Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

IoT

C’est une première en France, Cannes équipe ses espaces publics de bancs « intelligents » à énergie solaire

Cannes est la première ville française à en faire l’acquisition ! Trois bancs solaires connectés qui offrent de multiples fonctionnalités : accès wifi, ports de chargement, lumière ambiante, système de refroidissement…

Publié

le

Le premier des trois bancs solaires connectés acquis par la ville de Cannes a été installé dans le Square Mérimée, face au Palais des Festivals, durant le Cannes Lions, le Festival mondial de la publicité et de la créativité. les deux autres seront implantés à côté de la nouvelle aire de fitness de BoccaCabana à l’occasion de l’inauguration de la deuxième phase du projet, le 18 juillet prochain. Et un déploiement à plus grande échelle est d’ores et déjà envisagé après le retour d’expérience de ces trois. C’est une première en France !

Un banc à énergie solaire connecté signé par une start-up croate
C’est après avoir fait une étude comparative de ce qui se faisait de mieux en la matière en Europe que la Mairie de Cannes a choisi la start-up croate Include dont le savoir-faire est reconnu internationalement et dont le banc intelligent « Steora » est le produit phare.
Le banc Steora utilise l’énergie solaire pour alimenter toutes ses fonctions. Il offre un point d’accès WiFi gratuit via carte SIM, câble Ethernet ou câble à fibre optique. Il peut rapidement charger smartphones, tablettes et tout autre appareil équipés d’un port micro USB, Lightning ou USB-C. Les appareils ayant un module de charge Qi peuvent aussi être chargés sur la station de recharge WiFi en verre acrylique. Steora est équipé de batteries maintenant la capacité idéale par rapport à la quantité d’énergie solaire qu’il reçoit en été comme en hiver. Il est équipé d’une lumière ambiante et dispose d’un système de régulation de la température des sièges. Les Cannois l’ont déjà adopté !

Faire de Cannes, une ville connectée
Nous utilisons la performance technologique pour faciliter notre quotidien, améliorer les services rendus au public et renforcer l’image de Cannes” a rappelé une nouvelle fois le maire de Cannes lors de l’installation du premier banc. Depuis qu’il a été élu en 2014, David Lisnard, déploie son projet Smart City pour faire de la star du cinéma mondial, une ville connectée, dynamique, pratique et attractive. Pour cela il met en œuvre des solutions innovantes en s’appuyant sur le numérique et les nouvelles technologies.
Ainsi en 2014, il met en place l’application Whoosh ! qui permet de régler son stationnement sur la voirie mais également d’en prolonger la durée depuis son smartphone. En 2015, il fait développer dans le cadre de la lutte contre l’incivisme l’application Cannes Civique qui permet de signaler rapidement et simplement tout problème ou dysfonctionnement constaté sur l’espace public et d’être informé de l’intervention qui en a résulté. Enfin en 2016, il fait déployer dans la ville des corbeilles connectées. Leur particularité est de compacter les déchets grâce à l’énergie solaire et de transmettre leur taux de remplissage aux services municipaux. Elles diminuent par cinq le volume des déchets de rue à traiter et permettent une collecte plus ciblée et plus efficace. Le déploiement se poursuit encore depuis 2016 avec toujours pour David Lisnard, un seul mot d’ordre : simplifier la vie des usagers.

Photos : Mairie de Cannes

Facebook Comments
Lire la suite
Commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ecosystème

‘’Permis d’innover’’ pour 8 lauréats dont l’entreprise marseillaise Edelen et sa Zabox

