Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

Accélérateur, incubateur, pépinière

Aix-en-Provence : Beau bilan 2018 et nouvelle feuille de route pour le Technopôle de l’Arbois en 2019

Publié

le

Nouvelle gouvernance, contexte institutionnel inédit, accompagnement de nouvelles start-up dynamiques, extension du technopôle…voilà autant de sujets que Frédéric Guilleux, directeur du technopôle de l’environnement Arbois-Méditerranée et de la pépinière d’entreprises #Cleantech, a abordé mardi 4 décembre à l’occasion du dernier ‘’12/14 de l’Arbois’’ de l’année. Le 12/14 est un concept d’animation organisé par l’équipe du technopôle pour que chaque dirigeant d’entreprise, chaque startupper puisse connaître son voisin.
Ancien chef du service du développement du technopôle, Frédéric Guilleux, qui a pris les rênes du site en septembre dernier, a dressé le bilan de l’année qui se termine et a présenté les perspectives pour 2019, l’année d’un repositionnement stratégique accompagnée d’une nouvelle feuille de route.

Des chiffres qui parlent d’eux-mêmes
Premier technopôle de France dédié à l’environnement, l’Arbois-Méditerranée accueille sur 75 hectares, 110 entreprises, 11 laboratoires de recherche en lien avec le CNRS et Aix-Marseille Université, trois plateformes technologiques, cinq centres d’enseignement supérieur (depuis le CFA jusqu’à une école doctorale), quatre pôles de compétitivité, une pépinière d’entreprises innovantes accueillant 32 start-up ‘’Cleantech’’ et un écosystème de structures d’aide à l’innovation.
L’attractivité du technopôle est aujourd’hui très largement tirée par la création de la pépinière #Cleantech ouverte en début d’année. Frédéric Guilleux le rappelait, en 2010, le technopôle recevait 26 dossiers de candidatures, cette année, 59 entreprises ont souhaité venir s’implanter sur le site aixois. L’Arbois-Méditerranée rayonne bien au-delà de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, 61% des start-up qui souhaitent intégrer la technopole en avait entendu parler bien avant…les autres start-up sont amenées par des prescripteurs-partenaires. Notons aussi que 12% des start-up hébergées sont internationales.

Bilan 2018 en quelques chiffres…

  • 32 start-up hébergées en2018
  • 4 start-up a plus de 1M€ : Qista – Hispira – Novadem – Pop up house
  • 101 dossiers de financement traités
  • 4,2 M€ de levées de fonds réalisés
  • 12 brevets déposés
  • Participation à 32 concours à travers la France
  • 47 salons internationaux dont le CES de Las Vegas
  • En 2018 … Présence de 11 start-up à Las Vegas / 3 CES Innovation Awards
  • En 2019… Présence de 11 start-up à Las Vegas / 5 CES Innovation Awards dont un Best Innovation Award (Beelife)

Un bilan 2018 des plus positifs
Hormis les chiffres, le bilan avancé par Frédéric Guilleux est tout aussi flatteur. Tout en rappelant que le technopôle était labellisé depuis 2017 #Cleantech #Mobility l’un des réseaux thématiques de la French Tech, le directeur du site a souligné que le technopôle est également depuis cette année le représentant local de l’incubateur ‘’Green Tech Verte’’ et qu’en octobre dernier, il a obtenu le niveau le plus élevé de la première promotion du label Parc+.
Et que dire du CES de Las Vegas qui se tiendra début janvier 2019, le plus rendez-vous technologique au monde, où il faut chaque année faire mieux que les années précédentes et l’Arbois-Méditerranée n’échappe pas à cette règle ! Plus d’une dizaine de start-up ces deux dernières années mais 3 Innovation Awards en 2018 et 5 en 2019 dont, et le technopôle en est très fier, un Best of Innovation Award obtenu par la start-up BeeLife et son innovation Cocoon, la ruche connectée !
Enfin, en se projetant en 2019, Frédéric Guilleux a annoncé d’une part la création d’un centre de prototypage permettant aux porteurs de projets de concevoir plus vite leurs produits, de les tester et de les rendre plus robustes avant de les lancer vers la commercialisation, et d’autre part la livraison en juin prochain d’un nouveau bâtiment entièrement écologique qui offrira des locaux neufs à 15 start-up supplémentaires. Avec l’idée que les start-up naissantes deviendront de futures entreprises florissantes en quête de foncier…

