Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

Digital marketing & sales

[Vidéo] Ecole du numérique, Digital Campus ouvre à Aix-en-Provence en septembre

Publié

le

D’ici à 2030, pas moins de 60 % des métiers notamment en lien avec le secteur digital vont se créer. C’est sur ce créneau des nouveaux métiers que se positionne entre autre Digital Campus appartenant au groupe Galileo Global Education. Implanté dans les 10 plus grandes villes de France (Paris, Rennes, Nantes, Bordeaux, Toulouse, Montpellier, Lyon, La Réunion et Aix-en-Provence) et à l’étranger (Dakar), Digital Campus, c’est un réseau de plus de 2 000 étudiants formés chaque année.
A la rentrée 2020, Digital Campus Aix-en-Provence ouvrira dans le même bâtiment que celui de l’école de commerce ESG, appartenant également à Galileo Global Education. Des synergies vont être créées pour engager des dynamiques, notamment avec les élèves des filières communication et marketing digital de l’ESG.

Devenir un ‘’Digital Change Maker’’

Digital Campus, qui revendique la place de numéro un des écoles du digital en France, propose une pédagogie centrée sur l’écoute des besoins réels : ceux des utilisateurs et ceux exprimés par les professionnels. Tout au long de leur cursus, les étudiants sont confrontés à des problématiques variés mais bien réels qui développeront leur savoir-faire : ‘’Devenir un Digital Change Maker, c’est développer son savoir-faire, son savoir-bien-faire et faire les choses avec sens’’.
Sur l’ensemble de son réseau, Digital Campus comptabilise déjà près de 3000 entreprises partenaires qui interviennent dans les formations, soumettant des projets aux étudiants, les accueillant en stage, en alternance ou les embauchant à l’issue de leur formation.

Les formations sur le campus d’Aix-en-Provence

A Aix-en-Provence, une quarantaine d’étudiants est attendue pour la première année, aussi bien en formation classique qu’en formation professionnelle. Les étudiants pourront bénéficier du large réseau tissé avec les acteurs économiques du bassin Aix-Marseille et travailler sur des projets concrets en lien avec la French Tech, la Coque Numérique, les incubateurs d’entreprises tel Provence Création d’Entreprise (PCE) à Aix-en-Provence mais aussi des entreprises telles qu’Orange, Highco Data ou thecamp.
L’offre de formation de Digital Campus est conçue avec les partenaires du monde du Web et de l’économie numérique. Les cursus Mastère seront proposés en alternance dans le cadre d’un contrat d’apprentissage ou de professionnalisation.
Les formations qui seront proposées sur le Campus d’Aix-en-Provence sont :

  • Le Bachelor ” Chef de Projet Digital “ qui permet de maîtriser les techniques et outils digitaux.
  • La Prépa Mastère (gestion de projets digitaux) ouverte aux étudiants titulaires d’un Bac+2.
  • Le Mastère ” Digital Marketing & Data Management “
  • Le Mastère ” Digital Marketing, Brand Content & Vidéo “

Le diplôme délivré par Digital Campus est reconnu au RNCP niveaux 5, 6 et 7.

Pour plus d’infos : Digital Campus

[Vidéo] Stéphane Dadet, directeur de Digital Campus d’Aix-en-Provence, explique le positionnement de cette école du numérique, quelles sont les formations proposées pour quels types de profils professionnels.

Facebook Comments
Lire la suite
Commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Digital marketing & sales

#Covid19 : Beez (Venelles) et Waps (Aix-en-Provence) s’allient pour accompagner et soutenir le commerce de proximité

