Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

Dossiers, expertises

ETUDE | Les français et leur smartphone : 82% ont déjà cassé leur téléphone portable

Publié

le

Qui n’a jamais perdu du temps à chercher son téléphone portable caché dans une pièce de sa maison ou à trouver un moyen de le réparer rapidement lors d’une casse inopinée ? Coverd, la première insurtech française spécialisée dans la couverture de smartphone, s’est intéressé aux comportements des français pour savoir s’ils étaient vraiment des “serial casseurs”. Alors, entre mythe ou réalité, quel est le rapport des français avec leur smartphone aujourd’hui ?
Selon les chiffres récoltés par Coverd auprès de leur communauté, est-ce que les français seraient têtes en l’air ou simplement maladroits ? Connaissent-ils tous les services pour assurer leur téléphone et le faire réparer en un claquement de doigts ?
Décryptage en chiffres des dernières tendances.

82% des français admettent avoir déjà cassé leur smartphone

C’est un fait, les français sont maladroits et leur smartphone en fait les frais. Entre inattention et situations cocaces, il semblerait que plus de 8 français sur 10 aient déjà cassé leur téléphone portable. En effet, avec des téléphones de plus en plus fragiles, il n’est pas étonnant de se retrouver face à une situation de casse. Néanmoins, il semblerait que les français soient plus “serial casseurs” que têtes en l’air. L’étude Coverd montre que seulement 24% des français ont déjà perdu leur smartphone. Alors, comment ces français font-ils pour le retrouver ?

84% des français font sonner leur smartphone avec un autre téléphone pour le retrouver

Parmi ces têtes en l’air, il semblerait que les français ne manquent pas de créativité pour retrouver leur smartphone. Objet du quotidien avec lequel ils ont un rapport émotionnel fort, perdre son smartphone revient à perdre ses données et donc, sa vie sociale. En effet, 45% regardent la position GPS générée par leur smartphone afin de le retrouver plus facilement tandis que 18% préfèrent aller porter plainte directement au commissariat. Alors, lorsqu’il casse, comment font-ils pour le réparer le plus rapidement ?

En cas de casse, 27% des français vont dans des boutiques de réparation spécialisée

Qui ne s’est jamais retrouvé dans une situation où son écran se casse ou qu’on ne puisse plus allumer son smartphone ? Terreur pour la plupart des français. En effet, quoi faire lorsque son téléphone portable ne veut plus fonctionner ? Selon l’étude réalisée par Coverd, seulement 13% des français iraient dans le magasin de la marque pour le faire réparer alors que 27% iraient dans des boutiques de réparation spécialisée. Alors, pourquoi préférer ces boutiques ? Serait-ce pour la simplicité de réparation ? Il est aussi intéressant de noter que 24% appellent directement leur assurance. Créée en 2019 par Hugo Saïas, Coverd permet à ses utilisateurs de réparer leur smartphone rapidement et prend en charge la réparation et l’envoi de son téléphone portable. Un moyen de rester serein en toute situation.

71% des français avouent être stressés lorsqu’ils perdent ou cassent leur smartphone

La perte ou la casse d’un smartphone a des conséquences non négligeables sur le quotidien des français. Ces situations génèrent énormément de stress. En effet, 71% des français avouent avoir été stressés par la perte ou la casse de leur smartphone. Selon l’étude réalisée par Coverd, plus d’un français sur 10 est déjà arrivé en retard à un rendez-vous professionnel à cause de ce type de situation. Alors, quelle est la solution ?

62% des français ne connaissent pas de services d’assurances permettant de réparer son smartphone en un clin d’oeil

Lors de cette étude, Coverd s’est intéressé à un panel représentatif ne connaissant pas ses services. L’’insurtech française spécialisée dans la couverture de smartphones neufs, d’occasions, de seconde main ou reconditionnés, grâce à des abonnements 100% en ligne et sans engagement, permet de réparer son smartphone en un claquement de doigt. En effet, grâce à sa plateforme en ligne, il n’a jamais été aussi facile de réparer son téléphone portable. Une vraie bénédiction pour tous les “serial casseurs” français.

