Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

Dossiers, expertises

[Etude] ‘’Entre craintes et opportunités’’, telle est la perception que les français ont de l’IA !

Publié

le

Le cabinet parisien Keley Consulting et l’institut YouGov France ont réalisé une étude publiée en septembre dernier sur la perception des Français sur l’intelligence artificielle. Ils se sont intéressés à des questions fondamentales telles que ; est-ce-que Les français pensent que l’IA améliorera leurs conditions de vie ? s’attendent-ils à un impact sur l’emploi, la santé ou encore la sécurité ? Et de façon plus générale, quelle place occupera l’IA dans leur quotidien ?
Le moins que l’on puisse dire, c’est que sur ce sujet, la perception des Français reste équivoque !

L’intelligence artificielle, entre crainte et inconnu ! 
En premier lieu, l’IA n’est pas un inconnu, 90% des sondés en ont déjà entendu parler. En revanche, en creusant un peu, il apparaît que 25% de ces personnes avouent ne pas savoir de quoi il s’agit !

Parmi ces répondants qui s’estiment moins informés, seuls 43% considèrent l’IA comme une opportunité pour la France, contre 71% des personnes ayant une meilleure compréhension. Seulement 32% des personnes peu informées pensent que l’IA améliorera leur condition de vie lors des 10 prochaines années, contre 59% des personnes ayant une connaissance plus poussée de l’IA.

La connaissance de l’IA traduit un clivage social assez net :
74% des CSP supérieures savent en quoi consiste l’IA, contre 63% pour les CSP populaires et 62% pour les inactifs.
Les étudiants sont 78% à comprendre ce qu’est l’IA et les travailleurs 70%, contre seulement 58% pour les sans-emploi.
Les Français n’ayant pas le baccalauréat sont 52% seulement à savoir en quoi consiste l’IA. Les titulaires du bac se considèrent informés à 66%, ceux qui ont fait des études supérieures à 75%.
Ces différences ont un fort impact sur l’optimisme ou le pessimisme ressenti par rapport à l’IA. Les inactifs, les sans emploi et les moins diplômés voient beaucoup moins les opportunités que peut offrir l’IA. Aussi, les plus diplômés sont 66% à considérer l’IA comme une opportunité pour la France, contre 56% des détenteurs du baccalauréat et 52% de ceux qui ne l’ont pas.

Le revenu universel plébiscité
Si l’intelligence artificielle est une menace pour certains emplois, elle peut aussi créer une richesse importante, ouvrant la porte au concept de revenu universel. Interrogés sur le sujet, près de 6 Français sur 10 (59%) se sont prononcés pour son utilité.
Les sans-emploi se sentent évidemment les plus concernés puisqu’ils sont 69% à juger que ce serait utile au plus grand nombre.

Une vision différentiée à propos des politiques publiques
La perception de l’impact de l’IA sur les services publics suit la même logique. Seuls 43% des moins diplômés pensent que l’IA peut améliorer le fonctionnement de l’administration, contre 57% des plus diplômés.

Lorsque l’on aborde la question des financements publics, les publics moins favorisés sont plus réticents à ce que l’État investisse dans l’IA. Les inactifs sont seulement 40% à juger l’augmentation des financements de l’État à destination de l’IA comme bénéfique, contre 50% des CSP supérieures. Les sans-emploi sont encore moins nombreux (39%), tout comme les moins diplômés (38% des non titulaires du baccalauréat Vs 49% des personnes ayant fait des études supérieures).

Des effets positifs sur la santé et la sécurité
L’IA est considérée comme une opportunité en matière de santé et de sécurité, et ce sans qu’il existe de disparités notables entre les catégories de population. Seul le niveau de connaissance de l’IA influence véritablement les résultats. 55% des Français jugent que l’IA peut améliorer la prévention et les soins apportés (65% pour ceux qui savent en quoi consiste l’IA, 41% pour ceux qui ne savent pas).
55% des répondants pensent que l’IA peut améliorer la lutte contre le terrorisme via l’utilisation des données disponibles (62% pour ceux qui savent en quoi consiste l’IA, 47% pour ceux qui ne savent pas). Sur ce thème aussi, les différentes catégories sociaux-professionnelles sont quasiment toutes majoritairement favorables à l’utilisation de l’IA pour lutter contre le terrorisme.

