Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

Blockchain

[Sondage] 77% des français ne veulent pas des nouvelles technologies pour gérer leurs finances

Publié

le

Epargne, compte bancaire, achat immobilier : 77 % des Français ne souhaitent pas que les technologies contrôlent leurs finances et préfèrent en garder la maîtrise totale. C’est ce qui ressort d’un sondage YouGov* commandé par VMware sur 1.000 Français.
Si les personnes sondées ne trouvent rien à redire quand la technologie les aide dans leur quotidien, elles restent méfiantes envers les nouvelles technologies quand il s’agit de la gestion de leur argent. Elles craignent une exploitation abusive de leurs données, déplorent un manque de transparence et s’estiment globalement dépassés par les innovations technologiques.
– Un manque de transparence : 66 % des sondés déclarent ne pas savoir qui a réellement accès à leurs données personnelles et comment elles sont utilisées. Une inquiétude nourrie par de récents scandales. L’affaire Cambridge Analytica a révélé l’utilisation massive de données privées par Facebook. Le réseau social LinkedIn vient également d’avouer avoir utilisé plus de 18 millions d’adresses mails d’internautes non-inscrits sur son réseau.
– Un manque de protection des données personnelles : Les français craignent aussi l’interprétation que les établissements financiers peuvent faire de leurs données une fois qu’elles les ont collectées. 60 % des Français ne sont pas à l’aise avec le fait que les banques aient accès à un volume d’informations très précis sur leur mode de vie (habitudes d’achat, alimentaires, voyage, déplacements…).
– Un manque de connaissances : Enfin, près de la moitié des Français (45%) avouent être dépassés par l’innovation technologique et ont une compréhension très faible des technologies telles que l’intelligence artificielle, l’internet des objets (objets connectés…) ou encore la blockchain. Pour 54% des sondés, cette technologie est associée à un robot alors qu’il n’en est rien.
Pour les aider à surmonter ce manque de connaissance, 62% des condés estiment que les pouvoirs publics et les entreprises ont un rôle important à jouer en les éduquant.

* YouGov est une société internationale d’étude de marché basée sur Internet et fondée au Royaume-Uni en mai 2000.

Facebook Comments
Lire la suite
Commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Blockchain

Marseille : KeeeX sélectionnée par Business France pour participer au Web Summit 2018 de Lisbonne

Publié

le

Comme chaque année, Business France embarque vingt start-up dans ses valises. Destination l’Altice Arena de Lisbonne et l’incontournable Web Summit (6 au 8 novembre) pour y glaner des opportunités business et une visibilité à l’échelle européenne.
Plus d’une soixantaine de candidatures ont été étudiées pour finalement aboutir à une sélection plus restreinte. Des start-up lauréates en grande majorité B2B choisies sur la base de critères précis tels que le caractère disruptif de leur produit ou de leur offre, la cohérence de leur business plan et leur potentiel de développement précise Business France, partenaire historique de la French Tech.
Parmi les jeunes pousses qui s’envoleront pour la capitale portugaise du 5 au 8 novembre prochains, se trouve la société marseillaise KeeeX qui présentera sa nouvelle solution universelle et brevetée transformant les fichiers simples en données augmentées par l’intégration de métadonnées de confiance et d’exploitation. A l’occasion de ce Web Summit, KeeeX débattra également jeudi 8 au Pavillon 4 (stand B-976) sur la sécurisation et la certification Blockchain opérationnelle des données, des échanges et des processus métiers. KeeeX repense la manière dont les entreprises protègent, valorisent et exploitent leurs données.

Depuis plusieurs années, le Web Summit de Lisbonne est reconnu comme un événement européen de référence pour le numérique où se rassemblent les dernières technologies et le gratin de la scène tech mondiale. Très différent du CES de Las Vegas qui cible plutôt les entreprises BtoC, avec des solutions, des produits électroniques et objets connectés à destination des particuliers, le Web Summit accueille plutôt des startups BtoB dans le secteur du développement et des outils pour les programmeurs, ce qui constitue d’ailleurs une force de la French Tech. Et chaque année le Web Summit enregistre en moyenne 60 000 visiteurs.

