Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

Economie numérique

Nice Sophia-Antipolis présélectionné pour accueillir un Institut Interdisciplinaire d’Intelligence Artificielle (3IA).

Publié

le

C’était une promesse d’Emmanuel Macron : créer des Instituts Interdisciplinaires de l’Intelligence Artificielle (3IA). Suite à un appel à manifestation d’intérêt lancé en juillet dernier par Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, douze dossiers avaient été déposés et quatre ont été retenus par un jury international.  Quatre et non cinq ou six, comme l’avait préconisé le député-mathématicien Cédric Villani dans son rapport sur l’intelligence artificielle.
Mardi 6 novembre, le gouvernement a donc rendu public le nom des quatre sites retenus – sur les douze candidatures – pour héberger ces futurs « 3IA », de gros pôles de compétences à dimension internationale ayant vocation à fédérer et faire grossir des écosystèmes autour de leurs activités dans les applications phares de l’IA que sont les transports, la santé, l’environnement ou encore l’énergie. Ces «3IA » très transversaux seront localisés à Grenoble, Paris, Toulouse et Nice Sophia-Antipolis, quatre bastions de la « Tech » tricolore :
– Grenoble : Projet ‘’MIAI@Grenoble-Alpes’’ avec pour applications privilégiées la santé, l’environnement et l’énergie
– Paris : Projet ‘’PRAIRIE’’ avec pour applications privilégiées la santé, les transports et l’environnement
– Toulouse : Projet ‘’ANITI’’ avec pour applications privilégiées le transport, l’environnement et la santé.
– Nice Sophia-Antipolis : Projet ‘’3IA Côte d’Azur’’ avec pour applications privilégiées la santé et le développement des territoires. Le projet azuréen regroupe les principaux membres d’Université Côte d’Azur en intelligence artificielle comme le CNRS, Eurecom, Inria et MinesParisTech. Il rassemblera plus d’une centaine de chercheurs et d’enseignants-chercheurs spécialistes autour des trois missions de formation, de recherche et de transfert vers les entreprises.
Le grand absent de cette sélection est l’institut DataIA de Paris Saclay, pourtant évoqué durant la conférence de presse suivant la remise du rapport de Cédric Villani.
Les quatre sites sélectionnés doivent désormais déposer un projet détaillé avant le 15 janvier 2019 afin d’obtenir leur labellisation 3IA définitive après examen par le jury international. Ils se répartiront 100 millions d’euros, pour développer l’IA et ses interactions avec d’autres disciplines.
Et Frédérique Vidal de conclure: « Cette compétition est mondiale, et en son sein, les USA et la Chine font la course en tête en portant des visions de l’IA sensiblement différentes de la vision européenne. Pour ces deux raisons la France et l’Europe, se doivent d’être à la pointe mondiale de l’IA et l’impulsion donnée par le président de la République est décisive. Les quatre sites présélectionnés pour les instituts permettront de former un réseau avec les meilleures institutions de recherche mondiale en IA. »
L’objectif est clair : placer la France (et l’Europe) à la pointe mondiale dans le domaine de l’intelligence artificielle face aux Etats-Unis ou à la Chine, les deux superpuissances de l’intelligence artificielle qui devraient détenir 60 % des «data» au plan mondial à l’horizon 2030 !

Facebook Comments
Lire la suite
Commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Economie numérique

La Métropole Nice Côte d’Azur sélectionnée comme ville pilote d’un programme mondial de coopération sur les smart cities

Publié

le

Le TM Forum, réseau international d’acteurs de 66 pays engagés dans l’innovation, et la Fondation Fiware viennent de sélectionner la Métropole Nice Côte d’Azur classée dans le top 15 mondial des smart cities, et dix autres grandes villes, comme territoires pilotes d’un nouveau grand programme de coopération mondiale entre smart cities intitulé le programme “Front-runner Smart Cities“.
Ce nouveau programme va permettre de définir un nouveau standard de référence pour les données de la Smart City ; les travaux débuteront le 28 novembre à Malaga à l’occasion du Fiware Summit et une première publication du modèle est envisagée pour le printemps 2019.
Au cœur des réseaux internationaux de l’innovation, Nice avait accueilli le forum mondial TM Forum Live en mai dernier, qui avait rassemblé plus de 3500 personnes dont de nombreux représentants de groupes industriels internationaux spécialisés dans le numérique et l’innovation.
‘’Je me félicite de la sélection de Nice dans le cadre de ce grand programme de coopération mondiale a déclaré Christian Estrosi, maire de Nice et président de la Métropole Nice Côte d’Azur, ‘’Cette décision vient saluer et valider tout le travail que nous avons engagé ici. Territoire pilote, la Métropole Nice Côte d’Azur va pouvoir échanger avec les acteurs publics et industriels mondiaux de la smart city sur son savoir-faire notamment sur la sécurisation et le traitement des données via une plate-forme unique.’’
Les autres villes retenues sont Vienne (Autriche), Nice, Saint Quentin (France), Gênes (Italie), Utrecht (Netherlands), Porto (Portugal) Santander, Valence (Espagne), Gothenburg (Suède), La Plata (Argentine) et Montevideo (Uruguay).

