Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

Energie, environnement

L’Europe se mobilise autour de la plateforme Safers pour mieux lutter contre les incendies de forêt

Publié

le

En tout ce sont 14 partenaires issus de 7 pays européens : l’Italie, la Grèce, la Finlande, l’Allemagne, le Royaume-Uni, la France et l’Espagne qui se sont réunis de façon virtuelle les 8 et 9 octobre derniers sous l’égide de la fondation Links basée à Turin en Italie, pour la lancement de la plate-forme Safers (Approches structurées pour les situations d’urgence liées aux incendies de forêt dans les sociétés résilientes), destinée à “réaliser un système complet de gestion des urgences” pour mieux lutter contre les incendies de forêt.
Pour la France, les 2 partenaires sont le Service Départemental d’Incendie et de Secours de la Haute-Corse basé à Furiani et le SEMIDE*, Système Euro-Méditerranéen d’Information sur les savoir-faire dans le Domaine de l’Eau basé à Sophia Antipolis.

Les feux de forêt : Un défi mondial

À l’échelle mondiale, des incendies massifs ont balayé les forêts et d’autres paysages à un rythme alarmant, entraînant la perte de vies humaines, la destruction de maisons et la biodiversité, ainsi que l’émission des millions de tonnes de CO2 avec d’autres polluants et d’autres impacts destructeurs. De la Russie au Brésil, de l’Indonésie au Canada et aux États-Unis, de l’Europe, d’Israël et du Liban jusqu’au Groenland, les incendies de forêt sont devenus plus fréquents et plus graves. Ainsi en 2019, 12 millions d’hectares de forêt ont été brûlés en Amazonie. Aux États-Unis, et plus précisément en Californie cette année, les incendies ont brûlé plus de 1,5 million d’hectares, détruisant plus de 8 000 structures, faisant au moins 31 morts. En Europe, en 2019, la chaleur intense et la sécheresse ont contribué à la propagation de plus de 1 600 incendies, soit plus de trois fois la moyenne de la décennie, la France et l’Espagne ayant enregistré un nombre d’incendies plus élevé que d’habitude. Par conséquent, la nécessité d’une gestion efficace des situations d’urgence liées aux incendies de forêt s’imposait et était devenue très cruciale, en particulier lors d’une pandémie.

Safers : une plateforme européenne pour mieux gérer les situations d’urgence

Pour répondre à ce défi mondial, l’Union européenne a donc décidé de financer le projet Safers qui démarre ce mois-ci pour une période de 3 ans dans le cadre d’une mission visant à aider les sociétés à devenir plus résilientes au cours des phases clés du cycle de gestion des situations d’urgence liées aux incendies de forêt.
Safers va agréger une très grande quantité de données provenant de satellites telles que les données d’observation de la Terre et les services offerts par le programme Copernicus de l’UE, des données provenant des réseaux sociaux et d’autres applications utilisées par les citoyens ainsi que par le personnel d’urgence, des données en temps réel fournies par des capteurs précis pour détecter la fumée ou les incendies. Un algorithme avancé basé sur l’intelligence artificielle sera utilisé pour générer des cartes de risques et des alertes précoces dans la phase de préparation, estimer l’extension des feux de forêt et leur propagation en fonction des conditions météorologiques et du sol prévues en phase d’intervention, calculer les impacts d’un feu éteint en termes de pertes économiques et suivre la récupération des sols dans la phase post-événement.
Le projet rassemblera toutes ces données et services sur une plateforme ouverte pour la gestion des feux de forêt et validera les services dans le cadre de 4 pilotes comprenant des démonstrations sur le terrain en Italie, en France, en Espagne et en Grèce.
Doté d’un budget de 3,25 M€ sur 3 ans, Safers est cofinancé principalement par l’UE (2,899 M€), dans le cadre du programme européen Horizon 2020, et les quatorze partenaires.

*Le Système Euro-Méditerranéen d’Information sur les savoir-faire dans le Domaine de l’Eau est une initiative du partenariat Euro- Méditerranéen qui supporte la coopération dans le secteur de la gestion de l’eau en coordination avec les Ministères en charge de l’eau des 41 pays de l’Union pour la Méditerranée. Opérationnelle depuis fin 1999, son Unité Technique est basée à Sophia Antipolis, dans les locaux de l’Office International de l’Eau.

