Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

Défense & sécurité

Thales a finalisé son OPA sur Gemalto

Publié

le

Près d’un an et demi après l’annonce du rachat de Gemalto, Thales vient de finaliser cette acquisition. Le groupe spécialisé dans l’électronique, le transport et la défense a mis la main sur plus de 85% des actions du fabricant de cartes SIM et de solutions de sécurité. Près de 80 millions d’actions ont été apportées à l’offre valorisant ainsi la transaction à hauteur de 4,1 milliards d’euros. Les titres restants pourront être cédés du 1er au 15 avril au prix de 51 euros.
« L’intégration de Gemalto marque le début d’un nouveau chapitre de l’histoire de Thales. Ensemble, Thales et Gemalto auront la capacité de satisfaire les besoins numériques de tous leurs clients, qu’ils soient civils ou militaires, sur tous les segments de marché de Thales, avec un portefeuille unique de technologies de pointe dans les domaines de la sécurité numérique et de l’internet des objets », s’est félicité dans un communiqué commun Patrice Caine, PDG de Thales.
La consolidation de Gemalto dans les comptes de Thales interviendra à compter du 1er avril.
Pour permettre ce rapprochement, le groupe a dû obtenir le feu vert de plus d’une dizaine d’autorités réglementaires, dont celles des autorités de la concurrence de l’Union européenne, des États-Unis (département de la Justice) ou encore de la Chine. Ce qu’il a obtenu respectivement début mars et en décembre dernier. Le géant de la défense a cependant été contraint de céder son activité de modules de sécurité (GP HSM), récupérée par Entrust Datacard le 22 février 2019.
Gemalto est né en 2006 de la fusion entre Gemplus (pionnier français de la carte à puce, inventée par Roland Moreno) et Axalto (fruit de la fusion des activités cartes à puce de Bull et de Schlumberger). En 2018, le fabricant franco-néerlandais a redressé sa course et stabilisé son chiffre d’affaires, faisant progresser son bénéfice net de 20%. Les ventes du groupe qui emploie 15.000 personnes sont restées stables à environ 3 milliards d’euros, et ont progressé de 3% à taux de change constants.
Cette même année, Thales a lui dépassé tous ses objectifs avec un bénéfice net en hausse de 44% à 982 millions d’euros et une rentabilité opérationnelle de 10,6%, jamais atteinte jusque-là. Son chiffre d’affaires s’est, quant à lui, monté à 15,9 milliards d’euros. Le groupe aux 66.000 collaborateurs a désormais un carnet de commandes représentant deux années d’activité. La réunion des deux sociétés devrait donc atteindre les 18 milliards d’euros de chiffre d’affaires avec l’ambition pour Thales de constituer un géant mondial du traitement et de la protection des données.

Facebook Comments
Lire la suite
Commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Cluster, association

[VIDÉO] Marseille : A l’occasion de son ‘’Grand Opening’’, Medinsoft engage un partenariat avec l’Armée

Publié

le

Depuis cinq ans, c’est l’une des soirées les plus attendues de l’année. L’événement à ne pas manquer ! Le Grand Opening du cluster Medinsoft s’est tenu le 19 septembre dernier, dans un endroit méconnu et secret situé dans le 8ème arrondissement de Marseille, le Château Saint-Victor, la résidence du Gouverneur militaire de Marseille, le Général de corps d’armée Benoît Houssay, officier général de la zone de défense et de sécurité Sud, commandant de la zone Terre Sud.

Le #GO2019 fédère une nouvelle fois plus de 2000 participants
Développer son business dans une ambiance festive et conviviale, c’est l’ADN du Grand Opening. Comme les précédentes éditions, ce cinquième rendez-vous a une nouvelle fois réunit plus de 2000 personnes autour de l’innovation et de l’entreprenariat. Celles et ceux qui font l’économie d’une part ; des grands comptes, des TPE et PME, une vingtaine de start-up dans un village qui leur était dédié pour exposer leurs savoir-faire, des institutions… des officiels militaires d’autre part tel que le Général Didier Tisseyre, le nouveau commandant de la Cyberdéfense française qui avait fait le déplacement de Paris. C’était aussi l’occasion de présenter les nouvelles innovations au service de l’armée française. Elles concernent l’énergie, l’aide à la maintenance, les drones (notamment de ceux de l’aixois Novadem) et le système Félin (fantassin à équipement et liaisons intégrés) représentant le soldat français du futur. Enfin étaient également présents, l’ensemble des élus politiques, Isabelle Campagnola-Savon pour la Région, Daniel Sperling pour la Ville de Marseille et Martine Vassal, présidente d’Aix-Marseille Provence Métropole, pour qui l’innovation est une source d’attractivité territoriale.

