Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

Ecosystème

36 start-up régionales iront au prochain salon Viva Tech sous la bannière de la Région Sud

Publié

le

C’est une délégation Provence-Alpes-Côte d’Azur forte de 36 start-up qui participera à la 4e édition Viva Tech en mai prochain (16 au 18 mai à Paris). La Région Sud vient d’en dévoiler la liste le 9 avril.
Avec plus de 100 000 visiteurs, 125 nationalités représentées et 300 conférenciers, VivaTech est devenu l’un des grands rendez-vous mondiaux de l’innovation. L’occasion pour la Région Sud, chef de file du développement économique, de valoriser son dynamisme et le savoir-faire technologiques des entreprises du territoire en conduisant, en partenariat avec les Métropoles Aix-Marseille Provence, Nice-Côte d’Azur et Toulon Provence Méditerranée, une délégation de 36 start-up régionales qui exposeront leurs solutions et produits innovants sur un stand de 400 m2 nommé le Lab’ d’Open Innovation.

 

Durant les 3 jours du salon, le Lab’ qui se présente sous forme de Laboratoire d’innovation ouverte proposera un programme d’animation porté par l’ensemble des acteurs :
• pitch d’entrepreneurs et d’étudiants chercheurs
• démonstrations de solutions et produits innovants
• ateliers participatifs

 

3 thématiques à l’honneur
Pour cette nouvelle édition, la Région Sud a choisi de mettre à l’honneur 3 thématiques phares faisant écho aux 3 challenges internationaux d’innovation ouverte qu’elle a lancés, avec ses partenaires.

Les Green Tech : L’objectif est de développer de nouveaux usages et services respectueux de l’environnement, grâce à l’exploitation de données ouvertes et aux outils numériques. Cette thématique fait écho au challenge « Zéro déchet plastique en Méditerranée à l’horizon 2030 » mis en place par la Région dans le cadre du Plan Climat régional, et lancé par le Président Renaud Muselier lors de Méditerranée du Futur. Objectif : proposer des solutions technologiques ou non permettant d’éliminer la pollution en mer par les déchets plastiques.

Les Blue Tech : L’objectif est de développer de nouveaux usages et services dédiés à l’économie maritime. Cette thématique fait écho au challenge « Réussir la transition écologique du secteur maritime » lancé en partenariat avec le Cluster Maritime Français, le Pôle Mer Méditerranée et Clean Tech Open France. Le challenge est orienté Intelligence artificielle et environnement.

L’intelligence artificielle appliquée à la santé : Cette thématique fait écho au challenge « Le diagnostic du futur, c’est pour demain », proposé en partenariat avec Eurobiomed sur le thème « Comment améliorer le diagnostic médical grâce à l’intelligence artificielle ? » Objectif : créer des diagnostics plus efficaces grâce aux possibilités offertes par l’intelligence artificielle et les sciences du numérique.

 

DÉLÉGATION PROVENCE-ALPES-CÔTE-D’AZUR

Parmi les 36 Start-up représentant la Région Sud, 14 sont issues des Bouches du Rhône, 9 sont des Alpes-Maritimes, 9 sont varoises, 2 vauclusiennes, 1 des Alpes de Haute Provence et 1 vient de Montpellier dans l’Hérault.

DATA

9B+/ Archistoire (Toulon) propose une application mobile pour des visites touristiques à 360° . Au moyen de la réalité hybride, Archistoire permet d’explorer des lieux remarquables à 360° et révèle le potentiel méconnu du patrimoine.

EGERIE Software (Toulon) est le premier éditeur français de logiciels spécialisés dans l’analyse et le pilotage intégré des cyber risques et la protection des données personnelles.

MyMedicalBox / MSGR Solution santé (Marseille) propose une gestion des données de santé, nécessaires à l’urgence. Un dossier médical à disposition pour les moments critiques où chaque minute compte. Avec un simple QR-Code, l’utilisateur contrôle un accès unique et permanent aux données médicales qu’il a choisi de partager.

