Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

Mobilité, transport

Wiko fête ses 5 ans au MWC 2016 de Barcelone

Wiko fêtera ses 5 ans à l’occasion du Mobile World Congress 2016 qui ouvrira ses portes le 22 février. La société marseillaise recevra le « label Invest in Provence » et rejoint Aix-Marseille French Tech.

Publié

le

Wiko fêtera ses 5 ans à l’occasion du Mobile World Congress 2016 qui ouvrira ses portes le 22 février. La société marseillaise qui rejoint également Aix-Marseille French Tech recevra le « label Invest in Provence » .

Wiko rejoint Aix-Marseille French Tech et figure désormais parmi les Tech Champions du territoire. Wiko, c’est une entreprise à capitaux étrangers implantée à Marseille, qui en 5 ans a connu une forte croissance pour devenir le 2ème fabricant et distributeur de mobiles en France. En 2015, l’entreprise qui emploie 500 salariés annonce avoir vendu plus de 8 millions de mobiles dans le monde se positionnant dans le Top 5 de certains pays européens dont la France, l’Italie et l’Espagne.

Son 5ème anniversaire, Wiko le fêtera à Barcelone pendant le Mobile World Congress (22 au 25 février 2016), le salon de référence mondiale de l’industrie du mobile et des télécommunications. A l’occasion d’un événement organisé sur le stand de Wiko le 22 février, Provence Promotion remettra à Laurent Dahan, président et fondateur de Wiko, le label « Invest in Provence » pour leur implantation en Provence et marquer ainsi leur entrée dans cette communauté d’entrepreneurs ayant investi et fait connaître à l’extérieur les motifs de leurs investissements. C’est au cours de cette manifestation, Wiko annoncera officiellement son partenariat avec Aix-Marseille French Tech.

Provence Promotion prône l’attractivité de la Provence

A l’occasion du Mobile World Congress de Barcelone, l’écosystème d’Aix-Marseille French Tech se mobilise avec Provence Promotion pour prôner l’attractivité de la Provence. Pour Provence Promotion, dont la principale mission est de convaincre des investisseurs de localiser leurs activités en Provence, être présent sur ce salon est essentiel. Le MWC représente une occasion unique de rencontrer tous les acteurs qui comptent (opérateurs, fabricants, entreprises de services…) et de suivre au plus près les dernières avancées du secteur comme le réseau 5G ou Lifi, les scanners d’authentification, ou encore des solutions innovantes dans le domaine du cloud. En 2015, plus de 94 000 professionnels venus de 200 pays différents ont parcouru ses allées. Un record qui s’apprête à être à nouveau battu en 2016.

En partenariat avec Euroméditerranée, Provence Promotion valorisera lors de rendez-vous ciblés les offres du territoire sur les thèmes de la Ville et des Objets connectés. Avec de grands projets comme Smartseille ou Thecamp, le territoire a pour ambition d’inventer le monde connecté de demain. La Provence dispose en outre de nombreux atouts dont des ressources humaines et un écosystème R&D propice au développement. Aix-Marseille a d’ailleurs fait partie des premiers territoires français labellisés French Tech par le gouvernement.

Au sein du pavillon France, qui assurera la plus grande représentativité nationale (60 start-up), se trouvera l’espace dédié à la région Paca (Hall 5 – Stand 5B61). Onze exposants régionaux, membres du Pôle de compétitivité mondial SCS, Provence Promotion et ses partenaires y assureront leurs rendez-vous BtoB. De grands groupes régionaux, ST Microelectronics, Inside Secure, Gemalto, Sunpartner et Wiko illustreront aussi la dynamique de l’écosystème provençal sur leurs propres stands.

En 2015, dans les Bouches-du-Rhône, Provence Promotion a recensé 25% d’implantations d’entreprises dans le domaine du numérique dont près de la moitié d’origine étrangère.