2019 : vers un changement de cap ?
Autrefois géré par un syndicat mixte piloté par le conseil départemental des Bouches-du-Rhône, le technopôle de l’Arbois est passé en 2017 dans le giron de la métropole Aix-Marseille-Provence (AMP). Aujourd’hui, c’est une structure bicéphale avec une direction rattachée au Conseil de territoire du Pays d’Aix et au service économie de la métropole. Un comité de pilotage constitué d’une dizaine de collectivités et autres organismes préside aux destinées du technopôle. Roger Pellenc est à la tête de ce comité de pilotage ; c’est lui qui est en charge de la redéfinition du positionnement stratégique du technopôle. Pour cela, la métropole a lancé une consultation pour sélectionner un cabinet conseil qui l’accompagnera dans sa réflexion sur l’avenir du site technopolitain, une réflexion débouchant sur la définition d’une nouvelle feuille de route 2019 déclinée du stratégique au pratique. Il s’agit de trouver de nouveaux équilibres pour gagner en efficacité sinon, ce sont les start-up, les porteurs de projets et les laboratoires qui en pâtiront dans un premier temps, puis rapidement, ce sera le territoire qui se révèlera moins attractif, moins créateur d’innovations et moins générateur d’emplois. Réponse début 2019 !

Facebook Comments
Lire la suite
Commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Accélérateur, incubateur, pépinière

Le Mas Startup, l’incubateur du Groupe Nice-Matin, accueille sa première promotion dans une semaine

Publié

le

Dès lundi prochain, elles seront six start-up au total à intégrer la première promotion du Mas Startup, l’incubateur du Groupe Nice-Matin, et elles ont déjà deux points communs : elles sont toutes azuréennes et proposent une innovation d’usage. Deux projets médias sont également retenus.
Ce nouveau lieu d’innovation créé à l’initiative du groupe de presse Nice-Matin ouvre ses portes lundi 25 février et rassemble au siège du journal à Nice une école de formation – le Mas Formation -, un incubateur de startups – le Mas Startup – et un incubateur média – le Mas Média -.
Son ambition : mettre en lien les talents locaux, les aider dans leur développement au travers de l’expertise métiers du groupe Nice-Matin pour se tirer mutuellement et leur permettre de se connecter à un réseau puissant, la communauté des 4 millions de lecteurs des journaux, magazines et les 4,5 millions de visiteurs uniques (moyenne mensuelle 2017) des sites Web du groupe Nice-Matin.
Sur les cinquante candidatures reçues, le jury, présidé par Jean-Marc Pastorino, PDG du Groupe Nice-Matin, a donc sélectionné 6 start-up pour leurs innovations d’usage à destination du grand public, en alignement avec l’identité du groupe de presse : Bee Shary, Dibster, Deserve Mi, Ready Park, Time N’Joy et Yöma Family. Deux projets de médias, Switch On et Radio Nizza ont également été retenus pour intégrer le Mas Média.
Chacune de ces jeunes pousses en est à des stades différents de développement, toutes seront hébergées au Mas pendant six mois, renouvelable une fois. Le programme qui leur sera proposé se fera sur-mesure, en fonction de leur besoin. Elles disposeront néanmoins d’un accompagnement par les experts métiers et les mentors locaux et nationaux du Mas Startup pour développer leurs offres et surtout les tester en mode projet auprès de la large communauté des lecteurs de nicematin.com et varmatin.com. Pendant l’incubation, les jeunes pousses profiteront également de l’expertise des mentors pour accélérer leur développement: obtention de KPIs, levée de fonds… En contrepartie de cette mise en lumière des talents locaux, Nice-Matin attend une implication de la part des startups dans la vie du lieu et une entraide vis-à-vis de la communauté du MAS.

