Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

SportTech, santé, bien-être

Les Miraculeux lèvent 800 K€ auprès des business angels

Publié

le

La start-up parisienne Les Miraculeux créée par le marseillais David Gueunoun vient de boucler un premier tour de table de 800 000 euros auprès de plusieurs business angels, après avoir réussi une campagne de financement participatif sur Ulule avec 2 000 préventes enregistrées pour un objectif initial de 200. Créée en février 2019, Les Miraculeux est spécialisée dans les compléments alimentaires à base de vitamines, minéraux et oligo éléments, sous forme de gommes fruitées 100% végétales, les « Gummies ». Ils sont fabriqués en France et commercialisés au prix de 19 euros sur le site de la jeune pousse mais aussi chez l’enseigne de distribution Monoprix, les pharmacies et les parapharmacies, sous 3 déclinaisons : Energie (guarana, ginseng, baie de goji), Beauté (acide hyaluronique, biotine, zinc) et Sommeil (mélatonine et extraits de plante).

Lire aussi : Le marseillais David Gueunoun s’impose à Paris avec ses compléments alimentaires ”Miraculeux” !

Grace aux business angels investisseurs, parmi lesquels : Hubert Patricot (ancien PDG Europe de Coca Cola), Anthony Bourbon (fondateur de Feed), Marc Valerius de Beffort (ancien Directeur Marketing des eaux Evian), Jérémy Charoy (fondateur de LaLaLab), Samuel Guez (fondateur de My Jolie Candle) et Olivier Thomas de Colombe Investment, Les Miraculeux va notamment se démarquer de ses concurrents et ils sont nombreux sur le marché des compléments alimentaires estimé à 1,92 milliards d’euros et qui connaît une croissance continue.
Ainsi plusieurs recrutements sont prévus pour renforcer l’équipe actuelle composée d’une dizaine de collaborateurs, Les Miraculeux ambitionne également d’enrichir sa gamme avec son équipe de R&D et d’accélérer son développement commercial en multipliant les points de vente pour permettre à tous de trouver ses produits à moins de deux kilomètres de chez eux.

Facebook Comments
Lire la suite
Commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ecosystème

Marseille : Mon Emile, la start-up qui s’engage auprès des seniors recherche 1 700 conseillers indépendants

Publié

le

Il a 25 ans, il est marseillais et s’appelle Emile Brin. Au début de l’année 2019, il crée sa start-up qu’il appelle ‘’Mon Emile’’, ‘’non par narcissisme, mais plutôt pour humaniser la start-up et pour que mes clients puissent se l’approprier !’’ explique le jeune homme en souriant. Développée dans la Business Nursery de Kedge BS, Mon Emile est un service d’accompagnement personnalisé et local pour le bien-être des seniors.

D’où vient l’idée d’Emile ?

C’est après avoir travaillé dans l’hospitalité en Suisse, et avoir suivi à Kedge un master en management des structures d’actions sociales et de la santé, qu’Emile Brin lance son projet. Son désir d’aider le troisième âge dans leurs démarches quotidiennes vient de ce qu’il a vécu lorsque lui et ses parents se sont retrouvés démunis face à la perte d’autonomie de ses grands-parents. Mon Emile fait aujourd’hui le lien entre les personnes âgées et des prestataires indépendants qui vont les accompagner et les aider dans leur quotidien. Pour déployer son service, Mon Emile s’appuie aujourd’hui sur 30 prestataires…Emile Brin vient d’annoncer qu’il en recherche 1700 sur tout le territoire national pour assurer un accompagnement sur mesures pour séniors.

Mon Emile, c’est quoi ?

Sur le marché français de la ‘’silver economy’’ qui représente 15 millions de personnes âgées dont 1 million de seniors en situation d’isolement, Mon Emile accompagne les seniors dans l’ensemble de leurs problématiques. Cela va de la prévention à la santé, pour répondre à leurs besoins en amont de la perte d’autonomie, à la création du lien social. Pour cela, la start-up engage une démarche d’accompagnement en trois phases : celle du bilan personnalisé pour évaluer ses besoins ; celle des solutions proposées avec la mise en relation avec des prestataires qui sont à même d’y répondre ; et enfin celle du suivi, phase très importante car elle permet de s’assurer du bon déroulé de la prestation. A ce stade, Mon Emile joue alors le rôle de tiers de confiance tant recherché par les clients, les aidants ou les familles.
Pour cela, la jeune pousse propose un abonnement sans engagement et le prix diffère en fonction des demandes. Le tarif mensuel est évalué entre 49 et 199€, suivant les besoins de la personne. Mon Emile se rémunère sur le chiffre d’affaires des conseillers indépendants et sur les partenaires.

