Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

*

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

Economie numérique

France Expérimentation, un “guichet unique” pour favoriser l’innovation

Fin juin, le gouvernement annonçait la création d’un “guichet unique”, baptisé France Expérimentation, afin de favoriser l’expérimentation et l’innovation dans le secteur économique, via des dérogations temporaires au cadre réglementaire en vigueur.

Publié

le

Fin juin, le gouvernement annonçait la création d’un “guichet unique”, baptisé France Expérimentation, afin de favoriser l’expérimentation et l’innovation dans le secteur économique, via des dérogations temporaires au cadre réglementaire en vigueur.

Ce dispositif, dévoilé par le ministre de l’Economie Emmanuel Macron et le secrétaire d’Etat chargé de la Réforme de l’Etat Jean-Vincent Placé, s’accompagne d’un appel à projets, ouvert aux entreprises comme aux associations.

La Constitution française autorise déjà, depuis 2003, les dérogations temporaires afin de tester et d’évaluer dans les conditions du réel les conséquences d’une nouvelle réglementation. Depuis cette date, 23 décrets, 25 arrêtés et 4 ordonnances ont ainsi été décidés pour ouvrir la voie à des expérimentations, par exemple en matière de circulation routière, pour autoriser les deux et les trois roues à circuler entre les files.

Mais, pour l’exécutif, l’expérimentation n’est pas assez utilisée et surtout méconnue des chefs d’entreprise. D’où la mise en place de « France Expérimentation », « un processus administratif clair pour faciliter les démarches des acteurs auprès d’un interlocuteur unique, la Direction générale des entreprises (DGE), avec des relais régionaux (les DIRECCTE) et un site Internet », a précisé Emmanuel Macron.

Objectif affiché par Bercy : « Intensifier la mise en œuvre du droit à l’expérimentation. »

Selon Bercy, la France est le quatrième pays au monde après le Japon, le Royaume-Uni et l’Australie à mettre en place un tel dispositif. “Notre pays doit prendre davantage de risques“, a estimé le ministre de l’économie, s’appuyant sur plusieurs exemples. Parmi eux : un projet d’hydrolienne fluviale développé sur la Loire, à Orléans, par l’entreprise Hydroquest. Cette dernière a obtenu une autorisation d’occupation temporaire du domaine public (site classé Natura 2000) de deux ans, assortie d’une enquête d’incidence. Le produit d’Hydroquest est aujourd’hui commercialisé.

France Expérimentation : 1er appel à projets

Un premier appel à projets est lancé à l’occasion de la création de France Expérimentation. Il s’adresse aux porteurs d’un projet (personne morale ou personne physique) innovant dont le développement est freiné ou entravé par certaines dispositions règlementaires (décret ou arrêté).

Les dossiers déposés avant le 31 décembre prochain doivent proposer une adaptation du cadre réglementaire permettant à terme la mise sur le marché de produits ou services nouveaux. Le détail des critères d’éligibilité des projets est précisé dans le cahier des charges de l’appel à projets.

Ce cahier des charges est disponible sur http://www.entreprises.gouv.fr/politique-et-enjeux/france-experimentation-appel-a-projets

Les projets les plus novateurs pourront faire l’objet de dérogations temporaires, sur une partie du territoire si les besoins de l’expérimentation le justifient et seront annoncées en septembre.

Planning 1er appel à projets :

  • 29 juin 2016 : ouverture de l’appel à projets, les DIRECCTE peuvent aider à la constitution du dossier ;
  • 31 juillet 2016 : premier relevé intermédiaire des dossiers ;
  • Septembre 2016 : annonce des premières expérimentations retenues par le Conseil de la simplification pour les entreprises ;
  • 30 septembre 2016 : second relevé intermédiaire des dossiers ;
  • Automne 2016 : lancement des expérimentations issues du premier relevé intermédiaire 31 décembre 2016 : fermeture de l’appel à projets ;
  • Printemps 2017 : lancement des nouvelles expérimentations

Site internet de France Expérimentation : www.entreprises.gouv.fr/france-experimentation

Contact DGE : france-experimentation[@]finances.gouv.fr

Contacts en DIRECCTE : voir la liste consultable sur le site internet

Facebook Comments
Lire la suite
Commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3D, VR, AR

Nexvision recrute 10 ingénieurs pour accélérer son développement

Publié

le

Par

Bureau d’étude optronique spécialisé dans les systèmes de vision complexes, Nexvision développe des systèmes complets, hardware et software, incluant des algorithmes de pointe dans le traitement et l’analyse d’images.
En parallèle de son activité de bureau d’étude, la société développe une gamme de produits de vision de nuit et de vision panoramique très haute définition.
Basée à Marseille, Nexvision s’attaque à plusieurs marchés : #aéronautique #aérospatial #défense #sécurité #médical et emploie environ 30 personnes.
Pour renforcer ses équipes et accélérer le développement de ses produits de vision, Nexvision recrute 10 #ingénieurs (F/H) dont les profils sont :

  • Ingénieur conception logique HDL/FPGA
  • Ingénieur software embarqué
  • Ingénieur software embarqué linux kernel
  • Ingénieur hardware électronique

Si vous souhaitez postuler : http://nexvision.fr/contact/ 

Facebook Comments
Lire la suite

Economie numérique

La Poste lance la quatrième édition de son concours French IoT

La Poste lance la 4ème édition de son concours French IoT, à l’occasion du Lab Postal, sa rencontre annuelle de l’Open Innovation, qui s’est tenue les 27 et 28 mars 2018 au siège du Groupe.

