Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

Défense & sécurité

[VIDÉO] Le Flyboard Air du marseillais Franky Zapata intéresse fortement les forces spéciales françaises

Publié

le

C’est officiel : l’inventeur marseillais Franky Zapata va travailler avec les forces armées pour faire de son Flyboard Air, un engin adapté aux besoins des militaires sur le terrain.
A l’occasion du Forum Innovation Défense, qui s’est tenu à Paris du 22 au 24 novembre, l’Armée a exposé pour la première fois 160 innovations majeures, amenées à faire partie du futur de ses soldats. Star du forum, le Flyboard Air qui a fait sensation samedi 24 novembre, lors d’une démonstration réalisée au-dessus de la Seine par Franky Zapata, en présence de la ministre des Armées, Florence Parly, et du secrétaire d’État au Numérique, Mounir Mahjoubi. “Ceci est un overboard militaire. Notre armée se doit d’être toujours à la pointe de l’innovation”, a commenté ce dernier.
L’innovation en action avec cette démonstration de Flyboard au-dessus de la Seine : de quoi donner des idées à nos forces spéciales ! L’innovation n’est ni un gadget, ni une posture : préparer les combats de demain est indispensable“, a ‘’tweeté’’ de son côté la ministre des Armées, Florence Parly.

 

 

 

 

 

 

Un retour en grâce inattendu !
Rappelez-vous en mars 2017, Franky Zapata était convoqué par la Gendarmerie de l’Air, qui lui reprochait plusieurs infractions à la réglementation pouvant donner lieu à de fortes amendes, voire à une peine de prison. En cause? Son Flyboard Air capable de voler à 10.000 pieds d’altitude (3000 m environ) et à la vitesse maximale de 70 nœuds (130 km/h environ). Aussi, après avoir été interdit de “voler” en France, l’inventeur marseillais délocalisait ses activités aux Etats-Unis.
Plus de 18 mois plus tard, la situation a radicalement changé. Son innovation a finalement suscité l’intérêt de l’Armée. Mieux : son entreprise, Zapata Industries, a même obtenu un financement de 1,3 millions d’euros de la part du ministère des Armées via la Direction générale de l’armement pour améliorer son invention. Pour le ministère, il s’agit d’éviter de voir cette technologie passer sous pavillon étranger, comme cela faillit être le cas en août 2016, quand la société américaine Implant Sciences Corporation (IMSC) envisagea de racheter l’entreprise de Franky Zapata.

Zapata FlyBoard Air

Développer le premier micro-turboréacteur de l’aéronautique
Outre le financement, le projet militaire Flyboard bénéficiera également d’un soutien logistique et scientifique de l’institut de recherche Onera et de la société Polyshape qui interviendront dans l’amélioration de l’engin. Franky Zapata a également les coudées franches et les moyens financiers pour mettre au point ‘’le premier micro-turboréacteur de l’aéronautique’’. Jusqu’à présent, il fabriquait ces engins en adaptant des réacteurs existants.
Franky Zapata ambitionne de concevoir un Flyboard plus léger, silencieux et maniable. Un engin qui, une fois maîtrisé par des militaires, pourrait être utilisé en reconnaissance de zone de conflit, pour évacuer des blessés ou dans le cadre de combats urbains. “C’est le système aéronautique personnel le plus sécurisé, facile, léger et manœuvrable par une personne qui n’a jamais été créé” explique Franky Zapata qui précise tout de même que son Flyboard n’est pas seulement destiné à la Défense et qu’un modèle commercial civil est à l’étude.

 

[VIDEO] Démonstration de Flyboard Air par Franky Zapata à Cavalaire (83).

Facebook Comments
Lire la suite
Commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Défense & sécurité

Gemalto teste la reconnaissance faciale pour l’embarquement des passagers à l’aéroport de Los Angeles

