Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

Dossiers, expertises

[Étude] ‘’Entre craintes et opportunités’’, telle est la perception que les français ont de l’IA !

Publié

le

Le cabinet parisien Keley Consulting et l’institut YouGov France ont réalisé une étude publiée en septembre dernier sur la perception des Français sur l’intelligence artificielle. Ils se sont intéressés à des questions fondamentales telles que ; est-ce-que Les français pensent que l’IA améliorera leurs conditions de vie ? s’attendent-ils à un impact sur l’emploi, la santé ou encore la sécurité ? Et de façon plus générale, quelle place occupera l’IA dans leur quotidien ?
Le moins que l’on puisse dire, c’est que sur ce sujet, la perception des Français reste équivoque !

L’intelligence artificielle, entre crainte et inconnu ! 
En premier lieu, l’IA n’est pas un inconnu, 90% des sondés en ont déjà entendu parler. En revanche, en creusant un peu, il apparaît que 25% de ces personnes avouent ne pas savoir de quoi il s’agit !

Parmi ces répondants qui s’estiment moins informés, seuls 43% considèrent l’IA comme une opportunité pour la France, contre 71% des personnes ayant une meilleure compréhension. Seulement 32% des personnes peu informées pensent que l’IA améliorera leur condition de vie lors des 10 prochaines années, contre 59% des personnes ayant une connaissance plus poussée de l’IA.

La connaissance de l’IA traduit un clivage social assez net :
74% des CSP supérieures savent en quoi consiste l’IA, contre 63% pour les CSP populaires et 62% pour les inactifs.
Les étudiants sont 78% à comprendre ce qu’est l’IA et les travailleurs 70%, contre seulement 58% pour les sans-emploi.
Les Français n’ayant pas le baccalauréat sont 52% seulement à savoir en quoi consiste l’IA. Les titulaires du bac se considèrent informés à 66%, ceux qui ont fait des études supérieures à 75%.
Ces différences ont un fort impact sur l’optimisme ou le pessimisme ressenti par rapport à l’IA. Les inactifs, les sans emploi et les moins diplômés voient beaucoup moins les opportunités que peut offrir l’IA. Aussi, les plus diplômés sont 66% à considérer l’IA comme une opportunité pour la France, contre 56% des détenteurs du baccalauréat et 52% de ceux qui ne l’ont pas.

Le revenu universel plébiscité
Si l’intelligence artificielle est une menace pour certains emplois, elle peut aussi créer une richesse importante, ouvrant la porte au concept de revenu universel. Interrogés sur le sujet, près de 6 Français sur 10 (59%) se sont prononcés pour son utilité.
Les sans-emploi se sentent évidemment les plus concernés puisqu’ils sont 69% à juger que ce serait utile au plus grand nombre.

Une vision différentiée à propos des politiques publiques
La perception de l’impact de l’IA sur les services publics suit la même logique. Seuls 43% des moins diplômés pensent que l’IA peut améliorer le fonctionnement de l’administration, contre 57% des plus diplômés.

Lorsque l’on aborde la question des financements publics, les publics moins favorisés sont plus réticents à ce que l’État investisse dans l’IA. Les inactifs sont seulement 40% à juger l’augmentation des financements de l’État à destination de l’IA comme bénéfique, contre 50% des CSP supérieures. Les sans-emploi sont encore moins nombreux (39%), tout comme les moins diplômés (38% des non titulaires du baccalauréat Vs 49% des personnes ayant fait des études supérieures).

Des effets positifs sur la santé et la sécurité
L’IA est considérée comme une opportunité en matière de santé et de sécurité, et ce sans qu’il existe de disparités notables entre les catégories de population. Seul le niveau de connaissance de l’IA influence véritablement les résultats. 55% des Français jugent que l’IA peut améliorer la prévention et les soins apportés (65% pour ceux qui savent en quoi consiste l’IA, 41% pour ceux qui ne savent pas).
55% des répondants pensent que l’IA peut améliorer la lutte contre le terrorisme via l’utilisation des données disponibles (62% pour ceux qui savent en quoi consiste l’IA, 47% pour ceux qui ne savent pas). Sur ce thème aussi, les différentes catégories sociaux-professionnelles sont quasiment toutes majoritairement favorables à l’utilisation de l’IA pour lutter contre le terrorisme.