Facebook Comments
Lire la suite

Economie numérique

[Vidéo] La Banque Postale et KissKissBankBank organisent les premiers “KissKiss Dating” en Région Sud

Publié

le

Et si on parlait financement participatif“, voilà la thématique des KissKiss Dating qu’organisent le spécialiste du financement participatif KissKissBankBank et sa maison mère, La Banque Postale. Les premiers KissKiss Dating arrivent en Région Sud. Le premier a eu lieu à Marseille, à La Coque, mardi 13 novembre au soir. Ils étaient environ 75 porteurs de projets à être présents et les organisateurs  attendent le même nombre de participants pour celui qui se tient le 15 novembre à Nice au CEEI (Centre Européen d’Entreprise et d’Innovation).
Un KissKiss Dating, c’est l’occasion de découvrir le financement participatif qui a tendance à se développer de plus en plus et de rencontrer dans un cadre détendu et convivial des experts de la plateforme KissKissBankBank. Chacun est le bienvenu avec ses questions, ses projets et sa curiosité. Un KissKiss Dating, c’est avant tout une initiation au financement participatif comme l’explique Adrien Aumont, co-fondateur et dirigeant de KissKissBankBank.  Il s’agit de décrire l’accompagnement que KissKissBankBank propose aux porteurs de projets et de livrer les clés d’une campagne de financement participatif réussie.

 

Pour la Banque Postale et le Groupe La Poste, l’ambition est bien évidemment de développer la notoriété de KissKissBankBank et du financement participatif, et de l’inscrire pleinement dans la gamme d’offres innovantes de financement de La Banque Postale. Pour cela, 20 rencontres “KissKiss Dating” sont planifiées dans toute la France d’ici à la fin de l’année et 200 “KissKiss Dating” sont déjà programmés pour 2019, toujours sur l’ensemble du territoire national. Ces rencontres permettront aux collaborateurs du groupe La Poste, à leurs clients et porteurs de projets de découvrir et de se former au financement participatif.
L’objectif est de favoriser le déploiement et le financement de projets locaux et comme le rappelle Christian Labita, directeur régional de la Banque Postale, le groupe La Poste bénéficie pour cela du plus important réseau de contacts en France. Rien que pour la Région Sud, il y a plus de 1100 points de contacts La Poste !

 

KissKissBankBank & Co c’est :
Plus d’un million de porteurs de projets et de contributeurs passionnés.
Pour plus de 30 000 projets lancés,
Et plus de 99 millions d’euros collectés.

Facebook Comments
Lire la suite

Economie numérique

[Avis d’Expert] #Emerging Valley : Le développement numérique de l’Afrique : une affaire d’innovation et d’agilité

A la veille de l’événement Emerging Valley (20 & 21 novembre à Marseille et Aix-en-Provence) qui vise à faire de la métropole Aix-Marseille, le nouveau hub du business et des start-up entre l’Europe et l’Afrique, et d’y attirer de nouvelles entreprises à fort potentiel de croissance, Julien Warlouzé , président de JWA Strategy, un cabinet de conseil en stratégie internationale, nous présente le potentiel de croissance dans le numérique du continent africain.

Publié

le

Records d’éclosion et de levée de fonds des start-up, nouvelles technologies dépassant les standards occidentaux, l’Afrique présente un vaste potentiel de croissance dans le numérique, à condition d’être ingénieux et audacieux…

Des technologies disruptives qui ne suivent pas la courbe d’expérience occidentale
314, c’est le nombre de « tech hubs » que comptait le continent africain fin 2017. Alors qu’il n’en dénombrait que 120 l’année précédente, le Berceau de l’Humanité a vu fleurir de nouveaux écosystèmes pour soutenir la croissance de ses start-up technologiques[1]. Ces jeunes pousses africaines ont en effet battu des records en ce qui concerne les levées de fonds en 2018, dépassant en seulement un trimestre le total levé l’année précédente, soit environ 167 millions d’euros selon le cabinet d’étude africain WeeTracker[2].

