Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

Infrastructures IT, Cloud

10° édition des Trophées EuroCloud France

5 trophées, autant de chances d’être récompensé à la 10ème édition des Trophées du Cloud qui aura lieu à l’occasion de la 2° édition de la Cloud Week Paris (4 au 8 juillet 2016).

Publié

le

5 trophées, autant de chances d’être récompensé ! Envoyez votre dossier de candidature avant le 19 mai pour participer à la 10ème édition des Trophées du Cloud qui aura lieu à l’occasion de la 2° édition de la Cloud Week Paris (4 au 8 juillet 2016).

Les deux événements sont organisés par EuroCloud France, l’association professionnelle des acteurs du Cloud Computing, représentant en France de la fédération européenne EuroCloud présente dans 22 pays et rassemblant plus de 1000 acteurs du Cloud, dont 210 en France.

Les Trophées du Cloud récompensent, depuis 10 ans, les meilleures innovations développées dans le Cloud Computing. Peuvent concourir : tous les projets innovants du Cloud et les jeunes entreprises du secteur ; l’ADN de l’association consistant à détecter et mettre en lumière les pépites françaises du Cloud.

Les 5 catégories 2016 sont : le meilleur service Cloud pour les marchés horizontaux, le meilleur service Cloud pour les marchés verticaux, le meilleur service Cloud Start-up (3 ans maxi), le meilleur service Cloud consulting et le meilleur cas client service Cloud.  La sélection des lauréats sera réalisée par un jury de professionnels. Les gagnants des Trophées EuroCloud France sont éligibles aux Trophées EuroCloud Europe.

Les lauréats des 5 Trophées français sont éligibles aux Trophées EuroCloud européens décernés par EuroCloud Europe.

De très belles réussites ont été mises en lumière par les 9 premières éditions des Trophées EuroCloud : RunMyProcess, Commerce Guys, Cedexis, Bime, EmailVision, TalentSoft, Esker, Oodrive, eNovance, OpenDataSoft, Energiency, SecludIT, Esker, Jamespot, iKoula, Simplicité, Commerce Guys, etc.

Agenda des Trophées 2016 :

– Clôture de l’appel à candidature le 19 mai 2016

– Sélection des nominés entre le 22 juin et le 24 juin 2016

– Remise des prix le 4 juillet 2016 dans le cadre de la Cloud Week Paris au Palais Brongniart

Informations et inscriptions sur http://www.tropheeseurocloud.fr

Candidats : Anaëlle Gautier – a.gautier@tropheeseurocloud.fr  – Tel :  01 850 88 223

Facebook Comments
Lire la suite
Commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Cluster, association

Secteur IT : plus de 4% de croissance en 2018 grâce aux SMACS, selon Syntec Numérique

Porté par le cloud et la sécurité, le secteur du logiciel et des services informatiques en France a gagné 3,9% en 2017. Les 4,2% seraient atteints en 2018.

Publié

le

Le secteur IT et numérique en France se porte bien, merci pour lui ! Le secteur du logiciel et des services informatiques en France a gagné 3,9% en 2017 à 54,1 milliards d’euros. C’est le taux de croissance le plus élevé depuis 2008, année où le secteur avait enregistré une croissance de l’ordre de 6%.
En 2018, il devrait croître de 4,2% pour atteindre 56,4 milliards d’euros, rapporte Syntec Numérique, l’organisation qui représente 2000 entreprises de services du numérique (ESN), éditeurs de logiciels et sociétés de conseil en technologies.

« L’accélération de la croissance a été porté par les projets en transformation numérique et mise en conformité RGPD », a expliqué Godefroy de Bentzmann, président du Syntec Numérique, à l’occasion d’un point presse le 14 juin dernier à Paris. « Le moral est bon et, pour 2018, on table sur une croissance qui va augmenter notamment grâce aux SMAC (réseaux sociaux, mobile, analytique et cloud) ».

Dans le détail : l’édition de logiciels, qui représente 22% du marché, affiche à nouveau la plus forte croissance. Le segment a progressé de 5,2% en 2017 et devrait gagner 5,5% en 2018. Le SaaS est le principal moteur de croissance des éditeurs.
Le conseil en technologies (17% du marché) a gagné 4,7% en 2017. Cette année, l’activité pourrait afficher une croissance supérieure à 5%. Grâce à la transformation du modèle d’affaires de clients industriels et à des offres globales (matériel, logiciels, services).
Enfin, le domaine du conseil et des services informatiques génère à lui seul 61% des revenus du secteur. La croissance est moins marquée, mais bien au rendez-vous. Ainsi, les services IT affichent une hausse de 3,2% en 2017 (+3,5% attendus en 2018).

