Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

*

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

Evénements, initiatives et projets

Viva Technology, ce qu’il faut savoir de l’édition 2018

Les 24, 25 et 26 mai prochains la crème de la tech revient au parc des expositions de la Porte de Versailles à Paris pour l’édition 2018 de Viva Technology, le salon des nouvelles technologies ”Made in France”.

Publié

le

C’est la crème de la tech qui revient les 24, 25 et 26 mai prochains au parc des expositions de la Porte de Versailles à Paris pour l’édition 2018 de Viva Technology, le salon des nouvelles technologies made in France. Organisé depuis 3 ans par les groupes Publicis et Les Echos, Viva Tech s’inscrit un peu plus chaque année au calendrier des grands rendez-vous high-tech mondiaux. Ce n’est pas encore le CES de Las Vegas, mais les organisateurs ambitionnent sérieusement de rivaliser avec le premier rendez-vous technologique de la planète.
Robots, intelligence artificielle, véhicules autonomes, réalité virtuelle ou augmentée : pour Viva Tech 2018, il y en a pour tous les goûts et toutes les curiosités.

AFP Photo/ Eric Piermont

Un lieu d’échanges pour faire du business
De grandes entreprises comme la Poste, BNP Paribas, Orange ou Google seront présentes, des centaines de start-up également dont près d’une centaine venant de la région Provence-Alpes Côte d’Azur, pour continuer à en faire un lieu d’échanges pour les affaires.
« C’est un événement au service de 1 000 start-up d’une centaine de pays sélectionnées en amont qui peuvent ensuite intégrer les incubateurs des grands groupes, trouver leurs clients ou des financements », souligne Julie Ranty, co-directrice de Viva Tech. L’an dernier 6 000 jeunes pousses, dont 40 % d’internationales, en provenance de 103 pays, sont passées par Viva Tech pour rencontrer les 1 400 investisseurs présents.
Les grands noms de la tech et de l’économie numérique du monde entier s’y donnent aussi rendez-vous pour analyser lors de conférences et de tables rondes l’impact du digital sur de multiples secteurs d’activité ; environ 300 intervenants sont annoncés dont Chuck Robbins, directeur général de Cisco, Virginia « Ginni » Rometty, présidente d’IBM et encore Bill McDermott, directeur général de SAP ont ainsi confirmé leur présence.
Par ailleurs, L’Afrique sera l’invitée de cette 3ème édition, l’occasion de mettre en lumière ses innovations grâce à la présence d’une centaine de start-up africaines. Une présence importante pour montrer aux investisseurs le dynamisme du continent africain. Alors qu’une poignée de start-up africaines, comme TravelCar, fondée par le tunisien Ahmed Mhiri, est déjà entrée dans la cour des grands, d’autres souffrent d’un manque de visibilité.

Une journée “vivre le futur”
Après deux journées professionnelles, Viva Tech ouvrira ses portes aux jeunes et au grand public en clôture de sa 3ème édition, le samedi 26 mai.  Intelligence artificielle, smart city, robots, véhicules autonomes : l’objectif est de partager avec le plus grand nombre les contenus réservés aux professionnels sur les deux journées précédentes, aider à mieux comprendre, créer des rencontres, inspirer…
La journée « public » sera ponctuée par de nombreuses animations célébrant la technologie. Les 45 000 m2 du Hall 1 deviendra ainsi une immense aire de jeux et de découvertes : dans le Mobility Park, les visiteurs pourront essayer des véhicules autonomes, comme Eva X01 d’Electronic Visionary Aircraft qui permet de s’envoler au-dessus des villes ou Navya Autonom Cab de NAVYA, premier cab robotisé de série du marché. Ceux fascinés par l’univers de la réalité virtuelle pourront remonter le temps et visiter les pyramides égyptiennes en “Social VR” avec Scan pyramids au sein du Alibaba VR Park. Seront enfin présents dans le Robot Park, les robots de dernière génération, pour la plupart présentés pour la première fois en France, comme Alice de Cybedroïd, semi-humanoïde mobile et autonome, capable d’évoluer dans un environnement public ou Maryam, en exclusivité à VivaTech, qui révolutionnera la livraison en ville.
D’autres innovations étonnantes seront aussi à découvrir sur les labs et les espaces des grands partenaires de VivaTech, sans parler de l’escape game géant ou du grand tournoi d’e-sport. Tout est fait pour assouvir l’ambition des organisateurs, battre le record de visiteurs — 68 000 en 2017.