Conclusion de Benjamin Hannache, Directeur associé de Keley Consulting :
« Le résultat de l’étude ressemble à un résultat de présidentielle en France. Environ 1 français sur 2 (48%) déclare que l’IA va améliorer ses conditions de vie dans les prochaines années. On observe un clivage important, essentiellement lié au niveau d’information sur le sujet et au degré de sécurité économique.
Deux discours opposés semblent modeler les opinions : un discours publicitaire, vantant les mérites de produits « intelligents », quasi magiques : des automobiles, aux téléphones mobiles en passant par les systèmes d’alarmes…
Et, en face, un discours presque dystopique politiquement engagé, voir technophobe, qui met en avant des risques inédits : déshumanisation des relations, chômage de masse, voire cataclysme fatale à l’humanité. Pour les professionnels et les pouvoirs publics, la pédagogie doit être une priorité. »

A propos de l’étude
L’étude sur l’intelligence artificielle a été réalisée par le cabinet YouGov pour le compte de Keley Consulting. Il a interrogé 1058 personnes représentatives de la population française entre le 13 et le 16 juillet 2018.

Facebook Comments
Lire la suite
Commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dossiers, expertises

[Etude] Selon la cabinet américain Zscaler, 91,5 % des données IoT des entreprises ne sont pas protégées

Publié

le

Zscaler, une société américaine de sécurité mondialement reconnue a analysé plusieurs millions de transactions de données IoT. Selon ce spécialiste, la grande majorité, 91,5 % d’entre elles ne sont pas chiffrées, tandis que 8,5 % seulement sont protégés par protocole SSL. En clair, les cyberattaquants peuvent s’en prendre aux fichiers des entreprises, les lire, les altérer et les modifier sans que l’opérateur ne s’en aperçoive.
Pour arriver à ce résultat, l’équipe de chercheurs a étudié un mois de trafic d’entreprise à travers le Cloud et le Web à la recherche d’empreintes numériques d’objets connectés. Elle a noté 56 millions de transactions de données IoT. Elle a réussi à identifier le type de dispositifs, les protocoles et les serveurs utilisés. Les experts ont pu générer une carte des trafics IoT et la fréquence des communications en entrée et en sortie.

Les terminaux de saisie génèrent 80 % du trafic observé
Au total, 1051 entreprises possèdent au moins des équipements IoT. Plus de la moitié (52 %) des 270 types de produits concernés sont des décodeurs TV connectés, suivis par les télévisions intelligentes, environ 17 %, les wearables, (8 %), les terminaux de saisie de données (8 %). Les imprimantes (7 %), les caméras IP et les téléphones (5 %), puis les équipements médicaux (1%) complètent ce tableau. Les destinations de communications les plus courantes sont l’Australie (57%), les États-Unis (37 %) et la République d’Irlande (2 %).
L’on pourrait se dire que les décodeurs TV ne correspondent pas aux critères industriels. Pourtant, ce ne sont pas ceux-là qui sont les plus vulnérables. En effet, Zscaler estime que les terminaux de saisie de données comme les appareils de picking génèrent 80 % du trafic observé.

Le problème du « Bring Your Own Device » concerne aussi l’IoT
Une partie des entreprises protègent leurs communications IoT. Environ 18 % d’entre elles utilisent en permanence le protocole SSL pour les objets connectés. Sur les 82 % restants, la moitié a déployé une procédure SSL pendant un temps et l’autre jamais. Le spécialiste de la cybersécurité a également découvert que les authentifications et mises à jour en HTTP texte plein sont courantes, tandis que les bases de données de virus connus ne contenaient pas les dernières trouvailles. Enfin, les mots de passe par défaut s’avéraient souvent trop faibles pour protéger les entreprises.
D’ailleurs, les chercheurs ont noté la corruption de certains objets par les malware IoT Mirai, Gafgyt, Rift, Bushido, Mushstik et Hakai. Zscaler prétend bloquer chaque trimestre plus de 6 000 transactions vulnérables.
Il faut dire que les entreprises utilisent ou laissent leurs employés connecter des produits grands publics à leurs réseaux. Les sociétés ne voient pas le problème, car les données ne sont pas stockées au sein de leurs infrastructures. Pourtant, le fait que la majorité des objets connectés appartiennent aux salariés est une cause non négligeable, selon Zscaler.

