Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

Cluster, association

#Covid19 : SoFAB, le fablab de Telecom Valley produit des visières très haute visibilité pour les hôpitaux

Publié

le

SoFAB, le fablab de Telecom Valley à Sophia Antipolis, vient de livrer les premiers prototypes de visières “très haute visibilité” aux Hôpitaux de Cannes et d’Antibes afin de recueillir leur retour d’expérience. Fabriquées à partir d’outils numériques de découpe laser, ces visières répondent en matière de protection aux besoins accrus des professionnels en première ligne face au Covid-19.
Une formidable solidarité impulsée par les makers de la France entière s’est mise en place. Sur visieresolidaire.org, plus de 200 groupes francophones de makers solidaires pour fabriquer des visières et des équipements pour les personnels exposés y sont référencés. SoFAB fait partie des acteurs de cette initiative notamment sur les besoins en matériel de « très haute visibilité » (qualité verre) spécifiques aux hôpitaux.
La communauté de makers bénévoles a fait un travail énorme pour recenser, améliorer, tester les modèles de protections pour des populations très différentes : EHPAD, médecins, infirmières, dentistes, policiers, etc.
Au plus près des personnels soignants, ils ont identifié les problèmes : démonter et désinfecter chaque soir, prendre la voiture 20 fois par jour pour les infirmières libérales, améliorer le confort. Chaque profession a son propre modèle spécifique. Ainsi, des besoins spéciaux pour les radiologues et les chirurgiens des hôpitaux sont apparus suite à l’utilisation des modèles de visières classiques. L’apport de SoFAB été de pouvoir concevoir et produire des visières de « très haute visibilité » (qualité verre) pour ces professionnels très exposés. Cela a été possible grâce aux outils numériques de découpe laser qui produisent les modèles que les imprimantes 3D classiques utilisées par les makers ne permettaient pas.
Si le retour d’expérience des premiers prototypes est concluant, la communauté des makers, avec le support de SoFAB, pourra ainsi produire ces nouveaux équipements pour tous les hôpitaux de la Côte d’Azur qui le souhaitent.
Pour les makers, d’autres challenges arrivent avec la réouverture des cabinets médicaux en mai, pour d’autres praticiens et donc d’autres besoins spécifiques. La période à venir aura besoin encore de beaucoup d’ingénierie pour adapter les modèles aux contraintes particulières, ce qui nécessite aussi d’étudier les matériaux disponibles en sollicitant fabricants et distributeurs pour anticiper ces besoins.
Pour suivre l’avancée des projets solidaires des makers à SoFAB : http://twitter.com/SoFABbyTV.

Facebook Comments
Lire la suite
Commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Cluster, association

[Vidéo] Marseille : Avec le CIP Network Show, le CIPMed entend contribuer à la relance de l’économie régionale

Publié

le

C’est pour soutenir dès maintenant et malgré les vacances estivales les acteurs du numérique de la région que le Club Informatique de Provence et Méditerranée (CIPMed – 90 décideurs IT membres) et ses partenaires (200 membres issus des prestataires informatiques, data center, start-ups, écoles d’ingénieurs) ont décidé d’organiser en plein mois de juillet un évènement « Business meeting » à l’Orange Vélodrome de Marseille.

Le 1er CIP Network Show se veut être le rendez-vous de la reprise économique IT de l’écosystème numérique et entend ainsi contribuer à la relance de l’activité économique de la région.
Le 24 juillet prochain, le CIP Network Show accueillera dans le temple du football marseillais environ 400 visiteurs, des décideurs IT et des prestataires, des chefs d’entreprise, des acheteurs et des étudiants, …Pour les uns, il s’agira d’échanger sur les enjeux et les projets des décideurs engagés dans la transformation numérique de leur organisation. Pour les autres, de rencontrer des acteurs stratégiques et développer une veille technologique afin de découvrir de nouvelles solutions. Le CIPMed a également invité des acteurs tels que Pôle emploi, Fafiec, Apec, Syntec, Atlas, … afin que les chefs d’entreprises s’informent directement sur les ressources disponibles pour la relance de leurs activités.
Au programme également, une dizaine de conférences centrées sur les retours d’expérience de décideurs IT liés à des thèmes d’actualité, une vingtaine de démo live pour tester et expérimenter… Plusieurs espaces qui sont autant de lieux de rencontres et d’échange seront délimités : un espace Partenaires IT, avec la présence d’une trentaine d’exposants pour découvrir leurs solutions, un espace start-up pour découvrir quelques pépites de l’innovation régionale et un espace démo live.
Enfin le CIPMed a souhaité rendre cet événement très interactif avec diverses animations, notamment un Escape Game et un Serious Game organisés par l’école d’ingénieur CESI d’Aix-en-Provence.

