Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

SportTech, santé, bien-être

Les Miraculeux lèvent 800 K€ auprès des business angels

Publié

le

La start-up parisienne Les Miraculeux créée par le marseillais David Gueunoun vient de boucler un premier tour de table de 800 000 euros auprès de plusieurs business angels, après avoir réussi une campagne de financement participatif sur Ulule avec 2 000 préventes enregistrées pour un objectif initial de 200. Créée en février 2019, Les Miraculeux est spécialisée dans les compléments alimentaires à base de vitamines, minéraux et oligo éléments, sous forme de gommes fruitées 100% végétales, les « Gummies ». Ils sont fabriqués en France et commercialisés au prix de 19 euros sur le site de la jeune pousse mais aussi chez l’enseigne de distribution Monoprix, les pharmacies et les parapharmacies, sous 3 déclinaisons : Energie (guarana, ginseng, baie de goji), Beauté (acide hyaluronique, biotine, zinc) et Sommeil (mélatonine et extraits de plante).

Lire aussi : Le marseillais David Gueunoun s’impose à Paris avec ses compléments alimentaires ”Miraculeux” !

Grace aux business angels investisseurs, parmi lesquels : Hubert Patricot (ancien PDG Europe de Coca Cola), Anthony Bourbon (fondateur de Feed), Marc Valerius de Beffort (ancien Directeur Marketing des eaux Evian), Jérémy Charoy (fondateur de LaLaLab), Samuel Guez (fondateur de My Jolie Candle) et Olivier Thomas de Colombe Investment, Les Miraculeux va notamment se démarquer de ses concurrents et ils sont nombreux sur le marché des compléments alimentaires estimé à 1,92 milliards d’euros et qui connaît une croissance continue.
Ainsi plusieurs recrutements sont prévus pour renforcer l’équipe actuelle composée d’une dizaine de collaborateurs, Les Miraculeux ambitionne également d’enrichir sa gamme avec son équipe de R&D et d’accélérer son développement commercial en multipliant les points de vente pour permettre à tous de trouver ses produits à moins de deux kilomètres de chez eux.

Facebook Comments
Lire la suite
Commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ecosystème

Aix-en-Provence : Clever Beauty, la marque de vernis à ongles ‘’green’’, innove encore avec deux nouveaux produits

Publié

le

Forte du succès de sa gamme de vernis à ongles green et anti-gaspi, Clever Beauty s’attaque aujourd’hui au marché des soins avec les premiers vernis soins 10 Free et anti-gaspi. Et comme il y a deux ans, pour engager la commercialisation de ces deux nouveaux produits, la start-up aixoise s’appuie sur une nouvelle campagne de crowdfunding et met ses nouveautés en prévente sur la plateforme Ulule. A ce jour, le succès est au rendez-vous. 100% de l’objectif a été atteint dès les premiers jours de campagne et à dix jours de la fin, il est à plus de 170% !

Le premier vernis à ongles naturel & anti-gaspi

Créée il y a trois ans par Maëva Bentitallah, la marque de vernis à ongles “Clever Beauty” s’appuie sur une formule baptisée « 10 free », c’est à dire que les 10 ingrédients considérés toxiques ont été retirés. Ils contiennent désormais des solvants biosourcés à base de coton, de maïs et de manioc, des ingrédients que l’on retrouve dans la plupart des vernis green. Les vernis Clever Beauty ne sont pas testés sur les animaux et sont sans perturbateurs endocriniens, donc plus sains pour les enfants et les femmes enceintes. Depuis un an, la jeune pousse fait partie des marques qui peut apposer la mention “Cruelty Free ou “Cruelty Free & Vegan’’ sur ses produits, un label exigeant et délivré par l’association américaine PETA* (People for the Ethical Treatment of Animals) qui milite pour le traitement éthique des animaux
Mais ce qui fait la différence avec les autres marques, c’est un bouchon anti-gaspi innovant qui permet par une simple pression de faire descendre le pinceau jusqu’au fond du flacon et d’utiliser jusqu’à la dernière goutte de vernis, soit 20% de produit en plus. Produits de beauté fétiches des dames, le vernis est aussi l’un des plus gaspillés. En cause ? Le pinceau trop court qui ne permet pas d’atteindre le fond du flacon. Résultat, le vernis n’est utilisé qu’à moitié et finit un peu trop vite à la poubelle.