BuyCo (Marseille) est une plateforme digitale collaborative pour faciliter la gestion des expéditions maritimes par conteneur pour les exportateurs et importateurs. La plateforme BuyCo permet de visualiser les différentes offres de transport, de conduire des réservations et de suivre les expéditions en direct. Elle rassemble tous les acteurs de la chaîne logistique maritime pour simplifier, fiabiliser et accélérer leurs échanges.

NODEUS (Cagnes-sur-Mer) propose une solution de bienveillance participative permettant de s’assurer du bien-être des personnes isolées à domicile. La solution est composé d’un pack de capteurs discrets qui s’installe rapidement dans tout habitat, d’une box et d’une application mobile sécurisée destinée à un groupe de personnes choisies par le bénéficiaire et qui permet de s’assurer à distance du bien-être de la personne à domicile.

SNIFFY SOLUTIONS (Toulon) propose un système de communication 5D (5 sens humains) et de collecte de données comportementales des consommateurs pour améliorer la compréhension , l’anticipation de tendance et diminuer le risque industriel avant production.

360SmartConnect (Trans-en-Provence) propose un dispositif électronique sans contact à intégrer dans le béton et développe des solutions technologiques universelles pour augmenter la valeur des produits et ouvrages du BTP.

HDSN (Istres) est spécialisée dans la production et la commercialisation de dispositifs d’information et d’alerte, propose une maintenance prédictive des armoires électriques grâce à un capteur connecté qui détecte en temps réel les arcs électriques et échauffements anormaux, et anticipe également les risques d’incendies.

MODUL’STRUCTURE (Gardanne) est spécialisée dans les Micro-Data Centers de nouvelle génération évolutifs et consommant 2 à 10 fois moins que la moyenne européenne. Propose également des solutions innovantes associées aux Data Centers avec une palette de services associés.

Sensoria Analytics (Vence) développe des solutions innovantes dans le domaine de la e-santé en exploitant les avancements dans le domaine de l’optique, l’électronique et l’électromécanique ainsi que l’intelligence artificielle.

HD-SIGNS (Avignon) propose un système de diffusion d’informations météorologiques et de trafic routier qui permettent d’alerter par anticipation les usagers directement dans leur véhicule, en approche d’une zone accidentogène ou météo-sensible.

IoThink Solutions (Cagnes-sur-Mer) accompagne les entreprises dans le déploiement de leur projet de connectivité en proposant des solutions IoT complètes et sur-mesure.

WATER SAVING TECHNOLOGIES

PROTECTO (Aix-en-Provence) conçoit des dispositifs innovants de protection contre le gel des compteurs d’eau. La housse connectée Protectonnect isole les compteurs jusqu’à -23°C et permet la détection de fuites d’eau sur les réseaux des habitations.

BIOCEANOR (Grasse) propose la première station météo sous-marine connectée dotée d’intelligence artificielle ainsi que des produits et services innovants conçus pour le marché de la “blue economy”

TELAQUA (Marseille) propose une solution intelligente d’optimisation de l’irrigation solution qui permet d’optimiser la consommation d’eau des agriculteurs et industriels .

BIOPOOLTECH (Aix-en-Provence) propose un système de biofiltration Intelligente et connectée pour des piscines écologiques et autonomes.

SMARTEMBED (Aix-en-Provence) propose une commande de douche connectée, compatible avec tout mitigeur, permettant de faire des économies d’eau et d’énergie en sensibilisant en direct l’usager de sa consommation d’eau et en limitant sa durée de douche.

NAUTICSPOT (Montpellier) propose des solutions sur mesure pour ports intelligents en apportant aux capitaineries une supervision en temps réel des places disponibles afin de pouvoir accueillir un maximum de plaisanciers en escale.

