Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

Logiciels, applications

La fintech salonaise Macatrust lance Circulariz, le premier logiciel antifraude financière des auditeurs

Publié

le

Créée à Salon-de-Provence (13) en février 2018, la fintech Macatrust, filiale de Gest On Line (35 personnes, CA de 3.3 millions d’euros, un portefeuille de plus de 1 800 cabinets d’expertise comptable clients représentant près de 10 000 utilisateurs…) innove en lançant Circulariz, la première plateforme numérique française de gestion de la circularisation. L’objectif principal de cette plateforme inédite, c’est d’aider les auditeurs financiers à automatiser le processus tout en participant à la mécanique de lutte contre la fraude financière.
Une méthode plus fiable pour un gain de temps estimé à 95%
Démarche obligatoire au cours d’un audit financier, la circularisation ou « procédure de confirmation directe » permet de vérifier auprès des banques et d’autres types de tiers, que les informations comptables et financières d’une entreprise correspondent bien à la réalité. Si l’outil existait déjà sous une forme ressemblante aux États-Unis, en Irlande ou encore en Allemagne, ce n’était pas le cas en France ! Grâce à Macatrust, les 13 000 commissaires aux comptes recensés sur le territoire national peuvent désormais bénéficier d’une solution française de ce type. D’un fonctionnement simple et intuitif, il permet – via une plateforme en ligne – de numériser et d’automatiser le processus de circularisation à l’aide d’algorithmes et de règles entièrement dématérialisées. Faisant le lien avec l’ensemble des parties prenantes d’une entreprise, Circulariz s’assure que les informations délivrées sur la plateforme par les tiers circularisés (banques, clients, fournisseurs, avocats, assurances…) correspondent bien à celles présentes dans la comptabilité et les registres de la société auditée. Il propose également des outils de suivi et d’analyse en temps réel permettant d’être alertés sur des évènements suspects au cours du processus de circularisation. « Circulariz révolutionne dans un premier temps le travail des auditeurs en réduisant de manière conséquente le temps passé sur chaque dossier : d’une moyenne de 6 heures à près de 20 minutes. Il permet par ailleurs de combattre les risques de fraudes financières en verrouillant toute intervention de la part du client audité, rendant pratiquement impossible la falsification des chiffres et des déclarations obtenues par les auditeurs » commente Jean-Baptiste Bouillat, CEO de Macatrust et cofondateur de Circulariz.
En quelques mois, Circulariz a déjà traitée plus de 3000 demandes de confirmation au format numérique, l’objectif étant d’arriver à 500 000 d’ici la fin de l’année 2019. Le contexte est favorable notamment avec la loi Pacte sur les entreprises, en cours d’examen à l’Assemblée Nationale, qui prévoit de rehausser les seuils déclenchant l’obligation de nommer un commissaire aux comptes. Une fois votée, la loi Pacte pourrait amplifier l’intérêt de ce nouvel outil auprès des professionnels de l’audit. D’ores et déjà de grands cabinets d’audit français et internationaux tout comme un certain nombre de directions financières de sociétés du CAC 40 sont prêts à utiliser la plateforme dès la fin d’année 2018.

Facebook Comments
Lire la suite
Commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ecosystème

La startup niçoise Vulog s’associe à Citymapper l’application spécialisée dans le calcul d’itinéraires urbains

Publié

le

Vulog, leader mondial des technologies de mobilité partagée, fait un pas de géant dans l’univers du MaaS (mobility as a service). La startup niçoise, décroche un partenariat avec la société londonienne, Citymapper, plateforme de recommandation de trajets créée en 2011 par Amat Yusuf, un ancien employé de Google. Active dans de nombreuses villes comme Londres, Berlin, Tokyo, Lyon, Paris et New York, l’application compte déjà plusieurs millions d’utilisateurs et affiche une présence dans 41 villes à travers le monde.

Des options toujours plus nombreuses

“Ce partenariat va permettre de jumeler les services de mobilité partagés” explique Grégory Ducongé, PDG de Vulog. C’est à dire qu’il permettra aux opérateurs de mobilité utilisant la technologie Vulog, de faire figurer leurs flottes de véhicules en autopartage dans l’agrégateur Citymapper. Un gain d’utilisateurs et de clients potentiels considérable. Pour les utilisateurs, les options de mobilité disponibles seront encore plus nombreuses, comprenant des vélos, scooters, trottinettes ou bien encore voitures. “Avec City Mapper, nous travaillons à la réalité de MaaS, en facilitant la vie des citadins, en rendant la mobilité agréable, accessible et durable” conclut Grégory Ducongé.