Facebook Comments
Lire la suite
Commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ecosystème

Meyreuil : Pytheas technology implante une filiale aux Etats-Unis et signe un premier contrat US

Publié

le

C’est un long chemin que Pytheas technology, start-up innovante incubée dans la pépinière de Meyreuil, a parcouru aux Etats-Unis avant d’implanter sa filiale à New-York suite à une collaboration réussie avec son partenaire américain Resolute Marine.  Grâce au soutien de la Région Sud, risingSUD, Région Sud Investissement, Bpifrance et Team France Export Sud, l’entreprise a bénéficié d’un accompagnement sur-mesure, répondant pas à pas à son besoin d’internationalisation. Créée en 2015 et spécialisée notamment dans le domaine des énergies renouvelables, Pytheas technology a développé une génératrice piézoélectrique adaptée aux mouvements lents et irréguliers et capable de transformer ainsi les mouvements de la houle marine en énergie. Le principal avantage de cette solution est d’offrir un rendement indépendant de la vitesse de rotation ; une innovation qui permet d’augmenter la production d’électricité à partir de sources renouvelables, améliorant leur rentabilité et augmentant leurs chances de déploiement à grande échelle.
Ainsi aux Etats-Unis, la start-up annonce avoir signer un contrat pour équiper un premier système pilote de conversion de l’énergie des vagues en électricité au large des côtes américaines. Elle répond également avec son partenaire américain rencontré lors du Bootcamp New York 2019 à des appels d’offres du Département des Energies Américain (DOE) dont elle a obtenu un financement. En parallèle du marché américain, Pytheas s’intéresse aussi au Japon où elle développe une solution commune avec un partenaire technologique rencontré lors du Japan Business Starter.
Aujourd’hui, Pytheas technology, c’est un chiffre d’affaires en constante croissance, une équipe de 18 personnes et une croissance de 100% sur les 3 dernières années.

(de G à D) Bernard Kleynhoff, Vincent Alcaniz et Frédéric Mosca

Mardi 20 octobre, Vincent Alcaniz et Frédéric Mosca, les deux fondateurs et dirigeants de Pytheas technology ont reçu la visite de Bernard Kleynhoff, conseiller régional, président de la commission Economie, Industrie, Innovation, Nouvelles Technologies et Numérique, et président de risingSUD. Venu les féliciter, l’élu régional a tenu à célébrer cette réussite singulière dans le contexte de crise économique que nous connaissons. “La success story de Pytheas technology doit être un modèle pour nos entreprises régionales. [–] Leur dynamisme et leur attractivité pour nos jeunes talents sont remarquables. En cette période de morosité, échanger avec ses co-fondateurs est un vrai coup de frais et d’optimisme”.

Facebook Comments
Lire la suite

Ecosystème

Toulon : Coup d’envoi de la société Hynomed, nouvel acteur varois pour le développement de l’hydrogène vert

Publié

le

Il y a deux ans, lors de l’inauguration sur le Circuit Paul Ricard au Castellet (83) de la première station-service d’hydrogène, Jacques Bianchi, président de la Chambre de commerce et d’industrie du Var, avait rappelé son ambition de “faire du Var le leader et la locomotive régionale du développement d’une filière hydrogène“. La CCI du Var a toujours été convaincue et mise depuis 2017 sur l’hydrogène comme accélérateur de la transition énergétique et vecteur de développement économique pour toute la région Provence-Alpes-Côte d’Azur.
Le 21 octobre dernier à Toulon, cette ambition était confortée avec le coup d’envoi de la SAS Hynomed en présence d’Albert Perez, Directeur Activités Nationales & Sud d’Engie Solutions, Jacques Bianchi, président de la Chambre de commerce et d’industrie du Var, et Richard Curnier, directeur régional de la Banque des Territoires en Provence-Alpes-Côte d’Azur, représentants les trois principaux actionnaires. Yves Le Trionnaire, directeur régional de l’ADEME Provence-Alpes-Côte d’Azur et Yannick Chevenard, conseiller régional représentant le Président de la Région Sud étaient également présents lors du lancement de ce projet parrainé par Hubert Falco, maire de Toulon et président de la métropole Toulon Provence Méditerranée. Hynomed se veut être une nouvelle société de production et de distribution d’hydrogène vert, étape stratégique du projet Hynovar*, dont l’objectif est de déployer un écosystème hydrogène au service de la mobilité terrestre et maritime en région Provence-Alpes-Côte d’Azur.
‘’Hynomed est la première pierre du vaste projet Hynovar développé depuis 2016 pour amorcer une filière nouvelle vertueuse, prometteuse et pourvoyeuse d’emplois non délocalisables. L’engagement de la CCI du Var dans Hynomed traduit sa volonté et sa capacité à mobiliser tous les acteurs et le tissu économique varois dans l’émergence de cette vaste filière hydrogène où il y a tant à faire durablement’’, souligne Jacques Bianchi.