Les vernis à ongles ‘’green’’ et anti-gaspi se déclinent désormais en soins

Toutes les caractéristiques des produits Clever Beauty évoqués ci-dessus se retrouvent dans les deux nouveaux vernis à ongles que la start-up lance aujourd’hui sur le marché des soins : #13 Parfaite, le 1er vernis soin naturel 3 en 1 et #14 Audacieuse, le vernis naturellement vitaminé.
#13 Parfaite est formulé à base de coton, maïs, manioc et de durio, un fruit méconnu mais précieux pour les ongles car enrichi en vitamines B ce qui permet une triple action sur les ongles à la fois soin & beauté. Ainsi #13 Parfaite renforce et durcit la structure de l’ongle, comble les stries pour des ongles lisses et nets, embellit l’ongle grâce à sa laque lumineuse légèrement rosée qui crée une effet « ongles parfaits ». Il peut s’utiliser en cure de 3 semaines pour renforcer les ongles fragilisés, en base pour protéger les ongles et optimiser la tenue du vernis ou être appliquer en vernis classique pour un rendu naturel.
La composition naturelle du vernis #14 Audacieuse se caractérise par une laque à la couleur intense issue de fruits rouges (mûres, cerises, myrtilles, framboises et fraises) aux bienfaits antioxydants protecteurs. Une formule soin enrichie en vitamines E et C pour renforcer les ongles et contrer les agressions extérieures.
Dès le mois de septembre 2020, ces deux produits seront disponibles (flacon de 10,5ml, 19,90€) en parapharmacies, instituts de beauté, magasins spécialisés et sur www.clever-beauty.com.

Clever Beauty accélère son développement

En parallèle de la commercialisation de sa nouvelle gamme, Clever Beauty en profite pour accélérer son développement. La start-up cherche à recruter deux profils (commercial & communication) pour venir renforcer l’équipe qui assure la distribution des produits de la jeune marque en France y compris La Réunion et la Martinique, mais aussi à l’international (Luxembourg, Suisse, Belgique, Malte et Islande). Enfin, un partenariat a récemment été signé avec Les Galeries Lafayette pour le nouveau nail bar “Le Patio Green” du Centre Bourse jusqu’en Octobre 2020. Et pour aller encore plus loin, la start-up entame une levée de fonds.

*PETA est la plus grande organisation des droits des animaux dans le monde : plus de 5 millions de membres et de supporter.

Facebook Comments
Lire la suite

Ecosystème

Allauch : Sportall, la nouvelle plateforme OTT arrive dès septembre sur le marché des médias sportifs

Publié

le

Présentée en avant-première au début de l ’année lors de la Global Sport Week, à Paris, la plateforme audiovisuelle numérique Sportall arrivera officiellement sur le marché français à la rentrée de septembre. Implantée à Allauch, aux portes de Marseille, et incubée à l’incubateur marseillais Belle-de-Mai, Sportall, qui finalise sa première levée de fonds, se positionne comme l’unique solution bout-en-bout pour la production, la promotion et la diffusion d’évènements sportifs pros et amateurs.

La plateforme OTT de tous les sports

Sportall n’est pas une chaîne de sport avec un flux continu : La plateforme OTT (« Over-the-top », sur internet) est gratuite et proposera en ligne des compétitions sportives en direct et accessibles en replay, des reportages ou des interviews. Les ayants droit sportifs (fédérations, marques, clubs, créateurs de contenus) utiliseront Sportall pour produire, promouvoir et diffuser mieux et à moindre coût leurs évènements sportifs en live et leurs vidéos (VOD, Replay, tutoriels…), avec toutes les fonctions nécessaires pour démultiplier et monétiser leur audience sur internet (sans les limites et contraintes de YouTube, Facebook et autres). De plus, l’application multi-écrans Sportall, à télécharger dans les stores dès sa sortie commerciale à la rentrée, permettra d’être connecter directement aux fans, en grande majorité des jeunes, et entretenir ainsi des relations directes avec eux. Grâce à Sportall, fédérations, clubs, associations, coaches, athlètes de tous les sports, vont pouvoir augmenter considérablement leur visibilité, dans un univers médiatique très largement dominé par les sports Premium.
‘’Il était temps qu’une solution, dotée des toutes dernières technologies et au modèle économique extrêmement flexible, s’attaque aux sports non premium », souligne le PDG de Sportall, Thierry Boudard‘’Il faut savoir que les fans de ces sports en manque de visibilité médiatique sont environ 10 millions en France et plus de 50 millions en Europe. C’est donc un marché très prometteur pour une solution qui rassemble tous ces sports dans une seule plateforme, et leurs fans dans une seule base d’utilisateurs‘’.
‘’Notre ambition est d’apporter un nouveau média du sport, avec un modèle économique permettant la diffusion et la monétisation tous les sports’’, conclut le PDG de Sportall.

