Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

Avis d'Experts

[Avis d’expert] Gérer la mobilité dans les entreprises décentralisées : un impératif stratégique autour des gestionnaires de flotte locaux

Publié

le

L’usage de la mobilité dans notre quotidien professionnel n’est plus aujourd’hui un concept, mais une réalité concrète qui nous amène à repenser notre manière de gérer ce poste. Dans ce contexte, force est de constater que les processus de gestion traditionnels doivent évoluer pour mettre en place une organisation agile et industrielle avec des relais locaux qui permettra aux collaborateurs de bénéficier à tout moment de terminaux sécurisés et adaptés à leurs besoins métiers. A priori évidente, une telle approche est pourtant encore trop peu mise en œuvre, ce qui explique les nombreuses difficultés auxquelles font face les opérationnels en charge de la gouvernance des parcs mobiles et télécoms.

Prendre de la hauteur sur son projet de pilotage de flottes mobiles
Pour les entreprises étendues intégrant différents savoir-faire, il est tout d’abord stratégique de prendre en compte les spécificités métier des différents collaborateurs et l’organisation existante (sites régionaux, fonctionnement par entités, etc.). Cela permettra au gestionnaire de flotte de répondre précisément et rapidement aux demandes de déploiements temporaires ou définitifs. Cette première étape est fondamentale pour initier une démarche de centralisation pertinente et efficace. Il sera ainsi possible de créer des profils, des configurations types ou spécifiques, etc .. et de le faire suivre par le relais sur site

Piloter la mobilité de l’entreprise dans son ensemble
Pour mener à bien ce projet une approche outillée associant technologies et expertise métier est une donnée stratégique. L’objectif est clairement de permettre aux équipes en charge de la gouvernance du parc d’anticiper les actions et de réduire les délais dans les déploiements. À travers cette approche, il est aussi possible de se connecter aux solutions de MDM et outils de ticketing pour fluidifier les échanges et renforcer la qualité du service en toute sécurité.
En centralisant la gouvernance du parc, planifier, réaliser, sécuriser et contrôler les opérations de déploiement des terminaux mobiles devient une simple formalité. On notera également qu’une bonne gestion du parc ne peut se faire sans prendre en considération les aspects liés aux contrats souscrits.  Cela permettra d’analyser la facturation, de mettre en évidence des écarts possibles et donc in fine d’optimiser les dépenses liées au poste mobilité. Fort de ces différents éléments, les gestionnaires de flotte en charge de la gouvernance de la flotte pourront ainsi accéder à de véritables tableaux de bord qui leur permettront de maitriser de bout en bout la gestion de leurs opérations.
A travers cette approche, la mobilité pourra enfin répondre à toutes ses promesses et se positionner comme un formidable levier d’accélération pour l’entreprise et non comme une tâche difficile à piloter et souvent génératrice de coûts trop importants au regard des services rendus. La bonne gouvernance du parc mobile est donc un véritable must have, notamment pour les entreprises étendues et multisites où ce sujet est rarement piloté de manière centralisée.

  Par Julien Fournier, Directeur Associé de betoobe

Facebook Comments
Lire la suite
Commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Avis d'Experts

[Avis d’experts] 2019, une année clé pour l’hôpital 2.0

Publié

le

2019 aura incontestablement été une année clé dans le secteur de la santé. En effet, après avoir été évoqué à de maintes reprises comme incontournable, le DMP a enfin pris son envol. Dans ce contexte, les professionnels de santé (hôpitaux, cliniques, etc.) ont fortement investi et fait évoluer leurs processus de gestion pour se conformer aux nouvelles réglementations et améliorer leur qualité de service et leur relation patients. Cela s’inscrit notamment dans le cadre du programme HOP’EN pour « Hôpital numérique ouvert sur son environnement » présenté en avril 2019.

