Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

Défense & sécurité

[VIDÉO] Le Flyboard Air du marseillais Franky Zapata intéresse fortement les forces spéciales françaises

Publié

le

C’est officiel : l’inventeur marseillais Franky Zapata va travailler avec les forces armées pour faire de son Flyboard Air, un engin adapté aux besoins des militaires sur le terrain.
A l’occasion du Forum Innovation Défense, qui s’est tenu à Paris du 22 au 24 novembre, l’Armée a exposé pour la première fois 160 innovations majeures, amenées à faire partie du futur de ses soldats. Star du forum, le Flyboard Air qui a fait sensation samedi 24 novembre, lors d’une démonstration réalisée au-dessus de la Seine par Franky Zapata, en présence de la ministre des Armées, Florence Parly, et du secrétaire d’État au Numérique, Mounir Mahjoubi. “Ceci est un overboard militaire. Notre armée se doit d’être toujours à la pointe de l’innovation”, a commenté ce dernier.
L’innovation en action avec cette démonstration de Flyboard au-dessus de la Seine : de quoi donner des idées à nos forces spéciales ! L’innovation n’est ni un gadget, ni une posture : préparer les combats de demain est indispensable“, a ‘’tweeté’’ de son côté la ministre des Armées, Florence Parly.

 

 

 

 

 

 

Un retour en grâce inattendu !
Rappelez-vous en mars 2017, Franky Zapata était convoqué par la Gendarmerie de l’Air, qui lui reprochait plusieurs infractions à la réglementation pouvant donner lieu à de fortes amendes, voire à une peine de prison. En cause? Son Flyboard Air capable de voler à 10.000 pieds d’altitude (3000 m environ) et à la vitesse maximale de 70 nœuds (130 km/h environ). Aussi, après avoir été interdit de “voler” en France, l’inventeur marseillais délocalisait ses activités aux Etats-Unis.
Plus de 18 mois plus tard, la situation a radicalement changé. Son innovation a finalement suscité l’intérêt de l’Armée. Mieux : son entreprise, Zapata Industries, a même obtenu un financement de 1,3 millions d’euros de la part du ministère des Armées via la Direction générale de l’armement pour améliorer son invention. Pour le ministère, il s’agit d’éviter de voir cette technologie passer sous pavillon étranger, comme cela faillit être le cas en août 2016, quand la société américaine Implant Sciences Corporation (IMSC) envisagea de racheter l’entreprise de Franky Zapata.

Zapata FlyBoard Air

Développer le premier micro-turboréacteur de l’aéronautique
Outre le financement, le projet militaire Flyboard bénéficiera également d’un soutien logistique et scientifique de l’institut de recherche Onera et de la société Polyshape qui interviendront dans l’amélioration de l’engin. Franky Zapata a également les coudées franches et les moyens financiers pour mettre au point ‘’le premier micro-turboréacteur de l’aéronautique’’. Jusqu’à présent, il fabriquait ces engins en adaptant des réacteurs existants.
Franky Zapata ambitionne de concevoir un Flyboard plus léger, silencieux et maniable. Un engin qui, une fois maîtrisé par des militaires, pourrait être utilisé en reconnaissance de zone de conflit, pour évacuer des blessés ou dans le cadre de combats urbains. “C’est le système aéronautique personnel le plus sécurisé, facile, léger et manœuvrable par une personne qui n’a jamais été créé” explique Franky Zapata qui précise tout de même que son Flyboard n’est pas seulement destiné à la Défense et qu’un modèle commercial civil est à l’étude.

 

[VIDEO] Démonstration de Flyboard Air par Franky Zapata à Cavalaire (83).

Facebook Comments
Lire la suite
Commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Aéronautique, spatial

Aix-en-Provence : Les forces armées françaises commandent 50 micro-drones NX70 à Novadem

Publié

le

Alors que le Salon du Bourget ouvre ses portes pour sa 53ème édition (17 au 23 juin), la société Novadem annonce avoir signé la plus importante commande de son histoire. Plus de 50 micro-drones NX70 ont été commandés par la DGA – Direction Générale de l’Armement – pour équiper prochainement les soldats déployés en opérations extérieures (OPEX). Il s’agit en fait de 27 systèmes composés de deux micro-drones, d’un segment sol et du soutien technique associé.