Sportall propose le kit Sportall et crée le réseau Sportall Procasters

En complément de sa plateforme technologique, Sportall va plus loin en proposant depuis le début de l’année des outils et services de captation digitale légère et des fonctionnalités de promotion et de story telling avancées.
‘’La captation des images d’une compétition est un problème majeur pour les fédérations ou les organisateurs d’événements’’, explique Thierry Boudard. ‘’Grâce à la technologie, nous proposons des solutions légères et 5 à 6 fois moins chères que la production traditionnelle’’. Le coût s’élève entre 500 euros et 3 000 euros par journée avec la possibilité d’intégrer des commentaires. Le Kit Sportall est composé de produits de captation simples et utilisables par tous ; une mini-régie sans fil permettant de produire localement un flux en direct multi caméras, avec commentateurs, incrustations des scores, toutes les fonctionnalités pour de la captation vidéo sportive en Live. Ce kit a déjà permis de diffuser les évènements sportifs des premiers clients, faisant chacun plus de 50 000 vues sur YouTube.
Sportall a également créé son réseau national de vidéo production, le réseau Sportall Procasters, constitué de sociétés de production et de micro-entrepreneurs expérimentés dans la captation sportive, et équipés de la technologie Sportall. Ce réseau est capable de produire n’importe quel évènement sportif, partout en France, en s’adaptant au budget du client, et apporte toutes les compétences pour la production vidéo-sportive : cameramen, réalisateurs, monteurs, commentateurs.

Une vingtaine de sports disponibles sur l’application avant la fin de l’année 2020 

‘’Plus d’une dizaine de fédérations sportives ont déjà ou vont signer chez Sportall avant le lancement, et nous sommes également en discussions avancées avec des ligues professionnelles » indique Pierre Debleme, Directeur commercial et marketing de la start-up. Parmi elles, la fédération française de Natation, la fédération française de Lutte, l’AFTEQ, l’association française de Teqball et la fédération française de ski nautique et Wakeboard sont déjà clientes de Sportall. La Fédération Française de Lutte et Disciplines Associées a été la première à adopter la solution Sportall il y a quelques mois. « Le constat est simple aujourd’hui. Nous sommes délaissés par les médias traditionnels, fait remarquer Alain Bertholom, le Président de la Fédération Française de Lutte et Disciplines Associées.

Des athlètes de choix pour ambassadeurs

Aux côtés des fédérations, bon nombre d’athlètes français adhèrent aussi à la solution Sportall et n’hésitent pas à prêter leur image à la start-up. Malia Metella, ancienne championne de Natation, qui a remporté la médaille d’argent du 50 mètres nage libre aux Jeux olympiques d’été de 2004 est une des associées de la jeune pousse depuis le premier jour et est directement impliquée dans la préparation des JO à Paris. Ont également rejoint les rangs de Sportall, en tant qu’ambassadeurs : Manon Costard, Championne du Monde de ski nautique ; Djihène Abdelilah, championne du monde de grappling NoGi 2015 ; Nathan Paulin, slackliner et spécialiste de la highline ; Hugo Tormento, Swimrunner ; Pauline Déroulède, championne en tennis fauteuil ou encore Morgan Bourc’his, Triple Champion du Monde de plongée en apnée.

Un modèle économique vertueux

Financée par la publicité via une régie extérieure, le business-modèle est résolument tourné vers le fan qui aura accès à l’appli gratuite, et qui pourra potentiellement s’abonner à une version premium pour plus de contenus, plus de fonctionnalités, et moins de pubs.
Pour les ayant droits, c’est un véritable cercle vertueux que propose Sportall avec une formule simple et commune à tous les sports et un partage des revenus à la clé. Agréger, mutualiser, monétiser. Telle est la recette Sportall.
www.sportall.fr

Facebook Comments
Lire la suite

Ecosystème

Destination l’Amérique du Nord pour Domalys, Ekinnox et Ellcie Healthy, lauréates du NEXT French Healthcare