Publié

le

La Poste lance la 4ème édition de son concours French IoT, à l’occasion du Lab Postal, sa rencontre annuelle de l’Open Innovation, qui s’est tenue les 27 et 28 mars 2018 au siège du Groupe. La Poste poursuit ainsi sa démarche de soutien à l’innovation avec les start-up et les grands groupes partenaires pour accélérer le développement de services connectés.

Bénéficier d’un écosystème complet grâce au programme French IoT
Initié en 2015, le programme French IoT offre chaque année l’opportunité à une soixantaine de nouvelles start-up de profiter du dispositif mis en place par La Poste. Elles peuvent ainsi…
– Bénéficier d’un écosystème complet d’acteurs clés de l’IoT : partenaires et experts sont mobilisés au niveau national et dans les régions, pour soutenir les start-up et leur faciliter l’accès à de nouveaux marchés
– Rejoindre une communauté dynamique de 180 start-up porteuses de solutions innovantes pour bénéficier des synergies entre entrepreneurs de l’IoT
– Accéder à la plateforme IoT de La Poste, le Hub Numérique, pour héberger les données en toute confiance et accélérer la conception de nouveaux services en ligne
Parmi ces lauréats, une quinzaine de finalistes accéderont au programme d’accélération French IoT, accompagnement complet et sur-mesure de 6 mois avec une participation au CES 2019 avec La Poste.

Avoir un objet ou un service connecté innovant pour candidater
Pour devenir futur lauréat French IoT 2018, les start-up et PME candidates doivent disposer d’un objet ou un service connecté innovant, en phase de pré-commercialisation dans l’une des thématiques du concours :
Santé – les solutions pour améliorer les services dans les établissements de santé, et le mieux-être, la prévention ou encore la surveillance médicale des particuliers ;
Smart city – les solutions connectées destinées aux commerces, entreprises et habitants contribuant à la création de la ville de demain;
Mobilité – les innovations pour faciliter l’expérience voyageurs;
Services de proximité – nouvelle thématique 2018 sous le parrainage de la branche services courrier colis du Groupe La Poste ouverte aux solutions qui simplifient le quotidien des entreprises, des commerces et des particuliers (familles, enfants, étudiants, seniors, …).

Le programme French IoT est co-sponsorisé par 4 grands groupes particulièrement engagés dans l’innovation et la transformation digitale de leurs services : Altarea-Cogedim, le Fonds Innovation & Recherche de la Fédération Hospitalière de France, Malakoff Médéric et le groupe RATP.
Les start-up intéressées peuvent déposer leur candidature en ligne du 27 mars au 30 avril 2018, sur la plateforme dédiée : concours-french-iot.laposte.fr

Facebook Comments
Lire la suite

Economie numérique

La Région Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur lance DataSud, une plateforme numérique de données

La Région Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur lance DataSud, une plateforme numérique de données

Publié

le

Data Sud, c’est le nom de la nouvelle plateforme numérique de données de dernière génération que la Région Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur et le Centre Régional de l’Information Géographique (Crige PACA) ont officiellement lancé le 3 mars dernier, à l’occasion de la journée internationale de l’Open Data.
DataSud a pour objectif de diffuser massivement des données ouvertes, géographiques et intelligentes, publiques comme privées. DataSud est présenté comme un guichet unique de la donnée en Provence-Alpes- Côte d’Azur. Dans son communiqué la Région Sud souligne que « Les données publiques comme privées permettront de déployer des services numériques opérationnels à la population. Santé, transports, tourisme, formation, énergies, l’innovation par les données a pour objectif d’accélérer la transformation numérique dans tous les secteurs ». Sur le site DataSud (version beta), une trentaine* de collectivités et de partenaires privés participent à une première phase de tests et de publications sur la plateforme, une centaine sont attendus pour fin 2018.
renaud muselierObjectif : « Construire la smart Région »
« Nous sommes la 1ère Région à marier données géographiques, ouvertes et intelligentes et proposer une telle plateforme avec d’aussi nombreux partenaires publics et privés”, déclare le président de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, Renaud Muselier rappelant que cette plateforme s’inscrit dans la politique d’innovation et la stratégie numérique pour positionner Provence-Alpes-Côte d’Azur comme la 1ère Smart Région d’Europe. « Je souhaite engager Provence-Alpes-Côte d’Azur dans l’ACTE II de l’Open data en passant de la « donnée ouverte » à la « donnée intelligente » et construire ainsi la Smart Région. Ce qui permettra à nos entreprises de déployer des applications et services toujours plus innovants, en réponse aux enjeux de notre territoire, mais également de moderniser nos administrations. Les données sont « le carburant » indispensable pour le développement de nouveaux services à destination de l’ensemble des usagers. Notre Région doit être exemplaire dans sa démarche d’innovation. »

* Marseille, Aubagne, Aix-en-Provence, Le Pradet, Avignon, Métropole Aix-Marseille Provence, Métropole de Nice Côte d’Azur, les Conseils départementaux du Var, du Vaucluse, des Alpes-de-Haute-Provence, des Hautes-Alpes…mais également de grands acteurs économiques de l’énergie RTE, Enedis, AirPACA, GRDF…

Pour en savoir + : http://www.datasud.fr

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X