Publié

le

Le ministre de la Cohésion des Territoires, Jacques Mézard et son secrétaire d’Etat, Julien Denormandie, ont annoncé il y a une dizaine de jours les noms des huit lauréats et des sept premiers projets retenus dans le cadre de l’expérimentation du “permis d’innover“.
Le permis d’innover résulte d’une disposition de la loi du 7 juillet 2016 relative à la liberté de la création, à l’architecture et au patrimoine (LCAP). Son article 88 prévoit en effet qu'”à titre expérimental et pour une durée de sept ans à compter de la promulgation de la présente loi, l’Etat, les collectivités territoriales ainsi que leurs groupements et les organismes d’habitations à loyer modéré […] peuvent, pour la réalisation d’équipements publics et de logements sociaux, déroger à certaines règles en vigueur en matière de construction dès lors que leur sont substitués des résultats à atteindre similaires aux objectifs sous-jacents aux dites règles“. La loi permet désormais de contourner des normes, dès lors que l’objectif peut être atteint autrement.
Un AMI lancé par Bordeaux Euratlantique, Grand Paris Aménagement et Euroméditerranée à Marseille.
Pour « expérimenter le permis d’innover », ce sont donc trois établissements publics d’aménagement, en charge d’opérations d’intérêt national, Bordeaux Euratlantique, Grand Paris Aménagement et Euroméditerranée à Marseille, qui ont lancé en décembre dernier, lors du Simi 2017, le salon des professionnels de l’immobilier, un appel à manifestation d’intérêt. Avec cet appel, les trois établissements espèrent pouvoir monter des démonstrateurs de la nouvelle façon de faire. Pour eux, il est capital dans une expérimentation, d’aller jusqu’au bout. L’objectif est d’identifier des innovations butant sur la réglementation actuelle en matière de permis de construire afin de les expérimenter rapidement et, le cas échéant, de faire évoluer la réglementation. L’important, pour les trois aménageurs, c’est que le projet se fasse, pas la manière dont il se fait !
Les trois établissements publics de l’Etat accompagneront les innovateurs lauréats dans l’évaluation de leurs solutions jusqu’à leur utilisation dans des bâtiments de logements, de commerce ou de bureaux. L’objectif est de faciliter la créativité dans les champs de la transition écologique, du numérique, de l’évolution des usages ou encore des bâtiments modulables.
Au total 37 dossiers ont été déposés.
Bâtiment réversible, béton recyclé, phyto-épuration ou boîte aux lettres high-tech, les projets ne manquent pas ! 37 dossiers ont été soumis au jury composé notamment des trois EPA.
Parmi les huit lauréats, dont deux travaillent en binôme, figure un établissement d’utilité publique, le Cerib (Centre d’études et de recherches de l’industrie du béton), qui propose un béton recyclé permettant d’incorporer, à un taux élevé, des granulats issus de la déconstruction de bétons. Les autres lauréats sont des cabinets d’architectes, Canal Architecture, Daquin Ferrière Architecture, Dauphins Architecture, Hub Architectes, ou des sociétés comme Cyme associée à FCBA et Edelen implantée à la Penne-sur-Huveaune, aux portes de Marseille qui propose sa Zabox.
Zabox est une innovation qui consiste à remplacer les boîtes aux lettres normalisées à ouverture totale par un ensemble combinant des boîtes aux lettres plus petites et des boîtes à colis mutualisées, connectées et sécurisées. Le projet permet de répondre ainsi à la croissance massive du e-commerce.

 

Reportage France 3 Provence-Alpes Côte d’Azur / Février 2018

Il n’est pas exclu que dans la loi Evolution pour le logement, l’aménagement et le numérique (ELAN) actuellement en projet, le ‘’permis d’innover’’ soit dans un futur proche étendu aux grandes opérations d’urbanisme et aux opérations de revitalisation des territoires pour mettre l’innovation au service de la restauration des villes moyennes, des centre-bourgs, de la préservation du patrimoine pour l’amélioration du cadre de vie des habitants.

Facebook Comments
Lire la suite

Ecosystème

Sophia-Antipolis : le fonds d’investissement industriel 2C Invest entre au capital d’Insight SIP

A travers le rachat de participations d’actionnaires historiques, le toulonnais 2C Invest entre au capital de l’entreprise sophipolitaine à hauteur de 18,6 %.

Publié

le

Insight SiP, spécialiste français des modules radiofréquence miniatures annonce le rachat des participations d’actionnaires historiques par le fonds d’investissement toulonnais 2C Invest. Grace à ce rachat 2C Invest rentre au capital de l’entreprise à hauteur de 18,6%.
Fondée en 2005 par trois seniors de la microélectronique Chris Barratt, Michel Beghin et Marc Vodovar, l’entreprise sophipolitaine est présidée aujourd’hui par Nick Wood, multi-entrepreneur de l’industrie HiTech. Plus de 85% de son chiffre d’affaires est fait à l’export notamment sur les marchés mondiaux en Europe, Amérique du Nord et Asie.
Michel Beghin, directeur général d’Insight SIP, se félicite de l’arrivée des équipes de 2C Invest qui “apporteront leur savoir-faire industriel et financier pour nous permettre de poursuivre notre croissance.”
Dédiés aux communications sans fil et aux petits objets connectés IoT, les composants électroniques miniatures d’Insight SiP sont au cœur de centaines de produits très basse consommation de l’Internet des objets. Les applications sont aussi diverses que des outils industriels connectés, des capteurs de tracking de pièces détachées, des dispositifs d’accès sécurisés, du matériel de laboratoire connecté, des dispositifs de capteurs biologiques, de température, de taux de glucose, de suivi des femmes enceintes, des dispositifs d’orthodontie, des dispositifs de capteurs environnementaux, des équipements militaires connectés, mais aussi des jouets, des vélos et des équipements de loisirs. Il faut noter qu’en 2017, la technologie Insight SiP a été utilisée par l’astronaute Thomas Pesquet lors de sa mission de six mois dans l’espace.
Depuis dix ans, l’entreprise, forte d’une vingtaine d’experts dans son équipe R&D basée à Sophia Antipolis, enregistre une croissance annuelle moyenne de plus de 30% par an. Elle a vendu en propre plus d’un million de modules. Les produits qu’elle a développés pour comptes de tiers sont commercialisés chaque année à plusieurs dizaines de millions d’unités.
Depuis sa création, la société est accompagnée par Sophia Business Angels, rejoint à partir de 2009 par PACA Investissement, Primaveris et Success Europe. En 2018, Primaveris, Sophia Business Angel et Success Europe ont souhaité transférer leurs participations qui ont été cédées à 2C Invest et au management de l’entreprise.