SMACS : 91% de la croissance
On notera qu’en 2018, 91% de la croissance du secteur de logiciels et services (hors conseil en technologies), soit 1,6 milliard d’euros, viendra des SMACS (pour Social, Mobility, Analytics, Cloud & Security), ces technologies à la base des projets dits de transformation numérique. Les SMACS enregistreront 16% de croissance en 2018 pour atteindre 11,8 milliards de dépenses, soit un quart du marché total des logiciels et services. Les dépenses associées aux environnements traditionnels ne progresseront pour leur part que de 163 millions.
Par ailleurs, la mise en conformité au Règlement général sur la protection des données (RGPD) représenterait, selon IDC France, environ 1 milliard d’euros de dépenses en logiciels et services IT par les entreprises (contre 671 M€ en 2017).

Enfin, le secteur a créé 13 410 nouveaux postes l’an dernier et les recrutements sont élevés dans un domaine qui emploie 70% de cadres. Syntec Numérique estime que le secteur devrait créer entre 55 000 et 60 000 recrutements de cadres cette année, soit a minima autant qu’en 2017 (55 240). Sur l’année écoulée, on notera cependant une petite déception concernant le niveau de création nette d’emplois cadre du secteur IT qui a légèrement reculé par rapport à 2016 en passant de 13 790 à 13 410 d’après les chiffres de Syntec Numérique et de l’Apec.

Facebook Comments
Lire la suite

Ecosystème

Marseille : Interxion inaugure MRS2, son deuxième Datacenter à Marseille

Avec l’ouverture de son deuxième Datacenter, MRS2 à Marseille, Interxion confirme une nouvelle fois l’intérêt stratégique que représente le positionnement géographique de la cité phocéenne

Publié

le

Moins de quatre ans après l’acquisition de son premier Datacenter à Marseille, Interxion continue de renforcer sa présence dans la cité phocéenne en inaugurant mercredi 16 mai dernier la première phase de MRS2, le deuxième centre de données d’Interxion à Marseille. Situé dans la zone du Grand Port Maritime de Marseille Fos, MRS2 répondra ainsi à la demande croissante des fournisseurs internationaux de connectivité et de contenu, ainsi que des plates-formes cloud qui souhaitent utiliser le hub de Marseille pour délivrer leurs services et applications en Europe, et au-delà, en Afrique, au Moyen-Orient et en Asie.

MRS2, c’est 4400 m²d’espace en 3 tranches
MRS2 est construit en trois phases qui fourniront aux clients 4 400 m² d’espace équipé, avec plus de 7 MW de puissance disponible. La première phase qui vient d’être livré comprend 700 m² d’espace équipé, et la seconde proposera 1 900 m², à compter du deuxième trimestre 2019. Reste les 1800 m² de la 3ème tranche pour lesquels Interxion n’a pour le moment pas communiqué de date de livraison. L’investissement associé à la construction de MRS2 dans son ensemble devrait s’élever à environ 76 millions d’euros. Ce nouveau site, additionné au data center MRS1, permet une configuration en mode campus, offrant ainsi aux clients une diversité de routes pour la sécurisation de leur réseau, ainsi qu’une capacité d’expansion supplémentaire.
MRS2 permet également d’opérer un reconditionnement de certaines installations sur le port de Marseille Fos, liées historiquement à l’activité portuaire. En effet, Interxion a transformé en hubs télécom les deux hangars (8000 m2) du site de Fouré Lagadec (réparation navale et maintenance industrielle), inutilisés depuis 1995, ainsi que l’ancienne base sous-marine construite par les Allemands en 1943 et qui avait pour nom de code « Martha. Les allemands envisageaient d’accueillir 30 U-Boots, seules 16 alvéoles permettant d’accueillir 20 sous-marins furent construites et dans laquelle Interxion construira un troisième Datacenter, le MRS3. Après la guerre, le « blockhaus » servit à divers types de stockages pour l’armée, puis pour des matières chimiques sous douane. Long comme deux terrains de football et revêtu de 5 mètres de béton armé, le bâtiment d’une surface totale de 9.000 m2 est proche des plages où sortent les câbles sous-marin, ce qui en fait un emplacement idéal pour un centre de données.