Publié

le

Trois jeunes pousses régionales font parties des 13 start-up françaises lauréates du programme NEXT French Healthcare : Domalys (Vitrolles), Ekinnox (Sophia-Antipolis) et Ellcie Healthy (Villeneuve-Loubet).
Organisé par Business France et Bpifrance, le programme NEXT French Healthcare, dont l’édition 2020 a été maintenu en dépit de la crise sanitaire et l’arrêt des voyages internationaux, sélectionne les meilleures start-up françaises de la santé numérique pour une immersion en Amérique du Nord. Ainsi à l’issue de deux mois de délibérations, le jury du programme a annoncé le 11 juin dernier, les noms des 13 startups françaises lauréates dont 3 sont issues de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur. Celles-ci embarqueront pour un bootcamp digital (du 22 juin au 10 juillet) dont l’objectif est de faire monter en compétences la start-up sur tous les sujets liés à l’entrepreneuriat (réglementaire, marketing, communication, levée de fonds, RH, opérations etc.), de lui permettre de se créer un réseau et de bénéficier de retours d’expériences d’experts…A l’automne, elles participeront à un roadshow, organisé du 15 au 23 octobre aux Etats-Unis et au Canada afin de rencontrer des partenaires potentiels et des investisseurs.
‘’Les grands groupes nord-américains plébiscitent la vitalité des entreprises françaises dans le secteur de la santé et s’engagent avec elles – notamment avec le programme NEXT French Healthcare – pour innover’’ explique Elsa Rive, directrice de la division santé Business France Amérique du Nord et responsable du programme NEXT French Healthcare. ‘’Les startups françaises pensent à l’international trop souvent trop tard. Il faut penser global dès le départ. Et pour cela, il n’y a qu’une seule solution quand on est une entreprise de la HealthTech : avoir une présence en Amérique du Nord.’’
L’innovation en matière de santé numérique prend en effet tout son sens en cette période de pandémie et par le biais de ce programme, Business France souhaite être le moteur de la révolution de la HealthTech. Même si les évaluations des nouveaux marchés de la santé s’élèvent à plusieurs milliards d’euros, les start-up françaises du secteur peinent encore à concrétiser leurs offres et produits par manque de fonds disponibles et d’accompagnement. C’est dans ce contexte que s’inscrit le programme NEXT French Healthcare. Son objectif : donner de la visibilité aux projets, véritables relais de croissance, d’emploi et de rayonnement à l’international. Ce programme, qui a déjà accompagné plus de 80 sociétés lors des précédentes éditions, a permis à plus de 50% des lauréats d’initier des collaborations nord-américaines.

Focus sur les 3 start-up régionales :

  • Domalys (Vitrolles) a pour mission d’embellir le quotidien des personnes dépendantes et de leur entourage. Parce que les attentes et les envies des résidents (personnes âgées et personnes handicapées) et du personnel des EHPAD et maisons de retraite sont spécifiques, Domalys propose des produits adaptés et co-conçus avec du personnel de soin. Grâce à une étroite collaboration entre les aides-soignants, ergothérapeutes, médecins, directeurs d’établissements, résidents et notre bureau d’étude, Domalys tente d’améliorer le monde en inventant des solutions adaptées. https://www.domalys.com/fr/
  • Ekinnox (Sophia-Antipolis) est une startup créée en 2017 dont la mission est de démocratiser l’analyse du mouvement humain en développant des solutions simples, fiables et accessibles. Issue d’un projet qui a démarré en 2015 à l’institut de recherche INRIA, elle est aujourd’hui dirigée par deux associés, Baptiste Fosty et Nicolas Maire. La société compte désormais 9 collaborateurs et poursuit sa croissance en 2019. KinTracK, le premier produit d’Ekinnox, est un dispositif médical d’analyse quantifiée et visuelle de la marche à l’attention du personnel soignant en établissements de rééducation. Sous forme d’un chariot roulant composé d’un ordinateur et d’une caméra, la solution mesure les principaux paramètres spatio-temporels de la marche et fournit une puissante plateforme d’analyse visuelle grâce aux vidéos 2D et 3D. La start-up de Sophia-Antipolis vient d’annoncer la finalisation d’une levée de fonds de 700 K€ auprès du fonds d’investissement IT Translation qui accompagne le projet depuis ses débuts à Inria. www.ekinnox.com
  • Ellcie-Healthy (Villeneuve-Loubet) est une startup née en 2016 sous l’impulsion de Philippe Peyrard (25 ans d’expérience dans l’optique), qui développe des lunettes intelligentes et connectées pour la détection de l’endormissement et la détection de la chute. L’innovation technologique d’Ellcie-Healthy permet d’apporter de précieuses informations à chaque individu pour gérer au mieux sa santé, son bien-être et sa sécurité. Ces innovations ont été développées en partenariat avec la communauté scientifique, en appel à de nombreuses institutions scientifiques reconnues telles que l’INRIA pour les algorithmes mathématiques, le LEAT de Sophia Antipolis pour les problématiques électroniques, le LAMHESS de Nice pour les tests de fiabilité et de répétabilité des capteurs et l’analyse des mouvements biomécaniques, l’hôpital Hôtel Dieu à Paris pour les études relatives à l’endormissement et à l’observation des clignements des yeux.  https://ellcie-healthy.com/