[VIDÉO] Martine Vassal, présidente de la Métropole Aix-Marseille Provence sur l’Innovation.

La rencontre de deux mondes qui se méconnaissent : le digital et le militaire
Le Château Saint-Victor sur fond de Grand Opening a servi de décor à la signature électronique d’une convention de partenariat entre Medinsoft, présidé par André Jeannerot et l’Etat-major Zone de Défense Sud, (EMZD Sud) commandé par le Général Benoît Houssay, Gouverneur militaire de Marseille. L’ambition est de développer et renforcer sur le territoire la coopération et la connaissance mutuelle entre les entreprises et les unités militaires, la rencontre de deux mondes. D’un côté, sur la Métropole Aix-Marseille Provence, l’innovation représente plus de 49 000 salariés et connaît une croissance de 13%. De l’autre, la région Provence-Alpes-Côte d’Azur est l’une des régions les plus militarisées de France.

Un partenariat majeur ‘’Tech for good et Good for Tech’’
Ce partenariat qui se veut fort et engagé socialement est en soi une première ! Il s’appuie sur 11 objectifs concrets (voir encadré ci-dessous) et est basé sur deux axes majeurs.
L’axe ‘’Good4Tech’’ avec la mise en avant des entreprises, des start-up locales et de leurs innovations auprès de l’Armée qui a engagé sa propre transition numérique. Pour le Général Houssay, les innovations font partie intégrante du quotidien des soldats et ‘’elles doivent faciliter les usages des soldats, de façon à ce qu’ils soient autonomes, connectés et surtout protégés.” Il rappelle que l’innovation est un axe fort de la loi de Programmation militaire qui prévoit 1 milliard d’euros par an pour le développement de l’innovation dans l’armée française afin de ‘’conserver l’autonomie stratégique de la France dans le monde. C’est extrêmement important !”
L’axe ‘’Tech4good’’ mené par Medinsoft qui mettra tout en œuvre pour aider à l’insertion et à la reconversion des soldats en fin de contrat et des soldats blessés au combat dans le domaine numérique et notamment dans des secteurs en pénurie de compétences. “Nos entreprises ont besoin de visualiser le vivier de militaires en reconversion qui ont des compétences digitales” souligne André Jeannerot. De son côté, le Général Houssay tient à reconvertir ses hommes dans des domaines où ils ont travaillé, comme le digital, et où leur expérience est un avantage. Chaque année, ce sont ainsi environ 15 000 militaires qui sont rendus à la vie civile.

[VIDÉO] Extraits des discours du Général Benoît Houssay et André Jeannerot lors de la signature de la convention de partenariat entre Medinsoft et l’Armée

Premier geste concret de ce partenariat, Medinsoft s’est engagé à reverser 2€ sur chaque billet vendu pour participer au Grand Opening, à la CABAT, Cellule d’Aide au Blessé de l’Armée de Terre et à l’association Terre Fraternité qui soutient les soldats blessés au combat ainsi que leurs proches.

