Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

Economie numérique

Nice Sophia-Antipolis présélectionné pour accueillir un Institut Interdisciplinaire d’Intelligence Artificielle (3IA).

Publié

le

C’était une promesse d’Emmanuel Macron : créer des Instituts Interdisciplinaires de l’Intelligence Artificielle (3IA). Suite à un appel à manifestation d’intérêt lancé en juillet dernier par Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, douze dossiers avaient été déposés et quatre ont été retenus par un jury international.  Quatre et non cinq ou six, comme l’avait préconisé le député-mathématicien Cédric Villani dans son rapport sur l’intelligence artificielle.
Mardi 6 novembre, le gouvernement a donc rendu public le nom des quatre sites retenus – sur les douze candidatures – pour héberger ces futurs « 3IA », de gros pôles de compétences à dimension internationale ayant vocation à fédérer et faire grossir des écosystèmes autour de leurs activités dans les applications phares de l’IA que sont les transports, la santé, l’environnement ou encore l’énergie. Ces «3IA » très transversaux seront localisés à Grenoble, Paris, Toulouse et Nice Sophia-Antipolis, quatre bastions de la « Tech » tricolore :
– Grenoble : Projet ‘’MIAI@Grenoble-Alpes’’ avec pour applications privilégiées la santé, l’environnement et l’énergie
– Paris : Projet ‘’PRAIRIE’’ avec pour applications privilégiées la santé, les transports et l’environnement
– Toulouse : Projet ‘’ANITI’’ avec pour applications privilégiées le transport, l’environnement et la santé.
– Nice Sophia-Antipolis : Projet ‘’3IA Côte d’Azur’’ avec pour applications privilégiées la santé et le développement des territoires. Le projet azuréen regroupe les principaux membres d’Université Côte d’Azur en intelligence artificielle comme le CNRS, Eurecom, Inria et MinesParisTech. Il rassemblera plus d’une centaine de chercheurs et d’enseignants-chercheurs spécialistes autour des trois missions de formation, de recherche et de transfert vers les entreprises.
Le grand absent de cette sélection est l’institut DataIA de Paris Saclay, pourtant évoqué durant la conférence de presse suivant la remise du rapport de Cédric Villani.
Les quatre sites sélectionnés doivent désormais déposer un projet détaillé avant le 15 janvier 2019 afin d’obtenir leur labellisation 3IA définitive après examen par le jury international. Ils se répartiront 100 millions d’euros, pour développer l’IA et ses interactions avec d’autres disciplines.
Et Frédérique Vidal de conclure: « Cette compétition est mondiale, et en son sein, les USA et la Chine font la course en tête en portant des visions de l’IA sensiblement différentes de la vision européenne. Pour ces deux raisons la France et l’Europe, se doivent d’être à la pointe mondiale de l’IA et l’impulsion donnée par le président de la République est décisive. Les quatre sites présélectionnés pour les instituts permettront de former un réseau avec les meilleures institutions de recherche mondiale en IA. »
L’objectif est clair : placer la France (et l’Europe) à la pointe mondiale dans le domaine de l’intelligence artificielle face aux Etats-Unis ou à la Chine, les deux superpuissances de l’intelligence artificielle qui devraient détenir 60 % des «data» au plan mondial à l’horizon 2030 !

Facebook Comments
Lire la suite
Commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Economie numérique

La Région Sud lance son nouveau site Internet, plus dynamique et participatif, au service des usagers

