Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

Défense & sécurité

[Vidéo] Marseille : Lancement officiel du iBubble, le 1er drone sous-marin autonome créé par la start-up Notilo Plus

Publié

le

C’est en grande pompe que la start-up marseillaise Notilo Plus a lancé officiellement son drone sous-marin autonome et sans fil, iBubble, qui à ce jour n’a aucun concurrent mondial. La jeune pousse a réuni pour la circonstance ses clients et ses partenaires, mercredi 24 octobre à la Casa Delauze à Marseille, une maison sur pilotis créée en 1981 par Henri Delauze, explorateur des fonds marins et fondateur de la Comex, devenue aujourd’hui un espace dédié aux événements privés.

(de G à D) Benjamin Valtin et Nicolas Gambini

IBubble, le premier drone sous-marin autonome au monde !
Fondée en 2016 à Grenoble par Nicolas Gambini, ancien responsable du programme véhicule électrique chez Renault-Nissan, et Benjamin Valtin, ingénieur, plongeur et réalisateur de vidéos amateurs sous-marines, Notilo Plus se revendique comme la première entreprise à proposer un drone sous-marin grand public autonome et sans fil.
Baptisé iBubble, celui-ci s’adresse aux plongeurs pour leur permettre de filmer leurs performances en eaux profondes dans les meilleures conditions. Le drone sous-marin fonctionne sans fil et sans pilote à la surface, il repère les plongeurs et évite les obstacles grâce à son sonar. Au cours de sa plongée, le plongeur peut donner des indications au drone via un bracelet connecté qui lui permet antre autre de sélectionner les différents angles de vue. Autre techno clé : la reconnaissance et l’analyse d’images en temps réel via une caméra embarquée qui lui permet de bien cadrer les images, suivre un plongeur ou encore d’identifier une fissure sur un navire.
Pour cela, Notilo Plus utilisent les dernières technologies en matière d’intelligence artificielle et d’auto-apprentissage pour capturer et exploiter des images et des données à haute valeur ajoutée.
iBubble peut descendre jusqu’à 60 mètres de profondeur et sa batterie lui permet d’atteindre une heure d’autonomie.

Vidéo – Nicolas Gambini, co-fondateur et CEO de Notilo Plus, développe les atouts technologiques du iBubble.

 

Les opportunités de marché…
Ludique et simple d’usage, une qualité d’image assez extraordinaire, iBubble vise le marché des loisirs aquatiques afin d’élargir leurs activités avec des images étonnantes (baptême plongée, randonnée aquatique, hôtels et resorts bord de mer) … ainsi que le marché professionnel où les solutions Notilo Plus sont destinées à des applications d’inspection autonome pour les infrastructures, la défense, le oil & gas, les navires et les scientifiques… Ce marché des drones sous-marins professionnels est de loin le plus rentable et il devrait doubler pour atteindre 5 milliards de dollars en 2022.
Côté loisir, la plongée compte 10 millions de pratiquants dans le monde.

Vidéo – Second co-fondateur et CMO de la start-up marseillaise, Benjamin Valtin précise les marchés sur lesquelles iBubble peut être proposé ! Deux marchés, deux types de drones sous-marin !

 

Le drone sous-marin de Notilo Plus est proposé aux alentours de 4000 euros. La start-up a commencé à livrer dès la semaine dernière ses premiers iBubbles. En tout près 300 unités ont été commandé lors de la campagne de crowdfunding lancée en début d’année et ont été fabriqué dans l’usine d’EFI Automotive. Ils doivent être livrées d’ici à décembre. Quant au carnet de commandes de Notilo Plus, il est plein jusqu’au premier trimestre 2019, et si les deux dirigeants ne donnent aucun chiffre, il est, soulignent-ils, de plusieurs centaines de commandes.

De Grenoble à Marseille…
Créée à Grenoble, Notilo Plus n’est implantée à Marseille que depuis quelques mois. Suite à seconde levée de fond de 1,9 million d’euros réalisée en mai dernier, la start-up a réorganisé son déploiement géographique en France. Après avoir transférer son siège en région Sud, Notilo Plus a ouvert deux antennes situées en Rhône-Alpes et Grand Est. La jeune pousse de 16 personnes veut désormais accélérer son développement commercial à l’international en 2019, notamment aux États-Unis et en Australie. Notilo Plus a reçu un CES Innovation Award 2019 et sera présent avec son iBubble au prochain CES de Las Vegas en janvier 2019.

Vidéo Notilo Plus (en anglais)

Facebook Comments
Lire la suite
Commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Accélérateur, incubateur, pépinière

Sophia-Antipolis : Blackboxsecu dévoile le premier boîtier universel qui crypte les communications téléphoniques

Publié

le

Implantée au Village by CA de Sophia-Antipolis, la start-up Blackboxsecu vient de lancer CBOX VoIP, le premier boîtier universel permettant de chiffrer les communications téléphoniques passée via les réseaux VoIP (Skype, WhatsApp, Hangouts, Messengers… ou box triple play) . CBOX VoIP de Blackboxsecu permet aux organisations et aux professionnels de se protéger contre les écoutes illégales et l’espionnage des conversations dont les menaces ne cessent de grandir.et assurer ainsi un niveau de confidentialité élevé pour les appels réalisés.
« Le monde d’aujourd’hui est plus dangereux que jamais, et pour assurer le développement économique, la confidentialité des échanges ainsi que leur vie privée, les cadres dirigeants, les avocats, les organisations et les professionnels se doivent de protéger leurs communications téléphoniques et leurs conversations Internet », déclare Kris Barcewicz, co-fondateur de Blackboxsecu.