Facebook Comments
Lire la suite
Commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Avis d'Experts

TRIBUNE | L’échelle européenne : un positionnement stratégique pour l’industrie du Cloud et des télécoms

Publié

le

Une chose est sûre, la crise du Covid-19 aura largement mis en avant la nécessité de s’appuyer sur des outils de communication performants pour continuer à travailler dans les meilleures conditions. Dans ce contexte, le sujet de la communication unifiée et des outils collaboratifs a su s’imposer comme une priorité pour les entreprises et nombre d’entre elles ont dû s’adapter pour conserver une certaine forme de normalité dans leur mode de fonctionnement. Après avoir réagi dans l’urgence, les organisations doivent désormais prendre le temps de bien évaluer les environnements existants afin de faire évoluer durablement leurs dispositifs  en s’appuyant sur des outils qui répondront précisément à leurs besoins.

Solutions françaises, européennes, américaines… que choisir ? 

Durant les derniers mois, force est de constater que l’usage de grandes plateformes technologiques US à l’image de Zoom a fait couler beaucoup d’encre. D’un côté, il faut saluer la performance du service qui a permis à des milliers d’entreprises de communiquer sans rupture d’exploitation, mais d’un autre il faut se poser la question des conséquences liées à l’utilisation de ce type de solutions en matière de confidentialité, de sécurité, de souveraineté, de dépendances technologiques, etc. En effet, à l’heure de la recherche d’une réelle souveraineté technologique de la part des États, il est nécessaire de s’appuyer sur des Cloud de proximité impliquant des tiers de confiance pour échanger au quotidien et mieux collaborer avec ses équipes et partenaires.
Pour autant, il parait aberrant de se refermer sur soi. Il est important de changer d’échelle et de poser les bases d’un cadre plus large de dimension européenne. C’est à cette condition qu’il sera possible de créer un véritable standard compétitif pour l’ensemble des acteurs économiques européens et que nous pourrons garantir notre souveraineté et indépendance technologique vis-à-vis de fournisseurs étrangers hégémoniques . Le RGPD s’inscrit par exemple dans cette dynamique. Enfin, attention également à bien intégrer les spécificités du Cloud Act qui fait peser un réel risque au regard des aspects liés à la confidentialité des données.

Une dimension européenne profitable pour tous les acteurs du cloud et des télécoms

Ne soyons donc pas simples spectateurs d’un duel opposant fournisseurs hégémoniques Nord-Américain et Chinois. Il nous faut absolument constituer une réelle alternative via un écosystème de partenaires à l’échelle européenne. Sur ce point, l’ensemble des acteurs du monde des télécoms seront gagnants : opérateurs, éditeurs, intégrateurs, revendeurs. Ils pourront ainsi nouer des relations de confiance leur permettant de se développer durablement au travers de partenariats de long terme et à forte valeur ajoutée prenant en compte les notions de proximité, d’approche gagnant-gagnant, de relation client , d’ouverture des technologies européennes pour une meilleure intégration et évolutivité via des API, etc.
Pour les utilisateurs, une telle approche est également l’assurance de ne pas être enfermés dans un schéma de souscription unique imposé par un seul partenaire technologique mais plutôt de travailler avec un éco système de partenaires complémentaires qui leur permettent d’accéder à des solutions sur mesure répondant à leurs besoins spécifiques.
Ces différents éléments nous amènent donc à repenser en profondeur notre modèle actuel pour le faire entrer dans une nouvelle ère réellement européenne qui nous permettra de lutter à armes égales sur un marché mondial ultra-concurrentiel et de conserver notre souveraineté technologique en toute circonstance.

Par Bertrand Pourcelot, DG de Centile Telecom Applications, filiale du Groupe Enreach

Facebook Comments
Lire la suite

Avis d'Experts

TRIBUNE | Le télétravail se généralise : le socle de sécurité informatique doit se généraliser aussi…

Publié

le

Au fil des mois, crise sanitaire et économique aidant, le travail à distance est devenu bon gré mal gré une pratique informatique courante.
Pour un dirigeant d’entreprise, le premier réflexe est bien entendu de permettre une continuité de service étendue. Selon la taille de l’entreprise, son responsable informatique, son infogérant, sa Direction des Systèmes d’Information a pris en main les inévitables sujets d’adaptation de « la taille des tuyaux » d’accès au système d’information. Le premier épisode de confinement a contraint à cet exercice technique.
Faisons le point simplement, pour montrer au dirigeant d’entreprise qu’un tel changement vers le télétravail généralisé entraine un besoin de gouvernance informatique accru. Ceci inclut un management adapté de la sécurité informatique, en PME comme en ETI ou Grande Entreprise.
Une partie significative, voire l’ensemble, des employés des entreprises, de leurs sous-traitants et prestataires de services, tous télétravaillent en cette fin d’année 2020.

