Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

Evénements, initiatives et projets

Le Groupe LAFI organise sa Journée Technologique à Marseille

27 septembre, Intercontinental Hôtel, Marseille

Publié

le

Après avoir investi le Mucem l’an dernier, le Groupe LAFI s’installe à l’Intercontinental Hôtel de Marseille pour y organiser sa traditionnelle Journée Technologique. L’événement aura lieu le 27 septembre.

Cela fait plusieurs années que LAFI, plateforme d’achats IT, organise des Journées technologiques à travers la France. Après Marseille, le 27 septembre prochain, c’est à Paris et Lille que seront organiser en octobre ce type d’événements dont l’objectif est de permettre aux clients, prospects du groupe LAFI de rencontrer et d’échanger avec les éditeurs et constructeurs leaders dans leur domaine et partenaires techniques de la plateforme d’achats.

Se déroulant l’après midi, la Journée Technologique LAFI offre également du contenu avec la tenue de conférences sur des thématiques d’actualité (voir programme des conférences ci-dessous).  Cette année, le groupe a également décidé de mettre à l’honneur 3 start-up régionales : Sell&Sign de Calinda Software, Effective Yellow et Moovone et s’est associé avec deux clusters régionaux, le CIP, Club Informatique Provence Méditerranée et le CLUSIR PACA.

Julien Loiseau, responsable de l’agence LAFI Marseille Méditerranée, organisateur de la journée du 27 septembre, nous explique tout ce qu’il faut savoir sur cet événement.

Créé en 1988, LAFI est implanté Paris, Lille, Nantes, Bordeaux, Toulouse, Lyon et Marseille. Le groupe dispose de la plus importante base de produits IT disponible en ligne, positionnant ainsi sa plateforme nommée EPROO (EPROcurement Organisation) comme la plus grande plateforme disponible à ce jour. De plus, LAFI dispose d’une base mondiale de fournisseurs (plus de 1500 fournisseurs actuellement) permettant une souplesse d’approvisionnement sans limites.

Réservée à une clientèle d’entreprises privées ou publiques, des administrations ou des collectivités, de toutes tailles, EPROO  permet de réaliser d’importantes économies dans les achats de produits IT grâce aux prix des produits proposés, mais aussi grâce à la centralisation et la rationalisation des process d’achats possible avec le portail web privé proposé.
La carte d’identité de LAFI présentée par son directeur général, Patrice Latry.

Programme de la Journée Technologique LAFI à Marseille

14H00 – Accueil des participants

14h30 – French Tech : Applications métiers innovantes au service de nouveaux usages digitaux – intervention de 3 start-up locales

16h00 –  En partenariat avec le CLUSIR PACA : Sécurité des SI : évolutions des stratégies dans le contexte actuel – état des lieux, bonnes pratiques, mise en oeuvre…

18h00 – En partenariat avec le CIP : Gestion de projets – centralisation des achats IT et déploiements internationaux tendances, axes de travail et retours d’expérience

Dès 16h00, Worshops et Animations : rencontrez les éditeurs, constructeurs et experts IT en compagnie de l’équipe LAFI et de ses partenaires. Animations, prises de parole de participants, témoignages et échanges interactifs dans un cadre exceptionnel et convivial.

Pour vous inscrire à la Journée Technologique LAFI.

Facebook Comments
Lire la suite
Commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Evénements, initiatives et projets

