Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

Ecosystème

VivaTech 2019 : Les nouveautés de la 4ème édition

Publié

le

Pour cette quatrième édition (16 au 18 mai à la porte de Versailles), les organisateurs ont vu les choses en grand. Publicis Groupe et le Groupe Les Echos-Le Parisien espèrent déjà augmenter le nombre de start-ups présentes (9000 l’année précédente), 2000 stands pour les accueillir sur 56 000 m2, 21 labs, 19 pavillons pays (60% de partenaires média internationaux : ce qui promet un rayonnement médiatique mondial de l’événement) et 100 challenges « Open Innovation » mettront en valeur les start-ups participantes. 450 speakers s’exprimeront depuis la Stage One (Dôme de Paris), laquelle comptera cette année 4500 places soit 4 fois plus que l’an dernier.
Inauguré par le président de la République, Emmanuel Macron, jeudi 16 mai, Le salon VivaTechnology, VivaTech pour les intimes, est dédié aux innovations technologies. Cette année, les principaux thèmes d’avenir portent sur les transports, l’énergie, la santé… sur fond de tendance à l’innovation positive, ‘’Tech for good’’ en anglais, qui est l’un des axes principaux du plus grand rendez-vous du secteur technologique en Europe.

L’AeroMobil 4.0

Le transport du futur
Les nouveaux moyens de transport, plus propres, rapides et pratiques, seront au cœur de l’événement. Côté français, c’est le taxi volant HoverTaxi qui sera présenté ainsi que celui de la start-up Ascendance Flight Technologies qui est équipé d’un moteur hybride et peut transporter quatre personnes jusqu’à 150 km de distance. Le pilote Franky Zapata fera de son côté rêver les badauds avec son Flyboard Air, une planche volante grâce à laquelle il peut voler à 150 m d’altitude et jusqu’à 140 km/h.
Coté international, les ingénieurs polonais d’Hyper Poland dévoileront leur projet d’Hyperloop, un train ultra-rapide évoluant dans un tube, un concept imaginé par le patron de Tesla et de SpaceX, Elon Musk. La start-up slovaque AeroMobil a mis au point la voiture volante, un bolide blanc et jaune, équipé de deux ailes rétractables sur son toit et d’un moteur hybride électrique. Les premiers vols d’essai auront lieu cette année et les premiers exemplaires de l’AeroMobil 4.0 devraient être livrés dès 2021.

Le “Green Tech Park”
Au cœur de VivaTech, une allée sera entièrement consacrée aux technologies vertes, des solutions de recyclage (comme la poubelle intelligente Bin-e, qui analyse la nature du matériau jeté, le tri et le compresse) aux nouvelles méthodes de production d’énergie (comme Eco Wave Power, une start-up israélienne dont les flotteurs captent la force de la houle). De leur côté, les géants Engie et Air liquide présenteront leurs avancées en matière d’utilisation de l’hydrogène, un carburant qui ne dégage aucune émission de CO2.

Plus de robotique…
Drones et robots seront également à l’honneur. Helper Drone, une société landaise, exposera son drone sauveteur. Résistant aux bourrasques, cet engin volant veille depuis trois ans sur les plages de Biscarosse (Landes). Envoyé au-dessus des nageurs en difficulté, il peut larguer une bouée en attendant qu’arrivent les secours, et indiquer précisément l’endroit où intervenir. Trois vies ont déjà été sauvées grâce à ce dispositif.
Le CNRS présentera, de son côté, Antbot, un robot qui imite la fourmi du désert et peut trouver son chemin sans GPS. Anymal fera ses premiers pas à Vivatech avec son robot quadrupède d’Anybotics pensé pour se déplacer sur tout terrain.

Des personnalités, des politiques parmi les 450 speakers
L’événement sera rythmé par de multiples conférences au cours desquelles s’exprimeront 450 personnalités du monde entier, du patron de Samsung, Young Sohn, à celui de La Poste, Philippe Wahl, en passant par Bernard Arnault, propriétaire de LVMH et du groupe Les Echos – Le Parisien, coorganisateur de l’événement avec Publicis.
De nombreux speakers sont également à l’honneur : hommes politiques comme Justin Trudeau, premier ministre du Canada, Paul Kagame, le président du Rwanda, Cédric Villani, des personnalités comme Jack Ma, le patron d’Alibaba, Yann Lecun de Google, le célèbre joueur d’échecs de renommée internationale Garry Kasparov également ambassadeur Avast, et l’homme le plus rapide du monde Usain Bolt.
A quelques semaines des élections européennes, l’Europe est également annoncée comme un des enjeux importants du salon. Plusieurs commissaires européens et hommes politiques seront présents tels que Margrethe Vestager (Commissaire européenne à la Concurrence), Carlos Moedas (Commissaire européen à la Recherche, à l’Innovation et à la Science) et Pierre Moscovici (Commissaire européen aux Affaires économiques et financières, Fiscalité et Douane).
Au total, quelque 100 000 visiteurs sont attendus à Paris Expo Porte de Versailles pour cette quatrième édition du salon, le 16 et le 17 mai pour les professionnels, et le 18 pour le grand public.