Ces télétravailleurs utilisent des appareils divers : des ordinateurs de bureau, des ordinateurs portables, des smartphones et des tablettes. Ces éléments peuvent être fournis par l‘entreprise (on parle de « postes clients du système d’information »), par le prestataire ou bien par la personne elle-même, employé ou tiers, qui utilise son ordinateur, sa box internet et autre smartphone personnel.
Les télétravailleurs sont des utilisateurs qui lisent les emails, échangent et travaillent sur les bases de données et les applications logicielles professionnelles. Ils surfent également sur le web puis accèdent à des ressources non publiques depuis des emplacements externes à l’organisation.

Les technologies de télétravail et d’accès à distance visent à garantir la disponibilité, la confidentialité et l’intégrité des informations.
Les utilisateurs doivent pouvoir accéder aux ressources via un accès à distance en cas de besoin. Les communications d’accès à distance et les données utilisateurs stockées ne peuvent pas être lues par des personnes non autorisées. Il ne doit pas y avoir de modification intentionnelle ou non intentionnelle des informations qui transitent sur les réseaux durant les accès à distance.

Quelles sont les quatre menaces majeures sur l’informatique de votre entreprise que le télétravail accroit ?

1 – La sécurité physique des outils informatiques est insuffisamment contrôlée :
Les télétravailleurs utilisent leurs appareils informatiques hors du champ de contrôle de l’entreprise : leur domicile, les cafés, hôtels, restaurants, lieux de conférence ou de transit (gares, aéroports), chez un client ou un fournisseur. Or un appareil mobile peut-être perdu ou volé à ces endroits et ainsi permettre à des hackers de récupérer des données ou d’entrer plus facilement dans le réseau de l’entreprise. Il se peut aussi qu’une personne regarde par-dessus l’épaule l’utilisateur au café ou dans le train.
Conseil : Il est important de limiter au maximum les données sensibles stockées sur les appareils mobiles, chiffrer les données sensibles, mettre en place des systèmes de double authentification pour accéder aux ressources informatiques de l’entreprise.

2 – La sécurité des réseaux de communication est peu sécurisée :
Les accès des télétravailleurs se font la plupart du temps via Internet, porté par des réseaux non maîtrisés par l’entreprise. Il peut s’agir de réseaux par câbles, par Wifi, par réseau cellulaire 3G/4G, etc. Or Ces systèmes de communication sont susceptibles d’être écoutés, ce qui expose les informations sensibles transmises pendant l’accès à distance à un risque de compromission. Par exemple un attaquant (un hacker non éthique) peut parvenir à intercepter et modifier les communications en se plaçant entre le télétravailleur et l’application de l’entreprise (attaque de type «Man-in-the-middle» – MITM).
Conseil : Vous ne pouvez pas maîtriser les réseaux situés entre l’outil informatique du télétravailleur et votre réseau interne d’entreprise. Pour diminuer les risques sur ce segment de transport de vos informations, vous pouvez mettre en place des technologies de chiffrement (chiffrement des données, établissement d’un tunnel chiffré virtuel (Virtual Private Network ou VPN)…) et des technologies d’authentification mutuelle (pour vérifier que les deux points d’extrémité de la communication sont les bons, qu’il n’y a personne qui espionne au milieu).