Conséquence du Covid-19, le CES 2021 aura lieu uniquement en ligne

Publié

le

Gary Shapiro, président de la Consumer Technology Association

La Consumer Technology Association(CTA), l’organisme qui régit le salon CES de Las Vegas, l’a annoncé fin juillet, l’édition 2021 aura lieu intégralement en ligne. Ce changement de format est la conséquence directe de la pandémie mondiale de Covid-19. “Il n’est tout simplement pas possible de faire venir en toute sécurité des milliers de personnes à Las Vegas au début du mois de janvier 2021 pour les rencontrer et faire des affaires en personne”, a déclaré Gary Shapiro, le président de la Consumer Technology Association dans un communiqué.
Prévue du 6 au 9 janvier, la grand-messe des technologies émergentes et de l’électronique passe donc en version digitale, comme l’ont déjà fait pour cette année bon nombre de grands salons internationaux tels que le Midem, le MIPIM ou le Marché du Film pour ne citer que ceux de la région Sud. Il n’y aura donc pas de start-up régionales présentes à Las Vegas, pas de rendez-vous d’affaires ni d’allées bondées dans les lieux habituellement occupés par le CES. Sans donner plus de précisions quant à la forme que prendra l’événement, le président du CTA explique que l’édition 2021 se ré-imaginera autour d’une plateforme numérique qui permettra de mettre en relation les exposants, les clients, les leaders d’opinion et les médias du monde entier. “En passant sur une plateforme entièrement numérique pour 2021, nous pouvons offrir une expérience unique en aidant nos exposants à se rapprocher avec des publics existants mais aussi d’une nouvelle audience”, assure Gary Shapiro.
Le CTA prévoit de retrouver son public physiquement à Las Vegas en 2022 et prépare déjà un événement hybride qui réunira les meilleurs éléments des versions physiques et numériques”.

 

Facebook Comments
Lire la suite

Ecosystème

Puget-Théniers : Deux camions bennes roulent en partie avec du carburant créé à partir de déchets plastiques

Publié

le

C’est une 1ère mondiale qui a été présentée le 17 juillet dernier à Puget-Théniers, une commune à proximité de Nice, dans les Alpes-Maritimes. Dans le cadre de la politique Green Deal, politique volontariste dans le domaine du développement durable, Charles Ange Ginésy, président du Conseil départemental des Alpes-Maritimes, président de la Communauté de Communes Alpes d’Azur, l’acteur Samuel Le Bihan, président de l’Association EarthWake qui porte le projet, Pierre Corporandy, maire de Puget-Théniers, vice-président de la Communauté de Communes Alpes d’Azur, ont présenté un camion-benne et un camion-grue qui circulent depuis le 25 mai avec 10 % de diesel produit à partir des déchets plastiques grâce à un procédé de pyrolyse à haut rendement.
Baptisé Chrysalis, inventé par Christofer Costes, un ingénieur azuréen, la machine est capable de produire du carburant utilisable dans les moteurs diesel et les groupes électrogènes : ”Pour obtenir un gasoil qui est normé aujourd’hui et qu’on peut utiliser dans un camion benne c’est un très long travail. Aujourd’hui c’est une fierté pour moi et une grande émotion que de voir rouler les premiers camions bennes.

Comment ça fonctionne ?

Christofer Costes, inventeur de la Chrysalis

La machine Chrysalis peut recycler deux types de plastique (polyéthylène et polypropylène), celui des bouchons en plastique ou des bouteilles de lait et celui des récipients alimentaires réutilisables. Ils sont broyés, chauffés à 450°C degrés puis distillés. ‘’C’est le principe connu de la pyrolyse, explique son inventeur Christofer Costes lors d’une rencontre avec la presse. ‘’Les déchets sont chauffés à 450 degrés sans oxygène. En deux à trois heures, 40 kg produisent 40 l, dont les deux tiers sont du diesel, le reste étant du gaz et de l’essence utilisable par exemple dans des groupes électrogènes’’ et ce sans générer de pollution additionnelle directe.
La Chrysalis, dont c’est la deuxième version, a été installée dans un atelier à la sortie de Puget-Théniers. Elle alimente une pompe à carburant où les chauffeurs viennent se servir à 5 heures du matin avant leur tournée: 2600 litres ont été écoulés en près de deux mois. Quant aux habitants de Puget-Théniers, ils peuvent déposer leurs déchets plastiques dans deux points de ramassage spéciaux. Cette expérimentation, unique au monde est au service d’une ambition : dépolluer la planète de ses déchets plastiques en faisant du recyclage du plastique une source de revenus.