[Vidéo] Guillaume Goury, actuel président du CIPMed dévoile les temps forts du CIP Network Show et explique pourquoi l’avoir organisé dans la foulée du déconfinement.  

CIP Network Show à l’Orange Vélodrome le 24 juillet 2020 à partir de 13h30.

Facebook Comments
Lire la suite

Cluster, association

[Vidéo] Stéphanie Ragu prend les rênes du cluster Medinsoft. Elle succède à André Jeannerot

Publié

le

Co-fondatrice et présidente directrice générale de Lauralba Conseil, Stéphanie Ragu a été élu présidente de l’association du numérique Medinsoft à l’issue de son assemblée générale qui s’est tenue jeudi 18 juin à La Coque de Marseille. Elle succède ainsi à André Jeannerot, président historique et emblématique du cluster numérique depuis 2003.
Compte tenu des consignes Covid-19 à respecter, La Coque n’a accueilli qu’une quarantaine de personnes en présentiel, alors qu’une vingtaine d‘adhérents a suivi l’assemblée générale en visioconférence. Pour tous, cette AG revêtait un caractère particulier car cette passation de pouvoirs marquait un tournant dans la vie de l’association. Aujourd’hui jeune retraité, André Jeannerot a été l’un des fondateurs de Medinsoft qu’il a présidé pendant 16 ans. Aujourd’hui, il passe la main mais reste encore au sein de l’association, avec le titre de président d’honneur, pour accompagner les premiers pas de Stéphanie Ragu.

Le monde du numérique, Stéphanie Ragu le connaît bien ! Lauralba Conseil est une ESN (entreprise de services du numérique) spécialisée qui accompagne les entreprises de tous types dans l’évolution et la modernisation de leur système d’information. Le métier consiste notamment à mettre à la disposition des entreprises des experts dans les domaines de l’ingénierie des systèmes, des réseaux et des nouvelles technologies. L’ADN de Lauralba, c’est de capitaliser sur l’humain au côté de l’ingénierie ! Avoir des valeurs humaines fortes et une solide expérience en recrutement et en développement d’experts IT, pour accompagner ses clients. C’est cet ADN que Stéphanie Ragu souhaite insuffler au sein de Medinsoft.
‘’Je m’inscris dans la continuité de ce qui a été fait et bien fait ! souligne-t-elle. ‘’Je vais m’atteler à poursuivre le développement de Medinsoft ; élargir nos commissions, jouer la proximité avec nos adhérents…il faut que nos adhérents considèrent qu’il est important d’être chez Medinsoft pour la convivialité mais aussi pour le business.’’

[Vidéo]  Stéphanie Ragu évoque son ambition en prenant les rênes de l’association Medinsoft

Pour épauler la nouvelle présidente, le Bureau de l’association est composé en plus du président d’honneur, André Jeannerot, d’un vice-président, Kevin Polizzi, CEO de Jaguar Network, qui assurait jusque-là l’intérim de directeur général depuis le départ en septembre dernier de Stéphane Soto. Olivier Cazzulo (Netsystem) est représentant du Syntec Numérique et du MEDEF Sud tandis que Damien Particelli (Ogmyos) représente la CPME tout en assurant la fonction de trésorier, aidé en cela par Benedict Dammann (Cowork’in Aix). Pour être complet, Océane Phan Tan Luu (Avocate) a le poste de secrétaire générale et Delphine Bianchini (DBM Conseils) est son adjointe, Laurent Ammazini (Needeo) assure la communication et Alexandre Barthélémy (Vigimilia) est en charge de l’événementiel.