Publié

le

Actualités, vidéos, accès direct aux aides et dispositifs, navigation intuitive et plateforme participative, le site internet de la Région Sud fait peau neuve. Objectif : s’adapter aux nouveaux usages et besoins des internautes.
A l’ère des tablettes et des smartphones, les usagers demandent aujourd’hui un accès rapide aux informations qu’ils recherchent. Le nouveau site de la Région a donc été conçu pour faciliter la navigation, répondre aux attentes des utilisateurs et rendre l’Institution plus lisible. Sur www.maregionsud.fr, l’internaute peut ainsi, dès la page d’accueil, se renseigner sur les aides régionales et appels à projets. Les informations concernant la jeunesse, la formation et les transports, thématiques générant le plus de demandes, sont également accessibles en un clic, tout comme les actualités et principales actions engagées par la Région.
Pour Renaud Muselier, Président de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, ”En proposant un site plus moderne, plus dynamique et intuitif, la Région se met toujours plus au service des habitants pour apporter une réponse claire et rapide à leurs besoins. Je souhaite, poursuit-il, faire de la Région une institution proche des citoyens, qu’ils soient lycéens, salariés ou entrepreneurs… Une institution qui les accompagne dans leurs démarches et dans leur quotidien ».
Grande nouveauté : Sudopolis. Cette plateforme participative donne la parole aux internautes sur des sujets d’intérêt général. Sondages, articles, appels à idées… c’est un espace dédié à l’engagement citoyen et à l’expression collective qui est ainsi proposé.

Facebook Comments
Lire la suite

Economie numérique

D’ici 2020, Toulon disposera d’un Hôtel d’entreprises du numérique et d’un Datacenter

Publié

le

Hubert Falco, président de TPM, et Xavier Lafaure, dirigeant de XL Datacenter

La Métropole Toulon Provence Méditerranée (TPM) vient d’officialiser le projet d’hôtel d’entreprises du numérique et de Datacenter que réalisera dans le quartier du Zénith Oméga à Toulon, l’entreprise toulonnaise XL Datacenter*, lauréate de l’appel à projet lancé en 2018.
Le président de TPM, également maire de Toulon, Hubert Falco, et Xavier Lafaure, dirigeant de XL Datacenter, ont signé le 6 mars dernier le compromis de vente pour un ancien bâtiment militaire situé sur l’avenue Commandant-Nicolas, entre le Zénith Oméga et le Cirfa (centre de recrutement des armées) à Toulon.
« Nous l’avions acheté à la Marine en 2014, pour le protéger, avec, déjà, une vision de ce que nous voulions en faire », rappelle Hubert Falco, lors de cette officialisation. Il est vrai que ce projet s’inscrit pleinement dans la stratégie de développement économique de la métropole basé autour du numérique et de l’innovation.

L’actuel bâtiment de l’avenue Commandant-Nicolas à Toulon. (Patrick Blanchard et Repro DR)

Un projet livré en 2020
En tout, la société XL Datacenter investira 2,5 millions d’euros dans la réalisation de l’hôtel d’entreprises du numérique et du Datacenter dont 900 000 euros pour l’achat (au prix des domaines) du bâtiment. La vente définitive doit intervenir d’ici à la fin de l’été pour des travaux qui démarreraient en septembre. Fin 2020, le projet devrait être livré.
Au terme de travaux les start-up du numérique pourront bénéficier de 1.000 m² d’espace de travail modulaire, avec des espaces de coworking, un point restauration en toit terrasse, ainsi qu’un Datacenter installé au rez-de-chaussée du bâtiment sur 430 m², et pouvant accueillir près de 90 baies informatiques.  “Il est important de garder une proximité pour la gestion de ces données, d’autant que certaines entreprises ont l’obligation de les stocker en France“, analyse Xavier Lafaure, le patron de XL Datacenter. Ce dernier souligne également que Toulon bénéficie déjà d’installations – des câbles sous-marins – qui relient la rade aux « plaques » américaines et asiatiques. Le territoire pourrait donc profiter de ces branchements et faire transiter les données dans un temps éclair.
Le futur Hôtel d’entreprises bénéficiera d’une connexion Internet en très haut débit, et conformément aux souhaits de la Métropole lors du lancement de l’appel à projets, les loyers seront plus que modérés, à hauteur de 12 euros le mètre carré HT, incluant la connexion et l’accueil. “Sa situation dans le centre-ville est idéale car c’est important d’être près de la gare, et d’avoir facilement accès au très haut débit. Enfin, pour les entreprises qui veulent s’y installer, c’est plus simple aussi pour le logement car Toulon est doté d’une belle offre“, commente Xavier Lafaure.
Les dossiers des futurs locataires seront étudiés collégialement avec la collectivité et TVT Innovation, l’agence de développement économique de TPM.