 

 

Facebook Comments
Lire la suite
Commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ecosystème

Avec Wever, les Vals du Dauphiné veulent mener une expérience ‘’Mobilité’’ sur leur territoire

Publié

le

Après les Bus de l’étang, réseau de transport des communes de l’Etang de Berre (13), et dernièrement l’agglomération Durance-Lubéron-Verdon (04), la start-up niçoise Wever poursuit ses partenariats avec les collectivités territoriales pour évaluer et solutionner les problématiques de mobilité des usagers sur leur lieu de vie et de travail. Dernier en date, la convention signée mardi 22 septembre avec la communauté de communes des Vals du Dauphiné (36 communes – 62 000 habitants), Pôle emploi, le Département de l’Isère et l’organisation professionnelle régionale de textile Unitex afin de mener une expérience de mobilité à la carte, sujet sur lequel travaille la communauté de communes en lien avec les entreprises du territoire.

De gauche à droite : Thomas Côte, fondateur de Wever, Aurélie Maurel, directrice de Pôle emploi Nord-Isère, Jean-Philippe Ziotti, du Département de l’Isère, Magali Guillot, présidente des VDD et Pierric Chalvin, délégué général d’Unitex AURA. Photo Le Dauphinée Libéré

Si Aurélie Maurel, directrice de Pôle emploi Nord-Isère, indique lors de la signature ‘’que sur le bassin de La Tour-du-Pin, le premier frein à l’emploi est le manque de mobilité’’, l’heure est néanmoins au diagnostic, afin d’évaluer les besoins : Combien de personnes ? Quels trajets ? Quels jours ? Etc. 362 entreprises et administrations ont été approchées, afin de participer à ce grand travail d’étude. Le rôle de Wever sera de proposer des solutions personnalisées de déplacements (covoiturage, trottinettes électriques, navettes), selon les problématiques propres à chaque entreprise. « Chaque structure est accompagnée individuellement. Nous développons nos solutions adaptées avec de nombreux partenaires, depuis les associations locales qui promeuvent la pratique du vélo jusqu’aux sociétés de transports mondiales », indique Thomas Côté, fondateur de Wever.
Les premières solutions concrètes pourront être déployées dès janvier 2021. Le coût de cette opération, 54 000 euros, est financé par les quatre signataires de la convention.

Facebook Comments
Lire la suite

Ecosystème

Puget-Théniers : Deux camions bennes roulent en partie avec du carburant créé à partir de déchets plastiques

Publié

le

C’est une 1ère mondiale qui a été présentée le 17 juillet dernier à Puget-Théniers, une commune à proximité de Nice, dans les Alpes-Maritimes. Dans le cadre de la politique Green Deal, politique volontariste dans le domaine du développement durable, Charles Ange Ginésy, président du Conseil départemental des Alpes-Maritimes, président de la Communauté de Communes Alpes d’Azur, l’acteur Samuel Le Bihan, président de l’Association EarthWake qui porte le projet, Pierre Corporandy, maire de Puget-Théniers, vice-président de la Communauté de Communes Alpes d’Azur, ont présenté un camion-benne et un camion-grue qui circulent depuis le 25 mai avec 10 % de diesel produit à partir des déchets plastiques grâce à un procédé de pyrolyse à haut rendement.
Baptisé Chrysalis, inventé par Christofer Costes, un ingénieur azuréen, la machine est capable de produire du carburant utilisable dans les moteurs diesel et les groupes électrogènes : ”Pour obtenir un gasoil qui est normé aujourd’hui et qu’on peut utiliser dans un camion benne c’est un très long travail. Aujourd’hui c’est une fierté pour moi et une grande émotion que de voir rouler les premiers camions bennes.

Comment ça fonctionne ?

