Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

BioTech, MedTech

Click4Tag, C4Hydro et C4Biocontrol fusionnent pour créer Diamidex, une pépite du diagnostic microbiologique express.

Publié

le

C’est au printemps prochain que les 3 biotech, Click4Tag, C4Hydro et C4Biocontrol vont fusionner pour donner naissance à Diamidex, pour diagnostic microbiologique express – le cœur de son métier – pour microbiologie d’excellence – l’essence de ses origines, un nouveau nom pour une entreprise au service de la prévention des risques microbiens. Les microbes, présents dans l’environnement et les produits manufacturés, peuvent causer des infections qui sont responsables chaque année d’environ 17 millions de décès, soit près d’un décès prématuré sur 3.

Détecter rapidement les microbes, tout en utilisant la méthode culturale de Louis Pasteur
Fondée à Marseille en décembre 2014 par Sam Dukan et Boris Vauzeilles, tous deux issus de la recherche fondamentale en microbiologie, Click4Tag a pour vocation de valoriser les travaux de recherche du CNRS dans le domaine de la détection, du dénombrement et de l’identification rapide des micro-organismes d’intérêt.
De son côté, C4Hydro voit le jour en 2016, créée également par les deux chercheurs pour développer la solution Legio EZ-Test, seule méthode permettant de détecter la présence dans l’eau de Legionella pneumophila vivantes, de tous sérogroupes, en seulement 48 heures. Depuis C4Hydro enchaîne les succès !
En septembre 2018, C4Biocontrol est lancée par David Blandin, son président, afin de détecter rapidement des micro-organismes dans les industries agroalimentaire, pharmaceutique et cosmétique. Implantée près de Grenoble, au Tarmac, la pépinière d’Inovallée et disposant d’un laboratoire à Marseille, C4Biocontrol chasse les bactéries, les virus, les champignons et développe des réactifs permettant de faire des tests de contamination avec des résultats plus rapides, plus fiables, des tests plus simples et plus écologiques, que les solutions actuellement sur le marché.
Ce rapprochement s’inscrit dans un plan de développement stratégique visant à imposer progressivement sa technologie brevetée comme le nouveau standard du marché du test microbiologique rapide, un marché estimé aujourd’hui à 3 milliards d’euros. Forte d’une plateforme technologie puissante, reconnue par la communauté scientifique et industrielle, Diamidex accélère sa croissance et prépare l’enrichissement de sa gamme de produits afin de répondre aux fortes attentes du marché.
Diamidex appuiera notamment son déploiement sur le premier partenariat mis en place avec General Electric, le contrat de distribution avec l’entreprise hollandaise Hatenboer-Water et les négociations avec de grands noms internationaux sur les marchés à fort potentiel de la gestion de l’eau et du contrôle microbiologique dans les produits cosmétiques.
La croissance est engagée, place à la structuration et au déploiement : avec 3 structures valorisant une plateforme technologique commune, 7 familles de brevets, et des ambitions fortes : ce regroupement de forces devient une évidence.

Facebook Comments
Lire la suite
Commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

BioTech, MedTech

La Ciotat : Hellocare lève 2 M€ pour déployer plus largement sa plateforme de téléconsultation médicale

Publié

le

Suite à l’annonce en septembre dernier du remboursement de la télémédecine et notamment des téléconsultations des médecins traitants, la start-up medtech Hellocare connue pour son application qui permet de joindre un médecin à n’importe quelle heure du jour et de la nuit, a ajouté en janvier dernier une nouvelle fonctionnalité à ses services : La consultation d’un médecin en ligne et à distance avec délivrance d’une e-ordonnance. Un cabinet médical virtuel en quelque sorte qui prend la forme d’une plateforme web ! C’est un pas de plus pour la télémédecine car à l’heure actuelle peu d’acteurs sur le marché permettent de mettre en relation si facilement médecins et patients.
Cette plateforme appelée Hellocare Connect apporte ainsi une solution aux patients souhaitant effectuer une consultation en ligne à distance avec leur médecin traitant et être remboursés de la même façon qu’une consultation physique, ainsi qu’aux patients qui souhaitent accéder à une réponse médicale fiable sans avoir besoin de faire de nombreux kilomètres ou de se rendre aux urgences, faute de médecin disponible près de chez eux. Concrètement, Hellocare Connect permet aux patients d’accéder à leur espace santé et de prendre rendez-vous immédiatement avec leurs médecins traitants, et des médecins généralistes ou spécialisés (dermatologues, gynécologues, ophtalmologues et pédiatres). Des médecins de tous types qui auront souscrit un abonnement auprès d’Hellocare. Lancée en janvier, la plateforme a déjà séduit 140 médecins et le premier constat est que Hellocare Connect permet un gain de productivité de moitié et un suivi médical libéré des tâches administratives. C’est donc pour affiner son modèle avec le développement d’une seconde version et déployer le service avec une offre d’abonnement mensuel que la start-up de La Ciotat a réalisé une levée de fonds de 2 M€. Créée en 2016 à La Ciotat, Hellocare avait déjà levé 1M€ en février 2017 auprès d’Inovalis et P. Factory. Avec cette seconde levée, c’est un nouveau fonds qui entre au capital, en l’occurrence le groupe international Hoche Partners, spécialiste de l’accompagnement des entreprises à fort potentiel de croissance.
L’objectif maintenant pour Hellocare : recruter 1.400 médecins d’ici fin 2019 pour accompagner 150.000 patients numériques.