Facebook Comments
Lire la suite
Commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ecosystème

La startup niçoise Vulog s’associe à Citymapper l’application spécialisée dans le calcul d’itinéraires urbains

Publié

le

Vulog, leader mondial des technologies de mobilité partagée, fait un pas de géant dans l’univers du MaaS (mobility as a service). La startup niçoise, décroche un partenariat avec la société londonienne, Citymapper, plateforme de recommandation de trajets créée en 2011 par Amat Yusuf, un ancien employé de Google. Active dans de nombreuses villes comme Londres, Berlin, Tokyo, Lyon, Paris et New York, l’application compte déjà plusieurs millions d’utilisateurs et affiche une présence dans 41 villes à travers le monde.

Des options toujours plus nombreuses

“Ce partenariat va permettre de jumeler les services de mobilité partagés” explique Grégory Ducongé, PDG de Vulog. C’est à dire qu’il permettra aux opérateurs de mobilité utilisant la technologie Vulog, de faire figurer leurs flottes de véhicules en autopartage dans l’agrégateur Citymapper. Un gain d’utilisateurs et de clients potentiels considérable. Pour les utilisateurs, les options de mobilité disponibles seront encore plus nombreuses, comprenant des vélos, scooters, trottinettes ou bien encore voitures. “Avec City Mapper, nous travaillons à la réalité de MaaS, en facilitant la vie des citadins, en rendant la mobilité agréable, accessible et durable” conclut Grégory Ducongé.

Facebook Comments
Lire la suite

Ecosystème

Le gouvernement veut déployer le programme “French Tech Central” dans les régions d’ici cet été

Publié

le

Cédric O, le secrétaire d’État chargé du Numérique l’a annoncé la semaine dernière, après avoir été expérimenté avec succès à Station F à Paris, le programme French Tech Central va être déployé dans toutes les Capitales French Tech. Ce programme, qui vient compléter l’accompagnement dédié aux entreprises en hyper croissance, French Tech 120, consiste à proposer un guichet aux start-up souhaitant communiquer avec des administrations de l’Etat, comme l’Urssaf, l’INPI ou la Banque de France et sera déployé dans plusieurs Capitales French Tech d’ici cet été.
“Les start-up se développent dans tous les territoires et avec elles, des milliers d’emplois sont créés partout en France, explique le secrétaire d’État chargé du Numérique dans un communiqué. ‘’Comme aujourd’hui à Paris, l’Etat se doit d’être à leurs côtés et répondre à leurs besoins spécifiques afin d’accélérer cette dynamique”.
Cédric O a expliqué qu’un appel à projets a été lancé afin que les Capitales French Tech qui le souhaitent se fassent connaître pour mettre en place ce service.

Un service gratuit destiné à toutes les start-up

Le programme French Tech Central est ouvert à toutes et tous et gratuit pour les entreprises. L’idée est de faciliter leurs échanges avec les services publics et les administrations grâce à des rendez-vous individuels ou des ateliers thématiques qui devront avoir lieu à un rythme de deux par semestre et porter sur des sujets liés au financement et au recrutement. Des correspondants seront nommés dans chaque région et seront rattachés aux correspondants nationaux dans les administrations les plus importantes. Toutes les Capitales French Tech ne proposeront pas nécessairement les mêmes programmes et s’appuieront sur les administrations présentes en fonction des besoins spécifiques des start-up de leur région.
Avec le programme French Tech 120 et l’engagement des transformations réglementaires et législatives nécessaires au développement de l’écosystème, French Tech Central est l’un des trois piliers majeurs de la mobilisation de services de l’État pour encourager les start-up actives. Avec ce programme, « le gouvernement veut faciliter l’émergence de start-up, accompagner leur croissance et valoriser leur action sur l’ensemble du territoire », a souligné Cédric O.

Facebook Comments
Lire la suite

Ecosystème

Marseille : Mailinblack se dote d’une application mobile

Publié

le

Avec plus de 10 000 clients en France issus du secteur privé et public, Mailinblack, éditeur marseillais de solution anti-spam, propose désormais une application mobile disponible sur Android et iOS. Simple d’utilisation, cette application a été pensée pour répondre aux besoins de ses clients en toutes circonstances.
Avec Mailinblack, dont le cœur de métier est la sécurisation des messageries professionnelles et la protection des données collaborateurs, l’utilisateur devient lui aussi acteur de la sécurité informatique, et grâce à cette application, il peut utiliser la solution en toute mobilité. Avec les notifications, impossible de passer à côté d’un message important quelles que soient les circonstances (déplacement, rendez-vous, télétravail…). Avec cette application mobile, les utilisateurs peuvent gérer leurs emails et leurs expéditeurs de la même manière que sur leur interface web. Ils sont informés en temps réel dès qu’un nouvel email est stoppé par Mailinblack grâce aux notifications.
« L’ergonomie et le design de l’application permettent aux utilisateurs de tirer parti de la solution en prenant en compte leurs contraintes au quotidien peu importe les conditions. Nous sommes aujourd’hui fiers de proposer cette application mobile afin de sécuriser les messageries » explique Paul Tolmer, directeur Produit de Mailinblack.
Alors que la protection des données et des utilisateurs prend une place majeure dans la société, Mailinblack a annoncé lors de sa première participation au FIC, le Forum International de la Cybersécurité qui s’est tenu il y a quelques jours à Lille (28 au 30 janvier), l’intégration d’algorithmes d’Intelligence Artificielle dans son moteur de détection des menaces par email pour une refonte technologique en profondeur. Ce qui permet d’augmenter l’intelligence humaine et d’apporter le contrôle en permettant la décision. L’application mobile Mailinblack a pour but d’apporter ces bénéfices à tous les utilisateurs au quotidien.

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X