Les autres lauréats sont :

  • Aqemia (Paris) est une startup deeptech dans le domaine de la découverte de médicaments. Elle s’appuie sur une théorie physique révolutionnaire et un logiciel unique pour trouver des candidats médicaments prometteurs parmi des millions de molécules. Son logiciel prédit ainsi l’affinité entre les candidats médicaments et les cibles thérapeutiques responsables des maladies.
  • BaseCamp Vascular (Reims – 51) a développé un système robotique de navigation vasculaire permettant de faciliter le traitement par thrombectomie des Accidents Vasculaires Cérébraux (AVC). Elle propose ainsi une solution de cathétérisme robotisé pour la navigation endovasculaire.
  • Imageens (Paris) créée des applications de traitement d’images médicales qui aident les médecins et les chercheurs à détecter et à diagnostiquer précocement les maladies cardiovasculaires en fournissant un traitement rapide ainsi que des rapports précis et fiables.
  • Medexprim (Labastide-Beauvoir – 31) fournit des services informatiques et de conseil aux établissements de santé et aux cabinets de radiologie pour l’exploitation et la valorisation efficaces et sécurisées de leurs examens d’imagerie et de leurs données cliniques contextuelles, pour des projets de recherche et de big data (stockage de données d’imagerie).
  • OphtAI  (Villers Bretonneux – 80) est une joint-venture entre deux industriels incontournables, qui ambitionne de révolutionner le dépistage et le diagnostic des maladies oculaires grâce à sa solution de pointe basée sur l’intelligence artificielle. Son ambition est de démocratiser l’expertise pour favoriser la prévention, faciliter le dépistage et le diagnostic des maladies oculaires.
  • Pixium Vision (Paris) a développé des systèmes de vision bionique en s’appuyant sur ses compétences en Interface Cerveau-Machine et en intelligence artificielle. Ces systèmes visent à compenser la perte de vision profonde et à améliorer l’indépendance, la mobilité et la qualité de vie des patients souffrant notamment de dégénérescence rétinienne.
  • PKvitality (Paris) est une entreprise de pointe dans le domaine du bio-wear qui met sur le marché sa technologie brevetée SKinTaste, un réseau de biocapteurs qui utilise des micro-aiguilles (<1mm de long) pour collecter et analyser les compositions chimiques du fluide interstitiel se trouvant juste sous la surface de la peau.
  • TheraPanacea (Paris) est une entreprise française qui a mis au point ART-Plan, la première solution entièrement basée sur l’IA qui permet d’administrer une radiothérapie à la volée. Elle consiste actuellement en un premier produit marqué CE pour le contour automatique de la tumeur et des organes environnants grâce à un apprentissage multi-atlas profond et préservé de l’anatomie.
  • VitaDX (Rennes – 35) développe un nouvel outil d’aide au diagnostic qui est non-invasif ; plus performant que la cytologie urinaire pour la détection des bas grades ; reproductible et fiable, et simple à mettre en œuvre. L’analyse logicielle de VisioCyt repose sur des algorithmes d’apprentissage statistique ou “machine learning” et plus spécifiquement le « Deep Learning ».
  • Wefight (Montpellier – 34) est une entreprise spécialisée dans le développement d’assistants virtuels à destination de patient(e)s malades et de leurs proches. Elle a pour objectif de créer des compagnons qui répondent aux questions en simplifiant l’information et qui sont accessibles partout et à tout moment du parcours de soin. Ils ne remplacent en aucun cas les médecins mais font office de médiateur.
Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X