Christofer Costes, inventeur de la Chrysalis

La machine Chrysalis peut recycler deux types de plastique (polyéthylène et polypropylène), celui des bouchons en plastique ou des bouteilles de lait et celui des récipients alimentaires réutilisables. Ils sont broyés, chauffés à 450°C degrés puis distillés. ‘’C’est le principe connu de la pyrolyse, explique son inventeur Christofer Costes lors d’une rencontre avec la presse. ‘’Les déchets sont chauffés à 450 degrés sans oxygène. En deux à trois heures, 40 kg produisent 40 l, dont les deux tiers sont du diesel, le reste étant du gaz et de l’essence utilisable par exemple dans des groupes électrogènes’’ et ce sans générer de pollution additionnelle directe.
La Chrysalis, dont c’est la deuxième version, a été installée dans un atelier à la sortie de Puget-Théniers. Elle alimente une pompe à carburant où les chauffeurs viennent se servir à 5 heures du matin avant leur tournée: 2600 litres ont été écoulés en près de deux mois. Quant aux habitants de Puget-Théniers, ils peuvent déposer leurs déchets plastiques dans deux points de ramassage spéciaux. Cette expérimentation, unique au monde est au service d’une ambition : dépolluer la planète de ses déchets plastiques en faisant du recyclage du plastique une source de revenus.

Donner de la valeur à nos déchets

La Chrysalis est le fruit de 3 ans de recherche et est porté par EarthWake, une association cofondée et présidée par l’acteur Samuel Le Bihan. Son but : revaloriser les plastiques, leur trouver une seconde vie pour éviter qu’ils ne finissent en mer. Pour Samuel Le Bihan, l’originalité de cette mini-raffinerie autosuffisante réside notamment dans sa taille et sa mobilité. A terme, l’équipement pourra tenir dans un conteneur afin d’être utilisable facilement. L’autre intérêt tourne autour du concept vertueux d’économie circulaire, poursuit Samuel Le Bihan, puisque « l’on donne de la valeur à ces déchets et on incite à leur ramassage »
L’initiative est soutenue depuis ses débuts par des entreprises privées, la région Sud mais surtout le département des Alpes-Maritimes qui a versé, au total, 170 000 euros de subvention. Son président, Charles Ange Ginésy, se dit « convaincu que la Chrysalis fait partie des solutions pour lutter contre les 8 millions de tonnes de déchets plastiques qui asphyxient chaque année nos océans ». A court terme, 4 camions bennes seront mis en circulation avec ce carburant issu du plastique, soit 10 % de la flotte de la Communauté de Communes Alpes d’Azur.

EN CHIFFRES

  • 320 millions de tonnes de plastiques sont fabriquées chaque année.
  • 8 millions de tonnes de déchets plastiques se retrouvent dans nos océans chaque année.
  • 160 kg de plastiques peuvent être transformés en 120 L de gazole par jour avec La Chrysalis.
Facebook Comments
Lire la suite

Ecosystème

Air Liquide va ouvrir à Fos-sur-Mer la première station Hydrogène pour poids-lourds d’Europe

Publié

le

Si l’utilisation de poids-lourds à hydrogène est de plus en plus évoquée, encore faut-il un réseau de stations pour les alimenter. Et à ce titre, en matière d’infrastructures alternatives, l’Europe est très en retard en comparaison avec notamment le Japon qui accueille 117 stations d’hydrogène.
Le groupe Air Liquide vient d’annoncer la création d’une première station hydrogène française dédiée aux camions. Installée sur le site du groupe à Fos-sur-Mer, dans le département des Bouches-du-Rhône, cette station de 700 bars proposera une capacité d’avitaillement d’une tonne par jour. Elle permettra d’avitailler quotidiennement jusqu’à 20 camions. Sur le segment des véhicules lourds, ce projet va permettre de réduire les émissions de CO2 de 1500 tonnes/an
Construite dans le cadre de HyAMMED (Hydrogène à Aix-Marseille pour une Mobilité Écologique et Durable), cette station hydrogène est en partie financé par l’ADEME et est intégré au programme européen H2Haul. Elle bénéficie également du soutien de la Région Sud et de l’Europe via le FCH JU (Fuel Cells and Hydrogen Joint Undertaking). Parmi les autres partenaires du projet figure des transporteurs et des acteurs de la grande distribution tels que Carrefour, Coca-Cola European Partners et Monoprix.
Attendue début 2022, la station alimentera une première flotte de huit camions de 44 tonnes spécialement conçus dans le cadre du projet. Au-delà des poids-lourds, la station pourra aussi accueillir des bus et autres véhicules utilitaires.

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X