Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

*

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

Cluster, association

Syntec Numérique annonce le lancement du programme « 5000 startups »

Le Syntec numérique souhaite accompagner les jeunes entreprises innovantes françaises à travers un programme baptisé « 5000 startups ».

Publié

le

Le Syntec numérique souhaite accompagner les jeunes entreprises innovantes françaises à travers un programme baptisé « 5000 startups ». Celui-ci sera opérationnel dès le 1er septembre 2015 et a pour ambition de structurer les activités des startups, au-delà des problématiques « business » et « finance ».

Annoncé il y a quelques jours, le programme « 5000 startups » vient compléter le paysage des dispositifs déjà proposés par les structures d’accompagnement comme les incubateurs, accélérateurs ou autres pépinières d’entreprise. Syntec Numérique, le syndicat professionnel des entreprises de services du numérique, souhaite alors se montrer actif auprès des jeunes pousses en leur donnant accès à ses services (accompagnement, coaching, mises en relation avec des grands groupes…), en échange d’une adhésion et d’une cotisation symbolique (soit environ 100 euros en 2015 et 200 euros en 2016).

« Au-delà de notre rôle de représentation, nous souhaitons répondre concrètement à leur besoin à travers les mêmes services et outils que pour tous nos adhérents. Pour cela, nous avons réuni autour de nous tous les experts nécessaires. Notre programme va également impliquer un certain nombre d’incubateurs, au cœur de l’écosystème numérique, avec lesquels nous signerons prochainement une convention de partenariat et qui nous permettront d’améliorer en permanence notre offre » explique Bruno Vanryb, président du programme « 5000 startups ».

Parmi les partenaires qui composent ce bouquet de services, Syntec Numérique s’est notamment entouré de professionnels de l’Assurance, du conseil en Innovation (F.Iniciativas, Neotech Assurances) et du droit. Une opération séduction qui a été lancée par Guy Mamou-Mani, président de Syntec Numérique, et qui semble avoir comme ambition d’augmenter le nombre d’adhérents (actuellement de 1500 sociétés), à travers cette initiative de « 5000 startups ».

Facebook Comments

Cluster, association

#Medinsoft, de nouveau en ordre de marche!

Le cluster numérique Medinsoft a tenu jeudi 29 mars 2018 son Assemblée Générale annuelle à La Coque (Marseille).

Publié

le

Le cluster numérique Medinsoft a tenu jeudi 29 mars 2018 son Assemblée Générale annuelle à La Coque (Marseille). Pour la centaine d’adhérents présents, cette assemblée générale avait une importance particulière car c’était la première de l’après French Tech. Il fallait afficher la confiance retrouvée, autour d’un autre projet, avec de nouvelles ambitions et une équipe renouvelée.
#Medinsoft : Une feuille de route ambitieuse !
Une assemblée générale est toujours un moment fort de la vie d’une association, c’est l’occasion de faire le bilan de l’année écoulée (rapports moral et financier) et d’annoncer et présenter les choix faits pour l’avenir.
Pour Medinsoft, l’avenir passe d’une part par la poursuite de grands événements tels que le Grand Opening qui aura lieu cette année à Aix-en-Provence, les forums Medinjob, le FIDMed et le Libday, et d’autre part par l’intensification des travaux des commissions (Libertis, e-économie, Emploi-Formation, marketing digital…) et la création de nouvelles commissions ; Industries culturelles, e-santé, international, … L’association souhaite également accompagner les filières (Label French fab, les French Tech PACA,…) et les PME ETI dans leur transformation digitale.
En fait, Medinsoft place l’innovation au centre de sa stratégie de développement futur. C’est là que sont les nouveaux défis à affronter, qui représentent autant d’opportunités de croissance comme le confirme dans cette interview, André Jeannerot, président de Medinsoft.

#Medinsoft: une parité homme/femme respectée !
C’était dans la feuille de route d’#AMFT, respecter la parité homme/femme au sein du Conseil d’Administration. C’est désormais chose faite !
13 hommes dont André Jeannerot, président du bureau et Stéphane Soto, directeur général, Sébastien Dubois, vice-président, Olivier Cazzulo (Syntec Numérique), Kevin Polizzi (Jaguar Network), Christian Rey (Marseille Innovation), Fabien Dumesnil (TDF),… et 13 femmes dont Geneviève Maillet, batonnier du Barreau de Marseille au poste de vice-présidente, Marianne Carpentier, présidente de PRIMI, Corinne Versini (Genes’Ink), Benedict Dammann (Cowork’in Aix), France Selvides (Provence Pionnières)…

Invitée de marque de cette assemblée générale, Geneviève Maillet, Bâtonnier du Barreau de Marseille, qui a accepté d’assurer la vice-présidente de Medinsoft. Elle est ainsi la première femme vice-présidente de l’association !
Au cours de l’assemblée générale, Geneviève Maillet a abordé plusieurs sujets ; son action au sein de Medinsoft, ses passions et son métier d’avocat et bien évidemment l’incubateur/accélérateur du barreau de Marseille dont elle est à l’origine. Un incubateur qui fêtait ce jour là son premier anniversaire.
Revoir le ”live” de l’intervention de Geneviève Maillet Pour revoir l’intégralité de l’intervention de Geneviève Maillet en vidéo, suivre ce lien.