Publié

le

Après la compagnie Delta Airlines qui a inauguré, il y a quelques jours, son nouveau terminal biométrique à l’aéroport d’Atlanta, c’est maintenant au tour d’American Airlines de franchir le pas et d’équiper le terminal 4 de l’aéroport de Los Angeles d’un système de reconnaissance faciale conçu par Gemalto, leader mondial de la sécurité numérique. Le système est intégré au bureau des agents du Service des douanes et de la protection des frontières des Etats-Unis (CBP) pour faciliter l’embarquement, il prend peu d’espace et permet l’intégration de futures options.
Lorsque les passagers s’approchent de la porte d’embarquement, le système biométrique scanne leurs visages avant de vérifier son identité au sein de la base de données du CBP, de manière instantanée. Une fois vérifiées, les images saisies sont effacées du système pour garantir la confidentialité des passagers. Pour l’heure, le système concerne uniquement quelques vols et les passagers ont encore le choix de s’enregistrer en utilisant la reconnaissance faciale ou le faire de manière traditionnelle avec leur passeport. Dans tous les cas, ils devront se munir de leur passeport pour chaque déplacement effectué.

biometric boarding (Photo: Gemalto)

Ainsi grâce à l’utilisation de la reconnaissance faciale, le passage des voyageurs à l’aéroport se trouve fluidifié (7,8 milliards de passagers d’ici 2036) et l’expérience des passagers est plus satisfaisante en comparaison avec les cartes d’embarquement traditionnelles. De plus, cette initiative répond également aux exigences du CBP.
Cette phase d’expérimentation durera 90 jours. En fonction de l’efficacité du système, American Airlines envisagera ou non de le déployer sur d’autres vols et dans d’autres aéroports.
Soulignons que lors des tests biométriques réalisés par le département américain de la sécurité intérieure, la solution Live Face Identification System (LFIS) de Gemalto a obtenu un taux d’acquisitions réussies de 99,44% en moins de cinq secondes, un résultat très favorable en comparaison avec une moyenne de seulement 65% sur la même durée pour les autres fournisseurs participants.

Facebook Comments
Lire la suite

Aéronautique, spatial

[Livres Blancs] Parutions de deux nouveaux livres sur l’optronique et la stratégie d’employee advocacy BtoB

Publié

le

C’est noël avant l’heure !

Nexvision (Marseille) et Sociallymap (Gardanne) viennent de sortir deux livres blancs : “Optronique, comprendre l’essentiel“(version FR à télécharger ici, ou EN ici ) et “Stratégie d’Employee Advocacy BtoB : de la construction au pilotage” (à télécharger ici).

Pour rappel, Nexvision est une société spécialisée dans la conception de systèmes de vision, principalement pour les marchés aéronautique, défense et médical et Sociallymap édite un logiciel qui permet d’industrialiser votre stratégie d’Employee Advocacy, de Social Selling, de Veille et d’Automatisation des publications sur les réseaux sociaux.

A propos du livre blanc “Optronique : comprendre l’essentiel”

S’adresse à :

Directeur innovation

Pitch :

Avec l’évolution de la technologie (puissance des processeurs, miniaturisation des composants, …), il est aujourd’hui possible de réaliser des applications toujours plus poussées à partir de systèmes de vision : détection, tracking, reconnaissance, mesure de l’environnement, reconstruction 3D … Cela ouvre un champ des possibles inouï dans de nombreux domaines : aéronautique, spatial, défense & sécurité, industrie, transport (notamment avec les véhicules autonomes), médical.
Cette première version de livre blanc a été conçue comme un guide pragmatique qui a pour objectif de vous inspirer mais surtout de vous faire comprendre les concepts de base des systèmes optroniques afin de vous aider à mieux appréhender les points clés si vous avez besoin de faire développer un système de vision.

 

A propos du livre blanc : “Stratégie d’Employee advocacy”

S’adresse à :

Responsable Marketing, responsable innovation

Pitch :

Les entreprises cherchent de plus en plus de visibilité sur le web en mettant en place toute sorte de stratégies, souvent chronophages. Alors pourquoi ne pas utiliser le levier le plus puissant que vous avez en votre possession ? Vos collaborateurs !

Après avoir lu ce livre blanc, vous maîtriserez les différentes étapes à suivre pour mettre en place une stratégie d’Employee Advocacy au service du développement de votre entreprise. De la construction au pilotage en passant par la phase de déploiement, nous vous expliquons toutes les étapes pour y parvenir. En bonus, la checklist ultime de l’Employee Advocacy !