Conclusion de Benjamin Hannache, Directeur associé de Keley Consulting :
« Le résultat de l’étude ressemble à un résultat de présidentielle en France. Environ 1 français sur 2 (48%) déclare que l’IA va améliorer ses conditions de vie dans les prochaines années. On observe un clivage important, essentiellement lié au niveau d’information sur le sujet et au degré de sécurité économique.
Deux discours opposés semblent modeler les opinions : un discours publicitaire, vantant les mérites de produits « intelligents », quasi magiques : des automobiles, aux téléphones mobiles en passant par les systèmes d’alarmes…
Et, en face, un discours presque dystopique politiquement engagé, voir technophobe, qui met en avant des risques inédits : déshumanisation des relations, chômage de masse, voire cataclysme fatale à l’humanité. Pour les professionnels et les pouvoirs publics, la pédagogie doit être une priorité. »

A propos de l’étude
L’étude sur l’intelligence artificielle a été réalisée par le cabinet YouGov pour le compte de Keley Consulting. Il a interrogé 1058 personnes représentatives de la population française entre le 13 et le 16 juillet 2018.

Facebook Comments
Lire la suite
Commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Avis d'Experts

[Expert] Ce qu’il faut savoir avant de s’engager dans la jungle des photocopieurs et des contrats de leasing

Publié

le

Les photocopieurs sont un poste budgétaire important dans les PME et les entreprises utilisatrices remontent très souvent les mêmes insatisfactions : loyer trop élevé, augmentation du prix des consommables, insatisfaction du service et engagement impossible à solder…
Première idée reçue : vous n’avez pas besoin d’attendre la fin de votre contrat pour le remettre en question et faire des économies !!!

 

LE LEASER
Les frais de dossier : ils ne sont pas demandés par tous les leasers, néanmoins vous pouvez demander de les faire retirer ou offrir.
L’assurance proposée par un leaser n’est absolument pas une obligation à partir du moment où vous avez déjà votre propre assurance professionnelle et que vous pouvez en justifier. Dans ce cas le loyer ne sera pas majoré.
Prorata temporis : vérifiez que le leaser ne vous fasse pas payer un loyer au prorata temporis. En effet, dans la plupart des cas, ce loyer n’est qu’un prétexte pour faire payer au client un loyer supplémentaire qui vient s’ajouter à ceux initialement prévus.

LE CONTRAT
Dénonciation d’un contrat : vous pouvez toujours résilier un contrat ou demander à ce qu’il ne reparte pas par tacite reconduction. Dans les deux cas, les loyers se règlent habituellement terme à échoir, les CGV précisent de faire un courrier 3 mois avant la dernière échéance. Il faut donc envoyer le courrier (en recommandé) 6 mois avant la fin du contrat, au moins trois mois avant le dernier loyer prélevé.
Astuce : adressez-le recommandé avec accusé de réception pour demander la non tacite reconduction le jour même de la signature du contrat pour ne pas oublier ;-).

LE FOURNISSEUR
Faites attention aux offres trop alléchantes et notamment, celles qui consistent à recevoir, un chèque de la part du fournisseur avec l’obligation de revoir le contrat bien avant son terme! En effet lors de la revue du contrat le loyer va augmenter mécaniquement pour rembourser le “crédit” du chèque.
Ne renouvelez pas votre matériel avant la fin du contrat sans raison valable (économies ou nouveau besoin technique). Il faut renouveler votre matériel uniquement à la fin du contrat quand sa valeur résiduelle est nulle. Personne ne fait de cadeau. le changement de matériel avant la fin du contrat entraîne indéniablement un coût.