ENVIRONMENT

NANOZ (Fuveau) développe, fabrique et commercialise des capteurs de gaz basés sur des technologies de rupture, développées et brevetées avec le CNRS . NANOZ offre la meilleure technologie pour permettre aux objets connectés et aux smartphones de détecter des gaz. Nanoz vient de lever 1,5M€ pour industrialiser sa solution.

INALVE (Nice) qui vient de lever 1,6 million d’euros. Elle industrialise un procédé breveté de culture de biofilm de microalgues et développe des ingrédients premium riches en protéines sains et renouvelables pour nourrir les animaux naturellement.

Alertgasoil (Marseille) propose une solution permettant de diminuer jusqu’à 30% les émissions de gaz à effet de serre grâce à la réduction de la consommation de carburant : suppression des vols et des gaspillages, contrôle de la consommation en temps réel, optimisation des pleins, mesure et maîtrise de l’empreinte carbone, localisation des véhicules…

B2B Cosmetics (La Seyne sur Mer) a développé Emuage, la première machine capable de fabriquer tout type de produit cosmétique frais et personnalisé à partir de capsules de matières premières et d’eau.

ENOGIA SAS (Marseille) propose des solutions visant à améliorer l’efficacité énergétique. Enogia conçoit, fabrique et commercialise des modules clés en main capables de convertir de la chaleur fatale, c’est -à-dire dérivée d’un site de production, en électricité, permettant ainsi de récupérer de l’efficacité énergétique.

COEXEL (Toulon) propose une solution de veille qui automatise la collecte sur le web pour gagner du temps. Mytwip® facilite l’analyse, optimise la valorisation et simplifie la diffusion pour ne partager que les informations pertinentes.

O’SOL (Cannes) use d’innovation et de technologie pour faire face aux défis sociétaux. Leurs batteries solaires portables et intelligentes permettent d’alimenter petits et moyens appareils, et allient simplicité et adaptabilité à leur design pratique et esthétique.

RGX SYSTEMS (Sophia-Antipolis). Leader dans les caméras embarquées sur agroéquipement, RGX Systems conçoit des caméras connectées, capables de détecter et prédire les maladies de la vigne, grâce à l’Intelligence Artificielle.

CONNECTED GARDEN (Eguilles) propose Archibald, premier jardinier digital qui permet de choisir des plantes parfaitement adaptées à son jardin grâce à Super Capteur. L’entretien des plantes devient facile et fun avec l’appli en réalité augmentée.

ELECTRIC 55 CHARGING (St Tropez) est le premier opérateur privé de bornes de recharge pour véhicules électriques. Aussi spécialiste des technologies informatiques de pilotage des bornes, la mise à jour du réseau Autolib’.

OMBREA (Aix-en-Provence) développe un outil de gestion et de protection des cultures agricoles face aux effets du changement climatique. Grâce à l’utilisation de l’Intelligence Artificielle, le système crée un microclimat qui garantit des conditions favorables au bon développement de la plante.

SKAVENJI (Nice) veut rendre la production d’électricité citoyenne aussi simple et libre que la culture d’un potager. Ils soutiennent l’émergence d’un nouvel écosystème de la récupération tourné vers la production d’énergie « maison », low tech, et durable.

BEELIFE (Aix-en-Provence). Victimes du réchauffement climatique, des pesticides et de l’acarien Varroa, les abeilles sont classées parmi les espèces en voie de disparition. BeeLife a imaginé la ruche CoCoon qui traite le Varroa sans produits chimiques via la thermothérapie.

VOLUMIC 3D GEMEA (Nice). Fabriquant français d’imprimantes 3D hautes performances. Les “Stream PURE” rendent autonome et permettent de produire localement 2 fois plus rapidement les pièces de remplacement et outillages dans des matériaux résistants et écologiques.

MINI GREEN POWER (Hyères) conçoit et assemble des centrales énergétiques (de 500 à 5 MW) transformant les déchets de biomasse en énergie.

