Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

Cluster, association

[ Vidéo ] Stéphane Soto quitte ses fonctions de directeur général de Medinsoft pour s’engager aux côtés de Martine Vassal

Publié

le

Le cluster numérique Medinsoft annonce que Stéphane Soto quitte ses fonctions de directeur général de l’association pour des raisons d’éthique. Ce dernier, qui reste néanmoins adhérent de l’association, s’engage aux côtés de Martine Vassal, candidate à la Mairie de Marseille.
Afin qu’il n’y ait aucune ambiguïté, Stéphane Soto choisit de se mettre en retrait de Medinsoft qu’il a cofondé il y a 16 ans : ‘’Considérant qu’il était temps pour moi de promouvoir le développement économique du territoire sur un plan global, et non plus sur un plan associatif limité à l’innovation, considérant également que sur ce sujet, Martine Vassal est sans aucun doute la candidate la plus compétente, j’ai décidé de quitter mes fonctions de directeur général de Medinsoft pour ne pas perturber le fonctionnement de l’association et ses actions’’ précise Stéphane Soto. « Je suis honoré que Martine Vassal me confie le rôle de porte-parole de la thématique « Travailler » de sa campagne et mettrai toutes mes compétences à son service pour le bien commun de notre Provence et de Marseille en particulier ».

[Vidéo] Stéphane Soto explique les raisons de son choix de quitter ses fonctions de directeur général de Medinsoft

Un engagement de 16 ans
André Jeannerot, Président de Medinsoft, qui a reçu sa démission, remercie Stéphane Soto pour son engagement depuis 16 ans au sein de l’association. Stéphane Soto et André Jeannerot, ont formé le binôme qui a tenu pendant plus de 10 ans les rênes de Medinsoft. A l’époque, Stéphane Soto codirige une société marseillaise éditrice de logiciels, devenue leader francophone dans son domaine. Dès 2003, il comprend que la Provence peut représenter un territoire mondialement compétitif et pérenne en matière d’informatique et plus globalement d’innovation. C’est ainsi qu’avec quelques autres dirigeants locaux, il créé Medinsoft, dont il prend la direction générale en 2009 en marge de ses activités professionnelles. Stéphane Soto et André Jeannerot font alors de Medinsoft le cluster à l’origine d’événements tels que le Grand Opening, la soirée économique de la Métropole, les Afterwork et les Forums Medinjob dédiés à l’emploi, les FIDMed Provence et Riviera pour le financement des start-up et des entreprises innovantes et enfin le Libday consacré au logiciel libre.
Sa capacité à fédérer les différents acteurs du tissu économique régional a permis à Medinsoft de s’impliquer en 2014 d’abord dans la candidature French Tech de la Métropole Aix-Marseille et d’assurer ensuite la création et la gouvernance opérationnelle du label Aix-Marseille French Tech dont Stéphane Soto a été le directeur général de mai 2015 à mars 2018.
En 2018, après la restitution de la gouvernance du label AMFT, Stéphane Soto redéploie Medinsoft et place l’innovation au centre de sa stratégie de développement futur, notamment en renforçant le rôle des commissions (Libertis, e-économie, emploi-formation, marketing digital, blockchain, e-sport…) et en en créant de nouvelles : industries culturelles, e-santé, cybersécurité, international, … L’association accompagne également les filières (Label French fab, les French Tech PACA, …) et les PME/ETI dans leur transformation digitale. Aujourd’hui, fort d’une croissance exponentielle, Medinsoft se positionne désormais comme le principal cluster de l’innovation de la Région Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Kevin Polizzi, PDG de Jaguar Network

Kevin Polizzi nommé DG par interim
Le Président de Medinsoft a proposé à Kevin Polizzi d’assurer l’intérim jusqu’à la prochaine assemblée générale prévue en mars 2020. Le fondateur de Jaguar Network occupe déjà au sein de l’association, le poste de co-président de la commission Smart City. Lui et Stéphane Soto se connaissent bien ; ils sont marseillais, tous deux issus de la même école d’ingénieurs, Polytech Marseille, et ont créé leur entreprise sur le territoire métropolitain : Jaguar Network pour Kevin Polizzi et Olympic Location pour Stéphane Soto, qui propose la location de véhicules particuliers et utilitaires, et est aujourd’hui leader en Provence avec une flotte de 1000 véhicules.
En tant que nouveau directeur général, Kevin Polizzi a déjà engagé un important chantier, celui de réaliser un livret de solutions technologiques concrètes et chiffrées, réalisables sous six ans, et destinées aux futurs élus de la Métropole. Dans ce livret, différents domaines sont abordés : le logement, la mobilité, l’écologie… représentant autant de chantiers engagés depuis des années par Medinsoft sous l’impulsion notamment de Stéphane Soto.
Medinsoft prévoit de sortir ce livret début février 2020 et souhaite le remettre aux élus de chaque liste politique se présentant aux élections municipales.

