Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

Ecosystème

Projet piloté par l’Inria de Sophia-Antipolis, l’application StopCovid est enfin disponible sur iOS et Android

Publié

le

Depuis mardi 2 juin en fin d’après-midi, après avoir reçu un avis favorable de la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés (CNIL), l’institution française qui se consacre à la protection des données personnelles des citoyens, et que l’Assemblée nationale et le Sénat se soient prononcés en faveur de son déploiement, l’application StopCovid est disponible sur Google Play Store et sur le magasin d’application d’Apple.
StopCovid s’inscrit dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire lié à l’épidémie du coronavirus et, plus particulièrement, de la stratégie de déconfinement que le gouvernement français a mis en place depuis le 11 mai, et consiste en une application pour smartphone destinée à “limiter la diffusion du virus en identifiant des chaînes de transmission“, selon les propos du secrétaire d’Etat au numérique Cédric O.

Comment ça marche ?

Le principe est le suivant prévenir les personnes qui ont été à proximité d’une personne testée positive, à moins d’un mètre de distance et pendant au moins quinze minutes, de façon à ce que ces personnes puissent être elles-mêmes testées, qu’elles se confinent le plus rapidement possible, si besoin, voire qu’elles soient prises en charge. Le tout sans jamais sacrifier aux libertés individuelles.
Ainsi, si le possesseur d’un smartphone équipé de l’application est diagnostiqué positif au Covid-19, il doit le renseigner directement dans son application : un code fourni par les équipes médicales habilitées (une suite de caractères ou un code QR) lui sera remis pour cela. Il sera aussi invité à dire à partir de quand les symptômes de la maladie se sont déclenchés. Après cette manœuvre, une alerte s’affichera sur les téléphones de celles et ceux que le malade a côtoyés pendant au moins quinze minutes et à moins d’un mètre de distance, sur une période pouvant aller jusqu’aux deux dernières semaines avant enregistrement du diagnostic. StopCovid donnera alors à ces personnes les consignes de s’isoler et de contacter leur médecin : elles risquent, en effet, d’être elles aussi porteuses de la maladie – même si elles n’en ont pas encore les symptômes – et donc d’être contagieuses. Les personnes averties ne sauront pas, en revanche, qui est la personne initialement croisée lors des deux dernières semaines qui a été diagnostiquée positive au Covid-19.

StopCovid : dans le respect de la protection des données

Le téléchargement de StopCovid est gratuit et se fait sur la seule base du volontariat. Lors de son installation, il faut activer le Bluetooth, les données GPS, pour autoriser la fonction de détection de l’application. Cela permet de repérer les personnes aux alentours ayant l’application et de recevoir une notification en cas de passage à proximité d’une personne s’étant déclarée porteuse du Covid-19, sur les 14 derniers jours. Les informations échangées sont comparables à des pseudonymes : il s’agit d’une suite de chiffres correspondant à un utilisateur, et qui ne sont pas lisibles par un autre.
Trois onglets sont disponibles sur l’application. “Protéger” pour activer StopCovid sans donner son nom, “Me déclarer” pour indiquer que l’on est porteur du virus après un test en laboratoire ou d’après un médecin, et “partager” pour proposer à d’autres personnes de télécharger l’application.
Cette application apporte ainsi une aide complémentaire au travail des médecins et de l’Assurance maladie pour alerter au plus vite les personnes ayant été en contact avec les personnes malades du Covid-19, et ainsi casser la chaîne de transmission. Chaque heure gagnée peut faire la différence.

600 000 téléchargements en quelques heures

Sur les 130 personnes mobilisées durant un peu plus de deux mois sur ce projet, piloté par l’Institut national de recherche en sciences et technologies du numérique (Inria) de Sophia-Antipolis, nombreux sont des salariés du privé (Lunabee, Capgemini, Dassault Systèmes, Orange, Withings) qui ont travaillé bénévolement, insiste le gouvernement, en collaboration avec des organismes publics (Agence nationale de sécurité des systèmes d’information, Inserm et Santé publique France). L’application n’a pour l’instant coûté à l’Etat que le salaire des agents publics qui ont participé à son développement selon Cédric O. Toutefois, depuis son lancement mardi 2 juin, sa maintenance et son hébergement sont bel et bien facturés, entre 200 000 et 300 000 euros par mois.
À l’heure où sont écrites ces lignes, Google Play recense “plus de 100 000 installations”, sans plus de précision. Du côté du ministère, on évoque “plus de 600 000 installations en quelques heures”, là encore sans donner de chiffre précis. Dans tous les cas, l’application est en tête des téléchargements sur les deux plateformes actuellement.