Une commande de 2 millions d’euros
C’est une commande de plus de deux millions d’euros que la PME aixoise a reçu. Cette acquisition a été réalisée dans le cadre d’une urgence opération visant à ” rapidement doter les forces de capacités de détection plus performantes, mieux sécurisées et capables d’opérer de jour comme de nuit ”, précise la DGA dans un communiqué. Les premiers systèmes ont été réceptionnés par la DGA et viennent de passer les évaluations technico opérationnelles réalisées par la STAT, la Section Technique de l’Armée de Terre.
‘’ Au cours des dix dernières années, nos drones ont fait l’objet de campagnes d’évaluation menées par la Section Technique de l’Armée de Terre dans des environnements difficiles (jungle guyanaise, désert de Djibouti, entre autres) permettant d’adapter le produit aux réalités du terrain. Ce déploiement en OPEX du NX70 représente une grande fierté pour l’ensemble de l’équipe de Novadem et une grande marque de confiance accordée par le Ministère des Armées à une PME française ”, indique Pascal Zunino, président et co-fondateur de Novadem.
La solution NX70 est présentée sur le stand du Ministère des Armées (A3) à l’occasion du Salon du Bourget.

Avec le NX70, Novadem se positionne à l’international
Le NX70 est un micro-drone de 1kg disposant d’une autonomie en vol pouvant atteindre jusqu’à 45 minutes et d’un rayon d’action de plus de 3 kilomètres. Le NX70 peut voler par conditions météorologiques difficiles (vent jusqu’à 65 km/h, pluie, poussière, gamme de température étendue) lui garantissant un taux de disponibilité élevé. Ses liaisons de données sont chiffrées, aucune information n’est stockée à bord du drone et aucune connexion à internet n’est requise pour faire fonctionner le matériel, limitant ainsi tout risque de compromission. L’empreinte logistique se limite à une caisse unique durcie intégrant l’ensemble du matériel le rendant ainsi facilement transportable par le fantassin. Au-delà de ses capacités de détection et de reconnaissance de jour et de nuit, le NX70 peut être doté de capacités étendues lui permettant, par exemple, d’assurer des missions d’observation de plusieurs heures grâce à son dispositif d’alimentation en énergie depuis le sol via un câble libérable en plein vol ou encore d’emporter des petits dispositifs (médikit, fumigène, etc…). Son interface sol durcie est quant à elle compatible avec des formats de cartographies et de coordonnées du domaine de la défense.
Cela fait maintenant dix ans que Novadem commercialise ses micro-drones et depuis trois ans la PME se développe à l’international en signant ses premiers contrats avec la police de Bruxelles, l’Armée hollandaise ou plus récemment le Ministère de la Défense d’Abu Dhabi. ”Ce déploiement de micro-drones NX70 au profit de l’Armée française positionne Novadem à l’échelle internationale parmi les rares fournisseurs de micro-drones de défense déployés en opération” souligne Johann Boucher, en charge du développement en France et à l’export. Ce marché va permettre à Novadem d’industrialiser à plus grande échelle ses systèmes et de lancer une campagne de recrutement pour renforcer ses équipes aixoises.
www.novadem.com

 

Facebook Comments
Lire la suite

Défense & sécurité

[VIDÉO] ”Innover dans les Armées, enjeux et défis”, c’est le thème de la première des ”Conférences du Gouverneur”

Publié

le

La guerre de demain sera à n’en pas douter technologique ! C’est ce qui explique en partie que l’innovation est devenue l’une des priorités du ministère des Armées, lequel a pris plusieurs mesures pour la favoriser, la plus emblématique d’entre-elles étant la création de l’Agence de l’Innovation de Défense [AID] au sein de la Direction générale de l’armement [DGA]. De plus, la Loi de programmation militaire [LPM] 2019-25 prévoit un effort conséquent dans ce domaine, le budget dédié aux études et à l’innovation devant passer de 730 millions à 1 milliard d’euros par an d’ici 2022.
Mais ces innovations ne sont pas des gadgets. Elles doivent apporter une supériorité opérationnelle à nos forces“, a souligné Emmanuel Chiva, le nouveau patron de l’Agence, lors du premier Forum Innovation Défense qui s’est tenu à Paris en novembre dernier. Sa priorité : s’ouvrir aux technologies du monde civil. Ainsi à l’occasion de ce forum, l’Armée a exposé 160 innovations majeures, amenées à faire partie du futur de ses soldats. La star a été le Flyboard Airn un hoverboard conçu par le marseillais Franky Zapata, pour lequel l’Armée a investi 1,3 million d’euros.

