Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

Evénements, initiatives et projets

Les 5 élèves du collège Ubelka d’Auriol terminent second de la finale internationale des Start’Up Lycée à Chicago

Publié

le

Problème bien identifié, solution bien adaptée et innovante, pitch de grande qualité, aisance à l’oral et mobilisation de partenaires … au vu de ces appréciations, Anaïs, Noah, Mathis, Luna et Camille ont visiblement brillé les 23 et 24 mars derniers, lors de la grande finale internationale Startup Lycée à Chicago, dans le centre d’innovation de Bosch, The Connectory.
Ces cinq élèves de 3ème au collège Ubelka d’Auriol (13) ont pitché devant une assemblée de chefs d’entreprises, investisseurs et collégiens, lycéens et parents d’élèves mais aussi en visioconférence depuis Auriol ! Et avec leur projet Izzy, une application mobile permettant de détecter l’endormissement des chauffeurs routiers, ils ont décroché la deuxième place sur les 9 équipes internationales lauréates (Lycées français de Chicago, New York, San Francisco, Simone Veil Dijon et Ubelka Auriol).

Ils ont été Sélectionné parmi 157 élèves…
En février dernier, Anaïs, Noah, Mathis, Luna et Camille ont été sélectionnés parmi les 157 élèves de 3e du collège Ubelka, qui participaient, par équipe de cinq aussi, à la finale régionale Start-up Lycée co-organisée par PREPITE PACA* porté par Aix-Marseille Université et financé par le CD13. Les projets étaient en lien avec l’un des 17 Objectifs de Développement Durable (ODD) fixés par l’ONU ! C’est donc le Projet Izzy qui a été lauréat de ce grand challenge.
Pour les 5 élèves startupers, il a fallu alors passer de l’idée à comment la concrétiser : recherche de partenaires, amélioration du prototype et préparation d’un pitch plus construit et argumenté … jusqu’à la défendre à la finale aux Etats-Unis ! Accompagnés de 3 coaches, professionnels du marketing, de la communication et des nouvelles technologies, les jeunes startupers, ils étaient en effet les plus jeunes, ont été guidés et challengés pour rendre leur projet plus faisable, innovant et solide.
Le jury a désigné à l’unanimité les 3 grands finalistes :
1e Prix : Equipe LUX (Lycée Français de San Francisco) : Dispositif de détection de stupéfiants dans les cocktails
2ème Prix : Equipe OSLO (Collège Ubelka d’Auriol) : Dispositif de détection et de lutte contre l’endormissement dédié aux routiers.
3ème Prix : Equipe VBB (Lycée Simone veil de Dijon) : Application proposant des repas équilibrés en alternative aux menus des fast food
Les 3 lauréats ont récus des dotations financières pour la mise en œuvre du projet.

Et maintenant, pourquoi ne pas créer une start-up ?
Grace à leur prix : 500 dollars, ils vont pouvoir continuer à développer leur projet : l’application mobile Izzy, permettant de détecter l’endormissement des chauffeurs routiers représente un enjeu majeur de santé et prévention, il n’y a qu’à recenser les accidents de la route dans lesquels des camions sont impliqués pour en mesurer l’intérêt ! Du haut de leurs 14 ans, Anaïs, Noah, Mathis, Luna et Camille le savent bien ! Ils ont vite compris que ce prix international pouvait leur permettre de lancer le développement d’Izzy et pourquoi de leur start-up ? ‘’Notre idée, c’est qu’un téléphone professionnel soit mis à la disposition des chauffeurs routiers par leur entreprise, et placé sur le tableau de bord. Il détecterait et filmerait les signes de fatigue du conducteur. Nous espérons lancer l’appli avant la fin de l’année scolaire, et elle sera commercialisée à 15 €/mois.
A moins bien évidemment qu’ils ne succombent avant aux avances et à l’intérêt dont ils font déjà l’objet !