De l’hydrogène vert pour des mobilités durables

Hynomed doit permettre de déployer, dans le Var, deux premières stations de production et de distribution d’hydrogène vert. A l’ouest de la métropole toulonnaise, le site portuaire de Brégaillon abritant un important hub de transport maritime, terrestre et ferroviaire, est le lieu pressenti pour accueillir la première station. Les études techniques et la concertation de l’ensemble des parties prenantes devront confirmer l’emplacement définitif. Flexible et adaptable, cette première station sera conçue de façon à monter en capacité au fil des années. Le calendrier opérationnel et les délais de commande permettent d’annoncer une mise en service fin 2022. A cette date la station assurera l’avitaillement de 7 à 10 bus hydrogène de la métropole, environ 50 véhicules utilitaires légers et une navette maritime innovante full hydrogène d’une capacité de 250 passagers, commandée par les Bateliers de la Côte d’Azur, entreprise de promenade en mer, et conçue par la startup régionale Hyseas.
Solution énergétique versatile à fort potentiel, l’hydrogène possède de nombreux avantages, dont celui de ne pas émettre de CO2 à son point d’utilisation quand il est employé en tant que source de carburant ou d’énergie propre. De ce fait, il peut jouer un rôle important dans la transition vers un système énergétique propre et bas carbone. Ainsi ce dispositif permettra d’éviter l’émission d’environ 1 675 tonnes de CO2 par an ! Le potentiel de développement est important avec, à moyen terme, l’alimentation d’autres usages comme les engins de manutentions portuaires, et la conversion d’un grand nombre de flottes industrielles et agricoles. A terme des bateaux bus, d’autres véhicules terrestres, ainsi qu’une desserte ferroviaire pourront envisager de se tourner vers l’hydrogène pour s’ancrer dans la transition énergétique.

Faire du Var un « Territoire hydrogène » pionnier et exemplaire

En contribuant à développer une filière hydrogène vert pérenne adaptée aux nouvelles mobilités, Hynomed entend conjuguer les bénéfices environnementaux et la santé publique grâce à la suppression des émissions de CO2 et de particules fines qui améliorera la qualité de l’air. Avec le déploiement d’Hynomed, le Var va non seulement bénéficier de cette énergie propre pour révolutionner les mobilités terrestres et maritimes mais aussi la produire, ce qui en fait un véritable territoire hydrogène. Hynomed est ainsi un projet de territoire ambitieux, innovant et écoresponsable.

* Labellisé en 2016 par les pôles de compétitivité Capenergies et Pôle Mer Méditerranée, le projet Hynovar a pour ambition le développement de différentes briques technologiques de la filière hydrogène, associant les moyens d’une production locale d’hydrogène vert en valorisant la production d’énergies renouvelables et plusieurs applications innovantes multi-secteurs, sur les territoires industriels, agricoles et portuaires du territoire varois et régional. Le programme Hynovar est porté par un consortium associant aux côtés des actionnaires d’Hynomed d’autres acteurs tels les Bateliers de la Côte d’Azur, la startup Hyseas ou encore le circuit Paul Ricard.
Fortement investies dans le projet Hynovar, la Région Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur et l’ADEME apportent un soutien financier significatif de plus d’un tiers du montant des opérations, à hauteur de 700 K€ au titre de l’Opération d’Intérêt Régional « Energies de demain » et de 6,45 millions d’euros au titre de l’Appel à projets ADEME «Ecosystèmes de Mobilité Hydrogène», dont 4,20 millions d’euros pour accompagner Hynomed dans l’implantation des stations-électrolyseurs (1,65 millions d’euros) et le développement de la mobilité terrestre (2,55 millions d’euros).

