Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

Ecosystème

Aix-en-Provence : Vanilla Milk une nouvelle fois récompensée pour sa plateforme dédiée à l’allaitement maternel

Publié

le

A la veille de la Semaine Mondiale de l’Allaitement Maternel 2020 qui se déroule jusqu’au 16 octobre, la start-up aixoise Vanilla Milk s’est vue décerner un nouveau trophée, le prix de la « Créativité » des Entrepreneurs Positifs de la CPME13 remis le 8 octobre dernier à Stéphanie Habenstein, fondatrice de la plateforme web Vanilla Milk, qui innove dans le domaine sensible de l’allaitement maternel. Grâce à elle, les futures et jeunes mamans allaitantes ont désormais un accès facile et rapide aux professionnels compétents et aux associations de leur région. L’objectif de Vanilla Milk : référencer sur une carte unique tous les acteurs de l’allaitement maternel en France pour permettre aux futures mamans de se préparer et de ne plus se sentir isolées et démunies à leur retour de la maternité !

La France à l’avant dernier rang mondial

Pourtant aujourd’hui, près de 90% des mamans souhaitent allaiter mais seules 63% le font finalement à la maternité, ce qui place la France à l’avant dernier rang mondial*. De multiples raisons sont évoquées mais, selon Stéphanie Habenstein, maman de 38 ans à l’origine du projet, il y en a trois sur lesquelles Vanilla Milk souhaite avoir un réel impact : l’image actuelle de l’allaitement maternel en France, le manque d’information auprès des futures mamans et le sentiment d’isolement ressenti par près de 70% des mamans allaitantes à leur retour de la maternité**.
C’est en faisant ce constat, qu’elle décide en 2018 de créer la plateforme VanillaMilk.fr avec le soutien et les conseils de Laurie Poquérusse, une amie infirmière-puéricultrice qui depuis a obtenu son diplôme universitaire en allaitement maternel. Aujourd’hui près de 270 professionnels qualifiés, 90 associations, 19 lactariums et 4700 mamans sont déjà cartographiés sur le site.

Pour tout savoir sur l’allaitement maternel

Vanilla Milk et son application mobile lancée en mars dernier, tous deux en accès libre et complètement gratuit, ont pour objectif de créer des liens autour des mamans en mettant à leur disposition des informations claires et objectives qui leur permettent de faire un choix éclairé. Sur une carte géolocalisée, sont ainsi mis en lumière des professionnels de santé formés en allaitement maternel, des associations de soutien, des lactariums pour sensibiliser à l’importance du don de lait maternel et des lieux et commerces « Allaitement bienvenu ».Chacun peut s’inscrire gratuitement sur le site. Les professionnels doivent cependant justifier de leur formation complémentaire en allaitement. Le petit plus : Les mamans d’une même zone géographique (futures mamans, mamans allaitantes et/ou qui ont allaité) sont également invitées sur la carte et peuvent échanger en vue de faire connaissance, se soutenir et pourquoi pas se rencontrer !
Mais Vanilla Milk ne se résume pas qu’à une simple plateforme de mise en relation. On y trouve également un dictionnaire des termes spécifiques à l’allaitement maternel (bien utile avant le jour J), des réponses aux principales questions des mamans, une présentation des différents acteurs du secteur, des recommandations de lectures et vidéos… Enfin en août, Vanilla Milk a sorti son propre podcast « Mon allaitement, tout simplement », spécialement imaginé pour être écouté pendant la grossesse. Six mamans aux profils et âges divers et variés partagent alors, en mode confidence, leurs histoires d’allaitement et leurs petits conseils utiles.

* La France (63%) est l’un des pays dans lequel les bébés sont le moins mis au sein (ne serait-ce qu’une fois). Rapport de l’UNICEF « Breastfeeding: A Mother’s Gift, for Every Child” – Mai 2018
** Enquête Vanilla Milk réalisée en France auprès de plus de 1 000 mamans allaitantes ou ayant allaité – Mars 2018

Facebook Comments
Lire la suite
Commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ecosystème

La plateforme eDRH Sud s’enrichit en intégrant dorénavant un module formation

Publié

le

La plateforme eDRH.fr, dédiée aux métiers de l’industrie et du numérique, propose dorénavant un nouveau module consacré à la formation qui vient compléter le volet recrutement lancé en septembre dernier au niveau de la région Sud. Ce nouveau module entend ainsi répondre à la problématique d’acquisition de compétences, domaine particulièrement fragile, dans des secteurs en tension dans lesquels les entreprises ont beaucoup de mal à recruter.
‘’Cette solution de formation était nécessaire, parce qu’il n’existe pour l’entreprise que deux leviers pour acquérir des compétences, recruter ou former… souligne dans un communiqué Jean-Pierre Savarino, président de la CCI Nice Côte d’Azur. ‘’Notre objectif reste d’attirer, recruter, intégrer, développer et fidéliser les talents de notre territoire.’’