L’année de l’inter connectivité 

Une chose est sûre, l’hôpital 2.0 ne peut exister sans une parfaite interconnexion entre les applications du système d’information. A priori évident, on constate pourtant que ce chantier d’envergure est toujours d’actualité pour nombre de professionnels de santé qui recherchent à s’appuyer sur un SIH ouvert vers de nouvelles applications internes ou externes. Ce prérequis est incontournable pour se conformer aux nouvelles directives en vigueur, pour gagner en confort de travail, pour éviter les erreurs et plus globalement pour bien alimenter le dossier du patient.
En ce sens, les technologies comme l’EAI qui facilitent ces interactions sont désormais largement plébiscitées par les professionnels de santé pour leur capacité à se positionner comme un véritable chef d’orchestre pour piloter les flux et permettre de faire communiquer entre elles les différentes applications.

L’hébergement sécurisé et dédié aux professionnels de santé

Un autre point clé de l’année 2019 tient à l’hébergement des données et applications de santé. En effet très réglementé, l’hébergement des données et applications des professionnels de santé impose de s’appuyer sur des spécialistes agréés (agréments HDS, etc.). Dans ce contexte, de nombreuses offres complémentaires intégrant solutions métiers et hébergement sont nées et ont permis aux professionnels de santé de moderniser et de sécuriser leurs opérations courantes. Nous pouvons par exemple évoquer différents sujets comme ceux liés aux plateformes d’hébergement des messageries sécurisées de santé (MSsanté).

Le développement de l’IoT et de la mobilité dans les établissements de santé

L’Iot et la mobilité ont indiscutablement été des sujets technologiques majeurs en 2019 au sein des cliniques et des établissements publics de santé. Capteurs, tablettes, matériels connectés ont ainsi fait leur apparition au sein des établissements de santé (chambre, lits connectés, etc.). Les usages se sont multipliés et le nombre d’équipements utilisés s’est fortement accru. Là encore, la question de la donnée et de son exploitation et intégration au sein du SIH se positionne comme un enjeu majeur auquel il est nécessaire d’apporter des solutions pérennes et industrielles. L’interopérabilité de ces équipements avec le reste du système d’information est donc à prendre en compte dans sa stratégie de transformation.
Ces premiers éléments montrent que l’hôpital 2.0 est en marche et que les professionnels de santé sont aujourd’hui fortement concentrés sur l’évolution de leur SI pour se conformer aux nouvelles orientations et accroitre leur agilité. Le numérique va donc continuer de jouer un rôle important pour supporter cette mouvance de fond et permettre aux professionnels de santé de se transformer durablement.

par Patrick DESOT, Président de Wraptor

Facebook Comments
Lire la suite

Avis d'Experts

#CES 2020 : Le rapport d’Olivier Ezratty

Publié

le

C’est son quinzième et dernier Rapport du CES de Las Vegas, édition 2020. Olivier Ezratty l’a officiellement annoncé, il arrête de produire chaque année le traditionnel rapport du CES de Las Vegas. Ce nouveau rapport de 366 pages se situe dans la lignée des précédents et consolide une année d’actualité technologique. Et pour cause puisque tout n’est pas annoncé au moment du CES. Ce grand salon permet de prendre une photo instantanée géante de l’industrie des technologies destinées au grand public.
Ce rapport donne toujours dans le mélange des genres : vue d’hélicoptère de certaines tendances, santé économique des grands acteurs, et inventaire à la Prévert des produits découverts pendant l’année, avec une bonne part d’entre eux vus au CES 2020. Le tout dans un style libre et explicatif lorsque nécessaire.
Olivier Ezratty est le créateur d’Opinions Libres, un blog sur les deep techs (intelligence artificielle, informatique quantique, medtech, …) et sur l’innovation (entrepreneuriat, politiques publiques…).