Facebook Comments
Lire la suite

Cluster, association

Sophia-Antipolis : Clap de fin pour les 3èmes Trophées Objets connectés et Services

Après 3 mois de conception et de développement pour les 13 équipes engagées, les 3èmes Trophées Objets connectés et Services ont rendu leur verdict le 3 juillet dernier.

Publié

le

La 3ème édition du Trophée Objets Connectés & Services a pris fin mardi 3 juillet au Campus SophiaTech à l’issue de la soirée « Internet of Things » de SophiaConf 2018, le cycle de conférences open source organisé par Telecom Valley.
Les neuf équipes finalistes, BricaBrac – PetFeeder – WellNest – Butterflies – ChargeAngels – KeeBox – DryItYourself – Citizen Sentinel et NEOcycle ont présenté en 3 minutes face au public et à un jury de professionnels, les objets connectés et les services qu’elles ont conçu et produit pendant les 12 semaines qu’a duré le concours.
Le coup d’envoi du Trophée Objets Connectés & Services 2018 avait été donné le 30 mars dernier. Animé par un collectif de bénévoles de SoFAB by Telecom Valley, le concours vise à rassembler des professionnels du numérique (dont des grandes entreprises, des startups et des institutionnels) et des étudiants, en équipes projet, pour développer sur temps libre, des projets d’objets connectés avec services, offrant un ou plusieurs usages, une interaction avec un écosystème d’objets, et en utilisant pendant ces 3 mois les ressources offertes par le FabLab et ses partenaires (Orange, Sigfox, Sierra Wireless, Hautier, Busit, Denimbo, Université de Nice Sophia).
13 équipes s’étaient engagées dans cette 3ème édition. Le 3 juillet dernier, il y avait neuf finalistes à départager. Un trophée et six prix ont été attribué par un jury de professionnels, et un seul, le prix SophiaConf, par le public lors d’un vote effectué en direct.

Ainsi, le Trophée des Objets Connectés et Services 2018 qui récompense l’équipe ayant le mieux répondu à l’ensemble des critères du concours, toutes catégories confondues, a été décerné à l’équipe DryItYourself  (Alain Calvaire, Gilles Orazi, Gaspard Boudot, Christophe Ricard) pour son déshydrateur solaire de fruits et légumes avec capteur intégré pour lutter contre le gaspillage alimentaire. Les capteurs (humidité, température…) permettent d’optimiser la déshydratation en activant la mise en fonction d’un ventilateur. La durée de déshydratation restante est disponible sur une application distante. La même équipe s’est également vu attribué le Prix de la fabrication.

L’équipe KeeBox (Léo Hardy et Martial Mauti) a également obtenu deux trophées avec sa boîte connectée anti addiction à ouverture contrôlée par application smartphone. C’est une aide à la lutte personnelle contre une ou plusieurs addictions. Le Prix de l’usage récompense la conception de l’objet ; l’astuce ou la qualité de la réalisation de l’objet ; et surtout l’intérêt ou la plus-value de l’usage permis par le service associé à l’objet connecté. KeeBox remporte aussi l’accompagnement de l’Incubateur PACA EST et du Cabinet Hautier.

 

Le Prix du design revient à l’équipe Wellnest (Dorian Blanc, Damien Orset et Mohammed Elmoumni) et son boitier autonome, discret et design à poser dans un environnement afin d’en monitorer la qualité (nuisance sonore, luminosité, qualité de l’air, etc.…). Wellnest se voit également attribué le Prix SophiaConf 2018 décerné par le public.

Le Prix Orange du nom de l’opérateur télécom est décerné à l’équipe qui a le mieux utilisé les dispositifs de communication 4G et le réseau LoRa. C’est ce qu’a fait l’équipe BricaBrac (Cyril Jovet et Yann Delmare) et son réseau citoyen d’alerte. L’open source et les technologies LMWAN permettent de créer des réseaux communautaires. L’équipe a présenté un capteur de niveau d’eau pour prévenir les inondations et la passerelle associée. L’équipe BricaBrac est récompensée également du Prix SoFAB pour leurmotivation.

Chacune de ces équipes a reçu diverses dotations offertes par Telecom Valley et les partenaires du concours.

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X