Facebook Comments
Lire la suite
Commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ecosystème

La Ciotat : Atempo.Wooxo s’associe avec TrustInSoft pour renforcer sa politique Security by Design

Publié

le

Face à la recrudescence de cyberattaques toujours plus complexes, le groupe Atempo.Wooxo, leader européen des solutions de protection du patrimoine numérique professionnel, a la volonté d’améliorer constamment ses solutions. Pour y parvenir, l’éditeur a décidé d’opter pour une sécurité by design, en l’intégrant dans ses codes sources. Ainsi, Atempo (Paris) et Wooxo (La Ciotat) ont sélectionné TrustInSoft Analyzer de TrustInSoft, une start-up française membre d’Hexatrust, reconnue par le National Institute of Standards and Technology (NIST) et issue du CEA. La jeune entreprise a développé un outil de validation du code source permettant de valider formellement l’absence de défaut d’un logiciel et son immunité aux cyberattaques les plus répandues. Déjà présent dans des secteurs où le logiciel est critique, l’offre de TrustInSoft touche un nombre grandissant de secteurs où la digitalisation est un facteur clé de succès.
Cet accord de partenariat concrétise la démarche engagée d’une politique d’achat privilégiant les solutions souveraines. Rappelons que le groupe Atempo.Wooxo a rejoint le Club IT50+, qui appelle les entreprises à inclure au moins 50 % d’acteurs français ou européens dans leurs appels d’offres IT. Le Groupe fervent défenseur d’une Europe Numérique Souveraine va au bout de ses engagements en choisissant l’excellence française avec TrustInSoft en raison de leurs valeurs communes et de l’identité française de la start-up.
‘’En tant que membre de la sélection FrenchTech120, d’European Champions Alliance, d’Hexatrust et d’IT50+, nous avons un devoir d’exemplarité. Nous ne saurions promouvoir l’excellence technologique européenne sans commencer par l’implémenter au sein de notre propre Groupe’’ souligne dans un communiqué Luc d’Urso, PDG du groupe Atempo.Wooxo.
‘’Dans un contexte de cyberguerre ouverte, la sécurité de nos codes ne peut pas être évaluée par une puissance étrangère. TrustInSoft Analyzer est une solution de classe mondiale. Nos solutions respectives se sont enrichies grâce à cette collaboration. Nous pensons que c’est de cette façon pragmatique que se construit l’Europe Numérique Souveraine’’, conclut le patron du groupe français.

Facebook Comments
Lire la suite

Ecosystème

Sophia-Antipolis : wever ouvre sa plateforme gratuitement à toutes les entreprises pour piloter le télétravail