Focus sur les 6 start-up qui intègrent le Mas Startup :

BeeShary est spécialisée dans les domaines du voyage et des loisirs et permet de mettre en relation des voyageurs et des locaux ayant un savoir-faire particulier. Un service de partage, de troc d’expérience et de loisirs qui permettent aux visiteurs de faire des rencontres et de visiter les lieux d’une autre manière.

Dibster est une application utile pour les personnes prenant très souvent l’avion. Dibster permet de faire valoir vos droits en cas de retard, d’annulation ou de surbooking. Cette plateforme, créée par une avocate, peut permettre d’être indemnisé jusqu’à 600 euros en fonction des cas. Un service qui peut s’avère fructueux pour une entreprise qui voyage beaucoup et n’a pas foncièrement le temps de s’occuper de ce genre de procédure en interne.

Deserve Mi est le résultat de la fusion entre deux applications, Deserver Her et MI, Deserve Mi est une application de rencontre mêlant dating et jeux. Une compétition de séduction ! Le principe ? Une femme, trois hommes et trois rounds pour convaincre. Tour à tour ils devront être inventifs pour plaire. Chacun peut choisir de séduire ou d’être séduit. Le tout, aidé par une Intelligence Artificielle pour sécuriser, relancer et proposer des lieux de rendez-vous aux alentours d’après les goûts communs.

-Ready Park vous aide à vous garer en ville. L’application d’entraide au stationnement a un principe simple : je vais quitter ma place, je préviens la communauté ; je vais me garer, je me connecte et je me fais attribuer une place qui va se libérer. Récompense à la clé pour stimuler l’utilisation.

-Time N’Joy est une plateforme qui informe les utilisateurs des événements, manifestations culturelles, sportives ou festives en fonction de leurs centres d’intérêt et leur géolocalisation. Time N’Joy est également dotée d’un agenda qui permet de programmer les événements à venir et une billetterie en ligne permet d’acheter les tickets des manifestations payantes.

-Et enfin, Yöma Family est une application qui permet de mettre en location tous les articles pour bébé ou nouveaux nés, en toute confiance et simplicité. Yöma Family est en quelque sorte le Airbnb des articles pour enfants en bas âges.

En plus de ces 6 start-up, 2 projets médias intègrent le Mas Média :

Switch (on Paper) est un site internet héberge en ligne de nombreux textes journalistiques faisant le lien entre art et actualité. Des écrits, sans aucun code restrictif, sont publiés sur ce site permettant à tous de poster des articles en relation avec l’art, qu’ils soient sur la guerre, sur la société, les loisirs ou le sport.

Radio Nizza créé par Marco Casa, ce blog contient de nombreux podcasts audio racontant la vie dans la ville de Nice. Histoires, anecdotes, curiosités… ces enregistrements sont à destination des italiens, de passage ou non dans la belle Nizza.

 

 

Facebook Comments
Lire la suite

Accélérateur, incubateur, pépinière

CréACannes s’agrandit en se dotant d’un Hôtel d’entreprises !

Publié

le

On connaissait « CréACannes Lérins – Pépinière » (photo à la Une) véritable catalyseur économique aidant les startups de l’industrie créative à passer le cap des deux premières années d’existence. Depuis ce mois de février, il faut aussi compter avec « CréACannes Lérins – Hôtel d’entreprises », créée par l’Agglomération Cannes Lérins comme maillon complémentaire de la chaîne de l’innovation pour les jeunes entreprises (3 à 5 ans).

