Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

BioTech, MedTech

Sophia-Antipolis : Fanny Orlhac, chercheuse à l’Inria, séduit la Fondation L’Oréal avec ses travaux sur l’imagerie médicale et l’IA

Son sujet de recherche? Combiner l’imagerie médicale et l’intelligence artificielle pour une médecine de précision.

Publié

le

Post-doctorante et membre de l’équipe projet Epione d’Inria Sophia Antipolis, Fanny Orlhac compte parmi les lauréates de la nouvelle édition des Bourses France L’Oréal-UNESCO ‘’Pour les Femmes et la Science’’. Ces bourses, dont la cérémonie de remise a eu lieu le 8 octobre dernier à Paris, récompensent les travaux de recherche de jeunes scientifiques singulièrement talentueuses. En soutenant la place des femmes dans la recherche, et en mettant en avant les portraits de ces chercheuses, ce programme développé par la Fondation L’Oréal, en partenariat avec l’Académie des sciences et la Commission nationale française pour l’UNESCO a aussi pour objectif d’inciter plus de jeunes filles à se tourner vers les sciences.
Le jury, présidé par le professeur Sébastien Candel, président de l’Académie des sciences, a sélectionné parmi plus de 900 candidates, 20 doctorantes et 10 post-doctorantes, soit 30 lauréates dans divers domaines scientifiques. ‘’Toutes ont en commun l’excellence de leurs projets scientifiques et la volonté de partager leur passion auprès du plus grand nombre’’, indiquent les organisateurs.

Mettre l’intelligence artificielle au service de la lutte contre le cancer
A l’INRIA de Sophia-Antipolis, Fanny Orlhac s’emploie à appliquer l’intelligence artificielle à la lutte contre certains cancers. La jeune chercheuse de 29 ans travaille à l’amélioration de la prise en charge des patientes et patients en cancérologie, elle développe des algorithmes permettant de prédire la réponse aux traitements en utilisant notamment les clichés d’imagerie médicale. Des images qui contiennent des informations qualitatives, non exploitées, capables de renseigner sur la maladie et son évolution. L’objectif est ainsi de pouvoir prédire que telle patiente, présentant telle tumeur, répondra favorablement ou pas à tel traitement ! Une aide informatique de pointe, « qui n’est pas faite pour remplacer les soignants », mais pour leur faire gagner un temps précieux dans la lutte contre la propagation de la maladie.
La jeune vallaurienne Fanny Orlhac a reçu une bourse d’un montant de 20.000 euros afin de soutenir ses travaux de recherche et lui donner la visibilité.

Une varoise spécialiste de l’intelligence artificielle également récompensée
Une Toulonnaise de 26 ans du nom de Marylou Gabrié a reçu de son côté une bourse de 15.000 euros par la fondation l’Oréal et L’UNESCO. Elle effectue des recherches sur la physique statistique, à la découverte de mécanismes fondamentaux de l’intelligence artificielle. C’est une reconnaissance pour cette jeune doctorante, qui présentera sa thèse l’année prochaine sur le même sujet. “Grâce à ce financement, je vais pouvoir rendre mes travaux plus visibles et continuer à développer mes collaborations notamment avec New York“, a précisé la jeune femme.

3100 femmes mises en lumière en 20 ans
Le programme L’Oréal-UNESCO ‘’Pour les Femmes et la Science’’ fête cette année ses 20 ans. Plus de 3.100 femmes scientifiques issues du monde entier ont été mises en lumière et accompagnées depuis 1998. Pour autant, les femmes restent sous-représentées dans la recherche : selon un rapport de l’UNESCO, seulement 28 % des chercheurs en France sont des femmes et 89 % des hautes fonctions académiques en Europe sont occupées par des hommes. C’est justement pour briser ce plafond de verre que le programme en faveur des femmes de sciences récompense a été mis en œuvre.

Facebook Comments
Lire la suite
Commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

BioTech, MedTech

Aubagne : Wraptor remporte le marché ”interopérabilité EAI/EDI” de la Centrale d’Achat de l’Informatique Hospitalière