PELLENC ST (Pertuis) est un fabricant français, leader dans les équipements de tri intelligent et connecté pour le traitement des déchets et l’industrie du recyclage.

LUMI’IN (Malijai) fabrique des systèmes d’éclairage solaires intelligents. Entreprise pionnière sur le marché de l’éclairage solaire, elle propose des alternatives aux luminaires classiques en fournissant des lampadaires économiques, écologiques et intelligents.

MOBILITY

HOVERTAXI (La Crau). Innovations aériennes pour la mobilité urbaine. Concept global avec une solution 100 % électrique. Une réponse à deux enjeux majeurs de notre avenir, l’environnement et la mobilité.

Facebook Comments
Lire la suite
Commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Accélérateur, incubateur, pépinière

Marseille : En un an, La Manufacture de l’Incubateur Belle de Mai a accompagné 22 porteurs de projets

Publié

le

En janvier 2019, sous l’impulsion du Ministère de la Culture et du FSE (Fond Social Européen)., l’Incubateur Belle de Mai lançait son nouveau programme d’accompagnement : La Manufacture. Un clin d’œil à la Manufacture de Tabac anciennement installée à la Belle de Mai. Un an après, la 5ème édition vient à peine de commencer, permettant à de futurs entrepreneurs de tester leur idée de projet d’entreprise mais aussi de la bousculer en structurant leur réflexion et en sortant de leur zone de confort. Intervenant très en amont, le programme est une préparation à l’incubation qui en est la suite logique.

La Manufacture, c’est quoi ?
‘une durée de 3 mois, en collectif, la Manufacture permet de mettre en avant ses points forts et confronter son idée à la réalité entrepreneuriale. Elle intervient très en amont de la création d’entreprise puisque certains participants sont encore au stade de l’idée. Puis, selon l’avancement, et après sélection par un comité d’experts, les porteurs de projets peuvent ensuite intégrer la phase d’incubation, pour une durée de 15 à 21 mois et se voir proposer un financement pouvant aller jusqu’à 40 000 €.
Ouvert depuis son origine aux porteurs de projets dans les domaines de la technologie de l’information et de la communication, l’Incubateur s’adresse maintenant aux médias émergents et technologies associées, élargissant ainsi son spectre d’accompagnement.

Un an après, le bilan !
22 projets ont été accompagnés dans leur développement. Des projets variés allant de l’immobilier à l’enseignement en passant par l’investissement, la mobilité, le tourisme, la gestion des données ou encore le Streaming sportif avec tous un point commun : l’usage et le développement de technologies de l’Information et de la Communication. Parmi ces 22 projets, 8 ont rejoint le programme d’incubation après avoir convaincu les experts du comité d’engagement. Sur les 14 projets n’ayant pas rejoint l’Incubateur, certains ont décidé de se laisser du temps pour former une équipe ou acquérir les compétences nécessaires au bon développement du projet, d’autres ont décidé de laisser murir leur idée encore un an ou bien ont simplement mis en stand-by le projet.
Pierrick Pretot, porteur du projet Ma Belle Maison fait partie de la Manufacture #2. Il souhaite automatiser la prospection des professionnels en quête de projets immobiliers par un visuel interactif qui leur permettra de détecter les opportunités d’intérêt.  « L’équipe de l’incubateur a su nous apporter la trame de départ nécessaire à la validation du projet. Notre projet Ma Belle Maison s’est modélisé pendant la pré-incubation, grâce aux dispositifs mis en œuvre. En challengeant les étapes de notre développement, les chargés d’affaires nous ont permis d’arriver à une solution marché innovante qui répond aux nouveaux enjeux que connaissent les acteurs de l’immobilier. Cela n’a pu se faire que par la synergie de groupe créée au sein du programme de La Manufacture, et les échanges entre les divers porteurs de projets ».