*PREPITEPACA est la Plateforme Régionale pour la Pédagogie de l’Innovation, le Transfert et l’Entrepreneuriat de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur. Leur mission : favoriser l’esprit d’entreprendre pour révéler les entrepreneurs de demain.

Photo de Une : Frédéric Speich / La Provence 

Facebook Comments
Lire la suite
Commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ecosystème

Traxens (Marseille) et le laboratoire I3S (Sophia-Antipolis), lauréats des Trophées INPI 2018

Publié

le

Trois entreprises françaises innovantes et un laboratoire de recherche en sciences de l’information et de la communication ont été distingués par l’Institut national de la propriété intellectuelle (INPI) le 10 décembre à Paris, lors de la cérémonie des Trophées INPI 2018 qui s’est déroulée au théâtre Le Trianon et à laquelle étaient conviés plus de 250 invités, décideurs de l’écosystème de l’innovation et de la propriété intellectuelle.
Les trophées de l’INPI, établissement public dont la mission est d’enregistrer et de délivrer les titres de propriété industrielle (brevets, marques, dessins et modèles), récompensent chaque année des entreprises et laboratoires innovants « pour la qualité de leur stratégie de propriété industrielle ».
Douze nominés, 9 PME et 3 centres de recherche ont été sélectionnés en novembre dernier parmi 100 dossiers dans 4 catégories : « Brevet », « Design », « Marque » et « Recherche ».

Catégorie Brevet : Traxens (Marseille). La société marseillaise Traxens conçoit des boîtiers de traçabilité des conteneurs. L’entreprise a été récompensée pour ses boîtiers électroniques à fixer sur les conteneurs afin de leur fournir des informations à forte valeur ajoutée : position du conteneur en mer et sur terre, intensité des chocs éventuellement subis, historique des ouvertures et fermetures de portes ou variations de température.
« Notre solution est en cours de déploiement sur l’ensemble des flottes des armateurs MSC et CMA CGM et nous déclinons aujourd’hui notre offre pour la SNCF en l’adaptant à des wagons de train. Nous développons également avec Daher une mallette connectée pour suivre en temps réel le transport de produits à très haute valeur ajoutée », indique Jacques Delort, directeur général de Traxens. « Sur le marché encore balbutiant de la logistique 4.0, nous avons su créer des solutions technologiques de rupture, en partenariat avec huit laboratoires publics, dont l’INRIA. Nous sommes propriétaires de plusieurs brevets internationaux et nous menons une politique très active contre les contrefacteurs ».
www.Traxens.com

  • Date de création : 2012 – 103 salariés – CA : 2200 K€ / Part à l’export : 22 % – 8 brevets / 7 marques. 

Catégorie Recherche : Laboratoire I3S (Sophia-Antipolis). Installé au cœur du Campus SophiaTech, le laboratoire I3S effectue des recherches dans le domaine des sciences de l’information et de la communication. En partenariat avec le CNRS et Inria, et par de nombreuses collaborations industrielles, il travaille sur des thématiques de recherche innovantes, à la pointe de la science et de la technologie : systèmes et réseaux ubiquitaires, biologie et santé numériques, modélisation pour l’environnement, interactions et usages. L’intelligence artificielle y est abordée sous de nombreux aspects, que ce soit au niveau fondamental, en intégration ou dans ses applications. Les travaux et dépôts de brevets du laboratoire ont permis la création de six entreprises. On lui doit notamment la création d’un studio de jeux vidéo, d’un système de ciblage des individus ayant visité un site internet sans rien acheter ou d’une solution de cartographie 3D en temps réel. Cette récompense de l’INPI salue le travail mené depuis plusieurs années par les différentes équipes du laboratoire.
Olivier Meste, directeur de I3S, a souligné la vertu pédagogique d’un tel prix : “le grand public a souvent l’image de chercheurs isolés, déconnectés de la vraie vie. Cette distinction va contribuer à montrer que les labos se préoccupent de la société et de ses besoins.”
http://i3s.unice.fr/

  • Date de création : 1989 – 250 collaborateurs, dont 28 chercheurs et 86 enseignants chercheurs – 9 brevets – 26 collaborations de recherche en cours, dont majoritairement des partenariats industriels – 5 projets européens financés par le programme Horizon 2020 – 3 licences concédées – 13 entreprises créées.