Exemple d’offre et discours du vendeur.
Voici un exemple de proposition financière indélicate pour un système d’impression avec renouvellement de matériel au bout de 20 mois. (Les chiffres ont été arrondis pour une meilleur compréhension.)
Monsieur le client, je vous propose ce matériel pour 100€ par mois sur une durée de 5 ans (60 mois) et je vous verse un chèque de 2 000€ (de subvention publicitaire par exemple). Dans 20 mois, nous vous refaisons un chèque de 2 000€ en renouvelant l’opération.
A première vue, l’offre est intéressante mais lorsque vous réalisez le calcul et que vous vous projetez dans le temps (20 mois plus tard), vous découvrez le cadeau empoisonné. Pourquoi empoisonné? Le 21ème mois, le fournisseur remplace le matériel et vous fait un nouveau chèque de 2000€, malheureusement, votre loyer ne sera plus de 100€ par mois.
En effet, dans ce nouveau loyer il y aura le nouveau matériel, le nouveau chèque de 2000€, le coût de la nouvelle machine mais également et surtout, le solde des 40 mois restant du premier contrat qui n’est pas arrivé à terme. Soit : 4 000€.
Résultat de cette gymnastique commerciale : Votre nouveau loyer s’élèvera à 227€ par mois au lieu des 100€ du premier contrat. Et ainsi de suite au bout de 20 mois …
Si vous ne souhaitez pas voir vos factures s’envoler, vous serez obligé de resigner le même type de contrat tout simplement parce que dans le contrat initial, le fournisseur a incorporé le volume d’impressions habituel dans le loyer et ce pour une durée de 20 mois. Ce qui a pour effet, dans le cas où vous ne souhaitez pas renouveler votre matériel, d’autoriser le partenaire à facturer votre volume d’impression au prix fort.

Alors comment échapper à tout cela ?
N’acceptez pas un contrat avec renégociation obligatoire avant le terme.
N’acceptez pas de renouveler votre contrat de manière anticipée si le besoin ne se fait pas sentir.
Evitez les engagements de copies, en effet, il n’est pas nécessaire d’avoir un engagement pour avoir un coût d’impression bas. D’autre part, ne pas avoir d’engagement permettra également une résiliation anticipée éventuelle plus facile et moins coûteuse.
Attendez d’un partenaire fournisseur qu’il vous équipe d’un matériel correspondant à vos besoins.
Mettez en concurrence pour mieux comprendre les différences d’un fournisseur à un autre.

Le juste prix ?
Sur la base des pratiques observées chez les clients de Phoceos par leurs fournisseurs,  le cabinet d’expertise vous propose un calculateur simple qui vous permettra d’estimer le juste prix à payer de votre loyer en fonction de votre besoin et renégocier votre contrat !

Article signé par Joël Robic
Phoceos, Cabinet d’expertise et de conseil en SI pour les PME.
www.phoceos.fr

 

Facebook Comments
Lire la suite

Dossiers, expertises

La French Fab, le label pour dynamiser l’industrie française

A l’instar de la French Tech, qui a permis de favoriser la croissance des start-up françaises à l’international, la French Fab devrait permettre de faire rayonner le savoir-faire industriel français à travers le monde.

Publié

le

Il y a la French Tech et la French Touch, il y a désormais la French Fab ! Bruno Le Maire, le Ministre de l’Economie et des Finances, l’a officiellement lancé en octobre 2017, en lui donnant un seul cap : « C’est une industrie de l’innovation, une industrie 4.0, une industrie de matière grise. L’avenir de l’industrie française est dans l’industrie d’innovation haut de gamme. ».
Accessible à toute entreprise industrielle ou de service à l’industrie produisant en France, y compris les sociétés étrangères qui ont des sites de production en France, ce nouveau label vise à mettre en valeur, redynamiser et accélérer le développement de l’industrie tricolore en offrant une vitrine des savoir-faire industriels français.
Pour obtenir ce label, il faut adhérer à la charte de la French Fab, et ainsi s’engager à viser la croissance, la transition digitale, l’internationalisation, et à développer les compétences des salariés et « jouer collectif » sous le même étendard, un coq bleu en forme d’origami. Grâce au soutien de plusieurs acteurs, notamment la Banque publique d’investissement (Bpifrance) et les régions, les entreprises sont accompagnées pour former l’industrie du futur « à la française » et conquérir les marchés mondiaux.