Donner de la valeur à nos déchets

La Chrysalis est le fruit de 3 ans de recherche et est porté par EarthWake, une association cofondée et présidée par l’acteur Samuel Le Bihan. Son but : revaloriser les plastiques, leur trouver une seconde vie pour éviter qu’ils ne finissent en mer. Pour Samuel Le Bihan, l’originalité de cette mini-raffinerie autosuffisante réside notamment dans sa taille et sa mobilité. A terme, l’équipement pourra tenir dans un conteneur afin d’être utilisable facilement. L’autre intérêt tourne autour du concept vertueux d’économie circulaire, poursuit Samuel Le Bihan, puisque « l’on donne de la valeur à ces déchets et on incite à leur ramassage »
L’initiative est soutenue depuis ses débuts par des entreprises privées, la région Sud mais surtout le département des Alpes-Maritimes qui a versé, au total, 170 000 euros de subvention. Son président, Charles Ange Ginésy, se dit « convaincu que la Chrysalis fait partie des solutions pour lutter contre les 8 millions de tonnes de déchets plastiques qui asphyxient chaque année nos océans ». A court terme, 4 camions bennes seront mis en circulation avec ce carburant issu du plastique, soit 10 % de la flotte de la Communauté de Communes Alpes d’Azur.

EN CHIFFRES

  • 320 millions de tonnes de plastiques sont fabriquées chaque année.
  • 8 millions de tonnes de déchets plastiques se retrouvent dans nos océans chaque année.
  • 160 kg de plastiques peuvent être transformés en 120 L de gazole par jour avec La Chrysalis.
Facebook Comments
Lire la suite

Ecosystème

Avec son vélo électrique, 100% autonome, il compte vivre l’aventure à ‘’100 km autour d’Avignon’’

Publié

le

Il est parti dimanche matin, le 19 juillet, depuis le Palais des Papes, pour vivre l’aventure … à 100 km autour d’Avignon. Grand voyageur devant l’éternel, Jérôme Zindy, un avignonnais de 33 ans, réalisateur audiovisuel, a décidé de troquer ses billets d’avion contre un vélo électrique 100% autonome. Avec un ami, Bertrand Charron, également dans la production audiovisuelle, il monte le projet “100 km autour d’Avignon”. L’objectif ? Montrer que l’on peut se dépayser sans aller au bout du monde, en étant respectueux de l’environnement grâce au vélo électrique, et en allant voir les producteurs locaux pour montrer leurs savoir-faire. Au départ de cette décision, une prise de conscience pour l’écologie.

Un vélo solaire 100% autonome

Pour se déplacer les deux vauclusiens ont fait le choix d’un vélo électrique 100% autonome qui marche au solaire, inventé par un istréen. La batterie se recharge dès qu’il y a du soleil. A l’occasion d’un reportage de France 3 Provence Alpes Côte d’Azur, Jérôme Zindy raconte :  “On a fait une journée d’essai, et avons parcouru 40 km. Première bonne surprise, la batterie était toujours pleine. Elle se recharge dès qu’il y a du soleil sur le panneau. Et deuxième surprise : j’étais frais comme un gardon, la puissance électrique du vélo est impressionnante !”
Au guidon de son vélo électrique, Jérôme Zindy s’est élancé pour un périple de douze jours. Il va parcourir entre 60 et 80 km par jour, sur les routes du Vaucluse, des Bouches-du-Rhône et du Gard et traverser les trois parcs naturels régionaux des Alpilles, de Camargue et du Lubéron. Il prévoit aussi de frôler les 2000 m d’altitude avec l’ascension du Mont-Ventoux avant un retour à Avignon en passant par les villages perchés autour des Dentelles de Montmirail.

Promouvoir les savoirs faire locaux

A chaque étape, Jérôme Zindy va aller à la rencontre des artisans et des producteurs locaux rencontrés sur son parcours afin de valoriser les savoir-faire régionaux, mais aussi promouvoir les bons produits issus de l’agriculture locale. Ainsi il va rencontrer un cultivateur d’amandes bio dans les Alpilles, une éleveuse de chevaux camarguais, un saunier (cultivateur de sel) pour connaître le processus de fabrication du sel, un cultivateur de lavande bio à la fois apiculteur, sur le plateau de Sault, au pied du Mont-Ventoux. Toutes ces rencontres et savoirs-faire seront filmés et photographiés pour alimenter un journal de bord. A partir du mois d’août, Jérôme Zindy et Bertrand Charron posteront sur les réseaux sociaux un petit film par jour, réalisé durant leur voyage de découverte.

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X