Facebook Comments
Lire la suite

Cluster, association

4ème mandat pour Stéphan Guidarini réélu à la tête du CIPMed

Stéphan Guidarini a été réélu fin janvier à la présidence du CIPMed, le Club Informatique Provence Méditerranée, pour un 4e mandat.

Publié

le

Stéphan Guidarini a été réélu fin janvier à la présidence du CIPMed, le Club Informatique Provence Méditerranée, pour un 4e mandat. A cette occasion, le conseil d’administration de l’ association évolue avec notamment la nomination en tant que vice-présidents – avec pouvoir de représentation – de Laetitia Biciacci et de Guillaume Goury, sachant que Catherine Jestin, DSI d’Airbus Helicopters, conserve son rôle de présidente d’honneur du club.
En termes d’agenda pour 2018, Stéphan Guidarini a précisé dans les colonnes du Monde Informatique les éléments de sa feuille de route dont un rapprochement avec le club d’Auvergne-Rhône-Alpes Adira: « Je dois rencontrer l’Adira, et nous allons essayer de faire un événement commun fin 2018. Nous sommes partis du constat que l’on avait de plus en plus de membres qui étaient à la fois membre de l’Adira et du CIPMed. L’idée est de construire un événement commun autour d’une thématique et d’inviter les membres à se connaitre et échanger leurs bonnes pratiques », a précisé Stéphan Guidarini.
En 2018, le CIPMed compte également faire visiter aux DSI membres des incubateurs et accélérateurs de start-ups, mener une enquête en partenariat avec le Cesi et Lafi portant sur les attentes des métiers envers leur DSI face à l’innovation. Outre une participation à l’Agora des DSI, l’association compte aussi emmener des DSI sur l’événement VivaTechnology. « Pour 2019, on pense accompagner une délégation de DSI au CES de Las Vegas et au Mobile World Congress et nous mènerons une enquête de maturité et bilan en matière de transformation numérique », a conclu Stéphan Guidarini.

Photo : Les membres du bureau CIPMed réunis en assemblée générale le 22 janvier dans une ambiance conviviale pour l’élection de son président. (crédit : D.R.)

Facebook Comments
Lire la suite

Cluster, association

# Smart City : Les 13 propositions de Medinsoft, du GAMI Métropole et du Club Marseille Métropole sur la Mobilité AMPM

Ce sont 13 Propositions concrètes pour 2018/2019 destinées à faire de notre territoire une smart Métropole, à base de systèmes ouverts, communicants et interopérables.

Publié

le

Les grandes métropoles européennes sont le cœur de la croissance économique des territoires, celles-ci concentrent les plus grandes entreprises, universités et sont devenues de grands centres touristiques. Elles souffrent d’une problématique forte liée aux transports, une augmentation de 10% du nombre de véhicules en circulation impactant de plus de 50% les temps de trajets.
La mobilité reste un enjeu prioritaire et partagé par tous en vue de conduire une politique de développement économique durable. La métropole et la région disposent des compétences d’organisation des réseaux de transport, celles-ci peuvent mettre en œuvre des solutions à court, moyen et long terme nécessitant des tranches d’investissements de natures très différentes.
Les villes et territoires intelligents se décrivent prioritairement autour de trois axes :
Vie durable : Environnement & économie verte
– Attractivité : Transport & Mobilité
– E-Administration, Services aux citoyens