Une solution complète et une offre tarifaire ultra-compétitive
Cette nouvelle structure, développant une surface de 1200 m², cible les filières d’excellence du territoire (image, nautisme, spatial, événementiel, silver economy et agriculture) et propose une offre tarifaire ultra-compétitive, imbattable sur le département, à 21,50 € le m² en bureau privé et à prix réduit en coworking.
Une solution qui comprend un accompagnement complet, avec un écosystème de partenaires très dense (comptables, juristes, incubateurs, médias, leveurs de fonds, mentors, etc.), véritable accélérateur de croissance pour ceux qui en bénéficient. Sans oublier la possibilité de profiter d’une programmation événementielle très riche (ateliers, conférences, etc.), favorisant les opportunités de mise en réseau et source d’apprentissage utiles à la croissance de l’hébergé.

« CréACannes – Hôtel d’entreprises » dédié aux filières d’excellence

  • 1 200 m² de bureaux et salle de salles de réunion
  • 20 bureaux de 12 à 55 m² équipés
  • 150 m² d’open space/coworking avec casiers privatifs
  • Services mutualisés : internet, wifi, espace reprographie, espace restauration équipé 50 m² espace détente avec écran TV, sanitaires avec douche, stockage et casiers
  • Domiciliation d’entreprises.

« CréACannes – Pépinière » dédiée aux start-ups de l’industrie créative

  • 800 m² de bureaux et salles mutualisées
  • 18 bureaux meublés (de 9 à 25 m2)
  • 1 espace coworking (70 m2)
  • 1 salle de réunion (47 m2) équipée en visioconférence et flexible en salle de formation
  • 1 salle de détente (21,50 m2)
  • 1 jardin de 300 m2
  • Services mutualisés : internet, wifi, espace reprographie, espace restauration équipé sanitaires avec douche
  • Domiciliation d’entreprises
  • Parking
  • Emplacement privilégié à Cannes La Bocca

creacannes@cannespaysdelerins.fr

Facebook Comments
Lire la suite

Accélérateur, incubateur, pépinière

L’incubateur-accélérateur Monaco Tech en quête de nouvelles start-up innovantes

Publié

le

Cofondé par l’Etat Monégasque, Xavier Niel et Monaco Telecom, l’incubateur-accélérateur Monaco Tech a depuis son lancement en 2017, accompagné 24 start-up, dont 14 y sont toujours actuellement. Afin de continuer à détecter de nouvelles start-up innovantes, un nouvel appel à projets, le 4ème,  est ouvert sur www.monacotech.mc. Les entreprises ont jusqu’au 24 février pour déposer leur candidature.
Les start-up aux projets les plus innovants seront sélectionnées, après plusieurs étapes, le 13 mai 2019. Une fois intégrées dans le programme d’incubation d’entreprises, celles-ci pourront bénéficier du savoir-faire de Monaco Tech avec du mentorat, des ressources en business développement, un réseau professionnel et un suivi adapté à leurs besoins.

Les étapes de recrutement 
Lundi 4 février : lancement de l’appel d’offres.
Dimanche 24 février : fin de l’appel d’offres.
11 et 12 mars : entretiens vidéo des candidats.
5 avril : soutenance des entreprises sélectionnées.
13 mai : accueil des nouvelles start-up à l’incubateur Monaco Tech.

Pour rappel, Monaco Tech, c’est 820 m2 en open space, jusqu’à 20 start-up pour 60 bureaux, un espace de coworking et deux “Fablabs”, l’enceinte est dédiée aux projets de jeunes pousses ou aux start-up déjà existantes mais en quête d’un soutien pour se développer davantage, son objectif est d’accompagner des projets innovants et de faire émerger des start-up à succès dans la Principauté. Les domaines d’activité ciblés que ce soit dans la sphère locale ou internationale sont liés à la technologie, fintech (finance), healthtech (santé), les villes intelligentes ou encore les objets connectés.

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X