Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

Accélérateur, incubateur, pépinière

[Vidéo] Marseille : l’incubateur Belle de Mai a accompagné plus de 200 porteurs de projets en 20 ans

Publié

le

Lundi 2 décembre, l’incubateur Belle de Mai à Marseille a fêté ses 20 ans d’existence lors d’une soirée réunissant les entrepreneurs ‘’incubés’’ depuis ces 20 dernières années, les élus, les partenaires, les figures du numérique… Placés sous le signe de l’innovation et du numérique, tout en étant inspirés par la Pop Culture, divers ateliers ont été proposés parmi lesquels une initiation à la réalité virtuelle en collectif réalisée par la startup E2VR, une rencontre avec une Intelligence pas si artificielle, un robot dessinant sur les murs, un retour vers le passé et du Rétro Gaming. Au programme également de cette soirée, les financeurs de l’Incubateur ont remis 6 prix à des entrepreneurs qui ont marqué leur promotion (entre 2004 et 2015).
Depuis sa création en 1999, l’Incubateur a accompagné 205 porteurs de projets, contribuant à la création de 150 entreprises, dont 72% sont toujours en activité et 550 emplois actifs. L’année dernière, les entreprises accompagnées ont cumulé plus de 35 millions € de CA. Parmi elles, citons par exemple Basile Telecom, Sportback, Keeex ou encore AM solutions, qui ont vu le jour dans les locaux de l’incubateur.

[Vidéo] Céline Souliers, directrice de l’Incubateur Belle de Mai, tire le bilan de ces 20 ans tout en se projetant dans le futur

20 ans d’accompagnement
L’Incubateur Multimédia procède de la Loi sur l’Innovation de 1999, visant à promouvoir la valorisation économique de la Recherche publique. Son implantation à Marseille s’inscrit dans la logique du CIADT (Comité interministériel à l’aménagement et au développement du territoire) de décembre 1998, qui a confirmé Marseille comme « pôle national de compétences en industries de l’information et de la communication, dans le domaine en particulier du multimédia éducatif et culturel ».
Les acteurs publics locaux (collectivités territoriales, organismes de l’Education Nationale) comptent parmi les membres fondateurs de l’AGIM (Association de Gestion de l’Incubateur Multimédia), fondée le 11 janvier 2000.
L’Incubateur Belle-de-Mai a reçu les premiers projets en incubation dès le début de l’année 2000. En mars de la même année, il a été labellisé par la Commission Guillaume, et a signé en juillet une convention triennale avec le Ministère de la Recherche. La première création d’entreprise issue de l’Incubateur Multimédia Belle de Mai est intervenue en mars 2001 : Polygonal Design.
En mars 2005, l’Incubateur a rejoint le Pôle Médias Belle de Mai avec des capacités d’accueil accrues.

L’équipe de l’Incubateur Belle de Mai : (de g à d) Manon, Morgan, Maria, Loïc, Céline et Colin.

Changement de cap avec La Manufacture
En 2018 ; l’incubateur lance un nouveau programme d’incubation destiné aux porteurs de projets dans le domaine des médias émergents. Baptisé La Manufacture, clin d’œil à la Manufacture de Tabac anciennement installé à la Belle de Mai, il fait suite à la sélection de l’incubateur par le Ministère de la Culture, dans le cadre du fonds de soutien à l’émergence et à l’innovation dans la presse. Ce nouveau programme fait passer le nombre de projets suivis de 10 à 30/an. En franchissant ce nouveau cap, l’incubateur qui est passé d’une équipe de 3 personnes à 6 aujourd’hui, a mis en place, comme sur un site de production, un processus complet de gestion, d’exécution, d’entraînement et de suivi de chaque projet.
Aussi, après une participation au challenge « 8 Clos », une sorte d’’’escape game tech’’, les promus intègrent un programme intense de 3 mois, en collectif, avec un parcours personnalisé. Ensuite, ils doivent démontrer le potentiel de leur concept devant un comité d’experts qui statue sur l’intégration du projet à la suite du programme, pour une durée de 15 à 21 mois. Pour financer leurs projets, les participants débloqueront, après le comité de sélection, une avance remboursable – uniquement en cas de succès – pouvant aller jusqu’à 40 000 €. L’incubateur prend en charge les prestations nécessaires à la création et au développement du projet.
L’avenir pour l’incubateur Belle de Mai passe aussi par le programme French Tech Tremplin, une initiative qui vise à faire en sorte que l’écosystème French Tech soit aussi riche et pluriel que la société dont il est issu. L’objectif : optimiser les chances de populations jusqu’ici sous-représentées dans ce milieu en mobilisant des financements, des formations et un système de mentorat. La Belle de Mai a été retenu, aux côtés de l’incubateur Les Premières Sud, pour devenir dès janvier prochain l’opérateur local du French Tech Tremplin. La première promotion composée de 12 porteurs de projets se présente à la Belle de Mai dès le 20 décembre.