Catégorie Marque : Agriconomie (Coole, Grand Est). Agriconomie est une place de marché pour les agriculteurs. Cette plateforme de e-commerce spécialisée dans la vente d’engrais, de semences et de matériel agricole a été créée en 2014 par trois jeunes entrepreneurs, exploitants agricoles. La plateforme n’a que quatre ans d’existence mais déjà un tiers des agriculteurs français s’y connecte chaque mois.

Catégorie Design : Sericyne (Paris, Ile-de-France et Monoblet, Occitanie). La jeune entreprise cofondée en 2015 par Clara Hardy et Constance Madaule a mis au point un savoir-faire unique au monde : la production de soie en trois dimensions. Avec la technique brevetée de la jeune entreprise, les vers à soie ne produisent pas de cocons mais directement des formes variées. Les vers à soie sont délicatement posés sur des moules où ils déposent leur soie. La matière produite, une fois récupérée, est un in-tissé résistant et étincelant.

Dans le passé, les Trophées INPI ont été remportés par des entreprises comme BlaBlaCar, Devialet, Carmat ou KissKissBankBank.

L’INPI en chiffres

  • 706 collaborateurs sur 19 implantations en France et 11 à l’international, couvrant 68 pays.
  • 300 dépôts de brevets, 90.500 de marques, 5.900 de dessins et modèles.
  • 500 entreprises sensibilisées à la propriété industrielle
  • 7 millions de données ouvertes et réutilisables.

Photo : (de droite à gauche) Paolin Pascot, PDG d’Agriconomie, Clara Hardy, fondatrice de Sericyne, Pascal Faure, directeur général de l’INPI, Michel Fallah, fondateur de Traxens, Jacques Delort, directeur général de Traxens, Eric Carreel, président du Jury, et Olivier Meste, directeur général d’I3S.

Facebook Comments
Lire la suite

BioTech, MedTech

La SATT Sud-Est dévoile les lauréats du Concours My Innovation Is… 2018, les Super-Héros de l’Innovation

Publié

le

Deux Super-Héros de l’Innovation ont vu leurs projets récompensés lors de la 3ème édition du concours My Innovation Is…, qui s’est tenue le 27 novembre dernier au Palais des Papes d’Avignon, 10 chercheurs et futurs startuppers issus des laboratoires publics des Régions Sud & Corse ont présenté leurs projets innovants devant un jury d’experts.
Le Dr Christine Contino-Pépin et le Pr Michel Alain Bartoli sont les lauréats 2018 du concours organisé en partenariat avec Avignon Université, Avignon Terres de création, Vaucluse Provence Attractivité et IODA Consulting. Les deux lauréats ont notamment remporté un accompagnement en pré-maturation par la SATT SudEst d’une valeur maximale de 20 K€, des séances de mentoring dispensées par la SATT Sud-Est, ainsi que des tablettes offertes par IODA Consulting.

A droite, le Pr Philippe Obert – Vice-Président en charge du Développement Économique et de la Valorisation d’Avignon Université, et membre du jury, remet le prix au Dr Christine Contino-Pépin – © 2018 Julie Lagier