Le numérique, une filière porteuse à Toulon
Lors de l’officialisation de ce projet, Hubert Falco n’a pas manqué de souligner que pour la Métropole TPM, « le numérique est un secteur clé du développement économique, créateur d’activité et d’emplois ». Le numérique contribue à la dynamique économique de la métropole et s’inscrit comme un facteur essentiel de démocratie participative, a expliqué en substance le président de TPM. Cela a changé la vie, mais aussi la ville qui compte 2 500 étudiants, 1 500 entreprises et 6 000 emplois dans le numérique, sachant que pour accélérer les échanges, la Métropole a investi dans 450 kilomètres de très haut débit desservant 750 sites et 120 zones

* XL Datacenter est une entreprise née de l’association des entités XL Ventures et Alcatraz IT issues du groupe dirigé par Xavier Lafaure.

Facebook Comments
Lire la suite

Economie numérique

[VIDÉO] l’ARII devient risingSUD pour mieux booster les entreprises et faire grandir les territoires de la Région Sud

Publié

le

Bernard Deflesselles,et Jean-François Royer

‘’Un nouveau Sud se lève…’’ ont affirmé Bernard Deflesselles, président, et Jean-François Royer, directeur général de la nouvelle marque de l’agence de développement économique de la Région Sud : risingSUD, la nouvelle identité de l’ARII, l’agence régionale d’innovation et de l’internationalisation des entreprises.
À l’international, parler de l’ARII, ce n’est pas simple. Rising Sud ça parle, c’est comme Business France”  explique Bernard Deflesselles, député LR des Bouches du Rhône et vice-président de la Région Sud en charge du développement économique, en présentant la feuille de route validée par le président Renaud Muselier.
risingSUD a pour ambition d’accélérer les entreprises et faire grandir les territoires de la Région Sud, au travers de quatre missions : accélérer la croissance des entreprises, développer les entreprises à l’international, déployer des projets structurants et attirer les investisseurs et les talents.

Un effort particulier sera fait pour l’accompagnement des PME de 50 salariés et 5M€ de chiffre d’affaires vers la taille d’ETI. L’action de risingSUD s’inscrit aussi dans la continuité des huit OIR (Opérations d’intérêt régional) qui auraient déjà permis d’identifier 700 M€ d’investissements sur le milliard prévu d’ici 2021.
‘’La feuille de route est claire : l’agence devient le bras armé de la Région sur les 8 filières d’excellence portées par les Opérations d’Intérêt Régional (OIR). La région bénéficie de son action ciblée en matière d’emploi et d’investissement pour viser la création de 50 000 emplois d’ici 2021 et 1 milliard d’€ d’investissement’’ souligne dans le communiqué de la région, Renaud Muselier, président de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Aux côtés de la Team Sud Export, risingSUD met en œuvre une offre de services au bénéfice de l’internationalisation des entreprises (actions collectives à l’international : salons, missions, accueil de délégations), programme bootcamp, Alliance Californie San Diego, réseau EEN…).
risingSUD assure le lien entre Business France, l’agence nationale et les agences départementales et métropolitaines : “Nous assurons une synergie avec les agences de développement départementales comme Provence Promotion” explique Bernard Deflesselles.
Composée d’une équipe de 40 collaborateurs, aux compétences variées et pluridisciplinaires (ingénierie financière, conseil RH, ingénierie de projets, marketing, communication, intelligence économique), sans parler des profils bilingues spécialistes de l’international, risingSUD dispose d’un budget de 4,7 millions d’euros.

[Vidéo] Jean-François Royer, directeur général de risingSUD détaille les ambitions de la nouvelle feuille de route.

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X