Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

Télécoms & réseaux

Wiko lance son nouveau View Lite chez Orange

C’est Orange qui aura le privilège de commercialiser en avant-première, et ce jusqu’au 15 mai, le nouveau smartphone View Lite de Wiko.

Publié

le

C’est Orange qui aura le privilège de commercialiser en avant-première, et ce jusqu’au 15 mai, le nouveau smartphone View Lite de Wiko. Son point fort : un prix ultra compétitif (149 €) qui en fait le smartphone de secours idéal pour les voyageurs d’affaires.
“Glissez le au fond de votre sac et oubliez-le”, du moins presque car il faudra penser à le maintenir en charge. Voilà le conseil que l’on pourrait donner à celles et ceux qui veulent, au cours de leur déplacement, disposer d’un téléphone de secours au cas où. Ultra-compact et ultra-maniable, son écran 5,45” au format 18:9 s’inscrit dans un boîtier compact qui s’utilise d’une seule main. Cela dit, ses performances peuvent en faire un très bon choix à prix accessible!
Côté technique, le View Lite est doté d’un processeur Quad-Core cadencé à 1,5GHz, couplées à la fluidité de la 4G. Livré avec Android Oreo, qui facilite le multitâche, il est équipé d’une mémoire interne de 16 Go, extensible via une carte microSD jusqu’à 128 Go.
Grâce au capteur avant de 16 MP muni de la technologie Big Pixel, l’appareil photo intégré, d’une ouverture large (f/2.0), est complété par de nombreuses fonctionnalités telles que les filtres Live, le Face Beauty ou l’effet Flou artistique. La caméra arrière de 13 MP avec l’Auto Scène Détection gère automatiquement les paramètres de la prise de vue. Enfin, un mode Super Pixel prendra des clichés de 52 MP, pour un rendu toujours plus précis.

Facebook Comments
Lire la suite
Commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ecosystème

Marseille : Wiko va se séparer d’une partie de ses salariés pour faire face à la concurrence chinoise

Publié

le

Avis de tempête pour Wiko France. L’entreprise basée à Marseille qui compte 250 salariés en France, 200 à Marseille, 25 à Paris et 25 en mobilité sur le territoire, va couper dans ses effectifs. Avec un marché à la baisse et une concurrence toujours plus forte, Le fabricant de smartphones doit réduire ses coûts pour être plus compétitif et annonce la mise en place d’une rupture conventionnelle collective, sur la base du volontariat, sans toutefois préciser combien de postes sont concernés par cette restructuration. Selon le droit du travail, dans le cadre fixé par le code du travail, un accord collectif peut prévoir une rupture conventionnelle collective conduisant à une rupture du contrat de travail d’un commun accord entre l’employeur et le salarié.

Mis à mal par la concurrence chinoise
Wiko souffre depuis plusieurs années de la rude concurrence de plusieurs fabricants de smartphones chinois, à commencer par le trio Huawei, Xiaomi et Oppo. Ces constructeurs se sont fait une spécialité de proposer des terminaux de bonne facture à des prix relativement bas. Ils sont directement venus prendre des parts de marché à Wiko en attaquant le marché avec des moyens marketing considérables. Leurs téléphones rivalisent en qualité avec ceux des marques les plus installées. Aujourd’hui, les trois fabricants se sont hissés dans le top 5 du marché, aux côtés de Samsung et Apple. Xiaomi s’est même offert une boutique sur les Champs-Élysées.

Un marché mondial en net recul
Autre cause, le marché global qui a reculé en 2018 (-3 % selon GFK). Concrètement, Wiko affiche un chiffre d’affaires qui stagne en 2018 et ce alors que le fabricant revendique toujours la troisième place du marché français. “Nous sommes archi-leader sur le segment des smartphones à moins de 100 euros, mais c’est le segment le plus touché actuellement“, souligne-t-on chez Wiko. Et d’ajouter que les chiffres de 2018 ont été décevants par rapport aux objectifs fixés au moment où le groupe a recruté en 2016-2017.
La décision de Wiko intervient au moment où le fabricant compte sur le View 3 et le View 3 Pro, ces deux nouveaux appareils présentés au MWC de Barcelone en février, et sur le marché américain pour se relancer. Le fabricant, détenu depuis février 2018 à 100 % par le chinois Tinno, a signé un partenariat avec l’opérateur américain Sprint pour partir à la conquête de l’Ouest.