Facebook Comments
Lire la suite

Défense & sécurité

[Vidéo] Marseille : Lancement officiel du iBubble, le 1er drone sous-marin autonome créé par la start-up Notilo Plus

Publié

le

C’est en grande pompe que la start-up marseillaise Notilo Plus a lancé officiellement son drone sous-marin autonome et sans fil, iBubble, qui à ce jour n’a aucun concurrent mondial. La jeune pousse a réuni pour la circonstance ses clients et ses partenaires, mercredi 24 octobre à la Casa Delauze à Marseille, une maison sur pilotis créée en 1981 par Henri Delauze, explorateur des fonds marins et fondateur de la Comex, devenue aujourd’hui un espace dédié aux événements privés.

(de G à D) Benjamin Valtin et Nicolas Gambini

IBubble, le premier drone sous-marin autonome au monde !
Fondée en 2016 à Grenoble par Nicolas Gambini, ancien responsable du programme véhicule électrique chez Renault-Nissan, et Benjamin Valtin, ingénieur, plongeur et réalisateur de vidéos amateurs sous-marines, Notilo Plus se revendique comme la première entreprise à proposer un drone sous-marin grand public autonome et sans fil.
Baptisé iBubble, celui-ci s’adresse aux plongeurs pour leur permettre de filmer leurs performances en eaux profondes dans les meilleures conditions. Le drone sous-marin fonctionne sans fil et sans pilote à la surface, il repère les plongeurs et évite les obstacles grâce à son sonar. Au cours de sa plongée, le plongeur peut donner des indications au drone via un bracelet connecté qui lui permet antre autre de sélectionner les différents angles de vue. Autre techno clé : la reconnaissance et l’analyse d’images en temps réel via une caméra embarquée qui lui permet de bien cadrer les images, suivre un plongeur ou encore d’identifier une fissure sur un navire.
Pour cela, Notilo Plus utilisent les dernières technologies en matière d’intelligence artificielle et d’auto-apprentissage pour capturer et exploiter des images et des données à haute valeur ajoutée.
iBubble peut descendre jusqu’à 60 mètres de profondeur et sa batterie lui permet d’atteindre une heure d’autonomie.

Vidéo – Nicolas Gambini, co-fondateur et CEO de Notilo Plus, développe les atouts technologiques du iBubble.

 

Les opportunités de marché…
Ludique et simple d’usage, une qualité d’image assez extraordinaire, iBubble vise le marché des loisirs aquatiques afin d’élargir leurs activités avec des images étonnantes (baptême plongée, randonnée aquatique, hôtels et resorts bord de mer) … ainsi que le marché professionnel où les solutions Notilo Plus sont destinées à des applications d’inspection autonome pour les infrastructures, la défense, le oil & gas, les navires et les scientifiques… Ce marché des drones sous-marins professionnels est de loin le plus rentable et il devrait doubler pour atteindre 5 milliards de dollars en 2022.
Côté loisir, la plongée compte 10 millions de pratiquants dans le monde.

Vidéo – Second co-fondateur et CMO de la start-up marseillaise, Benjamin Valtin précise les marchés sur lesquelles iBubble peut être proposé ! Deux marchés, deux types de drones sous-marin !

 

Le drone sous-marin de Notilo Plus est proposé aux alentours de 4000 euros. La start-up a commencé à livrer dès la semaine dernière ses premiers iBubbles. En tout près 300 unités ont été commandé lors de la campagne de crowdfunding lancée en début d’année et ont été fabriqué dans l’usine d’EFI Automotive. Ils doivent être livrées d’ici à décembre. Quant au carnet de commandes de Notilo Plus, il est plein jusqu’au premier trimestre 2019, et si les deux dirigeants ne donnent aucun chiffre, il est, soulignent-ils, de plusieurs centaines de commandes.

De Grenoble à Marseille…
Créée à Grenoble, Notilo Plus n’est implantée à Marseille que depuis quelques mois. Suite à seconde levée de fond de 1,9 million d’euros réalisée en mai dernier, la start-up a réorganisé son déploiement géographique en France. Après avoir transférer son siège en région Sud, Notilo Plus a ouvert deux antennes situées en Rhône-Alpes et Grand Est. La jeune pousse de 16 personnes veut désormais accélérer son développement commercial à l’international en 2019, notamment aux États-Unis et en Australie. Notilo Plus a reçu un CES Innovation Award 2019 et sera présent avec son iBubble au prochain CES de Las Vegas en janvier 2019.

Vidéo Notilo Plus (en anglais)

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X