Facebook Comments
Lire la suite

Avis d'Experts

[Avis d’experts] Bien maîtriser sa gestion d’infrastructure : un sujet-clé pour les exploitants de sites

Publié

le

Les gestionnaires de stade, de gare, d’aéroport, de centre commercial, ou encore d’hôpital ont une préoccupation commune : la fréquentation de leur établissement. La gestion des flux en est un aspect primordial, notamment concernant le niveau de sécurité et le degré d’accessibilité de l’établissement, mais aussi en matière de qualité d’accueil. Respecter les normes de sécurité inhérentes aux établissements recevant du public, garantir la sûreté des personnes et offrir l’accessibilité pour tous représentent les bases d’une offre de qualité. Cela fait partie des prérogatives majeures des gestionnaires et représente un critère notable de popularité.

Quelques questions à se poser pour mener à bien son projet
 Quels sont les niveaux de fréquentation ? Comment augmenter la fluidité des cheminements ? Comment gérer les accès ? Comment planifier les interventions d’urgences ? Quels sont les espaces à forte visibilité ? Quelle procédure enclencher en cas de crise ? Comment se préparer aux aléas ?  Comment améliorer la lisibilité de l’information ? Comment rationaliser la qualité des espaces commerciaux ? Toutes ces interrogations sont légitimes à bien des égards et doivent faire partie du processus de réflexion initié par les gestionnaires d’infrastructures.

Le digital comme nouvel allié des transformations à mener
 Les technologies jouent un rôle-clé dans la rationalisation des espaces publics. Elles permettent d’évaluer virtuellement un établissement sur de nombreux points : évacuation, capacité maximum, accessibilité PMR, niveau de connexion avec l’environnement urbain, vérification des normes, visibilité des enseignes commerciales, zones de chalandise ou encore planification de la signalétique. La modélisation et la simulation des flux forment un outil idéal de conception, de coopération et d’analyse, aussi bien d’un point de vue commercial que fonctionnel.
La simulation permet de répondre aux attentes des gestionnaires qui pourront prendre des décisions reposant sur des indicateurs fiables. Que ce soit lors des phases d’avant construction ou lors de la rénovation, de l’agrandissement ou de la redistribution des bâtiments, cette approche s’avère indispensable pour concevoir des infrastructures modernes où l’utilisateur occupe une place centrale.

Pas de technologies sans intelligence
 En complément de la technologie, il est utile de s’appuyer sur des bureaux d’études spécialisés en gestion des flux. Leur rôle est d’accompagner pas-à-pas les gestionnaires d’infrastructures et leurs experts dans leurs projets, depuis leur conception jusqu’à leur gestion opérationnelle.
En effet, que ce soit dans le domaine de la sécurité, de la sûreté ou encore de la mobilité des personnes, la technologie ne peut que compléter l’expertise humaine et non la supplanter. Ainsi, les bureaux d’études apportent une expertise métier aux experts opérationnels de la gestion d’infrastructures. Leurs conseils en gestion des flux permettent aux équipes en place de tirer le maximum d’avantages des technologies.
La pertinence des simulations nécessite en effet un travail d’analyse amont conséquent pour définir les scénarii. Cette phase de captation des besoins et des données est essentielle dans la définition des variables à prendre en considération. Il est donc crucial de se référer non seulement à la bonne technologie mais aussi aux bonnes personnes.

 Par Jade Aureglia – Directrice d’étude chez Onhys

Facebook Comments
Lire la suite

Dossiers, expertises

[VIDÉO] Medinsoft édite un Livre Blanc sur le RGPD qui fête son premier anniversaire

Publié

le

Il y a un an, le 25 mai 2018, entrait en application le règlement général sur la protection des données (RGPD), un texte redéfinissant les droits des citoyens et les obligations des entreprises en matière de données personnelles dans toute l’Union européenne (UE). Un an plus tard, alors que chacun établit un premier bilan de ce qui avait été annoncé comme une révolution dans un monde numérique dopé à la donnée personnelle, la Commission Legal’In Tech de Medinsoft édite un Libre Blanc sur le RGPD : ‘’Un guide pour comprendre l’essentiel et mettre en œuvre le RGPD au sein de son entreprise’’.
Ce guide tombe à pic car assez logiquement, le bilan de la première année démontre qu’il y a encore beaucoup à faire, et que les entreprises françaises ciblant notamment les marchés grand public ont encore de grandes difficultés dans leur majorité à appliquer pleinement le nouveau règlement.

 

 

 

 

 

 

Fruit d’un travail de plusieurs mois, réalisé par des experts, ce Livre Blanc est consultable et téléchargeable sur le site de Medinsoft.

 

[VIDÉO] Océane Phan-tan-luu, présidente de la commission Legal’In Tech explique pourquoi un Livre Blanc et comment se caractérise son contenu.

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X