https://hellocare.com

Facebook Comments
Lire la suite

BioTech, MedTech

Sophia : Therapixel lève 5 M€ pour améliorer grâce à l’IA le dépistage du cancer du sein

Publié

le

Nouvelle levée de fonds pour une start-up régionale du monde médical. Après Biocellvia (1M€) et Inalve (1,6M€) cette semaine, c’est au tour de la spin-off d’INRIA, Therapixel, de finaliser une levée de 5M€ en Série A (phase d’optimisation). Omnes et M Capital Partners rejoignent les investisseurs historiques (Région Sud Investissement géré par Turenne Capital, IT-Translation et Crédit Agricole/Creazur) en tant que lead investisseurs de ce tour.
Cette levée va permettre à Therapixel de financer le déploiement de sa technologie basée sur l’intelligence artificielle pour dépister le cancer du sein en première lecture, une pathologie très difficile diagnostiquer. A l’occasion de ce gros apport financier, Therapixel souhaite renforcer également sa gouvernance et élargir son conseil d’administration. Elle compte jouer de ces nouveaux moyens pour attirer les meilleurs talents et maintenir son avancée technologique.

Pierre Fillard et Olivier Clatz, les deux fondateurs de Therapixel,

Leader mondial sur le dépistage du cancer du sein 
Créée en 2013 à Sophia Antipolis par deux chercheurs de l’INRIA, Olivier Clatz (INRIA Sophia) et Pierre Fillard (INRIA Saclay), incubée par PACA-Est, Therapixel a grandi et s’est imposée comme l’un des leaders mondiaux de l’intelligence artificielle appliquée à la radiologie et plus particulièrement au dépistage du cancer du sein.
Présentée comme l’une des pépites françaises de l’IA appliquée au monde médical, la start-up développe une technologie destinée à aider les radiologues à dépister le cancer du sein. Leur algorithme interprète les mammographies et permet ainsi le dépistage du cancer du sein en première lecture avec une grande fiabilité. ‘’Notre objectif principal, c’est d’aider la première lecture’’, explique Pierre Fillard, cofondateur de la start-up, ‘’Autrement dit, assister le radiologue sans le remplacer. Mammo Screen, c’est le nom de code du projet, aide les radiologues à prendre la bonne décision. L’algorithme que nous développons fait office d’assistant virtuel qui permet de détecter plus tôt les premiers signes de cancer’’.
En radiologie, la mammographie figure parmi les spécialités les plus cruciales. Une femme sur huit est concernée au cours de sa vie par un cancer du sein et 250 millions de mammographies sont analysées chaque année dans le monde. Le cancer du sein est très difficile à diagnostiquer : à peine 0,5 % des mammographies révèlent des tissus cancéreux et 10 % d’entre eux sont de faux positifs.

Une technologie primée en 2017
Grâce à cette solution, Therapixel avait remporté en 2017 le ‘’Digital Mammography Dream Challenge’’, la compétition internationale la plus large jamais organisée (1.200 participants) pour améliorer la performance du dépistage du cancer du sein grâce à l’utilisation de l’intelligence artificielle. A la clé, une récompense de 1,2 M$.
Therapixel y a démontré sa supériorité technique pour développer des algorithmes dédiés au dépistage du cancer du sein qui réduisent de 5 % le nombre de faux positifs (lorsque la machine voit une tumeur là où il n’y en a pas) par rapport aux autres systèmes. Depuis le challenge, l’entreprise a encore amélioré son algorithme pour atteindre, selon elle, “le niveau de performance des meilleurs radiologues“.