[VIDÉO] Retour en images sur le #GO2019 by Medinsoft  (Réalisation : Sylvain Gonod)


Pour en savoir plus: www.grandopening2019.com#GO2019
Pour en savoir plus: www.medinsoft.com

Facebook Comments
Lire la suite

Défense & sécurité

Aix-en-Provence : Novadem finalise en 8 mois la commande des 55 micro-drones NX70 pour la DGA

Publié

le

Ces huit derniers mois ont été intenses pour l’équipe de la PME aixoise Novadem car ce ne sont pas moins de 55 micro-drones et près de 400 équipements associés et pièces de rechanges qui ont été produits pour satisfaire la commande de la DGA – Direction Générale de l’Armement. Pour rappel, cette commande de plus de 2M€ avait été réalisée dans le cadre d’une urgence opérationnelle, validée par l’Etat-Major des Armées (EMA) fin 2018, et visant à équiper les forces terrestres déployées en opérations extérieures de capacités de détection plus performantes, mieux sécurisées et disponibles de jour comme de nuit.
‘’Nous sommes parvenus à produire et à livrer dans des délais contraints l’ensemble du matériel commandé par la DGA qui vient tout juste d’être projeté en opérations extérieures », explique Pascal Zunino, président de Novadem. La PME a su faire preuve d’agilité et de réactivité pour absorber ce pic de production inédit dans son histoire. ‘’Nous avions depuis plusieurs années mis en place en interne tous les process et documentations nécessaires afin de pouvoir faire face, le jour venu, à cette montée en cadence. Ce contrat nous a permis de peaufiner et valider notre organisation, afin de la rendre reproductible dans le futur et de répondre aux standards de qualité attendus par la DGA‘’.
Malgré les délais serrés, Novadem a, dès le mois de mars, mis à disposition du Ministère des Armées les premiers systèmes NX70 destinés aux évaluations technico-opérationnelles et assuré la formation des primo formateurs du 61ème régiment d’artillerie qui prévoient de former à leur tour une centaine d’opérateurs NX70 dès la première année. Pour les besoins de l’urgence opérationnelle, Novadem a également pris en charge la formation d’une dizaine d’opérateurs afin d’assurer le déploiement immédiat des systèmes sur les théâtres extérieurs.

Le drone NX70 ‘’Block 2’’
Au cours des années et des retours d’expérience (RETEX) utilisateurs, le drone NX70 a évolué pour arriver dans sa dernière version, NX70 « Block 2 » début 2019. Les premiers utilisateurs du NX70 furent la Gendarmerie Nationale suite à l’appel d’offre remporté en 2016 par Novadem qui portait sur la fourniture de 19 NX70. Leur retour d’expérience et celui d’autres clients en France et à l’export a permis de poursuivre la R&D et de développer le NX70 « Block 2 » qui marque un véritable gap par rapport à la première génération. Ainsi, l’imagerie a été entièrement repensée pour apporter un niveau de stabilisation d’image, de performance de DRI (Détection, Reconnaissance, Identification) et de capacité de vision de nuit considérablement améliorés. Les liaisons radiofréquences ont également évoluées pour répondre aux usages militaires : bandes de fréquence exclusives défense, chiffrement des données, portée radio augmentée à plus de 5 km.

Evaluations technico-opérationnelles validées 
Les évaluations technico-opérationnelles (EVTO) réalisées au mois de juin à Mourmelon (Marne) par la Section Technique de l’Armée de Terre (STAT) ont permis de valider le système NX70 vis-à-vis de l’expression de besoins de l’EMA sur les capacités de DRI, d’élongation et d’autonomie. A l’issue de ces évaluations, le Ministère des Armées a considéré que le NX70 répondait aux exigences du mandat de l’urgence opérationnelle et a validé son déploiement en opération. Les systèmes sont arrivés la semaine dernière sur le sol des premières opérations extérieures.
Ce marché de déploiement marque une étape majeure du développement de Novadem et apporte à la PME française une visibilité ainsi qu’une crédibilité renforcée à l’échelle internationale dans le secteur de la défense. L’attribution du label « Utilisé par les armées françaises » au drone NX70 en juillet dernier par le ministère des armées vient traduire la reconnaissance du travail effectué ces 13 dernières années.
www.novadem.com

Film réalisé par le 61e régiment d’artillerie.