Facebook Comments
Lire la suite

Agriculture, sylviculture

Les ‘’Women Hackers Action Tank’’ lancent la 1ère édition des Trophées Women In Tech Sud

Publié

le

A l’occasion de la journée de la femme, le 8 mars dernier, la branche azuréenne du collectif WHAT pour ‘’Women Hackers Action Tank’’ a annoncé le lancement d’un nouvel événement unique en Région SUD, les ‘’Trophées Women In Tech Sud’’.
Les WHAT06 réunissent des salarié(e)s, entrepreneur(e)s, académiques, associations, ou réseaux adhérant à titre individuel ou représentant leurs associations et organisations en tout genre et ont pour objectif de mettre en lumière des femmes travaillant dans la Tech ainsi que d’inciter plus de femmes et de filles à s’intéresser aux métiers de l’ingénierie informatique. Pour cela, le collectif organise régulièrement des événements techniques dans la région, hackathons, workshop sur l’intelligence artificielle pour faire découvrir les nouvelles technologies au plus grand nombre, notamment aux femmes.
Les femmes de la Tech s’appuient sur simple constat : Il n’y a que 29.8 % de femmes en France qui travaillent dans la Tech. 28,4% de femmes sont en écoles d’ingénieurs et au CNRS, elles ne sont que 33,6% de femmes chercheuses…
Aussi que vous fassiez du hardware ou du software pour un de ces domaines : Food Tech, Ed Tech, Bio Tech, Green Tech, Med Tech, Silver Economy, FashionTech, Fin Tech, nouvelles Tech… vous pouvez candidater aux premiers ‘’Trophées Women In Tech Sud’’. Ils sont ouverts à toute femme travaillant dans la technologie, en Région Sud ou Monaco, en tant que chercheuse, employée d’une société technologique ou fondatrice/associée d’une start up technologique. Vous avez toutes les chances de devenir la Women in Tech Sud de votre catégorie !
Trois prix seront attribués à trois femmes pour leurs réalisations exceptionnelles dans les domaines de la technologie et de l’innovation, dans les catégories suivantes :
– Startupeuse dans la tech : Elle doit être fondatrice ou/et Associée lorsqu’elle candidate. La start-up doit être enregistrée en France depuis 2 ans.
– Chercheuse dans la tech : Chercheuse en entreprise ou dans un laboratoire. Doit être en poste au lorsqu’elle candidate. La candidate peut aussi être en Thèse ou Post-Doct lorsqu’elle candidate. L’entreprise ou le labo doit avoir un site en France ou en PACA
– Salariée dans la tech : La candidate doit être en poste lorsqu’elle candidate. Sa société doit avoir un site en PACA ou Monaco.

Le concours est gratuit et le dépôt des candidatures en ligne est ouvert jusqu’au 8 juin 2019.
– 8 juin : Fin du dépôt des dossiers de candidature
– 15 juillet : WHAT06 annonce les 5 femmes finalistes sélectionnées par catégorie
– 12 septembre : Remise des Trophées lors d’une soirée au Palais des Festivals de Cannes.

Pour S’INSCRIRE

Facebook Comments
Lire la suite

Ecole, formation

Sophia : L’américain Qualcomm s’associe avec Eurecom pour soutenir la recherche des futures normes de la 5G

Publié

le

Quelques jours après le Mobile World Congress qui s’est tenu fin février à Barcelone, l’école d’ingénieurs Eurecom, implantée à Sophia-Antipolis, annonce la signature d’un partenariat avec le groupe américain Qualcomm, spécialiste des solutions technologiques dans les télécommunications mobiles, pour soutenir la recherche autour des futures normes de la 5G.
Deux autres acteurs sont associés à ce partenariat, l’Institut Mines-Télécom, maison mère d’Eurecom et France Brevets, un fonds d’investissement en propriété intellectuelle créé par l’État Français, tous deux basés à Paris.
Suivant le partenariat signé, Qualcomm apportera un soutien financier et son expertise en matière de standardisation à Eurecom et à son partenaire, l’Institut Mines-Télécom (IMT), pour soutenir la recherche sur les communications sans fil, tandis que France Brevets appuiera cette initiative grâce à son savoir-faire en matière de stratégie de propriété intellectuelle. Quant à l’Institut Mines-Télécom, il soutiendra une partie des activités de propriété intellectuelle générées par cette collaboration au service de la recherche.
La 5G a le potentiel d’être l’un des plus grands tremplins d’innovation et de croissance économique de l’histoire de la technologie“, déclare Alex Rogers, vice-président exécutif et président de Qualcomm Technology Licensing.

Création d’un événement annuel dans l’hexagone
L’accord qui court sur 5 ans prévoit également la création d’un évènement annuel pour mobiliser les chercheurs français autour des technologies à développer avec la 5G.
Cette conférence conjointe sur la 5G de France Brevets, Eurecom, IMT et Qualcomm se tiendra à Paris les 26 et 27 mars 2019. La conférence sera une occasion de mieux comprendre la technologie 5G, les évolutions des normes et les plans de commercialisation de la 5G. Des experts de l’industrie et de la technologie de Qualcomm, des experts universitaires et des experts en recherche de l’IMT et d’Eurocom, ainsi que des spécialistes en politique de propriété intellectuelle de France Brevets y débattront des derniers développements en matière d’innovation 5G.

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X