1700 conseillers et une charte déontologique

Pour l’heure la start-up marseillaise enregistre des clients entre Marseille, Nice et les Hautes-Alpes. Mais la demande est croissante, et face à l’engouement rencontré Emile Brin ambitionne d’avoir des conseillers indépendants déployés dans chaque région de France. Il souhaite créer un réseau de  1700 conseillers sur l’année en cours. Chaque prestataire est recruté selon une grille de critères ce qui permet à Mon Emile de garantir que le prestataire est sérieux et de qualité. Ce dernier doit avoir de l’expérience dans le médico-social et avoir la fibre pour le 3ème âge. Et même s’ils sont indépendants  avec statut d’autoentrepreneur, le jeune marseillais compte bien les réunir une fois par mois, pour créer une cohésion d’équipe et il met un point d’honneur à ce que chaque conseiller indépendant signe une charte de déontologie éthique. ‘’Il est important que nos clients aient confiance en nous pour qu’on les aide au mieux, c’est avant tout un service de qualité sur-mesure’’ conclut Emile Brin.

Facebook Comments
Lire la suite

Ecosystème

Nice : Mood Up!, l’appli qui aide les personnes atteintes de stress post-traumatique se distingue au salon AgeingFit

Publié

le

Qui n’a pas rêvé d’avoir un train-train quotidien sans stress, sans anxiété et sans angoisse… A Nice, c’est encore plus vrai trois ans et demi après l’attentat du 14 juillet 2016. Sortir de chez soi, se balader dans les rues, prendre les transports en commun, toutes ces actions sont devenues depuis l’attentat des épreuves pour des milliers de niçois.
Afin de les aider à réagir lorsque les symptômes de stress post-traumatique (PST) apparaissent, une équipe du laboratoire de recherche CobTek de l’Université de Nice – Sophia Antipolis, basé à l’Institut Claude Pompidou, vient de développer une application mobile intitulée Mood Up !. Elle entend permettre à ses utilisateurs de soulager leurs angoisses et de réagir au moment de l’apparition des symptômes liés au stress.
Une version beta de Mood Up! a été présentée pour la première fois lors du congrès AgeingFit – visant à booster l’innovation en Silver Economie – qui s’est tenu mardi 28 et mercredi 29 janvier, au palais Acropolis de Nice.

Une application récompensée au Challenge for a Nice life
Initiée en février 2019, Mood Up! a attiré l’attention de la Fondation de France, dans le cadre du concours “Challenge for a Nice life” initié par la ville de Nice. Il s’agit d’un concours visant à favoriser l’émergence de solutions innovantes en santé, en facilitant la rencontre entre la communauté d’offreurs de solutions d’une part (start-up, associations, laboratoires) et des grands comptes d’autre part (sociétés, fondations). Le projet Mood Up! a été récompensé dans la catégorie “Défi Santé mentale”, avec une subvention de 50.000€.

Un accompagnement grâce à 3 méthodes
Mood Up! répond à un besoin d’accompagnement individuel adapté au moment où le trouble émotionnel surgit. En général, quand une personne traverse une crise d’angoisse, elle la vit seule. L’application est là pour l’accompagner grâce à trois méthodes : la relaxation via la diffusion de courts films, l’hypnose et la cohérence cardiaque. L’objectif est double : d’une part, informer sur le psycho-traumatisme, ses symptômes, ses conséquences et permettre une évaluation rapide des symptômes et d’autre part d’accompagner individuellement les adolescents et jeunes adultes via l’application à gérer leurs émotions suite à un événement traumatique. L’état de stress post-traumatique ne concernent pas que les victimes d’attentat, Mood Up ! peut aussi aider les victimes de violence physique ou sexuelle, de harcèlement psychologique, d’accident domestique ou de la circulation, ou encore de deuil traumatique.
L’application devrait être rendue publique courant 2021.