Facebook Comments
Lire la suite

Défense & sécurité

[VIDÉO] Après avoir fait le show le 14 juillet, Franky Zapata veut traverser la Manche sur son ‘’Flyboard Air’’

Publié

le

Ce fut sans doute l’image la plus marquante de ce 14 juillet 2019. La vidéo d’à peine une minute a fait le tour du monde, sur la toile et les télévisions. Franky Zapata, tout de noir vêtu et fusil en main, survole la place de la Concorde en ouverture du défilé militaire, effectue quelques manœuvres d’une aisance sidérante et vient stationner debout sur son ‘’Flyboard Air’’, en face de la tribune présidentielle, à plusieurs dizaines de mètres de haut, sous les yeux ébahis des officiels, Angela Merkel et Emmanuel Macron en tête, des spectateurs, et sans aucun doute, des téléspectateurs !
“”Ça fait plaisir que ça ait plu au monde entier, c’était un grand honneur“, confie Franky Zapata plus tard sur l’antenne de RTL. ‘’J’avais un programme hyper strict à respecter, à la seconde près et c’est vrai que pendant toute la démo, j’avais du mal à réaliser. L’enjeu était tellement important. C’est vraiment une fois que je me suis posé que j’ai réalisé ce qui s’était passé”. 

Quand le ‘’Flyboard Air’’ finit par intéresser l’armée française
Le “Flyboard Air” existe depuis 2016. C’est une véritable machine volante autonome, alimentée en kérosène, munie de cinq mini turboréacteurs qui permettent de décoller et d’évoluer, debout dans les airs, et d’atteindre une vitesse de… 190 km/h, avec une autonomie d’une dizaine de minutes. Franky Zapata, ancien champion du monde et d’Europe de jet-ski, en est le concepteur et le seul pilote à ce jour.
Pourtat en mars 2017, suite à un vol d’essai, les choses se présentent mal. Il est interdit de vol sur le territoire français par les autorités faute de licence de vol pour son appareil. Elles estiment que l’engin volant est trop bruyant et surtout trop dangereux. Il est donc sommé d’arrêter ses activités. Ne cachant pas sa colère et sa déception, Franky Zapata poste sur son compte Facebook un long message où il envisage de quitter la France : “Je suis vraiment triste, j’aime mon pays. Je suis français dans mon cœur, dans ma culture et dans mon âme. Mais ma passion et mon besoin de liberté l’emporte.” Un coup de gueule partagé plus de 150.000 fois sur le réseau social.
Il propose alors au commandement des forces spéciales américaines (USSOCOM) le concept d’Ez-Fly, une sorte de Segway volant, développé par une filiale de son entreprise. L’armée américaine est très intéressée et envisage même de racheter Zapata Industries.
Mais tout change en novembre 2018, lors du Forum Innovation Défense de Paris. Le ‘’Flyboard Air’’ sert pour une démonstration comme plateforme pour un tireur d’élite positionné en appui de commandos partis à l’assaut depuis des embarcations sur la Seine. L’armée française est séduite et intéressée au plus haut point d’où sa présence sur les Champs-Elysées ce 14 juillet. Une subvention de 1,3 million d’euros est alors accordée à Franky Zapata pour poursuivre le développement de son engin volant et le militariser. Invitée dimanche 14 juillet sur France Inter, la ministre des Armées Florence Parly a expliqué qu'”il va permettre de tester différentes utilisations, comme plateforme logistique volante ou plateforme d’assaut”.

[Vidéo] Pourquoi le Flyboard Air intéresse l’armée française (BFM Eco)

Lire aussi : [VIDÉO] Le Flyboard Air du marseillais Franky Zapata intéresse fortement les forces spéciales françaises

Imiter Louis Blériot et traverser la Manche en Flyboard Air
Franky Zapata veut maintenant aller plus loin. Le 25 juillet, il compte réécrire l’exploit de Louis Blériot, le premier aviateur à avoir traversé la Manche, 110 ans plus tard jour pour jour, en traversant à son tour la Manche. Il va tenter de rallier l’Angleterre et Douvres depuis Sangatte et pour cette tentative il lui faudra, pour la première fois, être ravitaillé en carburant en plein vol. Au départ, il devait réaliser cet exploit en trois fois, et son périple ne devait durer que 13 kilomètres au total mais en raison de certains blocages administratifs côté français, il va devoir faire 18 km d’une seule traite. “C’est ambitieux mais réalisable. C’est le défi de ma vie“, explique-il aujourd’hui.

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X