Facebook Comments
Lire la suite

Ecosystème

Marseille : Jaguar Network accélère et annonce l’ouverture d’une agence et d’un datacenter à Nantes

Publié

le

Déjà implanté à Paris, Lyon, Marseille et Sophia-Antipolis, l’opérateur Jaguar Network, filiale B2B du Groupe Iliad accroît son maillage régional en ouvrant une nouvelle antenne à Nantes, sur la région ouest. À travers cette annonce, l’entreprise poursuit sa croissance en investissant fortement sur les territoires les plus dynamiques afin de renforcer sa proximité terrain et mettre ses innovations au service de tous : collectivités comme comptes privés. La volonté de Jaguar Network est d’accompagner durablement dans leur transformation digitale les entreprises en déployant des réseaux de fibre optique et des datacenters de nouvelle génération. L’opérateur propose ainsi des gammes de services cloud et télécom utilisées au quotidien par des centaines de partenaires et clients grands comptes.
La nouvelle agence nantaise sera animée par François Clément, présent depuis plus de dix ans chez Jaguar Network. Celui-ci connaît parfaitement cette région et débute une phase de recrutement de cinquante collaborateurs techniques et commerciaux. Le groupe compte capitaliser sur son développement dans tout l’ouest de la France via la mise en chantier d’un nouveau datacenter de 6000 m2 et s’appuyer sur des compétences locales.
‘’Nous bénéficions d’une infrastructure de fibre noire fixe et d’un réseau mobile 4G à très haut débit dans l’ouest de la France’’ explique le nouveau directeur des ventes Grand Ouest de Jaguar Network. ‘’Cela nous permet de développer des offres inédites couplant cloud, télécom et IoT au service de la transformation numérique de la région. En investissant massivement au travers de notre nouvelle implantation et du futur datacenter, nous démontrons la volonté d’apporter des solutions simples et compétitives sur la région ouest. À l’image des autres agences du groupe, la structure de Nantes bénéficiera de l’ensemble des ressources nécessaires à son développement et garantira le même niveau de qualité délivré à l’échelle nationale par le groupe. »
La structure de Nantes entretiendra également des relations fortes avec l’écosystème régional afin de prendre part à de grands projets structurants : associations professionnelles, institutions publiques, etc.

Facebook Comments
Lire la suite

Ecosystème

Aix-en-Provence : Gojob lève 11 M€ pour développer de nouvelles solutions technologiques au service de l’intérim

Publié

le

C’est la troisième levée de fonds réalisée par la start-up aixoise Gojob, spécialisée dans le travail temporaire. Cette dernière vient en effet de lever 11 millions d’euros auprès du fonds d’investissement Alter Equity, de la Banque des territoires (Caisse des Dépôts), de la Région Sud Investissement ainsi que de Kois, acteur de l’impact investing en Europe et en Inde, qui avait déjà accompagné Gojob lors de ses précédents tours de table, en 2016 et 2018. Cette nouvelle opération porte le montant total des fonds levés depuis la création de la startup, en 2015, à 30 millions d’euros.
Par cette opération, Gojob cofondée par Pascal Lorne, entend renforcer sa plateforme digitale qui lui permet de mettre en relation ses milliers de ‘’Gojobber’’ (7000 en 2019) avec les entreprises clientes. L’agence d’intérim digitale 100% connectée qui compte aujourd’hui plus de 50 personnes réparties entre les bureaux commerciaux à Paris et le centre de R&D à Aix-en-Provence, entend poursuivre son développement commercial dans le but d’atteindre 50 millions d’euros de chiffre d’affaires d’ici la fin de l’année et d’investir dans son pôle de recherche et développement afin de déployer de nouvelles solutions technologiques avec toujours la même ambition : hacker le chômage en apportant les meilleures technologies au marché de l’emploi et offrir ainsi un travail avec un salaire décent à tous ceux qui sont motivés à en trouver un, quels que soient leur âge, sexe, origine, expérience et diplôme.
En 5 ans d’existence, Gojob a rassemblé plus de 70 000 intérimaires et 650 entreprises sur sa plateforme.

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X