Publié

le

Le télétravail n’est pas une option” ne cesse de proclamer le gouvernement depuis quelques semaines, mais plutôt une obligation ! Mais entreprises et salariés sont souvent frileux par peur de l’isolement et d’éclatement du collectif, sans parler de la culture du présentéisme. De plus un grand nombre de métiers nécessitent également que le salarié soit sur site, tout ou partie de la semaine, et pas toujours avec le même rythme de travail.
Se pose alors pour les entrepreneurs le problème de l’organisation de cette nouvelle forme de mobilité / non mobilité. Accompagner les entreprises pour élaborer des solutions d’aides et les inciter à aménager les postes de leurs salariés et l’organisation de travail en ayant recours au télétravail à temps plein est devenue une nécessité. Tout comme de leur permettre d’envisager sereinement une mobilité de transition, efficace et responsable, pour permettre aux salariés devant se déplacer de leur faire dans les meilleures conditions.
La start-up wever l’a bien compris et souhaite, une nouvelle fois, soutenir les entreprises françaises en proposant d’accéder gratuitement à sa nouvelle offre wemote, sa plateforme de gestion de la mobilité et d’accompagnement individuel, et ce jusqu’au 15 janvier 2021.
‘’ Aujourd’hui le télétravail devient le quotidien d’entreprises et d’employeurs qui n’y étaient pas préparés. La mobilité de transition, dans ces périodes de confinements / déconfinements qui risque de se reproduire tant que nous serons en crise sanitaire, devient un challenge impératif pour l’économie et la vie sociale’’ explique Thomas Côte, CEO – fondateur de wever. ‘’Il nous est paru indispensable que notre plateforme dédie un programme spécifique à ce nouveau contexte de mobilité et accompagne les entreprises pour qu’elles puissent s’adapter au plus vite. »
wemote consiste à collecter les besoins de chaque salarié, membre de la direction, manager, etc. de manière à accompagner les entreprises vers un modèle de télétravail de qualité et une mobilité de transition pour les déplacements nécessaires. Via des contenus spécialisés, un parcours de diagnostics ainsi qu’un tableau de bord intuitif, permettant d’analyser la donnée, les entreprises peuvent prendre des décisions efficaces et pragmatiques : respect de la législation, équipements à domicile, posture et bien-être, organisation personnelle de la journée, rotations sur le lieu de travail, solutions de mobilité douces pour les déplacements impératifs, …
Lors du premier confinement, wever avait déjà apporté son soutien avec son offre Freemium aux collectivités et entreprises qui ont pu accéder gratuitement à sa plateforme en ligne permettant, au travers de diagnostics réalisés très rapidement auprès d’une population, de repenser la mobilité des français, que ce soit dans leurs trajets domicile/travail ou dans leurs déplacements personnels.
www.wever.fr

Facebook Comments
Lire la suite

Agriculture, sylviculture

Avignon : RGX Systems (Sophia) et Vegetal Grow Development (Châteaurenard) primés à Natur’Tech

Publié

le

Du produit phytosanitaire d’origine naturelle au robot agricole en passant par une plateforme logicielle d’analyse de données faisant appel à l’intelligence artificielle au service des agriculteurs, le palmarès 2020 du concours Natur’Tech organisé par le pôle Innov’Alliance* (Avignon/Grasse/Lyon), représente un condensé de projets d’innovation pour répondre aux besoins d’une agriculture plus naturelle et durable.
La cérémonie de remise des prix s’est déroulé sur le salon Med’Agri6-online à la Chambre d’Agriculture de Vaucluse en présence d’André Bernard, président de la Chambre Régionale d’Agriculture Provence-Alpes-Côte d’Azur. Ce sont en tout 8 prix qui ont été décerné le mois dernier par le jury national présidé par Gilles Fayard, directeur général d’Innov’Alliance, et les partenaires du concours : Bayer Crop Science, Bonduelle, Crédit Agricole Alpes Provence, French Tech Grande Provence, L’Occitane, Naturex/Givaudan, Perret, Pink Lady.

  • 1er prix – Crédit Agricole Alpes Provence – Cap Innov’Eco

Interra Pro- (Chaponnay, 69), pour son innovation Nexy, un produit phytosanitaire d’origine naturelle à base d’une souche de levure Candida oleophila qui permet de protéger les fruits à pépins récoltés pendant la phase de stockage en station. L’entreprise remporte une dotation de 5 000€.

  • 2e prix -Naturex part of Givaudan

Biomede (Villeurbanne, 69) propose à ses clients agriculteurs, en particulier viticulteurs, une solution basée sur la mise en place de plantes hyper accumulatrices pour retirer naturellement les métaux et en particulier le cuivre et régénérer leurs sols. L’entreprise remporte une dotation de 1 500€ et une mise en relation avec les équipes de « Connect to win » et « Open innovation Givaudan ».