3 – On peut se retrouver avec des appareils infectés sur le réseau interne de l’entreprise :
Les appareils personnels ou ceux de prestataires, sont souvent sur des réseaux externes, sur internet. Ils sont susceptibles d’être infectés par des virus informatiques. Or ces matériels se connectent au réseau interne de l’entreprise et ainsi deviennent un vecteur potentiel d’infection. Il est tout à fait possible qu’un attaquant profite de son accès à l’ordinateur ou au smartphone d’un télétravailleur pour y placer un logiciel malveillant, lequel fera ensuite son chemin dans l’entreprise.
Conseil : Il est important de placer par défaut les matériels de télétravail comme supposément infectés et de les soumettre à des contrôles de sécurité efficaces et réguliers. C’est à ce niveau que se placent les logiciels antivirus sur les matériels de télétravail et sur les serveurs d’entreprise. C’est aussi à ce niveau que l’on va chercher à gérer par logiciel les accès au réseau interne, que l’on va utiliser un réseau distinct pour les matériels nomades (périphériques clients externes, matériels appartenant à des tiers…). Le travail sur la sécurisation des appareils clients est un sujet de management intéressant (souvent nommé EndPoint Security Management).

4 – Donner un accès externe à des ressources internes à l’entreprise expose vraiment vos actifs:
Télétravailler suppose que l’on a ouvert vers l’extérieur des ressources internes : serveurs de messagerie de l’entreprise, applications métiers, bases de données commerciales, données de production, serveur de fichiers, données personnelles des salariés ou des clients… Ceci augmente considérablement la surface de vulnérabilité de votre système d’information. Un hacker pourra imaginer différentes attaques à partir du matériel du télétravailleur pour profiter de telle ou telle vulnérabilité technique interne et ainsi poursuivre son chemin jusqu’à exploiter ses informations. Ce peut être du chiffrement malveillant avec demande de rançon (installation d’un rançongiciel), ce peut être de l’extraction de données clés pour la revendre sur le dark web (et vous faire chanter pour éviter cette diffusion), ou bien tout simplement il peut s’agir de rester tapi dans votre système d’information en attendant le jour J d’une attaque ciblée, en extrayant quelques données régulièrement, etc. Les attaques sont aujourd’hui malheureusement vendues comme un service par les cybercriminels (Attack-as-a-Service, Fraud-as-a-Service, Malware-as-a-Service). En effet les cybercriminels se professionnalisent et mettent à la disposition de vos concurrents malveillants des armes de destruction des systèmes d’information.
Conseil : Il est primordial de mettre en place des outils de pare-feu et de contrôle d’accès, de renforcer les ressources de manière appropriée, pour résister au mieux à ces attaques. Ceci est en quelque sorte une gymnastique technique qui sera par ailleurs challengée par ce qu’on appelle des test de pénétration du système d’information (pentests). Lors de ces tests,  des attaques sont simulées avec l’autorisation de l’organisation et selon des protocoles bien précis. Le but est d’identifier progressivement quels sont les correctifs techniques qu’il faut apporter à l’informatique nomade ou fixe pour réduire les zones de vulnérabilité et éviter ainsi que des attaquants s‘y engouffrent. Cette approche fait partie des actions de contrôle interne du système d’information, des bonnes pratiques de gouvernance.

Le télétravail met l’accent sur le fait que la sécurité informatique suppose de la part du dirigeant d’entreprise, du soin, du regard, de l’intention de contrôle.

En s’impliquant régulièrement dans cette démarche et en donnant le ton au plus haut de l’entreprise, le dirigeant pourra :

  • Faire prendre conscience à son Conseil d’Administration et à ses responsables métiers qu’il faut agir en sécurité et en confidentialité de l’information. Un bon exemple de piratage très concret en dit souvent plus qu’un long discours
  • Soutenir la mise en œuvre de bonnes pratiques de sécurité et de de solutions concrètes efficaces adaptées aux profils d’utilisation et aux enjeux de chacun.

Finalement gouverner la cybersécurité en période de télétravail accru va revenir pour le dirigeant à :

  • Se faire expliquer dans quels référentiels techniques, normatifs et règlementaires le système d‘information doit se placer et se maintenir (GDPR, ISO 27001 …) pour procurer un télétravail sécurisé et confidentiel.
  • Obtenir l’assurance formelle et probante que des résultats sont bien délivrés par la fonction informatique, interne ou externalisée.
  • Disposer d’une réelle analyse puis d’un traitement des risques informatiques, incluant ceux liés au télétravail des salariés, des intérimaires, des prestataires, des infogérants, des fournisseurs chargés de maintenance des installations…
  • Maitriser le volume et le coût des ressources internes et externes affectées à la sécurité et à la confidentialité de l’information.
  • Vérifier que les parties prenantes du système d’information, sur site ou en télétravail, sont bien engagées dans le processus de maîtrise du contrôle interne informatique.