Facebook Comments
Lire la suite

Ecosystème

Marseille : Mailinblack se dote d’une application mobile

Publié

le

Avec plus de 10 000 clients en France issus du secteur privé et public, Mailinblack, éditeur marseillais de solution anti-spam, propose désormais une application mobile disponible sur Android et iOS. Simple d’utilisation, cette application a été pensée pour répondre aux besoins de ses clients en toutes circonstances.
Avec Mailinblack, dont le cœur de métier est la sécurisation des messageries professionnelles et la protection des données collaborateurs, l’utilisateur devient lui aussi acteur de la sécurité informatique, et grâce à cette application, il peut utiliser la solution en toute mobilité. Avec les notifications, impossible de passer à côté d’un message important quelles que soient les circonstances (déplacement, rendez-vous, télétravail…). Avec cette application mobile, les utilisateurs peuvent gérer leurs emails et leurs expéditeurs de la même manière que sur leur interface web. Ils sont informés en temps réel dès qu’un nouvel email est stoppé par Mailinblack grâce aux notifications.
« L’ergonomie et le design de l’application permettent aux utilisateurs de tirer parti de la solution en prenant en compte leurs contraintes au quotidien peu importe les conditions. Nous sommes aujourd’hui fiers de proposer cette application mobile afin de sécuriser les messageries » explique Paul Tolmer, directeur Produit de Mailinblack.
Alors que la protection des données et des utilisateurs prend une place majeure dans la société, Mailinblack a annoncé lors de sa première participation au FIC, le Forum International de la Cybersécurité qui s’est tenu il y a quelques jours à Lille (28 au 30 janvier), l’intégration d’algorithmes d’Intelligence Artificielle dans son moteur de détection des menaces par email pour une refonte technologique en profondeur. Ce qui permet d’augmenter l’intelligence humaine et d’apporter le contrôle en permettant la décision. L’application mobile Mailinblack a pour but d’apporter ces bénéfices à tous les utilisateurs au quotidien.

Facebook Comments
Lire la suite

Ecole, formation

Sophia-Antipolis : Partenariat entre Teach on Mars et Inria pour rendre la formation plus efficace grâce à l’IA

Publié

le

C’est une belle preuve du décloisonnement entre les mondes de l’entreprise et de la recherche que ce partenariat signé le 10 février 2020 entre Teach on Mars, éditeur de logiciel, leader européen du mobile learning, et Inria, l’institut national de recherche dédié aux sciences et technologies du numérique, dont l’objectif est d’intégrer des algorithmes intelligents permettant de proposer un apprentissage plus efficace aux apprenants, aux formateurs et aux organisations. L’intégration de l’intelligence artificielle au cœur de la solution Teach on Mars va ainsi permettre de renforcer les capacités de formation et rendre les stratégies de formation plus opérationnelles, tout en réduisant le coût des programmes pédagogiques.
‘’A l’heure de l’hyperpersonnalisation, l’intégration d’algorithmes intelligents constitue un enjeu fondamental pour mieux accompagner la montée en compétence des utilisateurs et abaisser le coût des programmes pédagogiques, au bénéfice des apprenants, des formateurs et des organisations’’ explique Vincent Desnot, Co-fondateur et CEO de Teach on Mars. ‘’Je suis donc convaincu par la valeur ajoutée d’Inria pour faire progresser l’agilité de la solution Teach on Mars !’’
Teach on Mars a été le pionnier sur le marché du mobile learning en développant dès 2013 la toute première plateforme de formation digitale mobile first permettant aux actifs de faire de leur smartphone leur compagnon d’apprentissage en se formant n’importe où, n’importe quand et sur n’importe quel device.

L’IA au service de l’apprentissage

Avec ce partenariat, la PME et le centre de recherche, tous deux implantées à Sophia-Antipolis, vont collaborer autour de travaux de recherche en intelligence artificielle et poursuivre des activités communes de recherche et développement dans le domaine de la formation. Ce partenariat est amorcé par une collaboration avec l’équipe de recherche Wimmics, spécialiste de l’intelligence artificielle sur le Web.
L’intelligence artificielle va faciliter, d’une part, la compréhension des besoins en formation, et, d’autre part, l’élaboration et la recommandation de parcours de formation personnalisés et donc adaptés à chaque apprenant (niveau de compétences et de connaissances, préférences d’apprentissage et temps disponible). L’IA va également aider les formateurs à générer des contenus pertinents et motivants, grâce à l’indexation automatique de ressources pédagogiques. Les stratégies d’apprentissage seront ainsi mieux alignées sur les besoins et les objectifs des apprenants et des organisations…

Des savoir-faire complémentaires

L’intérêt de cette collaboration réside dans la synergie entre les savoir-faire complémentaires de Teach on Mars et d’Inria. Cet accord permet ainsi à Teach on Mars de bénéficier des algorithmes créateurs de valeur développés par Inria. Et pour ce dernier, le partenariat, qui s’inscrit dans leur politique d’accompagnement des start-up Deeptech du numérique, va lui permettre de valider ses travaux sur des données et environnements réels et d’accompagner les projets ambitieux de Teach on Mars.
‘’La complémentarité entre les expertises de Teach on Mars et de l’équipe-projet Wimmics, équipe commune avec le CNRS, Université Côte d’Azur et Inria, va permettre de nouvelles avancées importantes et des innovations qui représentent les emplois de demain » précise Maureen Clerc, directrice du centre de recherche Inria Sophia-Antipolis – Méditerranée.
En mutualisant leurs expertises et ressources, les deux organisations offrent une solution au plus près des attentes des apprenants, des formateurs et des organisations.

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X