A l’heure où encore 600 millions d’Africains ne sont pas directement reliés aux réseaux électriques nationaux, certains pays sont en avance sur l’Occident dans leurs habitudes technologiques. Au Kenya, plus de 70% des adultes utilisent M-Pesa, un système de paiement mobile à travers lequel transite environ 40% du PIB kenyan. Paradoxalement, le niveau de bancarisation ne dépasse pas les 40%. S’affranchissant du conservatisme des marchés traditionnels européens ou nord-américains, l’Afrique dispose d’un marché intérieur projeté à 2,5 milliards d’habitants d’ici 2050 et qui n’a pas peur des technologies disruptives. Haweya Mohamed, Directrice Générale d’Afrobytes, explique d’ailleurs que l’on « ne peut pas parler de technologies en Afrique sans penser à la Blockchain ou encore aux crypto-monnaies qui agissent sur l’ensemble des domaines : e-commerce, services, énergie, construction etc… »[3].
Autre indicateur prouvant l’évolution de l’écosystème africain : la présence des géants technologiques de plus en plus marquée sur le continent. IBM a ainsi mis « une plateforme cloud à disposition des entrepreneurs pour leur permettre de développer des applications sous des plateformes d’IBM » précise le directeur d’IBM pour l’Afrique francophone[4]. C’est aussi le cas d’Orange, qui investit 1 milliard d’euros par an pour construire des universités et des incubateurs en Afrique francophone.
Non seulement beaucoup reste à faire pour démocratiser les télécommunications sur tout le continent, mais les autres mastodontes de la tech n’y sont pas encore très présents, laissant plus de marge de manœuvre aux entreprises françaises qui jouissent par ailleurs de la proximité qu’offre la francophonie par rapport à leurs concurrents américains et asiatiques.

Une concentration des investissements à l’origine de fortes disparités régionales
Cependant, comme souvent, le progrès et le développement technologique se propage inégalement parmi les régions. Ainsi, en 2017 le Kenya, l’Afrique du Sud et le Nigeria ont reçu 76% des fonds investis, principalement soutenus par des grandes firmes américaines qui souhaitent garder un œil sur l’évolution de ce marché. Concernant les infrastructures de support, cinq pays (Kenya, Maroc, Nigeria, Afrique du Sud et l’Egypte) se partagent la moitié des tech hubs du continent, ne permettant pas une diffusion égale des avancées technologiques[5]. En termes de croissance cela se traduit par de grandes disparités régionales, la croissance en Afrique de l’Ouest n’excédant pas 0,4% quand elle dépasse les 5% en Afrique de l’Est[6].
Dans un rapport diffusé en 2017, la Banque Africaine de Développement (BAD) dénombrait plus de 500 millions de personnes vivant sous le seuil de pauvreté sur le continent, autrement dit vivant avec moins de 2,2 dollars par jour[7].

Connaissance du marché local et ingéniosité : les 2 critères gagnants pour toucher la « base de la pyramide »
L’Afrique se caractérise aussi par des entrepreneurs qui n’ont pas froid aux yeux. Selon Les Echos « seulement 24% d’entre eux disent que la peur les empêche de se lancer », à titre de comparaison, ce pourcentage atteint 58% en Italie et 61% en Grèce. De même, le contexte africain oblige les entreprises à être particulièrement innovantes si elles veulent capter la plus grosse part du marché, à savoir « la base de la pyramide »[8].
Face aux défis que présentent le manque de moyens financiers, l’accès à l’électricité ou à l’eau potable, les entreprises locales doivent redoubler d’ingéniosité pour proposer des services dignes des grandes entreprises occidentales. Pour ce faire, les entrepreneurs du continent peuvent s’inspirer des success stories telles que Jumia, la marketplace #1 dans une vingtaine de pays africains, et surnommée « l’Amazon africain »[9]. Autre start-up dans l’e-commerce, Afrimarket a levé plus de 10 millions d’euros fin 2016 pour développer sa plateforme de e-commerce et proposer un service de livraison efficace, y compris dans les régions les plus éloignées. Comprenant parfaitement le contexte local et ayant accès aux partenaires nécessaires sur le continent, ces start-up ont un temps d’avance sur les géants des pays du Nord pour capter la « base de la pyramide », où les business model classiques des GAFA ne peuvent être répliqués à l’identique[10].
Aussi, il est utile de rappeler que seulement 40%[11] de la population africaine vit en région urbaine. Ce qui signifie que la majorité des clients potentiels se situe dans des régions plus difficiles d’accès, et dont les besoins diffèrent grandement par rapport aux marchés traditionnellement visés par les entreprises françaises. Une fois encore, la réponse à ce type de challenge viendra par l’intégration des communautés locales au cœur du projet pour toucher un maximum de cette population rurale. L’entreprise sans but lucratif Solar Sister, qui opère au Kenya, en Ouganda et en Tanzanie propose un modèle innovant qui maximise efficacement la distribution de son service dans le « last mile »[12]. Concrètement, en formant les femmes qui étaient jusque-là sans emploi aux techniques de vente et aux basiques de l’entreprenariat, ces dernières font le relais au sein de leurs communautés en vendant des appareils fonctionnant à l’énergie solaire. La diffusion du service en impliquant les communautés locales permet d’éviter d’avoir une attitude paternaliste dans les pays en développement, grâce à la connaissance des besoins locaux, et l’accès à un réseau de distribution performant et étendu.

