d’Axians : « les villes et les collectivités locales restent propriétaires des infrastructures et des données. Cette notion de propriété est essentielle car elle leur permet de s’appuyer sur une infrastructure transversale, alimentée par des données issues de tous leurs capteurs dont ils sont propriétaires. Grâce à cette infrastructure non silotée et aux données terrains, les maires et collectivités locales peuvent développer de nouveaux services en toute indépendance. »

www.axians.fr

Facebook Comments
Lire la suite

Economie numérique

La Métropole Nice Côte d’Azur sélectionnée comme ville pilote d’un programme mondial de coopération sur les smart cities

Publié

le

Le TM Forum, réseau international d’acteurs de 66 pays engagés dans l’innovation, et la Fondation Fiware viennent de sélectionner la Métropole Nice Côte d’Azur classée dans le top 15 mondial des smart cities, et dix autres grandes villes, comme territoires pilotes d’un nouveau grand programme de coopération mondiale entre smart cities intitulé le programme “Front-runner Smart Cities“.
Ce nouveau programme va permettre de définir un nouveau standard de référence pour les données de la Smart City ; les travaux débuteront le 28 novembre à Malaga à l’occasion du Fiware Summit et une première publication du modèle est envisagée pour le printemps 2019.
Au cœur des réseaux internationaux de l’innovation, Nice avait accueilli le forum mondial TM Forum Live en mai dernier, qui avait rassemblé plus de 3500 personnes dont de nombreux représentants de groupes industriels internationaux spécialisés dans le numérique et l’innovation.
‘’Je me félicite de la sélection de Nice dans le cadre de ce grand programme de coopération mondiale a déclaré Christian Estrosi, maire de Nice et président de la Métropole Nice Côte d’Azur, ‘’Cette décision vient saluer et valider tout le travail que nous avons engagé ici. Territoire pilote, la Métropole Nice Côte d’Azur va pouvoir échanger avec les acteurs publics et industriels mondiaux de la smart city sur son savoir-faire notamment sur la sécurisation et le traitement des données via une plate-forme unique.’’
Les autres villes retenues sont Vienne (Autriche), Nice, Saint Quentin (France), Gênes (Italie), Utrecht (Netherlands), Porto (Portugal) Santander, Valence (Espagne), Gothenburg (Suède), La Plata (Argentine) et Montevideo (Uruguay).

Facebook Comments
Lire la suite

Big Data

[VIDÉO] Marseille : le campus Quanta de Jaguar Network réunit 400 invités lors de son inauguration

Publié

le

Renaud Muselier et Kevin Polizzi

Le président de la Région Sud, Renaud Muselier, a longuement réfléchi avant de venir à l’inauguration du Campus Quanta, en raison du drame de la Rue d’Aubagne et de ses conséquences mais comme il l’a souligné dans son discours, il s’était engagé il y a bien longtemps auprès de Kevin Polizzi, président de Jaguar Network, à être présent. Le 15 novembre dernier, l’événement a rassemblé plus de 400 invités au cœur de Quanta, le bâtiment intelligent, bourré de capteurs, voulu et pensé par Kevin Polizzi. Parmi les invités, Daniel Sperling, adjoint au maire de Marseille en charge du numérique et de l’innovation, Jean-Luc Chauvin, président de la CCI Marseille Provence, les clients et les partenaires de l’opérateur marseillais…

Discours de Kevin Polizzi, fondateur et président de Jaguar Network

Discours de Renaud Muselier, président de la Région Sud – Provence-Alpes-Côte d’Azur

Discours de Daniel Sperling, adjoint au Maire de Marseille en charge du Numérique et de l’Innovation

Revoir [Entretien VIDEO] Kevin Polizzi, fondateur et président de Jaguar Network, présente Quanta, son nouveau siège social hyper-connecté et le ”premier smartbuilding de France”.

Après les discours, la visite de ce bâtiment de 5500 mètres carrés, bâtie en seulement 18 mois, et qui abrite depuis le nouveau siège social 3.0 ainsi que le nouveau centre de Recherche et d’Innovation de Jaguar Network. Aux différents étages du bâtiment, des ateliers permettaient de découvrir les métiers et les domaines dans lesquels Jaguar Network opère via ce lieu d’hybridation entre les technologies (IA, big data, cloud, smart city…) et les usages !

Lire aussi : Marseille : Jaguar Network inaugure Quanta son nouveau siège social 3-0

Lors de cette soirée inaugurale, Kevin Polizzi en a également profité pour annoncer la création Jaguar Network Management, une filiale destinée à accompagner les start-up du territoire…à commencer par celles soutenues par Jaguar Network.
Le nouveau siège social accueille déjà 200 personnes, ils devraient être 400 à terme ! Quant au budget de l’opération Quanta, il est de 16 millions d’euros (contre 22 millions estimés au départ) financés pour 1 million par Jaguar Network, 2 millions par la Région via l’Europe (financement des labos de On[e]life) et 13 millions apportés par un pool bancaire régional.

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X