Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

Accélérateur, incubateur, pépinière

Aix-en-Provence : Beau bilan 2018 et nouvelle feuille de route pour le Technopôle de l’Arbois en 2019

Publié

le

Nouvelle gouvernance, contexte institutionnel inédit, accompagnement de nouvelles start-up dynamiques, extension du technopôle…voilà autant de sujets que Frédéric Guilleux, directeur du technopôle de l’environnement Arbois-Méditerranée et de la pépinière d’entreprises #Cleantech, a abordé mardi 4 décembre à l’occasion du dernier ‘’12/14 de l’Arbois’’ de l’année. Le 12/14 est un concept d’animation organisé par l’équipe du technopôle pour que chaque dirigeant d’entreprise, chaque startupper puisse connaître son voisin.
Ancien chef du service du développement du technopôle, Frédéric Guilleux, qui a pris les rênes du site en septembre dernier, a dressé le bilan de l’année qui se termine et a présenté les perspectives pour 2019, l’année d’un repositionnement stratégique accompagnée d’une nouvelle feuille de route.

Des chiffres qui parlent d’eux-mêmes
Premier technopôle de France dédié à l’environnement, l’Arbois-Méditerranée accueille sur 75 hectares, 110 entreprises, 11 laboratoires de recherche en lien avec le CNRS et Aix-Marseille Université, trois plateformes technologiques, cinq centres d’enseignement supérieur (depuis le CFA jusqu’à une école doctorale), quatre pôles de compétitivité, une pépinière d’entreprises innovantes accueillant 32 start-up ‘’Cleantech’’ et un écosystème de structures d’aide à l’innovation.
L’attractivité du technopôle est aujourd’hui très largement tirée par la création de la pépinière #Cleantech ouverte en début d’année. Frédéric Guilleux le rappelait, en 2010, le technopôle recevait 26 dossiers de candidatures, cette année, 59 entreprises ont souhaité venir s’implanter sur le site aixois. L’Arbois-Méditerranée rayonne bien au-delà de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, 61% des start-up qui souhaitent intégrer la technopole en avait entendu parler bien avant…les autres start-up sont amenées par des prescripteurs-partenaires. Notons aussi que 12% des start-up hébergées sont internationales.

Bilan 2018 en quelques chiffres…

  • 32 start-up hébergées en2018
  • 4 start-up a plus de 1M€ : Qista – Hispira – Novadem – Pop up house
  • 101 dossiers de financement traités
  • 4,2 M€ de levées de fonds réalisés
  • 12 brevets déposés
  • Participation à 32 concours à travers la France
  • 47 salons internationaux dont le CES de Las Vegas
  • En 2018 … Présence de 11 start-up à Las Vegas / 3 CES Innovation Awards
  • En 2019… Présence de 11 start-up à Las Vegas / 5 CES Innovation Awards dont un Best Innovation Award (Beelife)

Un bilan 2018 des plus positifs
Hormis les chiffres, le bilan avancé par Frédéric Guilleux est tout aussi flatteur. Tout en rappelant que le technopôle était labellisé depuis 2017 #Cleantech #Mobility l’un des réseaux thématiques de la French Tech, le directeur du site a souligné que le technopôle est également depuis cette année le représentant local de l’incubateur ‘’Green Tech Verte’’ et qu’en octobre dernier, il a obtenu le niveau le plus élevé de la première promotion du label Parc+.
Et que dire du CES de Las Vegas qui se tiendra début janvier 2019, le plus rendez-vous technologique au monde, où il faut chaque année faire mieux que les années précédentes et l’Arbois-Méditerranée n’échappe pas à cette règle ! Plus d’une dizaine de start-up ces deux dernières années mais 3 Innovation Awards en 2018 et 5 en 2019 dont, et le technopôle en est très fier, un Best of Innovation Award obtenu par la start-up BeeLife et son innovation Cocoon, la ruche connectée !
Enfin, en se projetant en 2019, Frédéric Guilleux a annoncé d’une part la création d’un centre de prototypage permettant aux porteurs de projets de concevoir plus vite leurs produits, de les tester et de les rendre plus robustes avant de les lancer vers la commercialisation, et d’autre part la livraison en juin prochain d’un nouveau bâtiment entièrement écologique qui offrira des locaux neufs à 15 start-up supplémentaires. Avec l’idée que les start-up naissantes deviendront de futures entreprises florissantes en quête de foncier…