Zoom sur les 6 entrepreneurs mis à l’honneur lors de cette soirée anniversaire.

Vincent Berge, CEO Crocos Go Digital, cuvées 2004, 2007 et 2018 pour les sociétés Mobile Distillery, Think&Go et CrocosGoDigital.
Mixant Nouvelles technologies et Neurosciences, CrocosGoDigital propose des formations à la Programmation de robots/drones/électroniques/… dédiées à la Stimulation Cognitives, pour les enfants de 5-15ans. Conçues pour booster tous les enfants de façon ludique – y compris les Précoces ou ayant des Troubles d’Apprentissage (‘DYS’) -, les ateliers sont utilisés dans les Ecoles/Centres Aérés/…, et par les Neuro-spécialistes. CrocosGoDigital vient d’être labélisée French Tech Seed, et de recevoir le Handitech Trophy 2019.

Didier Borg, fondateur Delitoon, cuvée 2009.
Créée en 2011, Delitoon est une plateforme dédiée au webtoon : bande dessinée numérique se déployant sous forme de séries par épisode. C’est la première plateforme à s’être déployée en dehors d’Asie. Déjà partenaire exclusif des plus importants acteurs du webtoon mondial, Delitoon vient de signer un nouvel accord exclusif avec la plateforme LezhinComics (Corée du Sud) confirmant ainsi sa position de leader en France et en Europe. Elle enregistre 1 000 000 d’inscrits et déploie près de 200 séries au format webtoon.

Franck Avenel, CTO Data Observer, cuvée 2007.
Parce que la data est une science complexe, Data Observer crée des solutions sur mesure pour les professionnels de la communication et du marketing. Basées sur leurs propres technologies, leurs solutions sont regroupées au sein de 2 offres : Décryptages pour l’analyse média, la veille et l’analyse web ; Data Intelligence pour les traitements automatiques des données textuelles combinant les 3 maillons suivants : collecte, enrichissement et visualisation.

Charles Martini, CEO Smart Tale Games, cuvée 2015.
Fondé en 2016, Smart Tale s’est illustré comme studio de production de qualité en développant des jeux vidéo de plus en plus ambitieux pour des éditeurs internationaux tels que F1 Mobile Racing pour Eden Games et Codemasters. Le studio a également développé pour Mïcroids Life “Réussir le Code de la Route” sur PS4 et Nintendo Switch en 2019. En parallèle, l’expertise technique de Smart Tale est aux services d’Industriels pour des expériences en Réalité Virtuelle et Réalité Augmentée. Doublant son chiffre d’affaires chaque année, Smart Tale compte dépasser le million d’euros de CA et passer à 25 personnes en 2020 grâce à ses projets contractualisés mais aussi le lancement de projets internes.

Malik Dahman et Didier Sammaritan, co-fondateurs Phosphorus Technologies, cuvée 2010.
Créée il y a 10 ans, la société « Phosphorus Technologies » se développe au niveau national autour de 2 activités : La sécurité informatique des TPE PME en proposant des Plans de Reprise d’Activité sur mesure adaptée aux problématiques de chaque métier et l’accompagnement des entreprises et collectivités dans leur mise en conformité RGPD avec le logiciel « Diod RGPD »
Phosphorus Technologies membre du dispositif Cybermalveillance.gouv.fr a sauvé ces dernières années plus de 90 entreprises touchées par des attaques de ransomware ou des sinistres naturels.