Une commercialisation fin 2019 au plus tôt
Pour Therapixel, l’enjeu actuel est « de varier les sources de données et de valider cliniquement l’algorithme », indique Pierre Fillard. Car l’algorithme apprend en fonction des mammographies déjà existantes, et si elles sont trop restreintes à une région géographique ou à quelques types d’appareils de radiographie, le modèle risque d’intégrer des biais qui ne permettront pas de le déployer. Cette validation clinique, essentielle pour la commercialisation, devrait intervenir d’ici à la fin de l’année.
La commercialisation devrait donc démarrer fin 2019 ou début 2020, d’abord aux Etats-Unis : « C’est plus simple pour démarrer car le marché est unifié tandis que l’Europe est plus segmentée », continue Pierre Fillard.
Basée à Sophia Antipolis et Paris, Therapixel compte 15 personnes et prévoit d’étoffer son équipe. La jeune pousse réalise un chiffre d’affaires de 350.000 euros (2018) généré pas les produits qu’elle a déjà lancés comme Fluid, un outil de visualisation des radiographies sans clavier ni souris pour les blocs opératoires. Ce qui permet au chirurgien de les consulter sans contaminer ses gants lors d’opérations.
www.therapixel.com

Facebook Comments
Lire la suite

3D, VR, AR

Marseille : Delta Festival recrute des start-up pour son Village Innovation

Publié

le

Fin février, à l’occasion d’une conférence de presse, les organisateurs du Delta Festival ont présenté la cinquième édition et dévoilé la programmation (voir ci-dessous). Nouveauté cette année, l’événement festif, dont Techsnooper est partenaire, se déroulera non plus sur un week-end mais bien sur une semaine entière de musique, du 30 juin au 7 juillet 2019, et sur tout le territoire métropolitain, à Marseille, Aix-en-Provence et Salon-de-Provence… Plus de 60 000 festivaliers sont attendus.
Les plages du Prado à Marseille seront une nouvelle fois le théâtre d’une grande fête électro, avec trois scènes installées, et elles accueilleront également le Village de l’Innovation pendant deux jours, les samedi et dimanche 6 & 7 juillet 2019 de 12h à 19h.
Le Village de l’Innovation, c’est un espace de 500m2, où plus de 100 start-up, accélérateurs/incubateurs et médias spécialisés venus de la France entière présenteront leur structure aux 40 000 festivaliers attendus ce week-end sur les plages du Prado.
Ce sont 4 dispositifs qui sont proposés aux exposants du Village Innovation :

Open Innovation : Présentation des start-up, incubateurs et dispositifs d’accompagnement regroupant plusieurs thématiques liées à l’innovation.

Carrefour des Techs : Démonstrations spectaculaires dans le numérique, la robotique et les news Techs.

Recruit Games : Proposition d’offres d’emploi, rendez-vous networking diplômé – entreprise dans le milieu du numérique et de l’ingénierie.

Agora : Un espace dédié à la création de contenu avec des invités prestigieux, des experts et des médias spécialisés.

Plusieurs domaines seront représentées : Tech for Good, Healthtech, Foodtech, Arttech, Fashiontech, Greentech & Cleantech, Tourisme & Loisirs et Jeunesse & Education.
Les start-up les plus innovantes se verront décerner le prix Tech for Good, soutenu par la Ville de Marseille et le prix de l’Entrepreneuse de l’année, soutenu par le journal La Tribune.
Enfin pour la première fois, le Delta Festival se dote d’un Espace Pro spécialement réservé aux partenaires privés, médias et institutionnels, pour un moment de networking convivial et détendu, les pieds dans le sable ! Avec ce village, l’objectif est de faire connaitre les jeunes entrepreneurs et projets innovants tout en sensibilisant les festivaliers aux thématiques de l’entrepreneuriat et des nouvelles technologies.

Vous êtes une start-up B2C (possibilité B2B sur le carrefour des Techs) : Pour CANDIDATER

Une offre est également proposée aux différents dispositifs d’accompagnement existants, accélérateurs, incubateurs, … le Delta festival met à leur disposition au cœur du Village de l’Innovation 5 stands groupés en un pour leurs start-up. (Prix : 500€ HT).

Vous êtes un dispositif d’accompagnement : Pour CANDIDATER

PROGRAMMATION DELTA FESTIVAL (30 juin au 7 juillet).
Artistes confirmés
Blastoyz, Bob Sinclar, Bon Entendeur, Fritz Kalkbrenner, Mandragora, Moha La Squale, N’to, Neelix, 47 Ter, Cléa Vincent, Electre Posé, Dario Rossi, Francky Vincent, French Fuse, Jazzy Bazz, Julian Jeweil, Kikesa, Popof, Synapson, Tez Cadey, Un Air d’été, Caisson Gauche Records, DJ Moxo, Dupond, Dysk, Emrod, Kedam, Lude, Mark Höffen, Marr Müller, Mezerg, Miel de Montagne, Osch, Pas Sages, Sahalé, Saro, Zave

www.delta-festival.fr

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X