  • 3e prix – Obratori, L’Occitane Innovation Lab

Le Chemin des Mûres (Saint-Vincent de Mercuze, 38) invente la logistique moderne de distribution des produits locaux en apportant des technologies numériques capables d’organiser automatiquement la mutualisation des livraisons entre producteurs pour une meilleure massification des transports associé à des distances courtes. L’entreprise bénéficie de 5 demi-journées d’accompagnement et conseils avec des experts juridiques, financiers, marketing et communication et 6 mois de résidence pour le porteur de projet dans l’open space d’Obratori à Marseille.

  • Prix Spécial Jeune Pousse – La French Tech Grande Provence

RGX Systems (Valbonne, 06) met l’intelligence artificielle au service des viticulteurs grâce à des caméras intelligentes embarquées sur des agroéquipements. La startup sortie de l’Incubateur PACA-Est et accompagnée actuellement par le Village by CA de Sophia, a développé une plateforme logicielle d’analyse de données permettant de détecter de manière objective et exhaustive les maladies de la vigne. L’entreprise remporte un programme d’accompagnement de la French Tech Grande Provence avec des experts métiers lors de 3 rendez-vous de 3 heures chacun et du mentorat.

  • Prix Thématique « Optimisation des teneurs en molécules d’intérêt » Arkopharma

Vegetal Grow Development (Châteaurenard, 13) propose des produits et services de pilotage intelligent de la lumière au service de la croissance optimale des plantes. L’entreprise remporte une dotation de 500€ ainsi qu’une mise en relation avec les équipes techniques d’Arkopharma.

  • Prix Thématique « Robotisation / Pénibilité » Bonduelle

Naïo Technologies (Escalquens, 31), pour la nouvelle génération d’Oz, un robot agricole polyvalent autonome destiné aux petits maraîchers diversifiés, producteurs de semence et toutes autres cultures spécialisées. L’entreprise remporte une dotation de 500€ ainsi qu’un échange avec les équipes techniques de Bonduelle et un accompagnement sur 2 demi-journées.

  • Prix Thématique « Protection des cultures » Groupe Perret

AkiNaO (Perpignan, 66) a développé deux produits naturels valorisant une ressource durable et locale, l’Inule visqueuse : un extrait naturel aux propriétés antifongiques et un support de culture de type paillis végétal. L’entreprise remporte une dotation de 500€ ainsi qu’un échange avec les équipes techniques du groupe Perret et un accompagnement (suivi technique, essais, accompagnement technique).

  • Prix Thématique « Adaptation au changement climatique » Pink Lady

Sun’Agri (Lyon, 69) propose un système de persiennes agricoles équipées de panneaux photovoltaïques mobiles et intelligents dont le pilotage intègre les données de croissance optimale des plantes. L’entreprise remporte une dotation de 500€ ainsi qu’un échange avec les équipes techniques de Pink Lady et un accompagnement.

En complément de leur prix, les 8 lauréats du concours bénéficient dès à présent d’une adhésion gratuite de 6 mois au pôle Innov’Alliance avec l’accès à l’ensemble de ses services, de son écosystème et de l’accompagnement à l’innovation et à la croissance pour développer leurs solutions. Ils ont également l’opportunité d’utiliser la marque Natur’Tech associée à leur innovation et bénéficieront d’une mise en avant de leurs produits et services sur les événements d’Innov’Alliance.
Créé initialement connu sous le nom de Smart Agri Food en 2018, le concours s’est élargi aux 4 filières du pôle Innov’Alliance pour devenir Natur’Tech en 2020. En quatre ans, il a été un véritable tremplin pour des start-up lauréates qui aujourd’hui, sont des entreprises reconnues dans le secteur de l’innovation et du végétal : Ombrea (production d’ombrières), SunOLeo (culture d’algues), Panjee (transparence de l’information sur les produits).

*Le Pôle de compétitivité de la Naturalité, Innov’Alliance accompagne la transition écologique et technologique de l’Agriculture au service de 4 filières durables : Alimentation, Cosmétique, Ingrédients santé & compléments alimentaires, Parfums & Arômes. Le pôle représente un écosystème de plus de 400 membres (entreprises, acteurs de la recherche, organismes de formation).

Source : Destimed

VIDEO | REMISE DES PRIX NATUR’TECH 2020

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X