Pour parvenir à cette situation de bonne gouvernance, un socle de management des systèmes d’information doit être en place. Il opère à différents niveaux :

  • Stratégique et tactique, management des risques, agréments de service…
  • Projets applicatifs, techniques ou organisationnels, changements et mise en production…
  • Production informatique : exploitation, gestion des demandes de service, gestion des incidents et des problèmes, services de sécurité, de confidentialité, de continuité…
  • Contrôle de la performance, de la conformité aux exigences externes…

Bien entendu cela n’est pas simple et constitue souvent une nouveauté pour un dirigeant classique, peu enclin aux sujets informatiques. Mais les exigences d’appel d’offres en matière de certification en sécurité informatique, la recrudescence des attaques informatiques et l’omniprésence du numérique dans toutes les fonctions de l’entreprise, de ses fournisseurs, de ses clients, tout cela rend aujourd’hui nécessaire le soin continu à apporter aux systèmes d’information. Sans être invulnérable, le socle sécurité informatique de l’entreprise sera plus solide et plus à même de proposer un travail à distance réellement sécurisé et confidentiel. Ce socle suppose des pratiques de qualité c’est-à-dire des personnes humaines sensibilisées à ces enjeux-clés.

par Frédéric Vilanova – Président-fondateur d’Effective Yellow

Facebook Comments
Lire la suite

Dossiers, expertises

Tribune | BIG 2020 : Une édition placée sous le signe du renouveau

Publié

le

Le 1er octobre, s’est tenu à l’Accor Arena de Paris une édition inédite du plus grand évènement de rencontres entrepreneuriales d’Europe, BIG 2020, au format adapté à la crise sanitaire puisque l’intégralité des ateliers et conférences pouvaient être suivis à distance sur le site de Bpifrance. Une édition digitale, consacrée à la relance des entreprises, dans laquelle il a beaucoup été question d’adaptation, d’accélération de la transformation, et qui a fait la part belle au numérique.

risingSUD vous propose le décryptage d’un échantillon de conférences consacrées aux leviers de sortie de crise et à la relance.

Si en cette fin d’année la majorité des entreprises ont repris leur activité, le retour à une activité normale n’est pas prévu avant 2022 précise Michel LE BOUDEC, directeur du Centre d’affaires Société Générale Ile-de-France Sud-Est. En effet, les entreprises sont encore en majorité en mode survie et manquent de visibilité pour la reprise, entre incertitude sur les résultats de l’élection présidentielle américaine, le Brexit ou encore les fluctuations du cours du pétrole. Marc EDET, directeur commercial du commerce international de la Société Générale va dans le même sens en précisant que la récession pour 2020 est déjà prononcée mais que contrairement aux crises classiques, le rebond économique n’est pas encore planifiable. Selon lui, il est encore trop prématuré pour annoncer une reprise de l’activité, bien que des signaux encourageants sur le taux de chômage ou encore l’investissement soient observés. Alors comment les entreprises peuvent-elles survivre en ces temps incertains ?

Elles doivent se réinventer. Selon Michel LE BOUDEC, beaucoup d’entreprises sont en réflexion stratégique. La crise sanitaire a coupé les entreprises de leurs fournisseurs, elle les a éloignés de leurs clients et les a empêchés de maintenir leurs habitudes de production. Les entreprises de toute taille ont dû revoir leur business model et leur supply chain. De plus, la rapidité et l’intensité de la crise les ont forcés à réagir vite.