 

Facebook Comments
Lire la suite
Commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ecosystème

Viva Technology 2018 : Forte représentation des entreprises et start-up régionales…mais sous deux bannières !

L’écosystème régional de l’innovation est en ordre de marche ”dispersé” au Viva Technology avec pas loin d’une centaine d’acteurs présents ; PME, grands comptes, start-up, accélérateurs, institutions et associations…

Publié

le

Le salon Viva Technology 2018, c’est parti pour 3 jours, du 24 au 26 mai au Parc des expositions à Paris. En à peine trois éditions, Viva Tech est devenu le rendez-vous européen incontournable dédié à l’innovation, qui réunit les grands groupes, les investisseurs, les start-up et les acteurs de l’accompagnement de l’innovation nationaux et internationaux.
Inauguré jeudi matin par le président de la république, Emmanuel Macron, dont on attend le discours avec intérêt car il fait suite à sa rencontre, la veille à l’Elysée, avec 60 chefs d’entreprises du numérique, dont ceux des GAFA, Mark Zuckerberg en tête. Le patron de Facebook est également  la guest star de Viva Tech, une visite improvisée de dernière minute, pour évoquer les dernières innovations du réseau social, l’intelligence artificielle ou le RGPD, sujet plus que jamais d’actualité pour les professionnels du tourisme.
A l’instar du CES de Las Vegas, Viva Technology 2018 présente les toutes dernières innovations qui vont révolutionner le monde de demain et lexpérience utilisateurest le maître mot de cette édition. Pour les acteurs de l’innovation, c’est donc l’occasion rêvée de nouer des relations, de développer des réseaux, de rencontrer des financeurs ou des partenaires, mais aussi d’identifier des tendances en termes d’usage.

C’est près d’une centaine de start-up, de PME, d’acteurs de l’innovation régionale qui représentent la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, réparties sur des espaces d’exposition et de démonstrations, majoritairement fédérés par la Région. Nous sommes loin du ”jouons collectifs” que l’on a pu entendre ces derniers mois dans la bouche de certains de nos élus politiques et consulaires ! Comme au CES de Las Vegas, il y a deux bannières pour valoriser l’écosystème d’innovation, la Région Sud d’un côté, et la Métropole Aix-Marseille-Provence de l’autre !

La Région Sud s’expose avec plus de trente start-up (stand J05)
Comme à Las Vegas, c’est sous le slogan ‘’The future by Région Sud’’ que Provence-Alpes-Côte d’Azur est présente à cette 3ème édition de Viva Tech. 250 mètres carrés d’espace d’exposition accueillent des PME et des grands comptes, partenaires emblématiques tels que GRT Gaz, le groupe CMA CGM et son incubateur ZeBox opérationnel dès juin prochain, et Jaguar Network qui met en avant son campus Quanta et son offre Cloud Atlas.
A leurs côtés, plus d’une trentaine de start-up parmi les plus innovantes, venues présenter leurs dernières innovations ‘’Made in Région Sud’’ dans des domaines comme la santé, la cybersécurité, les smart cities, le tourisme, le retail, l’intelligence artificielle, l’industrie du Futur, le Mobile Learning. Sur les 32 start-up sélectionnées, 18 sont implantées dans les Bouches du Rhône, 7 dans les Alpes-Maritimes, 6 dans le Var et 1 dans le Vaucluse.
Renaud Muselier, président de la région Sud, présent jeudi matin sur le stand régional, s’est entretenu longuement avec les startupers et les partenaires économiques présents. Son ambition, on le sait, est de bâtir avec tous les acteurs du territoire, une région attractive, intelligente et connectée, et devenir la 1ère Smart région d’Europe et le 1er partenaire des entreprises. Pour y arriver, elle doit être exemplaire en matière de soutien à l’innovation et aux start-up.