Facebook Comments
Lire la suite
Commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Cluster, association

Syntec Numérique et Tech in France adressent 75 propositions au Gouvernement pour une relance du secteur numérique

Publié

le

Les deux associations Syntec Numérique et Tech in France ont formulé conjointement 75 propositions dans le cadre d’une sollicitation de la Direction Générale des Entreprises (DGE), afin d’accompagner les travaux du Gouvernement et de l’administration sur le plan de relance de l’économie.
Le document remis réalise un diagnostic de l’impact de la crise sur les entreprises du secteur numérique, analyse les conditions de la relance de l’activité des entreprises de la filière, en détaillant les mesures sur lesquelles elle pourrait s’appuyer ; et présente des recommandations visant à accélérer la transformation numérique qui soutiendra la reprise économique.

L’écosystème numérique face à la crise : un secteur fortement impacté

En s’appuyant sur des enquêtes réalisées auprès de leurs entreprises adhérentes, les deux organisations professionnelles ont pu tirer les principaux enseignements de la crise quant à son impact sur les performances économiques et organisationnelles.
Le secteur a été fortement impacté par la crise par une réaction en chaîne, les clients des entreprises étant eux-mêmes touchés, et fait face à un recul indéniable de son activité. Toutes les entreprises, mêmes celles s’appuyant sur un modèle économique de revenus récurrents, font face à un gel ou report des nouveaux projets : 75% des entreprises du secteur considèrent que leur pérennité serait en jeu si l’économie ne retrouvait pas son rythme d’avant-crise d’ici 6 mois. Les entreprises du numérique ont dû, comme dans de nombreux secteurs, adapter leur activité avec la mise en place du télétravail (99% des entreprises y ont recours) ou de l’activité partielle (71% des entreprises ont utilisé le dispositif) impliquant une réorganisation du travail quotidien et le déploiement de nouveaux outils.

Les mesures clés pour une relance active et rapide du secteur numérique

Syntec Numérique et Tech in France saluent l’action des pouvoirs publics qui ont su réagir rapidement par la mise en place de dispositifs facilitant la poursuite d’activité et par le déploiement d’un plan d’urgence conséquent. Il convient désormais au vu du constat réalisé, de soutenir la reprise du secteur numérique, par des mesures de relance ciblées, notamment parce que les technologies numériques ont prouvé ces dernières semaines qu’elles sont au cœur de la capacité de continuité de l’économie française.
Les mesures formulées visent à :

  • soutenir le financement et la trésorerie des entreprises numériques :
  • assurer l’effectivité des prêts de trésorerie garantis par l’Etat-PGE en mettant en place des dispositifs facilitant l’instruction des demandes par les banques.
  • mettre en place des outils de financement gérés à 100% par BPI France, sans partenaires financiers, visant à soutenir les entreprises qui ont de bons fondamentaux technologiques et/ou business.
  • soutenir les entreprises innovantes par des mesures fiscales :
  • généraliser le remboursement anticipé du crédit d’impôt recherche pour toutes les créances de CIR (en report et arrivée à échéance), afin d’assurer aux entreprises du secteur numérique un souffle au niveau financier et sans risque budgétaire.
  • revenir sur ou suspendre la réforme du taux de majoration des dépenses de personnel d’une année dans le calcul du CIR afin de réaliser un effet de levier auprès des entreprises et de limiter l’impact de la crise actuelle.

D’autres mesures d’ordre financier et fiscal sont proposées, telles que l’adaptation du statut de Jeune Entreprise Innovante (JEI), l’aménagement de la fiscalité sur la production ou des règles fiscales liées à l’impôt sur les sociétés. En parallèle, Syntec Numérique et Tech in France proposent des dispositions relatives aux règles sociales, à la commande publique et à l’international, destinées à faciliter la relance de l’économie numérique, qui devraient être déployées à court terme. Les organisations professionnelles insistent sur la nécessité d’accompagner et soutenir le secteur numérique dans la relance post crise, afin qu’il puisse porter la reprise de l’ensemble de l’économie.