Le diagnostic
Notre Métropole est atypique car polycentrique et compte dès à présent plus de 6,5 Millions de déplacements par jour. Son urbanisation est diffuse, ses terrains multiples et son développement économique est essentiellement périurbain. Elle compte de nombreuses zones d’activités bâties autour d’Infrastructures structurantes (ZI, Port, …)
Le constat est aujourd’hui partagé par l’ensemble des acteurs réunis autour des commissions ”Mobilité” de Medinsoft, du GAMI, la commission Grande Accessibilité, Mobilité et Infrastructures d’Aix-Marseille Métropole et du Club Marseille Métropole et confirmé par les priorités de l’agenda de la mobilité.
En synthèse :
– Les réseaux de transport routier sont saturés
– Le système de transport public est à adapter
– L’intermodalité 2.0 est à développer (interconnexions facilitées)
– L’impact sur la qualité de vie est à maitriser
– La prise en compte des personnes à mobilité réduite (personnes âgées / handicapées) est à accélérer
De nombreuses populations souffrent d’accessibilité à l’offre de mobilité inégales selon les territoires. Ceci aura un impact concret sur les générations Y et Z moins motorisées que leurs ainés (fracture de mobilité).
Les déficit d’accès à l’emploi et les freins générés à la croissance économique font porter un risque majeur de mobilité des cadres vers d’autres régions.
L’accessibilité à la zone aéroportuaire porteur d’un développement marché réel pour la métropole est aujourd’hui saturé, tout comme de nombreuses zones accueillant les entreprises porteuses d’innovation (Aix les Milles, La Ciotat, Les Paluds, …)
La vision à 20 ans
Ce territoire doit à présent lancer des opérations de structuration des accès à ses pôles d’activité afin d’y accueillir les futurs champions de la croissance économique, tout en accompagnant la nécessaire transition numérique des entreprises de la Métropole.
Nous disposons de nombreuses pépites économiques qui vont écrire l’avenir de nos territoires, de leurs emplois et habitants. Les principaux axes de croissances sont autour des enjeux numériques, industriels, santé, services, tourisme, …. mettant à l’épreuve les connexions entre les différents bassins qui ne formeront alors qu’un sous la forme d’une hyper-métropole consolidée.
Ceci nécessite impérativement pour les vingt prochaines années une adaptation massive et mettre en phase des infrastructures de transport par étapes clés :
– Point d’échanges à haute densité de trafic (Gares, Ports, Aéroports)
– Cœur de réseau “armature” à très haut débit sur les grands corridors Métropolitains
– Réseau de “rabattement” à haute densité qui assure la capillarité des territoires
– Bouquet d’offres innovantes pour couvrir les usages liés au dernier kilomètre
Les chantiers structurants de l’agenda de la mobilité sont orientés vers une amélioration de l’offre de services :
– Abonnement au ticket Métropolitain
– Priorité au numérique et au mobile
– Un système de mobilité au plus près des usagers
– Un label de qualité Premium à échéance 2020
– Développement du métro et tramway sur Marseille
– Le METROEXPRESS pour la mobilité métropolitaine à échéance 2025
– Partage de la voirie
Les outils déployés dans le cadre de l’agenda de la mobilité devront rapidement adresser une double problématique de fiabilisation des transports et de prédictibilité des temps de trajets.
Des propositions concrètes
13 Propositions concrètes pour 2018/2019 et faire de notre territoire une smart Métropole, à base de systèmes ouverts, communicants et interopérables :
Chantier #1 Optimisation de la voirie
• #1 Covoiturage Particuliers :
• #2 Développement des parcs de stationnement relais, Stationnements collaboratifs
• #3 Généralisation des sites propres pour les Bus interurbain sur BAU, voire pour les covoitureurs
• #4 Stationnement 2.0 (politique tarifaire, prédictibilité, véhicules ventouses, …)
Chantier #2 Optimisation du temps des personnes
• #5 Mobilité des enfants : Big data des horaires 7h30 / 8h / 8h30 ….
• #6 Tarifs préférentiels pour écoliers et étudiants (tout cycle)
• #7 Transports Connectés 4.0 (wifi, 4G, portail de services, ….)
• #8 Application mobile métropolitaine de covoiturage
Chantier #3 Optimisation de l’information aux utilisateurs
• #9 Bornes interactives pour les parkings en bordure de ville + Application Mobile
• #10 Faire du “pilote” un service d’avant-garde d’intermodalité + Application Mobile
Chantier #4 l’Optimisation du fonctionnement des zones d’activités
• #11 Aménagement de nœuds d’échanges clés (Vitrolles,….)
• #12 Solutions de desserte du dernier kilomètre (navette autonome, …)
• #13 Généralisation des technologies visant à optimiser la chaine logistique (serrure connectée, QRcode, …)
Toutes ces propositions sont structurantes pour assurer un succès rapide de l’agenda des transports métropolitain tout en optimisant les coûts de mises en œuvre (Capex) et de fonctionnement (Opex).
Certaines de ces propositions font déjà l’objet d’expérimentations dans le cadre de la commission Smart City de Medinsoft :
• Piétonisation des rues (bornes escamotables + LAPI)
• Caméras routières de nouvelle génération (comptage du nombre de sièges en mobilité)
• Big Data météo, transport, vacances > Analyse Prédictive (Waze, Twitter, …)
Les résultats seront présentés dès le mois de Mars aux différents acteurs de la mobilité de notre Métropole.

Les groupes de travail se sont réunis à de nombreuses reprises afin d’aboutir à ces 13 propositions concertées pour une Métropole attractive à tous les niveaux en capacité d’assumer son destin d’acteur clé dans une économie mondiale.
L’enjeu de ces propositions est d’accélérer la mise en œuvre du plan de mobilité tout en optimisant drastiquement son coût d’implémentation. Ces actions ciblées, réalisable rapidement et soutenables financièrement doivent être le fer de lance visant à légitimer l’opérationnalité de l’agenda de la mobilité dès à présent.
Ces propositions sont versées aux membres des commissions mobilité et plus généralement à tous les acteurs économiques et sociaux impliqués dans la construction métropolitaine.
Rendez-vous est donné aux parties prenantes afin d’engager la mise en œuvre concrète de ces chantiers par des actions pragmatiques visant à garantir la bonne compréhension et acceptation de tous les usagers et ainsi garantir le succès de la mise en œuvre des investissements de l’agenda de la mobilité.

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X