Laurent Henocque, fondateur Keeex, cuvée 2013.
Issue de la recherche française, la startup KeeeX édite des logiciels permettant de certifier et rendre vérifiables données, processus et décisions et utilise notamment la technologie de la blockchain. Elle a reçu de nombreuses distinctions : 2 sélections au CES LAS VEGAS, le Banking Cybersecurity Innovation Award (décerné par Société Générale et Wavestone), 34ème du classement Rise.global des sociétés blockchain les plus influentes au monde. Elle compte comme références des groupes comme Thales, Société Générale, SNCF, Veolia, EDF, Orange… Ses solutions sont par exemple utilisées pour l’authentification de diplômes, la certification de photographies ou vidéos horodatées et géolocalisées, la visibilité temps réel d’une chaîne logistique multi-acteurs, la tenue d’un registre de maintenance ou d’une piste d’audit fiable, la traçabilité de processus industriels ou agroalimentaires complexes.

Photo de Une :  © Martial Thiebaut

Facebook Comments
Lire la suite
Commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Accélérateur, incubateur, pépinière

Marseille Innovation rejoint le programme Amazon Web Services Activate

Publié

le

Marseille innovation, la pépinière aux cent entreprises, vient d’annoncer être membre du programme d’accompagnement AWS Activate proposé par Amazon Web Services (AWS), une filiale d’Amazon.com.
Crée en 2006, Amazon Web Services est spécialisée dans les services de cloud computing à la demande pour les entreprises et particuliers et offre à ses clients un accès à des services d’infrastructure dans le cloud afin de leur permettre de créer des applications sophistiquées et extensibles. Aujourd’hui, AWS offre plus de cinquante services à plus d’un million de clients actifs, aussi bien des grandes entreprises que des start-up, dans 190 pays, tout en étant un réel moteur pour l’innovation dans de nombreux domaines comme les médias, la finance, le e-commerce…
C’est avec le programme AWS Activate qu’Amazon Web Services s’investit auprès des start-up. Ce programme est destiné à fournir aux start-up les ressources dont elles ont besoin pour devenir opérationnelles sur AWS. Ainsi, AWS propose une infrastructure peu coûteuse et simple d’utilisation, qui permet de mettre à l’échelle et de développer des activités de toutes tailles. Certaines des start-up les plus dynamiques au monde, comme Airbnb, Spotify et Dropbox, ont su tirer parti de la puissance d’AWS pour démarrer en toute simplicité et profiter d’un dimensionnement rapide.
AWS Activate proposera des crédits d’utilisation sur la plateforme AWS et un accompagnement des start-up au sein de Marseille Innovation. En effet, AWS offre un crédit d’hébergement valable 2 ans, un accès gratuit à une formation permanente aux différents services par AWS, une année de support, et supportera un forum de start-up afin de mettre en relation les entreprises marseillaises avec elles étant déjà membres de ce programme mondial.

Pour chaque Startup de Marseille innovation, l’offre AWS Activate Portfolio Plus comprend :

  • $10k de crédits d’utilisation AWS sur 2 ans
  • 1 an de support business (24/7 et – 80 jetons pour des labs en ligne https://aws.qwiklab.compour se former rapidement
  • Revues 1on1 de l’architecture applicative (scalabilité, disponibilité & sécurité)
  • Conseils en optimisation de coûts
  • Pas de notion d’engagement, ni d’obligation de consommation.
  • Inscrivez-vous à Activate ! 

Enfin le 17 juin prochain se tiendra l’AWS Summit Online, un événement virtuel gratuit, qui donne l’opportunité de découvrir les dernières technologies et nouveautés du Cloud AWS, et de participer à 55 ateliers sur 11 thèmes différents allant de formations pour bien débuter sur AWS, à des sessions sur l’intelligence artificielle, l’analyse de données, les technologies serverless et aux meilleures pratiques et programmes pour lancer ou accélérer sa startup.

 

Facebook Comments
Lire la suite

Accélérateur, incubateur, pépinière

Marseille : L’Incubateur Belle de Mai adapte la 7ème session de son programme de pré-incubation à la crise

Publié

le

Début 2019, l’Incubateur multimédia Belle de Mai à Marseille présentait la 1ère promotion de son nouveau programme d’accompagnement baptisé La Manufacture, clin d’œil à la manufacture de tabac anciennement installée à la Belle de Mai. Aujourd’hui l’incubateur lance sa 7ème session de pré-incubation qui cible les porteurs de projet d’entreprise dès la phase de l’idée et les aide à structurer leur projet très en amont. Mais cette année, ce programme, centré sur le collectif, a été remanié afin de respecter les consignes sanitaires.