Accélérer la transformation digitale de l’ensemble de l’économie pour garantir sa résilience

Les entreprises du secteur numérique se sont pleinement mobilisées durant la crise, via la mise à disposition, l’adaptation ou le développement de produits et services, mis à contribution dans le cadre de la gestion de la crise. La crise a aussi révélé l’impréparation de notre société et de notre économie dans la capacité à mobiliser les outils numériques, s’expliquant par une digitalisation encore trop faible et des inégalités quant à l’accès aux outils numériques, notamment selon les territoires.
Au-delà de cette relance sectorielle, Syntec Numérique et Tech in France appellent donc à accélérer la transformation numérique de l’ensemble de l’économie, grâce à un plan d’investissement massif dans les technologies. Le numérique apparait en effet comme un atout sur lequel s’appuyer pour garantir la continuité de l’activité économique en cas de crise et comme un atout indispensable pour la reprise économique.
Des propositions sont faites par les deux organisations pour inciter et soutenir le développement de nouvelles pratiques et d’usages professionnels fondés sur le numérique (télétravail, outils numériques collaboratifs…). Il est par ailleurs indispensable et urgent d’accélérer la transformation numérique de l’administration et de l’Etat, d’adopter des dispositifs visant à favoriser la transition digitale des PME, d’encourager le renforcement de la cybersécurité des entreprises et d’accélérer l’innovation et l’adoption par les entreprises des nouvelles technologies. Surtout, le numérique peut être un élément de relance et de transformation de l’économie et de la société entière, que ce soit par exemple dans le secteur de l’éducation, de la santé ou encore de la distribution. Enfin, au-delà d’une économie agile, dynamique, compétitive, innovante et résiliente permise par le numérique, celui-ci doit être perçu comme un levier essentiel d’une société et d’une économie responsables et inclusives, les outils numériques devant notamment permettre d’accompagner la transition écologique des entreprises et devant faciliter l’inclusion de chacun, ce qui suppose au préalable de développer massivement l’acculturation et l’accès au numérique.

Syntec Numérique et Tech in France, en tant qu’organisations professionnelles du numérique engagées dans un dialogue constant avec les pouvoirs publics, estiment que la crise sanitaire aura été l’occasion de franchir une étape dans la numérisation des entreprises et de l’économie et qu’il est indispensable de conserver ces acquis en allant plus vite et plus loin dans la transformation numérique de la société.

Facebook Comments
Lire la suite

Cluster, association

[Vidéo] Le cluster Medinsoft édite un Livre Blanc sur le déconfinement à l’attention des entrepreneurs

Publié

le

Medinsoft édite un Livre Blanc sur le déconfinement pour aider et accompagner les entrepreneurs dans leur reprise d’activité : les bonnes pratiques, les meilleurs conseils, les principales mesures de sécurité à mettre en place, … ce livre blanc a été réalisé par les adhérents du cluster numérique, tous experts dans leur domaine. Des chefs d’entreprises (startup, PME, PMI, Grand Groupe…), des experts d’horizons divers (ressources humaines, finance, juridique, marketing digital…), des spécialistes (blockchain, formation, communication, sécurité, mobilité…) délivrent le résultat de leurs analyses et les clés pour aider l’entrepreneur à sortir plus vite de cette période de déconfinement progressif.
‘’Après 60 jours de confinement et d’arrêt total ou partiel de la production, les entreprises ne sortiront pas indemnes de cette période de crise économique et sanitaire. Rien ne sera plus comme avant!’’ explique André Jeannerot, président de Medinsoft. ‘’Pour affronter la situation, chez Medinsoft, nous pensons qu’il est nécessaire de se serrer les coudes et de partager très vite les bonnes pratiques pour retrouver du business et favoriser le redémarrage de l’activité économique de nos entreprises’’.
Ce livre blanc sur le déconfinement s’inscrit dans le plan d’actions que Medinsoft a lancé il y a deux mois. A l’époque, les questions que l’association se posait portaient surtout sur ‘’comment garder le contact avec ses adhérents’’, ‘’comment les aider à faire face à la crise’’, et ce tout en essayant d’être différent des autres réseaux professionnels.
Dans un premier temps, Medinsoft a choisi de donner la parole à ses adhérents, ils sont plus de 300 y compris les ambassadeurs et les sympathisants, à travers un sondage en ligne réalisé dans les premiers jours du confinement et qui a permis de cibler les attentes (RH, business plan, trésorerie…) et les besoins de chacun. Les retours ont porté sur comment mieux gérer cette période inédite qu’est le confinement, mais il fut beaucoup question de la reprise et comment anticiper l’après confinement ? Pour y répondre, l’association a organisé une série de webinaires, des ateliers pratiques sur les thèmes définis par ses adhérents.
C’est de toute cette richesse d’informations et d’expertises qu’est né l’idée de ce livre blanc ! Son contenu d’une centaine de pages s’est construit avec pragmatisme et en explorant toutes les thématiques : Mise en place des mesures barrières dans l’entreprise et responsabilité du chef d’entreprise, Management et retour dans l’entreprise, obligation en droit social, transformation digitale des commerces, outils de financement, Relation clients et prospection commerciale…On y trouve même un kit du télétravailleur !.