TÉLÉCHARGEZ LE RAPPORT

Facebook Comments
Lire la suite

Avis d'Experts

[Avis d’Expert] Les points de contrôle pour mettre en place la facture électronique

Publié

le

La facture électronique n’est plus aujourd’hui un simple concept, mais une réalité concrète accessible à tous. Dans ce contexte, force est de constater que des entreprises de toutes tailles s’emparent de ce sujet pour moderniser leur processus de gestion de factures, gagner en productivité, en agilité et faire des économies. Mettre en place la facturation électronique, que ce soit sur les factures, clients ou fournisseurs : oui, mais à condition de contrôler scrupuleusement plusieurs points en amont et savoir choisir la solution la mieux adaptée aux besoins de l’entreprise.

Quelques points-clés à prendre en compte pour préparer son projet

 Voici les points à contrôler pour répondre aux besoins et spécificités de chacun. En respectant ces prérequis, il sera alors possible de cartographier tous les éléments nécessaires pour mettre en place avec succès son projet de facturation électronique.

–          Étudier la simplicité de déploiement et d’utilisation de la solution étudiée.  Derrière des coûts de mise en place, apparemment similaires d’un prestataire à l’autre, se pose la question de l’effort financier ou humain en interne

–          Vérifier les conditions d’interfaçage entre l’outil de facturation et le prestataire de service retenu. Comment se connectera la facturation électronique aux outils déjà en place et utilisés ? Cela permettra de limiter les impacts de mise en œuvre dans la structure existante.

–          La solution est-elle adaptable, conforme et évolutive dans le temps ? Selon les obligations d’aujourd’hui et celles de demain ? Par exemple : traite-t-elle déjà du format Factur-X qui semble être un standard en devenir ?

–          Que se passe-t-il si l’on change d’ERP ou logiciel de facturation dans le temps ? Quel sera le degré de remise en cause de mon existant. En effet, il ne faut pas que la solution de facturation électronique devienne une entrave à la liberté de choix ou changement d’ERP. Les coûts induits en seraient certainement accrus.

–          Privilégier aussi des solutions qui permettent une dématérialisation progressive : débuter par une partie de la facturation peut s’avérer être un premier bon pas pour évaluer les impacts financiers et les bénéfices du projet. Il sera ensuite possible de l’étendre aux autres factures, voire aux autres documents de l’entreprise. Parfois les prestataires ne traitent que la facture, ont-ils dans leur savoir-faire d’autres cordes à leur arc ?

–          Penser que les besoins de factures électroniques peuvent aussi être mixtes pour répondre à différents enjeux : factures entrantes, sortantes, PDF, EDI pour répondre aux exigences de certains partenaires, etc L’idéal étant d’avoir un prestataire capable d’apporter une offre modulaire sans avoir à tout acquérir dès le premier engagement.

–          Penser aussi que le volume papier, au moins pour ce type de document tend à baisser. A moins d’être un gros faiseur ou destinataire de factures papier, il arrive fréquemment de démarrer la facture électronique depuis une production (un format) déjà électronique.

–          Se poser la question d’utiliser une offre qui sera en capacité de traiter aussi bien des factures adressées à des entreprises privées qu’à des établissements publics. « Un outil pour les adresser tous »

–          Le prestataire propose-t-il un service de « simple conservation » (i.e. stockage) ou « d’archivage à valeur probatoire » certifié et reconnu comme tel ? En cas de litige la force probatoire de ce dernier est un atout majeur pour garantir l’authenticité et l’intégrité de la facture archivée.

À travers ces quelques éléments de bon sens, il sera donc possible de mettre en place la facturation électronique dans une logique maitrisée, de concevoir un projet concret et efficace qui prendra en compte ses attentes spécifiques. La facturation électronique devient alors un véritable atout pour l’entreprise qui pourra moderniser, sécuriser et simplifier un processus complexe et stratégique… en réalisant bien souvent à cette occasion des économies substantielles (ROI).

par Joël Spitalier, directeur des Opérations chez Advanced Prologue Innovation (API)

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X