Christine Contino-Pépin est Maître de Conférences à Avignon Université et Directrice de l’Equipe Chimie Bio Organique et Systèmes Amphiphiles – Institut des Biomolécules Max Mousseron (IBMM, UMR CNRS 5247). Ses travaux de recherche du Dr Christine CONTINO-PEPIN sont consacrés à l’extraction de composés d’origine végétale avec des applications vastes dans l’industrie. Ils peuvent être utilisés comme ingrédients naturels de choix pour l’alimentation, ou les compléments alimentaires, les médicaments, les cosmétiques ou même les parfums. « De nos jours les consommateurs sont de plus en plus exigeants sur la qualité et l’origine des produits qu’ils consomment, en particulier dans le domaine de l’alimentation, de la santé, ou des cosmétiques. Le mot magique c’est « naturel », mais comment extraire des substances naturelles en mettant en œuvre des procédés efficaces et éco-compatibles, c’est-à-dire avec un nombre limité d’étapes, peu consommateurs d’énergie et non polluants ? Malgré l’essor des procédés innovants dits d’éco-extraction, la baguette magique n’existe pas encore à l’échelle industrielle, surtout lorsqu’il s’agit d’extraire à partir du végétal des actifs dits « lipophiles », c’est-à-dire des molécules solubles dans les corps gras comme l’huile, et pas dans l’eau. Dans ce cas précis, l’utilisation de solvants est quasi inéluctable et indissociable du rendement. Notre innovation consiste à extraire des actifs végétaux lipophiles dans un milieu essentiellement composé d’eau et à stabiliser ces extraits sous forme d’émulsions selon un procédé « one pot » », développe le Dr Christine Contino-Pépin.
Suite à cette récompense, Christine Contino-Pépin souhaite créer son entreprise. Elle réfléchit actuellement à ce qui serait le plus intéressant en termes de création d’entreprise au regard de ses projets dans le domaine de l’innovation.

Pr Michel Alain Bartoli en pitch – © 2018 Julie Lagier

Le Professeur Michel Bartoli est chirurgien vasculaire spécialisé dans la prise en charge endovasculaire des pathologies aortiques complexes au CHU de la Timone à Marseille (AP-HM). Son projet consiste au développement d’une endoprothèse dédiée au traitement endovasculaire des dissections de type A. Cette innovation permettra de traiter cette pathologie, la dissection aortique de type A, de façon mini invasive. « La dissection aortique de type A est une pathologie gravissime pour laquelle nous avons un seul traitement : une chirurgie avec ouverture de la cage thoracique et un arrêt cardio circulatoire de 30-40 min. Cette intervention peut engendrer des complications post-opératoires et des durées d’hospitalisation très longues. C’est la raison pour laquelle j’ai inventé une prothèse qui a pour but de traiter cette pathologie de façon mini invasive sans ouvrir le corps et en passant par les voies naturelles que sont les artères. Si on regarde la progression des traitements endovasculaires dans les pathologies de l’aorte, les endoprothèses pour les anévrysmes de l’aorte abdominale inventées dans les années 90 représentent actuellement 80% des patients traités pour anévrysme aujourd’hui. Pour les ruptures de l’isthme, une autre pathologie aortique, 100% des malades sont actuellement traités par ces techniques. Il y a donc un vrai bénéfice et un intérêt à proposer ces technologies mini invasives aux patients », explique le Pr Michel Alain Bartoli.

Depuis 2016, My Innovation Is… met en lumière les talents et pépites des Régions Sud & Corse auprès d’acteurs de l’écosystème technologique industriel et donne une impulsion à la recherche régionale.

Facebook Comments
Lire la suite

Ecosystème

Cagnes-sur-Mer : Huit entrepreneurs des Alpes-Maritimes lauréats des 10èmes Trophées de l’Eco

Publié

le

Organisés par le groupe Nice-Matin et la Chambre de commerce et d’industrie de Nice-Côte d’Azur, les 10èmes Trophées de l’Eco ont distingué jeudi 22 novembre dernier huit entrepreneurs des Alpes-Maritimes au Casino Terrazur de Cagnes-sur-Mer en présence de plus de 200 autres entrepreneurs et décideurs du monde économique. Le palmarès des Trophées de l’Eco souligne la capacité des entrepreneurs à générer de la croissance, à doter le territoire des outils nécessaires à sa durabilité, qu’il s’agisse de produits, services répondant à de nouveaux besoins.
Cinq catégories ont été récompensées et à l’initiative de la CCI Nice Côte d’Azur, un Prix spécial du public a été ajouté pour récompenser un hôtelier du département qui a déployé une stratégie de communication sur le Net et les réseaux sociaux.