Les ambitions de la French Fab
La French Fab nourrit notamment l’ambition d’accompagner les petites et moyennes entreprises (PME) pour les transformer en entreprises de taille intermédiaire (ETI). Soit des sociétés qui emploient entre 250 et 5.000 salariés et réalisent un chiffre d’affaires allant jusqu’à 1,5 milliard d’euros. Bruno Le Maire souhaite voir doubler le nombre d’entreprises accompagnées par la BPI. D’ici 2022, la banque devra accompagner 4.000 entreprises dans ses accélérateurs, avec un programme de 18 à 24 mois, par promotion. À terme, l’objectif est bien de rattraper le retard français à la matière : le pays ne compte que 5600 ETI, là où l’Allemagne en recense près du double.
Mais pour faire de ce label un succès et tenir le cap annoncé, il est nécessaire d’appréhender le contexte global et de faire évoluer l’environnement industriel en relevant 7 défis majeurs :
– La formation qui représente un enjeu capital pour le secteur industriel,
– La fiscalité qui doit favoriser l’investissement et l’innovation,
– Le coût du travail qui doit être allégé,
– Les filières industrielles qui doivent être développées pour soutenir l’avenir de l’industrie française,
– La réorientation de l’Europe en matière de concurrence,
– La culture industrielle qui doit être retrouvée en France,
– L’innovation qui doit être financée.
Pour relever ce dernier défi, Bruno Le Maire a réaffirmé sa volonté de sanctuariser le Crédit d’Impôt Recherche qui pourrait être simplifié pour en faciliter l’accès aux PME et TPE. Par ailleurs le Ministre de l’Economie et des Finances a évoqué la création d’un fonds pour l’innovation de rupture qui est opérationnel depuis le début de l’année. Ce fonds est doté de 10 milliards d’euros et produira 200 à 300 millions d’euros par an, qui pourront être investis dans des grands projets d’innovation de rupture.

Les atouts de la French Fab

Les accélérateurs de Bpifrance
Bpifrance est là pour transformer des PME en ETI et des ETI en champions mondiaux. Les accélérateurs de la Banque publique d’investissement proposent des programmes intégrés sur 2 ans et permettent de transformer les entreprises grâce aux nouvelles technologies : impression 3D, intelligence artificielle, robotique, digital, big data, etc. Les entreprises accompagnées innovent, entrent dans l’industrie du futur et attirent les jeunes vers les métiers de l’industrie tout en développant considérablement leur chiffre d’affaires et en s’exportant.
Bpifrance développe également des accélérateurs nationaux par filières industrielles. Un premier accélérateur « Ambition PME-ETI » dédié aux entreprises de l’aéronautique a été créé avec le Groupement des Industries Françaises Aéronautiques et Spatiales (Gifas). La première promotion de 60 entreprises a été lancée en septembre 2017 pour 18 mois. Un autre accélérateur dédié aux entreprises de la chimie vient d’être lancé début avril avec l’Union des industries chimiques (UIC). L’Accélérateur Chimie accueillera dès le deuxième semestre 2018 30 PME et ETI du secteur disposant d’un fort potentiel de croissance. D’autres accélérateurs sont prochainement attendus dans les grands secteurs industriels, comme l’automobile, la construction, l’agroalimentaire, le ferroviaire, la construction navale ou encore la santé.

Les régions développent leurs accélérateurs French Fab
À côté de ces accélérateurs nationaux, plusieurs régions ont lancé leurs propres accélérateurs, en collaboration avec Bpifrance. C’est le cas des régions Pays de la Loire et de la Nouvelle Aquitaine qui ont mis en place leur accélérateur en 2017. Ainsi la première promotion du programme d’accélération de 2 ans en Nouvelle Aquitaine compte 8 PME et 14 ETI depuis octobre 2017. Le programme devrait monter en puissance pour concerner à terme 70 entreprises par promotion.
La French Fab Auvergne-Rhône-Alpes a suivi en mars dernier et s’est dotée d’un plan de 120 millions d’euros. Dans la foulée, la Région Bretagne a lancé la Breizh Fab, un « plan industriel breton 2020 » doté de 4 millions d’euros. Celui-ci est destiné à agir comme un accélérateur régional. D’autres régions sont en cours de discussions avec Bpifrance pour lancer leurs accélérateurs.
Tout cela rend le directeur général de Bpifrance, Nicolas Dufourcq, très optimiste : « De même qu’on a réussi avec la French Tech à révéler à la fois un phénomène générationnel, une énergie et des talents, avec l’ombrelle de marque French Fab on peut révéler également la grande richesse de ce tissu industriel, donner envie aux gens de les accompagner, aux jeunes de rejoindre ces entreprises-là. »
Il ne reste à souhaiter à ce label, la même réussite que celle de la French Tech même si les ingrédients ne sont pas les mêmes pour les deux marques ! La marque French Tech se décline notamment en une mission rattachée à Bercy bénéficiant d’une équipe dédiée et de fonds propres, ce n’est pas le cas de la marque French Fab.