2019 : vers un changement de cap ?
Autrefois géré par un syndicat mixte piloté par le conseil départemental des Bouches-du-Rhône, le technopôle de l’Arbois est passé en 2017 dans le giron de la métropole Aix-Marseille-Provence (AMP). Aujourd’hui, c’est une structure bicéphale avec une direction rattachée au Conseil de territoire du Pays d’Aix et au service économie de la métropole. Un comité de pilotage constitué d’une dizaine de collectivités et autres organismes préside aux destinées du technopôle. Roger Pellenc est à la tête de ce comité de pilotage ; c’est lui qui est en charge de la redéfinition du positionnement stratégique du technopôle. Pour cela, la métropole a lancé une consultation pour sélectionner un cabinet conseil qui l’accompagnera dans sa réflexion sur l’avenir du site technopolitain, une réflexion débouchant sur la définition d’une nouvelle feuille de route 2019 déclinée du stratégique au pratique. Il s’agit de trouver de nouveaux équilibres pour gagner en efficacité sinon, ce sont les start-up, les porteurs de projets et les laboratoires qui en pâtiront dans un premier temps, puis rapidement, ce sera le territoire qui se révèlera moins attractif, moins créateur d’innovations et moins générateur d’emplois. Réponse début 2019 !

Facebook Comments
Lire la suite
Commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Accélérateur, incubateur, pépinière

Marseille Innovation rejoint le programme Amazon Web Services Activate

Publié

le

Marseille innovation, la pépinière aux cent entreprises, vient d’annoncer être membre du programme d’accompagnement AWS Activate proposé par Amazon Web Services (AWS), une filiale d’Amazon.com.
Crée en 2006, Amazon Web Services est spécialisée dans les services de cloud computing à la demande pour les entreprises et particuliers et offre à ses clients un accès à des services d’infrastructure dans le cloud afin de leur permettre de créer des applications sophistiquées et extensibles. Aujourd’hui, AWS offre plus de cinquante services à plus d’un million de clients actifs, aussi bien des grandes entreprises que des start-up, dans 190 pays, tout en étant un réel moteur pour l’innovation dans de nombreux domaines comme les médias, la finance, le e-commerce…
C’est avec le programme AWS Activate qu’Amazon Web Services s’investit auprès des start-up. Ce programme est destiné à fournir aux start-up les ressources dont elles ont besoin pour devenir opérationnelles sur AWS. Ainsi, AWS propose une infrastructure peu coûteuse et simple d’utilisation, qui permet de mettre à l’échelle et de développer des activités de toutes tailles. Certaines des start-up les plus dynamiques au monde, comme Airbnb, Spotify et Dropbox, ont su tirer parti de la puissance d’AWS pour démarrer en toute simplicité et profiter d’un dimensionnement rapide.
AWS Activate proposera des crédits d’utilisation sur la plateforme AWS et un accompagnement des start-up au sein de Marseille Innovation. En effet, AWS offre un crédit d’hébergement valable 2 ans, un accès gratuit à une formation permanente aux différents services par AWS, une année de support, et supportera un forum de start-up afin de mettre en relation les entreprises marseillaises avec elles étant déjà membres de ce programme mondial.

Pour chaque Startup de Marseille innovation, l’offre AWS Activate Portfolio Plus comprend :

  • $10k de crédits d’utilisation AWS sur 2 ans
  • 1 an de support business (24/7 et – 80 jetons pour des labs en ligne https://aws.qwiklab.compour se former rapidement
  • Revues 1on1 de l’architecture applicative (scalabilité, disponibilité & sécurité)
  • Conseils en optimisation de coûts
  • Pas de notion d’engagement, ni d’obligation de consommation.
  • Inscrivez-vous à Activate ! 

Enfin le 17 juin prochain se tiendra l’AWS Summit Online, un événement virtuel gratuit, qui donne l’opportunité de découvrir les dernières technologies et nouveautés du Cloud AWS, et de participer à 55 ateliers sur 11 thèmes différents allant de formations pour bien débuter sur AWS, à des sessions sur l’intelligence artificielle, l’analyse de données, les technologies serverless et aux meilleures pratiques et programmes pour lancer ou accélérer sa startup.

 

Facebook Comments
Lire la suite

Accélérateur, incubateur, pépinière

Marseille : L’Incubateur Belle de Mai adapte la 7ème session de son programme de pré-incubation à la crise

Publié

le

Début 2019, l’Incubateur multimédia Belle de Mai à Marseille présentait la 1ère promotion de son nouveau programme d’accompagnement baptisé La Manufacture, clin d’œil à la manufacture de tabac anciennement installée à la Belle de Mai. Aujourd’hui l’incubateur lance sa 7ème session de pré-incubation qui cible les porteurs de projet d’entreprise dès la phase de l’idée et les aide à structurer leur projet très en amont. Mais cette année, ce programme, centré sur le collectif, a été remanié afin de respecter les consignes sanitaires.