Tout d’abord, la crise a agi comme un accélérateur dans la prise en compte du numérique dans l’activité des entreprises. Un point de vue que défendent François-Xavier DE THEULLOY, référent expert Industrie du Futur à Bpifrance, Alexandre POINTARD, Technology Officer chez Alliance Industrie du Futur et Marcos LIMA, directeur du programme MSc à SKEMA Business School. En effet, ces derniers mènent depuis le déconfinement une étude sur la transformation numérique des entreprises industrielles labellisées « Vitrine de l’industrie du futur » et ils constatent la nécessité de maîtriser les outils numériques pour être compétitif. Selon Marc EDET, la crise a permis « d’accélérer la digitalisation des entreprises qui en étaient capable et a servi d’opportunité pour celles qui n’y avaient pas pensé ». Toujours selon ce dernier, le confinement a permis de généraliser la dématérialisation des démarches administratives. Enfin, il ajoute que la digitalisation de l’activité joue un rôle important puisque le e-commerce est un outil non négligeable d’internationalisation des entreprises.

Les entreprises ont aussi dû repenser leur marché. Pour Marc EDET, « l’international est un levier de développement qui n’est plus un complément » et qui doit être intégré au business model des entreprises dès leur création. Il souligne d’ailleurs l’évolution des mentalités chez les nouvelles générations d’entrepreneurs qui n’ont plus peur de se lancer dès le début de leur activité à l’assaut des marchés internationaux, mieux aidés il est vrai par les dispositifs d’accompagnement dont disposent aujourd’hui les entreprises tel que Team France Export.

Le système de management a aussi évolué. Alexandre POINTARD insiste ainsi sur la nécessité de s’appuyer sur un « mix entre réseau historique et approche numérique ». Si les entreprises étudiées utilisaient déjà les outils numériques avant la crise, le confinement a fait émerger l’importance du facteur humain. En effet, elles ont dû être réactives et faire preuve d’intelligence humaine sur l’optimisation de la production. Par ailleurs, Alexandre POINTARD, François-Xavier DE THEULLOY et Marcos LIMA ont observé qu’une plus grande motivation des collaborateurs permet de développer plus facilement les compétences et que le bien-être au travail a permis une meilleure productivité. Pour développer cela, les entreprises se sont donc appuyées sur un système de leadership participatif ainsi qu’une plus grande flexibilité du travail, ce qui a favorisé la créativité, la réactivité et l’agilité. Coupler les savoir-faire et la capacité d’innovation des collaborateurs avec l’automatisation et la transformation numérique ont donc permis aux entreprises d’être plus agiles et de s’adapter aux besoins.

Il apparaît que la crise a également servi de période de réflexion sur les thématiques sociales et environnementales car elle a accéléré la prise de conscience à la fois des consommateurs, des salariés et des financeurs. Pour Marc EDET, « le niveau d’exigence de la population a changé » et le gouvernement ne s’y est pas trompé puisqu’un tiers du plan de relance est consacré à l’économie durable. Frédéric VIET, président du groupe Rougnon, souligne la prise en compte de la rénovation des bâtiments dans le plan de relance puisque le secteur du bâtiment représente presque la moitié de la consommation énergétique et que la transition écologique y est un enjeu majeur mais également un levier d’emplois important. Pour lui, le moment est opportun pour les entreprises du secteur de se concentrer sur ces nouvelles priorités d’autant plus que la France dispose des techniques, du cadre législatif et maintenant des aides financières nécessaires pour mettre en œuvre ce changement. Pour Pierre ABADIE, co-responsable de la transition énergétique chez Tikehau Capital, la crise sanitaire est « une opportunité d’investir dans quelque chose de plus résilient, notamment avec la relocalisation et la transition énergétique » qui va devenir « un facteur de compétitivité ».

La relocalisation est également un sujet qui a été largement abordé lors de cette journée. Arnaud MONTEBOURG, ancien ministre de l’Economie, la voit comme « une composante de la relance », pour laquelle « une procédure exceptionnelle doit être engagée (…) d’où la nécessité de prendre des risques ». Pierre ABADIE va dans ce sens et présente l’automatisation, la digitalisation et la transition énergétique comme les trois leviers de la relocalisation. Isabelle MEJEAN, meilleure jeune économiste 2020 est quant à elle favorable à une taxe carbone tandis que Bernard GAINIER, président de PwC France penche plutôt pour des taxes douanières à l’entrée de l’Europe. Par ailleurs, il partage son point de vue avec Dominique CARLAC’H, vice-présidente et porte-parole du MEDEF sur la nécessité des pays européens à se regrouper et à mettre en avant la puissance de leur marché pour développer une souveraineté européenne. Pour cela, Dominique CARLAC’H précise la nécessaire conciliation des politiques industrielles et numériques avec le libre-échange au sein de l’espace européen. Si l’Europe doit définir les investissements d’avenir et répartir les rôles et responsabilités de chacun, Bernard GAINIER rappelle que c’est à l’Etat, en tant que garant de l’attractivité nationale, de définir les modes de production.