Aix-Marseille-Provence Métropole accompagne de son côté 18 startupers (stand L06)
Aix-Marseille-Provence participe également à cette édition pour valoriser l’écosystème d’innovation de la Métropole Aix-Marseille-Provence. La Métropole est accompagnée de la Ville de Marseille, la CCI Marseille Provence, Provence Promotion et la French Tech Aix-Marseille
Dix-huit start-up, récompensées dans le cadre de missions et/ou de concours ont été invitées à présenter leurs prototypes et produits sur des espaces dédiés du stand. Parmi elles, 11 jeunes pousses d’Aix-en Provence, 2 de Marseille, 1 de Gignac la Nerthe, 1 de Salon de Provence et 3 dont le siège est à Paris, Pantin et Malijai dans les Alpes de Haute-Provence.
Pour illustrer également le dynamisme de l’écosystème métropolitain en matière d’innovation, un programme de mini-conférences est proposé, animées par des acteurs du territoire tels que thecamp, le Technopôle de l’Arbois, Marseille Innovation, Kedge, French Tech Aix Marseille, etc.

Les start-up associées aux grands comptes…
Plusieurs grands groupes du CAC 40 présents à l’événement accueillent également sur leurs stands quelques start-up régionales. C’est le cas pour 7 d’entre elles dont KeeeX chez Thales, Listen leon chez Airbus, Gwiido chez Accor Hotels News, VisioPM chez LVMH ou Touchify sur le stand PMU, cette dernière devra avoir un don d’ubiquité pour être en même temps sur l’espace Métropole. Citons aussi So Buzz qui est invitée à pitcher sur sa plateforme de #JeuxMarketing, samedi 26 mai sur le stand de CCIstore.

 

 

Enfin, le moteur de recherche français Qwant, né à Nice Sophia-Antipolis, est également présent à Viva Tech, sur son propre espace de démonstration.
Rappelons qu’en 2017, Viva Technology a accueilli 6 000 startups, 500 conférenciers1 400 investisseurs et 20 Labs et qu’il a été fréquenté par 68 000 visiteurs.

 

Facebook Comments
Lire la suite

Ecosystème

1er Afterwork Recrutement by Forum Medinjob : 120 offres d’emploi proposées en deux heures

Organisé par Medinsoft, ce 1er afterwork consacré au recrutement IT/Digital a tenu toutes ses promesses : en deux heures, les 17 employeurs ”partenaires” ont proposé 120 offres d’emplois !

Publié

le

Pour ce 1er Afterwork Recrutement by Forum Medinjob organisé par le cluster Medinsoft, le succès était au rendez-vous alors que cet événement spécifique était planifié au milieu de semaine et en fin de journée. Plus de 200 candidats ont répondu présents jeudi 22 mai à La Coque à Marseille, alors que les pré-inscriptions s’élevaient seulement à une centaine.
Beau succès donc pour cet Afterwork dédié au recrutement de nouveaux talents, qui préfigure la 4ème édition des forums Medinjob, salon du recrutement de la filière IT/Digital, qui sera organisée comme chaque année à la rentrée de septembre : le premier Medinjob aura lieu à Aix-en-Provence le 18 septembre, le second à Marseille est prévu le 11 octobre.

A la Coque, 17 entreprises en recherche de profils étaient présentes : 2S2I – Altea – Apside – Asalog – Klanik – Capgemini – Econocom – CMA CGM – GFI – Umanis – UPE13 – Pole Emploi – B2Web – Nodya Group – Omniciel et Lauralba. Elles ont proposé 120 offres d’emploi, qui pour la grande majorité ont fait l’objet d’une prise en compte d’un second rendez-vous décisif.
Des DSI de grands comptes et des coachs certifiés étaient également là pour accompagner et ‘’coacher’’ les candidats et les conseiller dans leur carrière professionnelle.

Pour Samuel Masson, organisateur des événements Medinjob et dirigeant du cabinet Omniciel, cet Afterwork a permis de tester un nouveau format et surtout de créer une continuité dans les actions de recrutement organisées par le cluster Medinsoft et d’en faire bénéficier les entreprises partenaires pour trouver à tout moment les meilleurs profils.

Facebook Comments
Lire la suite

Accélérateur, incubateur, pépinière

Les Premières Provence lancent trois nouveaux programmes d’accompagnement !

Suite à la nomination d’une nouvelle déléguée générale, Caroline Dumond, l’association Les Premières Provence a de nouvelles ambitions dont la mise en place de 3 nouveaux programmes d’accompagnement.