Qu’est-ce que la “Génération French Fab” ? Réponse en vidéo.

Facebook Comments
Lire la suite

Avis d'Experts

[Avis d’Experts] Quel cheminement juridique, technique et organisationnel pour une conformité RGPD ?

Le règlement RGPD entrera en vigueur le 25 mai 2018. Il comporte un certain nombre d’obligations vis-à-vis du détenteur des données personnelles à savoir tout citoyen européen. Alors quel cheminement juridique, technique et organisationnel faut-il emprunter pour une conformité RGPD ?

Publié

le

Quel dirigeant ou directeur métier, quel DSI ou directeur juridique, n’a pas eu ces derniers mois un flot de demandes de contacts et d’offres promotionnelles pour « gérer la conformité » RGPD ? En effet derrière ce sigle se cache l’application du Règlement européen sur la protection des données 2016/679 du 27 avril 2016 (dit Règlement « RGPD »).
Ce règlement majeur en matière de confidentialité des données personnelles entrera en vigueur le 25 mai 2018. Il comporte un certain nombre d’obligations vis-à-vis du détenteur des données personnelles à savoir tout citoyen européen. Renversant les problématiques habituelles de gestion des données, le principe d’octroi à tout un chacun de droits de gestion et d’information sur l’usage de ses données personnelles est un sacré challenge pour les informaticiens, les juristes et finalement pour tout manager chargé d’organiser son métier. Le règlement touche les entreprises comme les collectivités et les associations.

Les bonnes questions à se poser et quels sont les risques ?
Pour donner une idée globale de l’effort à fournir, il va falloir se poser des questions clés en matière juridique, technique et organisationnelle. Par exemple, quelles sont ces données personnelles ? Comment les collectons-nous ? Dans quel but ? Ce but est-il légal ? Comment protégeons-nous ces données ? Sont-elles gérées par affectation de pseudonymes, pour éviter de voir en clair de qui il s’agit ? Dans quelles applications, quelles bases de données, quelles sauvegardes ? Comment supprimons-nous ces données si la personne à laquelle elles appartiennent en fait la demande ? Comment faire face à une demande d’information ou de contrôle émanant des pouvoirs publics ou d’un groupement de personnes ? Comment gérer une fuite de données personnelles ?…
Il y a matière à œuvrer d’autant plus que les risques sont significatifs ! En effet, le RGPD prévoit des sanctions directes sous forme d’amendes (jusqu’à de 4% du CA annuel mondial ou 20M€). Sans parler de la crise de e-réputation à gérer : l’image de l’organisation peut être gravement atteinte.
Les dirigeants doivent aussi songer aux risques de sanctions civiles et pénales engendrées par le RGPD : procès intentés sous forme d’actions de groupe par les personnes lésées (clients, administrés, salariés…), procès individuels en violation d’un texte pénal (en moyenne le Code pénal prévoit des peines maximales de 1,5 M€ pour les entreprises et 5 ans d’emprisonnement).
Ceci étant dit, les dirigeants sont habitués à prendre des risques et ceux apportés par la RGPD, fussent-ils significatifs, viennent grossir des rangs déjà nourris. Il est alors important de souligner le rôle moteur que doivent prendre les collaborateurs directs du dirigeant : il s’agit des Directeurs et Managers de la Direction Juridique, de la Direction des Systèmes d’Information, des Directions Métiers.
En RGPD, le pragmatisme doit être premier et persévérant. Deux grandes phases sont à mener pour créer et gérer le processus GDPR de son organisation : la phase Concevoir et Construire, la phase Opérer et Maintenir. Elles peuvent être traitées en parallèle ou de façon consécutive selon le contexte de votre organisation.

La Phase Concevoir & Construire (Design & Build)
Première chose à faire, se donner un cadre, comprendre sa situation propre et formuler un plan d’action. Cette phase est celle qui permet de cadrer le sujet et de lancer les projets juridiques, techniques et organisationnels nécessaires. C’est une phase d’audit et d’investissement. Elle regroupe les activités visant à sensibiliser et à former le management et les effectifs, à mobiliser les ressources clés pour travailler sur les axes juridiques, techniques et organisationnels, à cadrer et initier le Registre des Traitements (un dossier clé pour les contrôles ultérieurs). C’est aussi durant cette phase que l’on effectue des audits d’impact sur la confidentialité des données personnelles (Privacy Impact Assesment PIA) et que l’on définit le programme de projets RGPD. Ce programme d’action structure les projets juridiques, techniques et organisationnels à articuler et à gérer entre 2018 et 2020. Votre organisation va devoir mettre à jour des contrats internes et externes, des applications web ou traditionnelles, des architectures informatiques, des réseaux… Aménager ou créer des procédures de travail et les faire appliquer sera aussi un enjeu majeur…