La base navale et les entrepôts en 1951 ©DR

Et ce n’est pas fini ! MRS3, un Datacenter de 7 500 m² est à venir
C’est dans les murs de l’ancienne base de sous-marins allemands que le troisième data center d’Interxion, « MRS3 », ouvrira ses portes à côté de MRS2. Au total, MRS3 proposera aux entreprises 7500 m² d’espace informatique équipé. Les mensurations du bâtiment sont impressionnantes : plus de 200 mètres de long et 40 mètres de large, des dizaines d’alvéoles de plus de 12 mètres de hauteur, un toit en béton d’une épaisseur de 5,5 mètres pour protéger l’intérieur en cas de bombardement aérien, un mur d’enceinte de dizaines de centimètres d’épaisseur pour servir également de rempart. Interxion a obtenu le permis de construire le 16 avril 2018 mais n’a pas annoncé pour l’heure de date de démarrage des travaux, ni de livraison. Quant à son coût, il devrait se chiffrer aux alentours de 110 millions d’euros.

Vue d’artiste de MRS3 (au fond) à coté de MRS2

Marseille, hub numérique mondial
Marseille est devenue la capitale méditerranéenne des échanges télécom, cloud et numériques. Sa position géographique, grâce à la présence de points d’atterrage de 13 câbles sous-marins de télécommunications, est un atout considérable. Déployés pour certains sur plus de 20.000 km de long, ces câbles relient Marseille à des dizaines de pays jusqu’à Singapour et la Chine. La ville se trouve ainsi au carrefour de la connectivité entre l’Europe du Sud, l’Afrique, le Moyen-Orient, et l’Asie, et est devenue un hub stratégique mondial pour l’échange de données.
Ces super-autoroutes de l’information, qui charrient des quantités colossales de données, permettent de relier Marseille à Singapour en une poignée de millisecondes ! Près de 4 milliards de personnes sont connectées via ces câbles, en Europe, en Afrique et en Asie.
Pour Fabrice Coquio, directeur général d’Interxion France, « Le nombre d’opérateurs télécom présents sur la cité phocéenne tend à s’accroître avec l’arrivée de plates-formes cloud et média numériques, confirmant la place de Marseille en tant que hub de connectivité, mais également en tant que hub de contenu. »
Cette tendance se confirme de jour en jour avec l’arrivée de nouveaux projets de câbles sous-marins, augmentant la capacité réseau disponible sur Marseille.

site: www.interxion.com.

Facebook Comments
Lire la suite

Ecosystème

Jaguar Network lance sa solution Cloud Atlas

En lançant sa plateforme Cloud Atlas, l’opérateur et hébergeur marseillais Jaguar Network joue la carte de l’innovation et de l’hébergement Multi-Cloud.

Publié

le

Avec la croissance exponentielle des données hébergées au cœur des datacenters et la multiplication des applications On-premise et SaaS, le Cloud devient un allié incontournable. Dans ce contexte, et pour simplifier la gestion des environnements Multi-Cloud, Jaguar Network lance son offre Cloud Atlas que l’opérateur annonce comme étant unique sur le marché. Cette solution de nouvelle génération a été créée pour que toutes les entreprises puissent piloter leurs applications sur site, en datacenter de proximité ou dans l’un des clouds public au travers d’un simple extranet.
En simplifiant l’orchestration et la gestion des applications dans le cloud, le Cloud Atlas offre de nombreux bénéfices opérationnels. Il permet d’accéder à une facture consolidée, pour maîtriser la consommation de ressources IT payées à l’heure et assurer une affectation financière par projets et ou utilisateurs. Il permet de créer et piloter les ressources informatiques : gabarits de VM, conteners de données, volumes de stockage, adresses IP, depuis un extranet dédié ou via une API documentée, et il permet de distribuer les applications vers le Cloud le plus adapté : messagerie chez Office365, CDN international chez AWS, données sensibles chez Jaguar Network.
‘’Notre plateforme agile et interconnectée donne naissance à de nouveaux services orientés vers l’avenir (IoT, SmarCity, SmartIndustrie, SmartBuldings, …)’’ explique Kevin Polizzi, président de Jaguar Network. ‘’Notre solution Cloud Atlas est une véritable révolution sur le marché et nous permet d’accompagner durablement nos clients et partenaires dans leurs projets en leur garantissant les meilleurs outils industriels intégrant les plus hauts standards en matière de sécurité.’’
De plus, Cloud Atlas offre également toutes les garanties indispensables en matière de sécurité et ce de bout en bout : de l’utilisateur aux infrastructures hébergées dans un datacenter souverain, celui-ci localisé en France et conforme à la législation européenne (cadre RGPD, standards de paiement PCI-DSS, normes de gestion de l’information ISO 27001 et agrément HDS).
En annonçant la disponibilité de sa plateforme Cloud Atlas, l’opérateur et hébergeur marseillais Jaguar Network joue la carte de l’innovation et de l’hébergement Multi-Cloud.

www.jaguar-network.com

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X