Facebook Comments
Lire la suite

Ecosystème

Avignon : Cheval Passion 2020 célèbre l’Innovation dans la filière équestre

Publié

le

Grand rendez-vous équestre du Sud de la France, le salon Cheval Passion 2020 (15 au 19 janvier) organisé par Avignon Tourisme fête son 35ème anniversaire. Le festival équestre présente cette année 1200 chevaux, 250 exposants professionnels venus de toutes les régions de France et d’Europe (Allemagne, Espagne, Italie, Suisse, etc.), de nombreux concours, un riche programme d’animations, l’ambiance festive de son Cabaret équestre ainsi que ses trophées de l’Innovation.
Précurseur des nouvelles tendances, Cheval Passion est une vitrine reconnue de l’innovation dans le monde équestre, un secteur de niche de plus de deux millions de pratiquants et 700 000 licenciés. Un nombre de licenciés qui fait de la FFE, la troisième fédération derrière celles du football et du tennis.
Depuis 4 ans, le Challenge de l’Innovation Cheval Passion – Ville d’Avignon créé en 2017 valorise et récompense les produits, services et initiatives innovants qui constituent un progrès remarquable au bénéfice des chevaux, des cavaliers ou des professionnels de l’équitation. Différentes catégories d’innovations sont concernées : Matériel et Équipements, Service et Prestations, Tourisme Équestre, Enseignement et Formations, Développement durable.
Pour la 4ème édition de ce Challenge qui s’est tenue le 15 janvier au Parc des Expositions d’Avignon, Ils étaient neuf finalistes sélectionnés et seulement quatre d’entre eux sont repartis avec un Challenge:

Le 1er Challenge Matériel et équipement est revenu à la société Rid Up pour son fourreau d’étrivière. La société implantée à Saint-Paul-de-Vence dans les Alpes-Maritimes a eu l’idée d’inventer il y a deux ans un étrier ‘’confort sécurité’’ doté d’un système d’articulation et de décrochage automatique situé au niveau de l’œil de l’étrier. L’innovation, en prototype pour l’instant, va, en plus d’apporter un certain confort au cavalier, permettre de maintenir l’étrier dans le même sens, pour assurer le système de sécurité. Ce fourreau peut également être utilisé sur d’autres étriers.

Le 2ème Challenge Matériel et équipement est allé à BKS Electronique, spécialisé dans la fabrication de pointeuse badgeuse. Basée en Isère à Le Pont-de-Claix, la société BKS Electronique a mis au point FenceFox Vigixx, un appareil de surveillance de clôture électrique. En cas de chute de tension sur la clôture, FenceFox Vigixx envoie automatiquement une alerte par SMS et par e-mail. De plus le statut de la clôture électrifiée peut-être vérifié en temps réel grâce à une application smartphone.

Incubée au centre de microélectronique de Provence de l’école des Mines de Saint-Etienne (site Charpak à Gardanne), la start-up Movin’Smart est récompensée d’un Challenge Innovation Service et Prestations pour son produit MS 100, qui mesure les données en temps réel de locomotion du couple cavalier-cheval. Le pack est constitué de deux capteurs communicants qui se fixent sur la bombe du cavalier et le filet du cheval. Ils mesurent la locomotion et le déplacement du cavalier et du cheval (vitesse, la distance parcourue…) et communiquent en Bluetooth avec l’application. Les capteurs fournissent également des informations plus techniques comme la fréquence cardiaque du cheval ainsi que les proportions d’utilisation de chaque main, les techniques de monte …Toutes ces données sur le couplage cavalier/monture sont destinées à optimiser les performances physiques, la santé et le bien-être de l’individu (homme et animal).
Movin’Smart a réalisé une opération de crowdfunding (env.150 000 €) en mai 2019 pour développer son innovation.

Enfin, un Challenge Innovation Développement Durable a été attribué à la société Equi Bien-être de Beaucaire dans le Gard qui propose une gamme de compléments alimentaires et de soins naturels dédiés aux chevaux.  C’est pour son produit Equi-chaleurs que la société gardoise a été récompensé. Il s’agit d’un mélange de plantes bio (Alchémille – Achillée Millefeuille – Gattilier -Cassis – Bicarbonate – Calcium – Magnésium) aux puissants principes actifs permettant de réduire les symptômes liés aux chaleurs des juments. Cette formule composée d’antioxydants et d’anti-inflammatoire, permet de calmer les douleurs. Elle est également anti spasmodique ce qui permet de réguler les cycles. Elle optimise, soutien et renforce le fonctionnement physiologique lié au cycle de reproduction. Élaborés par Sarah Beaumier, experte en nutrition équine, ces mélanges de plantes certifiés Bio sont produits en France près de Arles. Aucun rajout d’éléments superflus (fourrages ou éléments de synthèse) n’est utilisé, ce qui garantit 100% de principes actifs aux produits.

Source : Cheval Mag

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X