Facebook Comments
Lire la suite

Cluster, association

‘’L’application Stop CoViD démystifiée’’ par des experts pluridisciplinaires et Cédric O : Synthèse d’une web conférence

Publié

le

Telecom Valley, en collaboration avec Medinsoft, a réuni un panel d’experts pluridisciplinaires (technique, légal, sociétal, philosophique et international), et Cédric O, secrétaire d’Etat chargé du numérique, pour débattre et expliquer la raison d’être de l’application StopCoViD, lors d’une web conférence le 11 juin dernier.Celle-ci a permis de suivre un débat franc et transparent, et d’échanger à la suite pendant près d’une heure avec Cédric O, en fin de conférence.
Décriée avant même son lancement, l’application de suivi de contact développée pour lutter contre l’épidémie de CoViD-19 et livrée le 2 juin, continue de susciter de nombreux questionnements. Les associations Telecom Valley et Medinsoft se sont unies pour proposer au plus grand nombre, un éclairage factuel à 360° de l’application, grâce au regard croisé d’un panel de 5 intervenants experts dans leurs domaines : une juriste, un entrepreneur, un directeur de recherche, un député et une philosophe. Chacun selon son domaine de spécialité et d’activités à apporter son éclairage sur cette actualité brûlante.

Laurence Vanin (Philosophe et Directrice Chaire Smart City, Université Côte d’Azur) a ouvert le débat en présentant l’approche philosophique de StopCoViD, un aspect trop souvent absent dans les campagnes de présentation, qui reste néanmoins une des clés de réussite de l’application, car l’acceptation de cette solution numérique implique d’éduquer les citoyens pour percevoir le rôle et l’usage de l’application en tant que vecteur de confiance.

Pour Marina Teller (Directrice FabLex Université Côte d’Azur et Paris Sorbonne), Stop CoViD ne pose pas un problème de qualification juridique, mais politique au sens noble de la gouvernance et des responsabilités publiques, sur l’acceptation sociale et invite à une transformation du système juridique.

Le Député Jean-Michel Mis (Ass Nat et CNNum) a précisé que le vote d’un logiciel était une première dans l’hémicycle et que le débat démocratique a fait émerger l’idée d’un bien commun numérique qui ne peut se concevoir que si les individus regagnent une confiance mutuelle et partagée.

D’un point de vue technique, Vincent Roca (INRIA – équipe PRIVATICS) a évoqué un projet hors norme, ainsi que le protocole ROBERT qui définit la mécanique interne de StopCoViD. Il a insisté sur le fait que l’application ne fait pas usage de la géolocalisation du téléphone, seulement de la technologie Bluetooth. Propos étayés par Micha Benoliel (Coalition/Nodle), qui, depuis San Francisco où il a fondé ses sociétés, a partagé son expertise sur cette technologie et sa vision d’industriel de développement de systèmes, pour effectuer ce travail de suivi de contacts.

La parole a ainsi circulé avec liberté et des avis contrastés ont alimenté la réflexion, Jean Leonetti (maire d’Antibes Juan-les-Pins, président de la Communauté d’Agglomération Sophia Antipolis), médecin lui-même et ancien Ministre, a pu apporter ses éléments d’interprétation éclairants, au moment d’accueillir Cédric O, Secrétaire d’Etat Chargé du Numérique, qui s’est très ouvertement prêté au jeu des questions-réponses avec le public et a assuré une conclusion riche et engagée.
Dans cette session d’échange, le Secrétaire d’Etat a nuancé la question du timing décalé de l’application en indiquant que, bien que l’épidémie soit en décrue, elle a tout de même son utilité et son efficacité, notamment en cas de seconde vague ou dans les départements les plus touchés actuellement comme la Guyane ou Mayotte à ce jour, mais aussi l’Île de France pour sa densité démographique critique. Cédric O a souligné l’importance des enjeux liés à la souveraineté numérique française (notamment au niveau du développement et de l’hébergement de la solution), grâce à l’engagement de chercheurs et entreprises français, qui a permis une publication avant la plupart de nos voisins européens, tout en précisant qu’une solution 100% nationale était en route pour remplacer le “captcha Google”.

Pour ou contre StopCoViD, les participants ont quitté cette web-conférence éclairés par ces échanges de qualité. Suivi en France et à l’international, l’événement a suscité des retours louant la franchise et la transparence des différents intervenants. Ce thème, de l’avis de tous, ouvre des voies nouvelles et alternatives que seule une période aussi inédite pouvait faire naître. Les institutions et les usages sont définitivement impactés par cet exercice et c’est ce que Telecom Valley, en tant que leader du numérique sur la Côte d’Azur, associée à Medinsoft, souhaitait mettre en lumière.
Mission accomplie !

> Replay de la webconférence « La raison d’être : Stop CoViD » sur la chaîne YouTube de Telecom Valley.

 

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X