Un programme adapté à la crise

Ainsi le ‘’8 clos’’, le serious game pendant lequel les participants sont isolés pendant toute une journée et vivent le parcours accéléré de la création d’un projet Tech a été annulé pour cause de crise sanitaire. L’accompagnement en collectif est maintenant proposé en visioconférence sur Slack à raison d’une demi-journée par semaine. Les projets peuvent ainsi continuer à échanger sur les points forts de chacun et se soutenir dans leurs démarches.
Les rendez-vous individuels sont maintenus par téléphone et également par Slack. Ils permettent d’approfondir le projet, analyser et renforcer des compétences, se préparer au pitch et au Comité d’engagement pour ceux dont le projet suivra la suite de La Manufacture : le programme d’incubation.
A l’Incubateur Belle de Mai, l’accompagnement à distance se fait depuis de nombreuses années. Depuis sa création en 1999, l’incubateur accompagne des entrepreneurs sur toute la France depuis son siège social à Marseille, plus de 200 porteurs de projets ont ainsi été accompagné, contribuant à la création de 150 entreprises, dont 72% sont toujours en activité. Beaucoup, voire la majorité d’entre eux ont d’ailleurs profité d’un accompagnement à distance.
‘’L’accompagnement à distance nécessite que le porteur soit motivé et impliqué dans son projet. Ce que nous aimons chez eux, c’est leur capacité à être autonome mais aussi à accepter l’aide qu’on leur propose. Nous poussons les échanges mais le porteur doit aussi les provoquer ‘’ explique Morgan Dinkel, chargé d’affaires de l’Incubateur Belle de Mai.
Les candidats souhaitant candidater peuvent le faire jusqu’au 16 juin via cette adresse :
https://www.belledemai.org/candidatez/

Infos pratiques :
Détail du programme La Manufacture : https://www.belledemai.org/la-manufacture/
Les personnes souhaitant prendre rendez-vous avec un membre de l’équipe sont invitées à le faire directement à cette adresse, les visites spontanées n’étant plus autorisées :
https://meetings.hubspot.com/manon-dhennin

Facebook Comments
Lire la suite

Accélérateur, incubateur, pépinière

P.Factory avec le soutien de ses actionnaires débloque 200 000€ pour soutenir ses startups accompagnées

Publié

le

C’est parce que de nombreuses start-up ont un accès limité aux Prêt Garanti par l’Etat, le PGE distribué par les banques et garanti par l’Etat à 90% que P.Factory a décidé de débloquer une enveloppe de 200 000€,  l’accélérateur privé estimant que certaines start-up allaient être réellement handicapées par un manque de fonds propres. Certes les partenaires bancaires étudient avec attention les demandes de prêts mais restent souverains dans leur décision d’accorder ces prêts et d’en fixer le montant. Parmi leurs critères d’appréciation figurent notamment l’apport de financements complémentaires et le niveau des fonds propres.
De plus, un certain nombre de start-up n’ont accès ni au PGE, ni au PGE-SI proposé par BPI France, car elles sont qualifiées « d’entreprises en difficulté » au sens de la réglementation européenne. C’est à dire dont les fonds propres sont devenus inférieurs à la moitié du capital social. C’est souvent le cas de celles qui étaient en cours de préparation d’une levée de fonds, devenue très hypothétique dans le contexte du Covid-19.
C’est la raison pour laquelle, grâce au soutien de ses actionnaires, 60 entrepreneurs régionaux, la Caisse d’Epargne CEPAC et la Banque des Territoires, P.Factory peut faire cette offre aux start-up à fort potentiel de croissance :
– celles accompagnées par P.Factory et dont l’accélérateur est actionnaire,
– et dont le Chiffre d’Affaires 2019 est supérieur à 100 000€.
L’investissement peut se faire sous forme de capital, d’obligations convertibles ou de BSA Air et venir ainsi renforcer les fonds propres de l’entreprise.
Le dispositif proposé permet de soutenir les start-up accompagnées par P.Factory et complète ainsi la mobilisation de la Caisse d’Epargne CEPAC et de la Banque des Territoires pour le soutien de l’économie régionale dans le contexte inédit qu’on connait. Il permettra de créer un effet de levier avec des prêts tels que le PGE, le PGE-SI de BPI France, ou le dispositif French Tech Bridge proposé par BPI France pour attendre une levée de fonds.

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X