Outre ces mesures d’adaptation, le financement est également un enjeu de survie pour les entreprises. Les différents intervenants sont en accord pour dire que le plan de relance est adapté pour gérer les urgences et faire repartir l’économie le plus vite possible mais la question de la mise en pratique de ce plan les laisse songeurs, voire perplexes. Pour Isabelle MEJEAN, beaucoup d’argent a été engagé mais les objectifs sont eux aussi nombreux. Comme Dominique CARLAC’H, elle se pose la question de la gouvernance de ces fonds face à la multitude des décideurs publics, et propose une évaluation au cas par cas de la rentabilité de la dépense publique. De son côté, Michel LE BOUDEC s’est longuement penché sur une mesure phare du plan de relance : le Prêt Garanti par l’Etat (PGE). Il estime que cette aide à court terme « peut s’avérer piégeuse » et que les discussions entre banques et entreprises pour étaler la dette du PGE seront nombreuses car bon nombre d’entreprises ne pourront pas rembourser cette dette dans les délais impartis. Il souligne également la difficile visibilité du taux de retour sur investissement et la nécessité pour les investisseurs de prendre des risques et d’avoir une vision sur le long terme. Devant le besoin en fonds propres des entreprises et leur nécessité d’investir pour innover, l’idée d’un financement par les particuliers, présentée par le gouvernement le 30 septembre, lui semble une bonne solution pour soutenir le tissu industriel français. Le directeur du Centre d’affaires Société Générales Ile-de-France Sud-Est conclut alors que « 2021 sera un juge de paix pour les entreprises ».

Retrouvez toutes les conférences BIG 2020 sur https://big.bpifrance.fr/fr/sessions

La relance : quel accompagnement et leviers pour la croissance ?

Intervenants : Michel LE BOUDEC (directeur du Centre d’affaires Société Générale Ile-de-France Sud-Est), Marc EDET, (directeur commercial du commerce international, Société Générale)

Retrouvez cette conférence sur : https://big.bpifrance.fr/fr/onlinesession/5b06b723-7301-eb11-96f5-000d3a210810

La rénovation thermique du bâtiment, pierre angulaire de la relance post-Covid et de la transition énergétique en France

Intervenants : Pierre ABADIE (co-responsable stratégie de transition énergétique, Tikehau Capital), Frédéric VIET (Président du groupe Rougnon)

Retrouvez cette conférence sur : https://big.bpifrance.fr/fr/session/9f54fc20-f900-eb11-96f5-0003ff298365

Rebondir grâce à l’industrie du futur

Intervenants : François-Xavier DE THIEULLOY (référent expert Industrie du Futur, Bpifrance)Marcos LIMA (directeur du programme MSc, Skema)Alexandre POINTARD (Technology Officer, Alliance Industrie du Futur)

Retrouvez cette conférence sur : https://big.bpifrance.fr/fr/session/68df43bc-50e8-ea11-8b03-000d3a217408

Relocalisation et industrialisation : voies de sortie de crise ?

Intervenants : Dominique CARLAC’H (vice-présidente et porte-parole du MEDEF)Bernard GAINIER (Président de PwC France et Maghreb)Philippe MARTIN (professeur d’économie à Sciences Po, Le Cercle des Economistes)Isabelle MEJEAN (professeure, Ecole Polytechnique, Meilleure jeune économiste 2020)Arnaud MONTEBOURG (Président de Bleu Blanc Ruche)

Retrouvez cette conférence sur : https://big.bpifrance.fr/fr/session/0686e233-aff1-ea11-96f5-0003ff29803d

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X