Facebook Comments
Lire la suite

Ecosystème

Monaco : Première sortie en public d’Hynova 40, le premier tender à hydrogène conçu à La Ciotat

Publié

le

Si Chloé Zaied comptait bien marquer les esprits avec son bateau à moteur révolutionnaire à l’occasion des salons nautiques de Cannes et La Rochelle malheureusement annulés depuis, elle aura été en revanche remarqué lors de l’événement “Monaco, capital of yachting experience” qui vient de se tenir dans la principauté (21 au 24 septembre). En marge d’une conférence traitant de l’hydrogène comme sérieuse alternative aux carburants fossiles, son tender Hynova 40, premier bateau de plaisance au monde utilisant de l’hydrogène pour naviguer sans polluer, destiné à être produit en série, a été présentée pour la première fois au public au Yacht-club de Monaco. Dans le microcosme de la grande plaisance, Hynova 40 est une petite révolution suscitant même la curiosité du Prince Albert II venu poser à ses côtés.

Le Prince Albert II avec Chloé Zaied sur le bateau Hynova 40 (photo Jean François Ottonello/Nice Matin)

L’Hynova 40, le premier tender écologique

Chloé Zaied

Jeune entrepreneure de 30 ans, passionnée de la mer, skippeuse professionnelle et personnellement impliquée pour la protection de l’environnement, Chloé Zaied a fondé en 2020 la start-up Hynova Yachts et porte la conception de ce bateau du futur. Mesurant 12 mètres avec une capacité d’accueil de 12 passagers, l’Hynova 40 est équipé du REXH2 (Range Extender Hydrogen), une technologie zéro émission, silencieuse et hybride hydrogène-électrique. Une innovation écologique sûre et durable pour alimenter en énergie verte un moteur électrique. Il dispose d’une autonomie de 8 heures à la vitesse de 12 nœuds mais peut atteindre une vitesse de 26 nœuds en pointe, il se recharge en quelques minutes une fois rentré au port. A 6 nœuds, l’Hynova 40 disposera d’une autonomie de 69 miles (111 km) en combinant piles et batteries. Pas de quoi, donc, traverser mers et océans. Utilisé comme day-boat ou en annexe de super yacht, l’Hynova 40 est destiné à être produit en série.
Par ailleurs, Hynova Yachts a apporté un effort particulier à la conception et au design du bateau, ce qui fait de lui, un produit haut de gamme. Ainsi en collaboration avec l’entreprise marseillaise Lab Syroco et sa plateforme de simulation numérique unique, un nouveau plan porteur a été intégré à la coque pour accroître à la fois l’efficacité énergétique et le confort de navigation. Enfin, les matériaux pour les futurs modèles seront le moins impactant possible sur l’environnement et seront, dans la mesure du possible, biosourcés.

Né aux chantiers navals de La Ciotat

Le concept unique au monde, Hynova 40, a été entièrement pensé et fabriqué aux chantiers navals de La Ciotat dans le sud de la France, en partenariat avec des grands noms du yachting et de l’innovation : Energy Observer Developments, Exequiel Cano Lanza pour CLYD, Fabrice Pouille de 10-6 DeSign, Lab Syroco, Toyota. Et Chloé Zaied annonce déjà que, comme pour le prototype, tous les tenders à venir seront également construits en France.
Pour cette innovation, la jeune chef d’entreprise a reçu en juillet dernier le prix « Coup de cœur » du jury lors du Monaco Solar & Energy Boat Challenge 2020. Mais au-delà de cette innovation en matière de propulsion maritime, son ambition est de promouvoir l’hydrogène vert comme nouvelle source d’énergie alternative non polluante. L’hydrogène vert constitue une solution de stockage d’énergies renouvelables efficiente permettant d’utiliser de manière fiable le surplus de production provenant de l’éolien, du solaire, ou de l’hydrolien à n’importe quel autre moment… ‘’et inscrire Hynova Yachts comme un maillon du changement vers de nouveaux modes de comportement. C’est un moyen de participer, à mon niveau, à la transition écologique de demain’’.

 

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X