Lire aussi : [VIDÉO] Le Flyboard Air du marseillais Franky Zapata intéresse fortement les forces spéciales françaises

Mais pour appréhender l’Innovation, il faut se rapprocher du monde civil et des entreprises innovantes, c’est l’une des raisons du partenariat engagé entre le Gouvernorat militaire de Marseille et le cluster numérique Medinsoft, un partenariat qui doit permettre aux entreprises de la région Sud d’entrer en contact avec les forces armées et de leur proposer des solutions en correspondance avec leurs besoins.

[Vidéo] Le général Benoît Houssay, Gouverneur militaire de Marseille, Officier général de la zone de défense et de sécurité Sud, explique en quoi le partenariat avec le cluster Medinsoft est important pour les Armées et dévoile la teneur de la première des ”conférences du Gouverneur” qu’il souhaite organiser régulièrement dont le thème est ‘’Innover dans les Armées : enjeux et défis’’.

 « Innover dans les Armées : Enjeux et Défis » avec le général de brigade aérienne Philippe Hirtzig, chargé de la prospective et de la stratégie militaire à l’Etat-major des armées
Mardi 21 mai 2019 à 19h au Cercle militaire de garnison « Ganteaume »

D’autre part, le Gouverneur militaire de Marseille organise le 25 mai prochain au Dôme de Marseille, un concert caritatif au profit des blessés des Armées. Depuis sa création, en 1831, c’est la première fois que la musique de la Légion étrangère se produira dans une salle de spectacle à Marseille. La Musique de la Légion étrangère sera aux côtés de la jeune Emma, gagnante de « The Voice Kid » 2019 ainsi que de 90 jeunes choristes de l’école élémentaire “Révolution” et de l’école et collège “Saint-Mauront”. L’intégralité des bénéfices de ce concert sera reversée à l’ADO (association pour le développement des œuvres d’entraide dans l’armée).
Accès à la Billetterie

Facebook Comments
Lire la suite

Défense & sécurité

Sophia-Antipolis : Squad confirme sa dynamique de croissance, 30% en 2018 et un CA record de 35,3 M€

Publié

le

Spécialisée dans le conseil en cybersécurité, infrastructure virtuelle et transformation digitale, la société Squad vient d’annoncer une croissance de 30% en 2018 et un chiffre d’affaires de plus de 35 M€. L’ETI basée à Sophia Antipolis a vu son chiffre d’affaires progresser de 191% entre 2015 et 2018. Une croissance insolente portée principalement par son expertise sur les sujets liés à la cybersécurité et qui permet à l’entreprise d’accélérer son développement en France comme à l’international.

Eric Guillerm et Marc Brua, fondateurs de Squad.

En 2018, La société IT fondée par Marc Brua et Éric Guillerm a recruté 250 collaborateurs, et a procédé à l’ouverture de bureaux à Nantes et Rennes, mais aussi à Adélaïde en Australie, à la suite d’un voyage officiel d’Emmanuel Macron. A cette occasion, Squad participe aux « Maritime Connection Days in Australia ». A Adelaïde, Squad est aux côtés de Naval Group qui assure la construction de douze sous-marins pour le compte de l’Australian Navy, le contrat du siècle signé en 2016 et estimé à 35 milliards d’euros. De ce fait, la société azuréenne compte ouvrir une filiale dès 2019 avec l’objectif de 80 personnes en 2020, d’autant que le marché australien est une opportunité pour Squad. Le pays manque cruellement de ressources et d’experts en cybersécurité.
‘’Sur un marché en forte tension, Squad bénéficie d’une excellente réputation qui lui permet de s’entourer de spécialistes, travaillant au quotidien sur des sujets stratégiques pour les plus grandes entreprises’’ estime Éric Guillerm, PDG de Squad. ‘’Cette réussite est le fruit de l’engagement et de l’expertise de nos salariés. ‘’
Squad, c’est aujourd’hui près de 250 experts en technologies répartis sur 5 agences à Paris, Aix-en Provence, Sophia-Antipolis, Toulouse et Lyon, et continue à recruter pour accompagner cette croissance. Une croissance qui s’accélère encore et pourrait approcher cette année les 50% ! Squad prévoit ainsi un chiffre d’affaires de l’ordre de 50 M€ en 2019.

www.squad.fr 

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X