Publié

le

Wraptor, éditeur de logiciels d’intégration dédiée au secteur de la santé, dont la solution EAI Jeebop, confirme son expertise en remportant un appel d’offres de grande envergure qui lui permet d’intégrer le catalogue de la Centrale d’Achat de l’Informatique Hospitalière (CAIH). Sur les quatre offres présentées, Jeebop 4.7 s’est vu décerner la première place du classement sur la base de critères d’évaluation techniques et financiers.
Jeebop qui remporte un vif succès dans les hôpitaux et les cliniques permet de modéliser et de superviser efficacement les échanges du SIH, système information de l’hôpital. Agissant comme une véritable multiprise, l’EAI Jeebop assure l’interopérabilité et la gestion des flux de l’ensemble des applications internes et externes. Grâce à sa facilité de modélisation, les DSI des établissements de santé peuvent mettre en place des interfaces opérationnelles très rapidement, qu’elles soient normées ou spécifiques. À l’aide de la supervision, elles peuvent alors rapidement agir sur les problèmes en cas de détection d’anomalie.
‘’Notre solution leur permettra de gérer en toute sécurité leurs opérations courantes et de s’appuyer sur un SIH toujours plus agile, convergent et performant’’ explique Patrick Desot, président de Wraptor. ‘’Cela se traduira au final par une meilleure qualité de soin pour les patients et plus de confort de travail pour le personnel hospitalier.’’
En ayant remporté cet appel d’offres, la plateforme Jeebop sera donc référencée au catalogue CAIH et pourra être sélectionnée sans appel d’offres préalable par les établissements publics de santé de toutes tailles. Ces derniers pourront aussi bénéficier de conditions financières négociées. Soulignons que la CAIH gère 27 marchés dans le domaine de l’informatique hospitalière sur de nombreuses thématiques (matériels, logiciels, réseaux, sécurité, cloud, services).

Facebook Comments
Lire la suite

BioTech, MedTech

Sophia-Antipolis : Yukin Therapeutics lève 3,3 M€ pour développer de nouveaux traitements contre le cancer

Publié

le

Spécialisée dans le développement de nouvelles molécules pour le traitement du cancer, la biotech Yukin Therapeutics, fondée en 2018 à Nice, annonce avoir complété un tour de financement de 3,3 M€ pour le développement et l’optimisation de ses molécules thérapeutiques propriétaires. Advent France Biotechnology, acteur majeur de l’investissement en Sciences de la Vie et actionnaire principal de Yukin Therapeutics, a mené ce tour de table avec le fonds d’investissement international Medicxi, basé à Londres, Jersey et Genève.
Issue des travaux de deux laboratoires de recherche basés à Nice et valorisés par la SATT Sud-Est, Yukin Therapeutics développe des inhibiteurs de kinases. Les kinases sont une famille de protéines impliquée dans de nombreux processus cellulaire dont la prolifération des cellules. Une dérégulation de l’activité des kinases joue un rôle important dans la survenue et l’agressivité de nombreux cancers.
‘’ La réalisation de cette levée de fond grâce au soutien constant d’Advent France Biotechnology, et désormais de Medicxi, permet aujourd’hui à Yukin Therapeutics d’accélérer le développement de ses molécules. Notre objectif est d’identifier un premier candidat médicament et contribuer ainsi à la découverte de nouvelles stratégies thérapeutiques en oncologie’’, commente Arnaud Foussat, Directeur Général de Yukin Therapeutics. ‘’ Nous sommes convaincus que le mode d’action unique de nos inhibiteurs de la kinase NIK sera clé dans le développement de nouvelles thérapies présentant un véritable bénéfice clinique dans un grand nombre de cancers. Nous sommes désormais impatients de tester l’efficacité de nos molécules, seules ou en association avec des immunotherapies de référence’’.
Yukin Therapeutics qui a déjà enregistré des preuves de concept chez l’animal démontrant l’efficacité de ses inhibiteurs de la kinase NIK, notamment une réduction du volume tumoral chez les animaux traités, souhaite désormais accélérer le développement de ses molécules thérapeutiques pour identifier son premier candidat médicament en vue du lancement d’un essai clinique d’ici 2022.

Facebook Comments
Lire la suite

BioTech, MedTech

Marseille : Provepharm lève plus de 42 M€ pour renforcer son développement à l’international.

Publié

le

Le groupe pharmaceutique marseillais Provepharm Life Solutions annonce avoir obtenu un crédit syndiqué de 42,5 M€ auprès de plusieurs banques françaises, dont Société Générale, BNP Paribas, Banque Populaire Méditerranée et Crédit Agricole Alpes Provence. Via cette opération, Provepharm entend accélérer son développement international, notamment aux Etats-Unis, marché majeur pour l’entreprise qui vient de créer une filiale dont le siège est à Philadelphie. Mais la société marseillaise pousse également ses pions en Asie

Michel Féraud, président-fondateur de Provepharm (©laprovence.com)

Fondé en 1998 et présidé par Michel Féraud, le groupe Provepharm Life Solutions emploie aujourd’hui près de 60 salariés dont 55 à Marseille, autour d’un savoir-faire central : la Revitalisation des molécules qui ouvre la voie à de nombreuses innovations décisives pour le futur de la santé. Ainsi en 2006, Provepharm avait revitalisé le bleu de méthylène. A la suite de cette innovation, les premiers produits ont été développés et enregistrés afin de répondre à des besoins thérapeutiques jusqu’alors non couverts. Ces avancées majeures ont ouvert les portes de nouveaux marchés, positionnant l’entreprise comme un acteur incontournable de ce segment. Ce succès lui a permis l’an passé de réaliser un chiffre d’affaires de 38 millions d’euros, en forte progression.

 

 

 

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X