 

Facebook Comments
Lire la suite

3D, VR, AR

Marseille : L’Incubateur Belle de Mai lance le 1er appel à candidatures de son programme dédié aux médias émergents

Publié

le

Il y a quinze jours, le Ministère de la Culture sélectionnait l’Incubateur Multimédia Belle de Mai à Marseille pour lancer un nouveau programme d’incubation destiné aux projets innovants dans le secteur des médias émergents et des technologies associées. Ce nouveau programme, qui s’inscrit dans le cadre du fonds de soutien à l’émergence et à l’innovation dans la presse, a pour objectif de faire émerger de nouveaux usages et modèles économiques au profit de ce secteur en proie à de nombreux bouleversements : faire face aux fakes news et rétablir la confiance, rompre avec la dépendance aux réseaux sociaux, maîtriser la Data …
L’incubateur Belle de Mai invite toutes les personnes souhaitant développer de nouveaux services, produits, usages et modèles économiques dans les médias émergents à se manifester, pour intégrer la prochaine promotion aux côtés des porteurs de projets dans les domaines de la technologie de l’information et de la communication (Blockchain et sécurité, culture et éducation, big data, réalité augmentée, IoT, mobilité, expérience utilisateur…).
Les personnes ayant une idée de création d’entreprise dans ces 2 catégories peuvent déposer leurs candidatures au plus tard le 7 décembre 2018, sur le site de l’incubateur :
http://www.belledemai.org/candidatez-a-lappel-a-projets/
Le programme commencera en janvier 2019 et se déroulera dans les locaux de l’incubateur, au Pôle Média de Marseille. Parmi les nombreuses nouveautés, les porteurs de projets pourront bénéficier d’une avance remboursable pouvant aller jusqu’à 40 000 €, dans le but de financer leur projet.  
L’Incubateur Belle de Mai et son programme d’accompagnement ont pour vocation d’aider ces porteurs de projets à convertir leur idée en une structure pérenne, en leur apportant une expertise et des moyens techniques, logistiques et financiers. Depuis sa création en 1999, l’Incubateur a accompagné 194 porteurs de projets, contribuant à la création de 145 entreprises, dont 72% sont toujours en activité. L’année dernière, les entreprises accompagnées ont cumulé plus de 35 millions € de CA.

Facebook Comments
Lire la suite

Blockchain

Marseille : ”La Chaîne de Blocs” a en projet la création du 1er ”Blockchain Accelerator” de la Région Sud

Publié

le

Si vous êtes intéressé par tout ce qui touche à la Blockchain, à la Crypto-monnaie, Bitcoin ou Ethereum …, il fallait être jeudi 28 juin dernier à La Coque à Marseille et participer au 1erGala Blockchain PACA. Plus de 150 personnes, des chefs d’entreprises, influenceurs et décideurs des secteurs privés et public de Marseille et de la région, étaient présentes pour cet événement dont l’objectif premier était de les s’initier à ces technologiques émergentes.
Organisé par Smart Carbon, une agence de relations publiques dédiée aux start-up et initiatives Blockchain, ainsi que les associations KryptoSphere (Kedge Business School) et La Chaine de Blocs. Cette dernière, créée seulement en avril dernier, s’est fixée pour objectif de promouvoir les usages de la Blockchain, d’en vulgariser le propos et de promouvoir les solutions basées sur une chaîne de blocs et autres architectures décentralisées. L’association fédère et anime la communauté des professionnels et entreprises du secteur comme Keeex, French-ICO, WallCrypt, LGO Exchange… Forte d’une quarantaine d’adhérents, l’association se veut représentative du secteur auprès des acteurs publics et porte déjà un projet des plus ambitieux, créer le premier ‘’Blockchain Accelerator’’ de la Région Sud dès la rentrée de septembre. Il pourrait être installé au Pôle Média de la Belle de Mai à Marseille et serait dédié aux start-up développant des solutions portées par la Blockchain.  Station F à Paris vient de fêter son premier anniversaire en lançant le sien, ‘’Chain accelerator’’, il accueille depuis quelques jours 13 start-up.