Publié

le

La crise du Covid-19 a un impact énorme sur l’économie française, et plus particulièrement sur l’économie locale, celle des collectivités dont les acteurs sont les commerces, les artisans, les producteurs et les sociétés de services. Cette crise met en lumière le manque de coordination entre ces acteurs et les consommateurs. Seule la grande distribution et le e-commerce (notamment sur l’alimentaire) sortent gagnants de la situation. Aujourd’hui les producteurs, artisans et commerçants doivent s’organiser souvent seuls, s’ouvrir à de nouveau modes de vente pour survivre. Il y a un vrai déficit d’information sur les offres locales à destination des usagers. De plus, les personnes isolées n’ont pas accès à l’information, celle-ci circule partiellement sur les réseaux mais n’est pas gérée et laisse-les moins digitalisés de côté.
Face à ce constat, Beez (Venelles) et Waps (Aix-en-Provence) ont décidé d’unir leurs forces et leurs compétences pour proposer une offre digitale territoriale, complète et intégrée à destination des collectivités et des acteurs de l’économie locale. Cette solution gratuite et sans engagement pendant le temps du confinement est une véritable plateforme web de communication pour développer l’économie locale, valoriser les commerces, les circuits courts, et donner à tous l’opportunité de pouvoir vendre leurs produits de manière efficace.

Deux start-up investies dans le commerce de proximité

Les deux sociétés, Beez et Waps, sont des acteurs reconnus dans leur domaine, complémentaires et partageant une vision éthique et un même engagement en faveur du commerce de proximité.
Beez qui est développé par Hexa Solutions, est un écosystème numérique aux couleurs des territoires permettant d’orienter la consommation vers l’offre de proximité. En redonnant la maîtrise des données aux acteurs territoriaux publics et privés, Beez est un élément central des stratégies d’ouverture des données publiques et de redynamisation des cœurs de ville depuis 2017. L’application Beez est déjà déployée sur plusieurs villes en collaboration avec les CCI, CMA, et les acteurs économiques des territoires (fédérations et associations de commerçants etc.). Istres, Venelles, Jouques, Digne et Meyreuil en sont les témoins.
Waps est spécialiste de la digitalisation des commerces, grâce à une solution tout-en-un. Commerçants et restaurateurs peuvent remplacer les outils existants (caisse, site internet, programme fidélité, …) par un seul outil afin de gagner en efficacité et en visibilité. Depuis 2015, Ils offrent de nouveaux services qui améliorent la satisfaction client et augmentent leur rentabilité. Des centaines de restaurateurs et commerçants utilisent Waps au quotidien.

Une Plateforme web de communication pour valoriser les commerces

Expertes et actives depuis plusieurs années auprès des collectivités, des commerces et des acteurs de l’économie locale, les équipes de Beez et Waps mettent à disposition des collectivités, initialement pour la durée de la crise, un écosystème collectif de vente en ligne basé sur la complémentarité de plusieurs solutions innovantes. Il s’agit de mettre en place sans engagement et sans frais un site internet aux couleurs du territoire qui présentera une cartographie des établissements ouverts ainsi que leurs offres, avec un système d’inscription pour les commerces et les producteurs locaux. En parallèle, est également proposé gracieusement un système de vente en ligne avec gestion des commandes simple et complet via le site internet collectif. Chaque entité a accès à son espace d’administration et peut diffuser ses informations. L’offre offerte durant la crise est simple à communiquer, unifiée, centralisée, la solution web peut être déployer rapidement (2à3jours) pour répondre à l’urgence et elle met en valeur les propositions locales en permettant de faciliter la vente des produits et services et la mise en valeur des circuits courts.

+ d’informations : https://hexa.solutions
https://beez.app
https://waps.solutions

Facebook Comments
Lire la suite

Digital marketing & sales

E-commerce : les sites marchands souffrent du confinement, la plupart voient leurs ventes chuter

Publié

le

Alors que la quasi-totalité des magasins hors-commerces alimentaires sont fermés, le e-commerce pourrait en profiter. Pas du tout à en croire l’étude réalisée entre le 23 et le 25 mars par la Fédération du e-commerce et de la vente à distance (FEVAD), qui démontre que si 94% des sites sont toujours ouverts, plus d’un tiers d’entre eux ont dû réduire leur activité.
Depuis le 17 mars, date d’entrée du confinement, 76% des sites ont enregistré un recul des ventes et pour la moitié d’entre eux ce recul est de plus de 50%. La mode et l’équipement de la maison figurent parmi les secteurs les plus touchés. Seuls 18% des sites affichent un chiffre d’affaires en hausse. Les plus fortes hausses sont enregistrées dans l’alimentaire, la téléphonie-informatique ainsi que les produits culturels et éducatifs. Les sites marchands sont par ailleurs nombreux à déclarer avoir déjà des difficultés d’approvisionnement (40%) et 48% s’attentent à ce que cela se produise. 