Étendre les moyens de financements au continent
Au-delà de l’ingéniosité des modèles utilisés par les startups en Afrique et des levées de fonds en croissance, beaucoup d’entrepreneurs africains continuent de voir l’accès au financement comme la principale barrière de développement. D’une part, les VC et autres investisseurs sont inégalement répartis sur le continent, avec une forte présence de ces derniers en Afrique anglophone, mais moindre sur la côte Ouest de la région[13].
Un autre obstacle qui freine les startups africaines dans leur course au financement vient du manque de données produites par ces dernières[14]. Il est vrai que l’accès au financement est une des principales barrières au développement des startups, mais beaucoup de jeunes pousses ne prennent pas le temps de définir des indices de performances concrets à joindre à leur dossier lorsqu’elles s’adressent à des détenteurs de capital. Mesurer l’impact et fournir des preuves tangibles de performance sont essentielles si elles veulent attirer des fonds supplémentaires. Une fois ces KPIs identifiés, les entreprises ne doivent pas avoir peur de se faire accompagner par des experts pour constituer des dossiers solides et approcher les acteurs les plus à même de soutenir la croissance de la startup.
Pour que l’Afrique se dote d’un écosystème de startups compétitif sur le long-terme, chaque pays doit encourager et comprendre l’interdépendance entre le rôle du gouvernement, de l’industrie et le cercle universitaire pour promouvoir une innovation soutenue. Beaucoup de témoignages d’entrepreneurs africains mentionnent comme principales barrières à la croissance la difficulté d’accéder au financement, mais aussi l’accès à une main d’œuvre compétente et une fiscalité suffisamment souple pour laisser le temps à l’activité de se développer.

Julien Warlouzé , Président JWA Strategy  

Sources : 

[1] Missionnaire d’Afrique : « Le boom des hubs technologiques en Afrique » (24 août 2016)
[2] Stratégies : « Record des levées de fonds en Afrique » (6 juillet 2018)
[3] 1001 Startups : « #Africatech: Les startups vont-elles faire décoller l’Afrique ? » (24 mai 2018)
[4] IBM : « IBM lance le programme «Digital – Nation Africa» (8 février 2017)
[5] 1001 Startups : « #Africatech: Les startups vont-elles faire décoller l’Afrique ? » (24 mai 2018)
[6] Le Monde Afrique: « Oui le taux de pauvreté en Afrique recule, mais le nombre de pauvres augmente » (8 juin 2017
[7]   Le Monde Afrique: « Oui le taux de pauvreté en Afrique recule, mais le nombre de pauvres augmente » (8 juin 2017)
[8] Les Echos : « La machine Afrique est lancée » (28 novembre 2016)
[9] Le Point Afrique : « Jumia, l’Amazon africain » (15 mai 2014)
[10] Frenchweb.fr : « Afrimarket lève 10 millions d’euros » (5 septembre 2016)
[11] http://www.banquemondiale.org/fr/news/press-release/2017/02/09/world-bank-report-improving-conditions-for-people-and-businesses-in-africas-cities-is-key-to-growth
[12] https://solarsister.org/
[13] « #Africatech: Les startups vont-elles faire décoller l’Afrique ? 
[14] https://www.agenceecofin.com/hebdop3/0106-57427-start-up-en-afrique-au-dela-des-paillettes-les-difficultes

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X