Publié

le

Ces derniers mois, l’actualité des Premières Provence, association implantée à Aix-en-Provence, au Carrefour de l’Innovation, a été marqué par l’élection d’un nouveau bureau et la nomination d’une nouvelle déléguée générale, Caroline Dumond.  La nouvelle équipe a de nouvelles ambitions dont la mise en place de 3 nouveaux programmes d’accompagnement beaucoup plus musclés.
Les Premières Provence, un réseau d’entrepreneures
L’incubateur Les Premières Provence fait partie du 1er Réseau d’incubateurs pour entrepreneures et équipes mixtes innovantes, présent en France, en Belgique, au Luxembourg et au Maroc.  Depuis plus de 10 ans, Les Premières mobilisent l’immense potentiel économique des femmes entrepreneures pour créer de la valeur, des emplois et de la croissance. L’entrepreneuriat féminin est devenu un enjeu sociétal et économique. Aujourd’hui seulement 30% des chefs d’entreprises sont des femmes ! L’objectif ? Faire bouger les lignes et agir pour faire grandir et diffuser un modèle de réussite entrepreneurial plus mixte, plus innovant, plus diversifié, plus humain et plus performant.
Depuis leur création, les Premières ont accompagné à l’échelon  national 12 200 porteuses de projet qui ont permis la création de 770 entreprises et 1 200 emplois directs.

Pourquoi de nouveaux programmes ?
En cours de déploiement, les nouveaux programmes répondent davantage aux attentes des créatrices et créateurs d’entreprises : ils sont structurés, adaptés à la maturité de l’entreprise créée ou en devenir (idée / projet / décollage) pour permettre de franchir les étapes une à une sans se soucier d’avoir oublié quelque chose. La pédagogie déployée s’appuie sur du E-learning et des ateliers physiques permettant la confrontation de la mise en œuvre de l’item avec la promotion et l’expert. Le fonctionnement en promotion est également un point très important car cela permet avec la mixité des thématiques de voir son projet sous un nouvel angle et s’inspirant de ce que font les autres dans une thématique différente : c’est la richesse du collectif.
Les rencontres avec le responsable d’accompagnement qui étaient la base de l’accompagnement des anciens programmes sont bien sûr maintenus avec une périodicité plus importante ; les points d’étapes et des indicateurs mis en place permettent d’objectiver l’état d’avancement et de répondre avec agilité aux bonnes et aux mauvaises nouvelles.

Alors …. C’est quoi ces programmes ?
Les Premières Provence proposent désormais 3 nouveaux programmes pensés pour vraiment guidé, orienté, accompagné, écouté chaque porteur de projet ! Les inscriptions sont déjà ouvertes !
Le START1 est un programme révélateur pour clarifier son idée ou son envie, pour se tester et décider si c’est un GO ! C’est la solution d’accompagnement pour la phase d’émergence. Avec ce programme, Les Premières proposent des outils de diagnostic, du e-learning et 2 jours d’ateliers pour clarifier votre démarche. Par groupe de 15 personnes maximum, on découvre les clés de l’entrepreneuriat, et on repart avec son diagnostic et sa feuille de route pour la suite !

Le GO1 est un programme agitateur qui permet de « secouer » un projet pour le transformer en une création concrète d’entreprise. Pour cela chaque porteur de projet travaille sur son offre en injectant profilage client, étude de marché et des concurrents, les meilleures tendances du moment et à venir, et une pincée de créativité pour élaborer un premier produit prêt à être testé, ensuite tous les fondamentaux de la création marketing, commercial, business plan, juridique et assurances et l’incontournable pitch. Le tout avec du co-développement pour abattre les obstacles au fur et à mesure, des rencontres avec son accompagnateur de suivi, et d’autres entrepreneurs.

Le BOOST1 est un programme activateur. Il s’agit d’amorcer son chiffre d’affaires en intégrant la toute nouvelle Ecole des Ventes et développer toutes les thématiques dont l’entreprise a besoin, et ce de manière personnalisée : Stratégie, financement, communication et marketing, RH … pour cela est réalisé un mapping des besoins dès la première journée de démarrage du programme puis est défini en commun le rythme de déploiement sur l’année.  Il s’agit de faire grandir la dirigeante en même temps que son entreprise en prenant le temps de prendre du recul avec d’autres entrepreneurs sur des thématiques en lien avec votre processus de prise de décision, de leadership …

www.lespremieresprovence.com

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X