Imaginé sur le modèle de la “Market place”

Créée par la CCI Nice Côte d’Azur, en partenariat avec Amadeus, Harmonie Mutuelle et DPMS (spécialiste de la protection des données personnelles), eDRH a été imaginée autour du concept de « mise en adéquation » et de « mise en relation ».  Il s’agit d’apporter une réponse correspondant aux besoins de l’entreprise en termes de recrutement ou de formation et d’assurer la mise en relation au moment opportun, s’inspirant du modèle dit de « Market place/ Place de marché ».
Le volet formation présente les formations courtes des organismes agréés des Alpes-Maritimes, y compris celles de la CCI Nice Côte d’Azur. La recherche est ciblée par le choix entre 14 thèmes de formation, types d’organismes de formation, modalités en présentiel ou distanciel, prix… L’inscription se fait en ligne et la mise en relation auprès de l’organisme de formation est directe.

Le plus : la mutualisation du coût de la formation

Forte de l’expérience déployée sur le territoire de Sophia-Antipolis avec 50 entreprises optant pour un partage de la formation, eDRH a généralisé le principe de mutualisation afin de permettre à une entreprise, quels que soient sa taille et son effectif, d’ouvrir une formation à des participants externes et optimiser la participation en réduisant le coût final. La CCI Nice Côte d’Azur intervient en amont pour recueillir les besoins de formation auprès des entreprises et propose son ingénierie de formation pour répondre aux besoins spécifiques.

Près de 30 organismes de formation déjà clients

La commercialisation de leur offre de formation, la mise en relation directe et la visibilité accrue avec une page dédiée ont déjà convaincu près d’une trentaine d’organismes de formation qui a rejoint la plateforme. Pour ABP Consulting (formations professionnelles en management, communication, commercial, développement personnel, coaching, basée à Nice), le nouveau module proposé par eDRH est ‘’ Attractif, clair, structuré, et surtout très ergonomique. On identifie facilement ce que l’on cherche. L’outil dégage un réel sérieux. La possibilité d’inclure des éléments visuels (photos, logos), ce qui n’est pas le cas pour de nombreuses autres plateformes ; de visualiser sa page organisme, pour avoir une vision réelle de ce que cela donne ; la mise en avant des réseaux sociaux, certifications obtenues… la facilité de création de nouveaux modules / nouvelles sessions sont les points forts de cette plateforme.’’
Plus d’infos sur https://edrh.fr/

Facebook Comments
Lire la suite

Ecosystème

Malgré le contexte sanitaire exceptionnel, le Pôle SCS résiste et envisage d’accélérer en 2021

Publié

le

Acteur incontournable dans les domaines de la microélectronique, sécurité numérique, IoT et Big Data/IA, le Pôle SCS, pôle de compétitivité mondial Solutions Communicantes Sécurisées a fait le bilan des actions phares menées en 2020, dans un contexte sanitaire exceptionnel et celles engagées pour 2021 au service du premier écosystème numérique de la Région Sud.

2020, s’adapter pour gagner en efficacité

Dès le premier trimestre 2020, SCS a mis l’accent sur 3 axes prioritaires : continuer à animer l’écosystème numérique en Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, accentuer les accompagnements R&D et renforcer son suivi individuel auprès de chaque start-up et PME membre du pôle.
Une grande partie des services et de l’animation SCS s’est adaptée et a basculé dans un format digital avec l’élaboration de plus d’une vingtaine de webinaires ‘’#WebTechSCS’’ et ateliers pratiques animés par des experts sur des sujets de pointe tels que l’IA au service de l’efficacité industrielle, la sécurisation de l’IoT, l’implémentation et les usages de la blockchain. L’ensemble des 42 animations digitales et physiques de SCS ont fédéré plus de 1 600 participants durant 2020.
Le contexte sanitaire a également permis aux entreprises de se concentrer sur le développement de nouveaux produits et services innovants. L’accompagnement de projets innovants par SCS a atteint un niveau significatif avec plus de 50 projets accompagnés, dont 44 labellisés SCS engageant 37 TPE/PME membres.
SCS a mis aussi l’accent sur le suivi individualisé et qualitatif de ses start-up et PME membres. Cette volonté s’est traduite par la réalisation de plus de 650 services d’accompagnement (médiatisation d’actions membres, aide à la recherche d’investisseurs privés, parcours de formation sur la maîtrise des risques Cybersécurité). On dénombre plus de 250 mises en relation Business entres les membres SCS pour 2020, notamment à travers des démarches d’Open Innovation sur le thème de l’IA entre grands groupes et TPE/PME membres SCS, débouchant sur la conception de PoC et la signature de nouveaux contrats.