Un programme adapté à la crise

Ainsi le ‘’8 clos’’, le serious game pendant lequel les participants sont isolés pendant toute une journée et vivent le parcours accéléré de la création d’un projet Tech a été annulé pour cause de crise sanitaire. L’accompagnement en collectif est maintenant proposé en visioconférence sur Slack à raison d’une demi-journée par semaine. Les projets peuvent ainsi continuer à échanger sur les points forts de chacun et se soutenir dans leurs démarches.
Les rendez-vous individuels sont maintenus par téléphone et également par Slack. Ils permettent d’approfondir le projet, analyser et renforcer des compétences, se préparer au pitch et au Comité d’engagement pour ceux dont le projet suivra la suite de La Manufacture : le programme d’incubation.
A l’Incubateur Belle de Mai, l’accompagnement à distance se fait depuis de nombreuses années. Depuis sa création en 1999, l’incubateur accompagne des entrepreneurs sur toute la France depuis son siège social à Marseille, plus de 200 porteurs de projets ont ainsi été accompagné, contribuant à la création de 150 entreprises, dont 72% sont toujours en activité. Beaucoup, voire la majorité d’entre eux ont d’ailleurs profité d’un accompagnement à distance.
‘’L’accompagnement à distance nécessite que le porteur soit motivé et impliqué dans son projet. Ce que nous aimons chez eux, c’est leur capacité à être autonome mais aussi à accepter l’aide qu’on leur propose. Nous poussons les échanges mais le porteur doit aussi les provoquer ‘’ explique Morgan Dinkel, chargé d’affaires de l’Incubateur Belle de Mai.
Les candidats souhaitant candidater peuvent le faire jusqu’au 16 juin via cette adresse :
https://www.belledemai.org/candidatez/

Infos pratiques :
Détail du programme La Manufacture : https://www.belledemai.org/la-manufacture/
Les personnes souhaitant prendre rendez-vous avec un membre de l’équipe sont invitées à le faire directement à cette adresse, les visites spontanées n’étant plus autorisées :
https://meetings.hubspot.com/manon-dhennin

Facebook Comments
Lire la suite

Accélérateur, incubateur, pépinière

P.Factory avec le soutien de ses actionnaires débloque 200 000€ pour soutenir ses startups accompagnées

Publié

le

C’est parce que de nombreuses start-up ont un accès limité aux Prêt Garanti par l’Etat, le PGE distribué par les banques et garanti par l’Etat à 90% que P.Factory a décidé de débloquer une enveloppe de 200 000€,  l’accélérateur privé estimant que certaines start-up allaient être réellement handicapées par un manque de fonds propres. Certes les partenaires bancaires étudient avec attention les demandes de prêts mais restent souverains dans leur décision d’accorder ces prêts et d’en fixer le montant. Parmi leurs critères d’appréciation figurent notamment l’apport de financements complémentaires et le niveau des fonds propres.
De plus, un certain nombre de start-up n’ont accès ni au PGE, ni au PGE-SI proposé par BPI France, car elles sont qualifiées « d’entreprises en difficulté » au sens de la réglementation européenne. C’est à dire dont les fonds propres sont devenus inférieurs à la moitié du capital social. C’est souvent le cas de celles qui étaient en cours de préparation d’une levée de fonds, devenue très hypothétique dans le contexte du Covid-19.
C’est la raison pour laquelle, grâce au soutien de ses actionnaires, 60 entrepreneurs régionaux, la Caisse d’Epargne CEPAC et la Banque des Territoires, P.Factory peut faire cette offre aux start-up à fort potentiel de croissance :
– celles accompagnées par P.Factory et dont l’accélérateur est actionnaire,
– et dont le Chiffre d’Affaires 2019 est supérieur à 100 000€.
L’investissement peut se faire sous forme de capital, d’obligations convertibles ou de BSA Air et venir ainsi renforcer les fonds propres de l’entreprise.
Le dispositif proposé permet de soutenir les start-up accompagnées par P.Factory et complète ainsi la mobilisation de la Caisse d’Epargne CEPAC et de la Banque des Territoires pour le soutien de l’économie régionale dans le contexte inédit qu’on connait. Il permettra de créer un effet de levier avec des prêts tels que le PGE, le PGE-SI de BPI France, ou le dispositif French Tech Bridge proposé par BPI France pour attendre une levée de fonds.

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X