Le Livre Blanc sur le déconfinement sera téléchargeable à partir de mardi 12 mai depuis le site de Medinsoft : www.medinsoft.com

[Vidéo] André Jeannerot, président de Medinsoft, explique comment est né ce livre blanc et ce qu’il propose au entrepreneurs.

Mardi 12 mai | 18h00-19h00
[SAVE THE DATE]

Présentation du Livre Blanc sur le déconfinement
en direct sur les pages Facebook de MProvence, Medinsoft et La Coque avec l’ensemble des auteurs du livre et la Team Medinsoft.

Présentation animée par Yves Blisson.

 

Facebook Comments
Lire la suite

Cluster, association

#Covid19 : SoFAB, le fablab de Telecom Valley produit des visières très haute visibilité pour les hôpitaux

Publié

le

SoFAB, le fablab de Telecom Valley à Sophia Antipolis, vient de livrer les premiers prototypes de visières “très haute visibilité” aux Hôpitaux de Cannes et d’Antibes afin de recueillir leur retour d’expérience. Fabriquées à partir d’outils numériques de découpe laser, ces visières répondent en matière de protection aux besoins accrus des professionnels en première ligne face au Covid-19.
Une formidable solidarité impulsée par les makers de la France entière s’est mise en place. Sur visieresolidaire.org, plus de 200 groupes francophones de makers solidaires pour fabriquer des visières et des équipements pour les personnels exposés y sont référencés. SoFAB fait partie des acteurs de cette initiative notamment sur les besoins en matériel de « très haute visibilité » (qualité verre) spécifiques aux hôpitaux.
La communauté de makers bénévoles a fait un travail énorme pour recenser, améliorer, tester les modèles de protections pour des populations très différentes : EHPAD, médecins, infirmières, dentistes, policiers, etc.
Au plus près des personnels soignants, ils ont identifié les problèmes : démonter et désinfecter chaque soir, prendre la voiture 20 fois par jour pour les infirmières libérales, améliorer le confort. Chaque profession a son propre modèle spécifique. Ainsi, des besoins spéciaux pour les radiologues et les chirurgiens des hôpitaux sont apparus suite à l’utilisation des modèles de visières classiques. L’apport de SoFAB été de pouvoir concevoir et produire des visières de « très haute visibilité » (qualité verre) pour ces professionnels très exposés. Cela a été possible grâce aux outils numériques de découpe laser qui produisent les modèles que les imprimantes 3D classiques utilisées par les makers ne permettaient pas.
Si le retour d’expérience des premiers prototypes est concluant, la communauté des makers, avec le support de SoFAB, pourra ainsi produire ces nouveaux équipements pour tous les hôpitaux de la Côte d’Azur qui le souhaitent.
Pour les makers, d’autres challenges arrivent avec la réouverture des cabinets médicaux en mai, pour d’autres praticiens et donc d’autres besoins spécifiques. La période à venir aura besoin encore de beaucoup d’ingénierie pour adapter les modèles aux contraintes particulières, ce qui nécessite aussi d’étudier les matériaux disponibles en sollicitant fabricants et distributeurs pour anticiper ces besoins.
Pour suivre l’avancée des projets solidaires des makers à SoFAB : http://twitter.com/SoFABbyTV.

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X