2021, être acteur clé de la relance et accélérer la digitalisation

En ce début 2021, SCS et ses membres (près de 300 membres : Grands Groupes, Start-up & PME et organisations de recherche), seront au cœur de trois grandes tendances. Tout d’abord, l’accélération de la digitalisation de l’économie, notamment avec le montage et le lancement du projet européen Move2Digital, qui a pour ambition d’accompagner la digitalisation des filières clés de la Région Provence Alpes Côte d’Azur. Ce projet a été présélectionné par l’Etat français fin 2020. (CP officiel)
Mais aussi l’utilisation de l’Intelligence Artificielle dans les produits et services des filières clés de la Région Sud avec une action d’accompagnement spécifique menée en coopération avec 9 Pôles et Clusters régionaux. (En savoir plus)
Ensuite, la prise en compte primordiale de la sécurité dans la conception des objets et services connectés (IoT), qui fera l’objet d’un accompagnement spécifique lancé par SCS en février 2021 autour du principe de développement « Security By Design ». (En savoir plus)
Enfin, l’environnement et la décarbonation de l’économie qui passeront nécessairement par l’utilisation des technologies de sécurité numérique, les nouvelles mobilités avec les voitures connectées, la gestion intelligente de la supply chain dans le cadre de l’industrie 4.0 et plus généralement les smart cities. Autant de sujets sur lesquels les membres SCS peuvent être force de propositions et de solutions innovantes.
Dans la cadre de France Relance, SCS compte poursuivre ses actions d’accompagnement sur le montage de projets innovants et industriels, le renforcement des fonds propres des startups du Numérique, sur le soutien à l’export et dans la recherche de clients et de marchés pour ses membres. Fort de ses succès internationaux, SCS va également continuer à s’impliquer dans des projets européens, qui permettront notamment de flécher des financements pour les prototypes de ses membres comme ce fut le cas pour IoT4Industry.
Plus d’informations: www.pole-scs.org

Facebook Comments
Lire la suite

Ecosystème

Nice : Le chinois Airways choisit Go Mecano pour assurer l’entretien à domicile de ses véhicules électriques

Publié

le

Nouer des partenariats, voilà la stratégie du jeune constructeur d’automobiles électriques chinois Aiways qui se lance à l’assaut du marché français et européen avec son SUV U5 100% électrique. La marque a ainsi noué un partenariat avec le distributeur Car East France qui lui assurera les ventes dans l’Hexagone. Le U5 n’étant vendu que sur Internet. Une fois la commande validée en ligne, la livraison se fera chez vous.  Aiways a signé d’autres partenariats pour l’entretien notamment. Celui-ci sera assuré par le réseau Feu Vert, mais aussi par des garages itinérants proposés par la start-up niçoise Go Mécano dont la particularité est d’assurer un service d’entretien et de réparations des véhicules à domicile ou sur les lieux de travail dans les grandes villes de France, le tout 7 jours sur 7.
La signature d’un tel partenariat va booster la jeune pousse créée en 2017 par Alexandre Nivesse et Mathias Boutsen, deux passionnés d’automobile avec une idée simple : permettre aux particuliers de bénéficier d’un mécanicien à domicile et de rétablir une relation de confiance entre le client et le mécanicien réparateur automobile.
« Nous sommes extrêmement fiers de ce partenariat stratégique de Go Mecano avec Aiways qui met l’accent sur la facilité d’accès et la qualité de notre service. Cette collaboration va également nous permettre de mettre en lumière les compétences mufti-marques et multi-motorisations de nos mécaniciens à domicile sur toute la France » a déclaré Alexandre Nivesse, l’un des deux fondateurs.
Go Mecano qui vient d’intégrer la promotion 2020/2022 du Village by CA de Sophia Antipolis va déjà renforcer son déploiement en France avec un réseau de 150 mécaniciens d’ici fin 2021.

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X