[Vidéo] Ludovic Parisi, président de l’association La Chaîne de Blocs, nous explique la Blockchain et le rôle prépondérant qu’elle joue.

Qu’est-ce que la Blockchain ?

Blockchain : Définition et explication
La blockchain est une technologie de stockage et de transmission d’informations, transparente, sécurisée, et fonctionnant sans organe central de contrôle (définition de Blockchain France).
Il existe des blockchains publiques, ouvertes à tous, et des blockchains privées, dont l’accès et l’utilisation sont limitées à un certain nombre d’acteurs.
Une blockchain publique peut donc être assimilée à un grand livre comptable public, anonyme et infalsifiable. Comme l’écrit le mathématicien Jean-Paul Delahaye, il faut s’imaginer « un très grand cahier, que tout le monde peut lire librement et gratuitement, sur lequel tout le monde peut écrire, mais qui est impossible à effacer et indestructible. »

Situer la blockchain
La première blockchain est apparue en 2008 avec la monnaie numérique bitcoin, développée par un inconnu se présentant sous le pseudonyme Satoshi Nakamoto. Elle en est l’architecture sous-jacente.
Si blockchain et bitcoin ont été construits ensemble, aujourd’hui de nombreux acteurs (entreprises, gouvernements, etc) envisagent l’utilisation de la technologie blockchain pour d’autres cas que la monnaie numérique.

Comment ça marche ?
Toute blockchain publique fonctionne nécessairement avec une monnaie ou un token (jeton) programmable. Bitcoin est un exemple de monnaie programmable.
Les transactions effectuées entre les utilisateurs du réseau sont regroupées par blocs. Chaque bloc est validé par les nœuds du réseau appelés les “mineurs”, selon des techniques qui dépendent du type de blockchain. Dans la blockchain du bitcoin cette technique est appelée le “Proof-of-Work”, preuve de travail, et consiste en la résolution de problèmes algorithmiques.
Une fois le bloc validé, il est horodaté et ajouté à la chaîne de blocs. La transaction est alors visible pour le récepteur ainsi que l’ensemble du réseau.

Ce processus prend un certain temps selon la blockchain dont on parle (environ une dizaine de minutes pour bitcoin, 15 secondes pour Ethereum).

Le potentiel de la blockchain
Le caractère décentralisé de la blockchain, couplé avec sa sécurité et sa transparence, promet des applications bien plus larges que le domaine monétaire.
On peut classer l’utilisation de la blockchain en trois catégories :

  • Les applications pour le transfert d’actifs (utilisation monétaire, mais pas uniquement : titres, votes, actions, obligations…).
  • Les applications de la blockchain en tant que registre : elle assure ainsi une meilleure traçabilité des produits et des actifs.
  • Les smart contracts: il s’agit de programmes autonomes qui exécutent automatiquement les conditions et termes d’un contrat, sans nécessiter d’intervention humaine une fois démarrés.

Les champs d’exploitation sont immenses : banquesassurancesanté et industrie pharmaceutiquesupply chain de nombreux secteurs (agroalimentaire, luxe, commerce international, distribution, vins, aéronautique, automobile…), industrie musicaleénergieimmobiliervote

Surtout, la blockchain ouvre la voie d’un nouveau web, le web décentralisé, et d’une nouvelle économie numérique, la token économie. Pour comprendre leurs enjeux, il est crucial d’éviter les caricatures au sujet des cryptoactifs, qui sont au coeur de cette révolution.
Bien évidemment, ces promesses ne sont pas exemptes de défis, qu’ils soient économiques, juridiques, de gouvernance, ou encore écologiques.

Source : Blockchain France

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X