La Phase Opérer & Maintenir (Run & Maintain)
Cette phase est celle qui gère le quotidien RGPD, elle vise la création et le maintien en conditions opérationnelles, avec les niveaux de traçabilité requis. Elle regroupe les activités visant à sensibiliser et former les nouveaux entrants, à gouverner et à manager le processus RGPD (pour disposer d’un dossier clair et probant en cas de contrôle…), réaliser les opérations typiques du RGPD (détection des incidents de diffusion de données personnelles, alerte des personnes impactées et de la CNIL, accueil et réponses aux demandes d’information des personnes…). Dans la phase il s’agira également de maintenir et apurer le Registre des Traitements mais aussi les processus et procédures RGPD, les applications, l’infrastructure technique et les contrats.

La chaine de responsabilité
Durant ces deux phases, deux types d’acteurs sont à mobiliser : les processeurs « fonctionnels » qui sont les acteurs qui vont permettre de gérer les traitements et sous-traitements sous leur angle fonctionnel (à travers les différentes applications contributives) et les processeurs « techniques » qui sont les acteurs qui portent les traitements : infogérants, intégrateurs, distributeurs, constructeurs de machines, hébergeurs, data center, opérateurs télécom… Le dirigeant et son équipe directe doivent aborder la chaine de responsabilité en matière de gestion des données personnelles pour trouver la limite de partage des eaux entre la responsabilité de l’organisation et celle de tiers.

En conclusion
Il apparaît que le processus RGPD attendu par l’Europe est difficile à mettre en œuvre car il est complexe en soi et qu’il convoque d’autres sujets techniques délicats. Le renforcement de la confidentialité des données personnelles doit en particulier s’appuyer sur une bonne maturité en cybersécurité.
Ceci étant dit, pas de panique, la CNIL, organisme français chargé de contrôler l’application du règlement RGPD, saura en 2018 faire preuve de souplesse pour accompagner les organisations dans leur démarche de maturation RGPD.
Attention la mise en place de ce processus RGPD n’est pour autant ni facile ni rapide. Des compétences existent sur le marché pour accompagner le Dirigeant et ses Directions. Il est utile de faire appel à des sociétés extérieures spécialisées pour traiter les sujets juridiques, techniques et organisationnels.
Des logiciels sont également à disposition au niveau des opérations détaillées (audit d’impact, recensement des traitements, analyse des bases de données, suivi des demandes de service, suivi des alertes…) et au niveau de la visibilité globale du processus RGPD (dossier d’audit dynamique des traitements, pilotage de la maturité vers la conformité…).
C’est l’alliance de travaux détaillés et d’une vision claire des Dirigeants, Directeurs et Managers sur leur avancement global en conformité RGPD qui fera la différence. Il faut être en mesure de prouver ses actions, disposer d’un solide dossier d’audit interne, pour se préparer aux requêtes ou aux actions en justice à venir.
On notera quand même que la RGPD est aussi une source d’opportunités : proposer des produits et services conformes RGPD donne aujourd’hui une avance concurrentielle significative à toutes les organisations qui collectent et traitent des données personnelles. Ajoutons pour terminer que proposer des objets connectés aux consommateurs européens implique d’ores et déjà un fort niveau de confidentialité et de sécurité informatique « by design », dès la conception des produits et services.
Faisons confiance aux Dirigeants pour séparer le bon grain de l’ivraie en matière de confidentialité et de sécurité de l’information. « Primus habere quod necesse est, sed quod sat est » (d’abord avoir ce qui est nécessaire puis ce qui suffit) disait Sénèque dans ses Lettres à Lucillius à l’époque romaine : il serait bon de reprendre ce conseil à son compte pour naviguer plus sereinement en RGPD en ce siècle de transformation numérique intense.

 

Frédéric Vilanova
Vice-Président CLUSIR-PACA
Dirigeant d’Effective Yellow

 

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X