 

 

 

 

 

En s’appuyant sur la technologie ‘Deep Learning’ et sur un algorithme de chiffrement de haut niveau nécessaire pour protéger les canaux voix non sécurisés, CBOX VoIP aidera véritablement à établir un environnement de communication sûr et maîtrisé, indépendamment du parc de téléphones ou des opérateurs réseaux installés. Ainsi, les utilisateurs de la box pourront se concentrer sur la croissance de leurs activités et maintenir leur compétitivité sans crainte d’une quelconque perte de confidentialité ou vol de secret industriel. »
Basé sur un boîtier autonome, CBOX VoIP effectue le chiffrement du signal audio directement à la source de la voix (microphone du casque de l’utilisateur) ainsi que l’opération inverse, le déchiffrement, à l’oreille (du même casque). CBOX VoIP est un boîtier de chiffrement à connecter entre un dispositif de transmission de la voix (téléphone, tablette, ordinateur etc.) et un casque. Il est « plug & play » et indépendant du support. Il n’a nul besoin d’une infrastructure informatique supplémentaire. Il fonctionne en tandem avec un autre boîtier pour sécuriser les communications vocales à chaque extrémité, protégeant ainsi l’échange d’informations sensibles entre ces deux parties.
Dans un premier temps, la CBOX VoIP est dédiée aux téléphones fixes et à Internet, une version pour les mobiles doit suivre prochainement.
Soulignons que pour cette innovation, Blackboxsecu a été récompensée en obtenant Le Prix d’Innovation des Forces Spéciales SOFINS 2017, la médaille de bronze aux Trophées de la Sécurité 2017  et a été sélectionné par Le Village by CA de Sophia Antipolis.

Facebook Comments
Lire la suite

Aéronautique, spatial

Thales repousse la finalisation du rachat de Gemalto au premier trimestre 2019

Publié

le

Le rachat de Gemalto par Thales devrait être finalisé au premier trimestre 2019 et non plus avant fin 2018, a annoncé le groupe technologique le 11 octobre dernier en faisant le point sur l’avancement de l’opération. Les deux groupes soulignent que leur projet de rapprochement se déroule de manière satisfaisante. 6 des 14 autorisations réglementaires requises ont déjà été obtenues, et les démarches en vue d’obtenir les 8 autres avancent bien.
Thales et Gemalto discutent avec certaines autorités de concurrence de mesures correctives pour répondre à leurs préoccupations relatives au marché des modules matériels de sécurité à usage général (GP HSM – General Purpose Hardware Security Modules)”, précisent-ils. Ils sollicitent ainsi des autorisations règlementaires auprès des autorités de concurrence compétentes en Afrique du Sud, en Australie, aux Etats-Unis, au Mexique, en Nouvelle-Zélande, en Russie, et auprès de l’Union Européenne. La date limite pour réaliser l’opération de rachat est fixée au 31 mars 2019.
Thales avait annoncé en décembre 2017 son projet de rachat pour 4,8 milliards d’euros de Gemalto, également convoité par la SSII Atos, afin de se renforcer dans le traitement et la protection des données, un secteur stratégique pour les géants de la technologie et des industries comme l’aérospatiale et la défense.

Facebook Comments
Lire la suite

Défense & sécurité

Thales prolonge de nouveau la période d’acceptation de son OPA sur Gemalto

Thales et Gemalto ont obtenu 4 des 14 autorisations règlementaires requises pour leur rapprochement

Publié

le

Le groupe d’électronique aéronautique et industrielle Thales a annoncé le 10 août dernier qu’il prolongeait “comme prévu” une nouvelle fois la période d’acceptation de son offre sur le leader des cartes à puces Gemalto.
“Thales et Gemalto confirment que, conformément à une exemption accordée par l’Autorité néerlandaise des marchés financiers (AFM) le 9 août 2018, la période d’acceptation est à nouveau prolongée par Thales et s’achèvera deux semaines après la satisfaction ou la renonciation à la condition suspensive relative aux autorisations règlementaires (et au plus tard jusqu’à la date limite)”, indiquent les deux groupes dans un communiqué.
Les deux sociétés expliquent que, comme précédemment annoncé, elles ne seront pas en mesure de satisfaire la condition suspensive relative aux autorisations réglementaires avant la précédente échéance de la période d’acceptation, c’est-à-dire le 15 août. Dans leur communiqué commun, Thales et Gemalto ont relevé avoir ainsi reçu quatre des quatorze autorisations réglementaires requises : celles des autorités de la concurrence chinoises et israéliennes, ainsi que la décision d’autorisation relative aux investissements étrangers en Australie et dernièrement l’obtention de l’Autorisation Règlementaire auprès du Ministre de l’Innovation au Canada.
Thales affirme demeurer confiant quant à l’obtention des autorisations restantes en Afrique du Sud, en Australie, aux États-Unis, au niveau de l’Union Européenne, au Mexique, en Nouvelle Zélande, en Russie et en Turquie “avant la fin de l’année 2018”.
La date limite de l’offre a été fixée au 31 mars 2019. Si la condition suspensive relative aux autorisations réglementaires n’a pas été satisfaite avant cette date ou n’a pas fait l’objet d’un accord de renonciation avant cette date, Thales pourra mettre fin à l’accord de rapprochement.
Rappelons que Thales a officiellement lancé son offre publique d’achat amicale sur le Gemalto le 27 mars dernier. L’offre en numéraire, fixée à 51 euros par action, valorise Gemalto à environ 4,8 milliards d’euros. Les deux groupes entendent créer un leader mondial de la sécurité numérique.
Fin juillet, la Commission européenne, gardienne de la concurrence en Europe, a notamment ouvert une enquête approfondie sur ce projet d’acquisition, s’inquiétant que la fusion fasse monter les prix et réduise le choix des clients dans le secteur d’activité Thales-Gemalto.

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X