Mise en place d’une nouvelle organisation

Les e-commerçants ont profondément adapté l’organisation du travail. 82% des entreprises pratiquent le télétravail, 66% ont recours au chômage partiel et 22% ont fermé certains sites. Outre l’impact sur les ressources humaines, la logistique est également très perturbée aussi bien dans les entrepôts que chez les prestataires logistiques. Cela a notamment des conséquences sur les délais de livraison : 85% des sites notent un allongement des délais pour livrer les colis aux cyberacheteurs. 29% d’entre eux ont enregistré des annulations de commandes. Afin de pallier la fermeture des commerces servant de points retraits, 1/3 des sites proposent la gratuité ou des frais réduits pour la livraison des commandes à domicile.

Un avenir préoccupant 

Au-delà des difficultés, ce recul montre surtout que l’appétit des français a brutalement chuté avec le confinement. Les consommateurs semblent se concentrer sur l’essentiel (les courses alimentaires) et négligent le superflu comme l’alcool notamment.
L’avenir est très préoccupant pour l’ensemble du secteur. Malgré le plan d’aide gouvernemental, notamment sur le chômage partiel, l’inquiétude domine chez les professionnels quant aux perspectives d’avenir. Ainsi, à la question “si la situation de confinement devait durer au-delà d’un mois combien de temps pensez-vous que votre entreprise pourrait résister économiquement ?”, près de 40% des marchands en ligne estiment qu’ils ne pourront pas résister économiquement plus de trois mois et 20% préfèrent ne pas se prononcer.
Malgré ces incertitudes, les entreprises du e-commerce font preuve de solidarité et 40% des cybermarchands ont mis en place ou vont mettre en place des mesures en ce sens. Celles-ci sont principalement orientées en direction des personnels de santé.

Facebook Comments
Lire la suite

Digital marketing & sales

Le tribunal de commerce de Marseille valide la reprise d’Oxatis par le groupe CMA CGM

Publié

le

Sans grosse surprise, le tribunal de commerce de Marseille a validé le 26 mars dernier l’offre de reprise d’Oxatis, spécialiste des solutions e-commerce basé à Marseille, déposée par le groupe CMA CGM, associé à la start-up montpelliéraine Lundi matin, éditrice de logiciels de gestion d’entreprise innovants. L’armateur marseillais détiendra 90 % des parts, la start-up de Montpellier récupérant les 10 % restants. l
Ensemble, les deux entreprises ‘’repreneuses’’ déclarent dans un communiqué, vouloir proposer une offre de bout en bout de la chaîne commerciale et logistique : création de sites internet e-commerce, logiciels de gestion et logiciels de caisse, et solution intégrée de logistique et de transport”. Le siège social de l’activité demeurera à Marseille et la majorité des salariés sera reprise, a fait savoir CMA CGM.
Oxatis se trouvait en redressement judiciaire depuis le 28 novembre 2019 sur demande de sa gouvernance. Son président du Conseil d’administration, Philippe Ozanian avait démissionné “pour motifs personnels avec effet immédiat” de cette fonction ainsi que de son poste d’administrateur, le 6 janvier 2020. Un jugement du tribunal de commerce avait permis de maintenir la période d’observation de six mois avec pour objectif de réaliser la cession de l’entreprise. Huit offres de reprise et une proposition de plan de continuation (déposée par un tiers) ont été reçues.
A l’ouverture de la procédure par le Tribunal de Commerce de Marseille, L’entreprise spécialisée dans les solutions de e-commerce affirmait avoir développé plus de 10 000 sites marchands et solutions marketing en mode SaaS en France, Allemagne, Espagne, Italie et Royaume-Uni. Son chiffre d’affaires 2019 s’élevait à 14,9 millions d’euros. La cotation des actions Oxatis sur Euronext Paris (en vigueur depuis avril 2018) a été suspendue le 8 janvier 2020.

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X