Palmarès 2018 des Trophées de l’Eco

Entrepreneur de l’année : Nicolas Cappelaere, des Laboratoires Ineldea (Carros), spécialisés dans la formulation, la fabrication et la distribution de compléments alimentaires et cosmétiques. Le jury en a fait son lauréat pour sa croissance à deux chiffres (35 M€ de CA en 2017 et 158 personnes) et son ambition à transformer la PME créée en 2003 en ETI (Entreprise de Taille Intermédiaire).

Startup de l’année : Mycophyto (Sophia-Antipolis) dont la solution naturelle vise à augmenter le rendement des cultures avec moins de pesticides et d’engrais chimiques. Elle a développé une gamme de champignons “spéciaux” qui évitent l’utilisation de pesticides. La start-up a été créée en 2017 et elle a été retenue pour sa démarche écoresponsable et rendement significatif. Les premiers tests sur les tomates ont montré une belle augmentation de la production, tandis que les lavandes, traités par ces champignons “magiques” augmentaient leur envergure de 40%.

Développement durable RSEClean Energy Planet (Biot). Et si leur solution permettait de réduire le problème du dernier kilomètre, celui qui taraude toutes les solutions de mobilité. Créée en 2006, Clean Energy Planet avec sa “vélo station électrique” et son service de location de vélos à assistance électrique offre une alternative crédible, testée entre autres à SKEMA Sophia, à Monaco, en Suède et autre pays nordiques. Critère de sélection : Innovation dans l’électrique

Made in Côte d’Azur : Au Pays du Citron (Menton), entreprise familiale de Sonia et Fabrice Puech qui transforme le citron de Menton en créations gourmandes à partir de recettes ancestrales tenues secrètes. La petite boutique du départ, en 2002, où étaient mis en vente des produits du citron de Menton s’est agrandie, une seconde boutique a été ouverte à Cannes, puis à Lyon avec des ambitions d’ouvrir sur Paris et, pourquoi pas, New-York. Le prix a été attribué pour cette activité liée à une production locale avec une ambition de croissance à l’international.

Nouveauté de cette 10e édition: le Prix spécial du public dédié aux hôteliers azuréens ayant 1 à 3 étoiles afin de les inciter à prendre davantage en main leur communication sur le net et les réseaux sociaux. C’est le public qui a départagé les 3 hôtels finalistes et c’est l’Hôtel du Centre à Nice qui a remporté le plus de votes. Les deux autres finalistes étaient le Best Western Alba (Nice) ou l’Hôtel de l’Olivier (Cannes).

Enfin le Prix de l’Audace entrepreneuriale est attribué à Julie Meunier, fondatrice des Franjynes (Nice). La jeune femme, touchée dans sa chair il y a trois ans par un cancer, a créé une alternative à la perruque pour les petites filles et les femmes ayant perdu leurs cheveux. Elle propose de fausses franges qui tiennent sur la tête grâce à un système de turban thermorégulé.

Pour clôturer cette édition anniversaire, les Entrepreneurs de l’année des Trophées de l’Eco de 2009 à 2018 sont montés sur scène : les Laboratoires Ineldea, Botanica, Qwant, EMR, tequilarapido, Full Performance, Doremi Technologies, Pascal Coste, Béton 06 ex æquo avec les Thermes Marins et Horus Pharma. Preuve de leur dynamisme, un seul chiffre: à eux onze, ils pèsent quelques 221 millions d’euros de chiffre d’affaires rien que cette année.

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X