Bonjour, veuillez faire une sélection:

(*format pdf)

(** à défaut d'un CP en format pdf, vous pouvez nous envoyer les infos ici)

Vos infos

Suivez-nous

(Mais pas de trop près quand même...)

Economie numérique

Sud THD transfère le déploiement du très haut débit dans le 04, 05 et 13 d’Altitude Infrastructure à SFR

Publié

le

Face aux retards de déploiement, le Syndicat Mixte Ouvert Sud THD (ex PACA THD) qui réunit la Région, les départements alpins et les Bouches-du-Rhône, a décidé “à l’unanimité “de faire appel à SFR Collectivités pour poursuivre l’aménagement numérique du territoire régional. Une décision prise dans le cadre d’un AMEL* (Appel à Manifestation d’engagements locaux) et à la suite d’une consultation des opérateurs de communication privés. Le contrat de délégation de service public (DSP) confiée il y a trois ans à Altitude Infrastructure et sa filiale PACT Fibre est donc résiliée !

Un déploiement trop lent
Les dirigeants d’Altitude Infrastructure se disent “déçus et surpris”… ils ont réagi lundi 23 décembre par communiqué à la décision du SMO Sud THD de résilier le contrat signé il y a trois ans.
‘’Face à tous nos efforts, nous sommes terriblement déçus et surpris par cette décision alors que notre société PACT a constamment proposé des réaménagements et ajustements de la DSP afin que les objectifs de couverture en Très Haut Débit des territoires soient préservés’’ a déclaré David El Fassy, président d’Altitude Infrastructure qui souligne également avoir appris “par voie de presse” cette résiliation.
La DSP est construite sur un modèle d’affermage dans lequel le délégant SMO Sud THD a pour mission d’assurer la construction du réseau et de le livrer à l’opérateur Altitude Infrastructure, qui lui, a en charge l’exploitation technique, la maintenance et la commercialisation du réseau. Le retard de déploiement n’incombe donc pas Altitude Infrastructure.
Dans les faits, ce retard est considérable. Seulement 2125 prises ont été livrées contre une prévision de 49 000 prises. SFR collectivités a donc promis d’aller plus vite et va donc prendre en charge, sur ses seuls fonds propres, le déploiement d’un réseau FTTH**, avec un objectif de déploiement de 100 % des locaux raccordables (logements et locaux professionnels), soit près de 300 000 prises estimées (en dehors de celles déjà déployées par PACA THD) d’ici fin 2022 (2021 pour les Bouches-du-Rhône).

Gérard Tenoux, vice-président du département des Hautes-Alpes en charge du numérique

 ‘’Il faut sortir du SMO PACA THD’’ selon Gérard Tenoux
Début décembre, le département des Hautes Alpes était prêt à se retirer de Sud THD et face à la fronde de certains élus départementaux, Sud THD a donc décidé de revoir le contrat avec Altitude Infrastructure. Le vice-président du département haut-alpin en charge du numérique estimait alors qu’il était temps d’avoir le courage de dire et surtout de prendre les bonnes décisions.
‘’Il faut sortir du SMO PACA THD pour nous appuyer sur les opérateurs privés’’ souligne avec insistance Gérard Tenoux pour qui le SMO n’aurait pas tenu ses promesses. Plus qu’un point de vue personnel, c’est une position que partage également le président (LR) du département des Hautes-Alpes, Jean-Marie Bernard.
Créé en 2012 afin de pallier le déficit des opérateurs privés, le SMO voit le jour dans les Hautes-Alpes et les Alpes de Haute-Provence, aidé par l’État, l’Europe et la Région. Il devait, à l’horizon 2020 et avec 100 millions d’euros répartis sur les deux départements alpins, couvrir 70 % de la population en fibre en desservant en priorité les principaux sites à enjeux que sont les zones économiques, les sites touristiques et les pôles d’éducation et de santé, et permettre à tous un accès haut débit minimum de 10 Mbit/s. En tout, 80.000 foyers et entreprises devaient être équipés. Mais le constat dressé par Gérard Tenoux est tout autre, « sur les 36.000 prises à l’abonné promises sur cinq ans, essentiellement sur les 11 communes les plus peuplées, seule une prise a été commercialisée. Et alors que l’ensemble du département devait être concerné par une montée en débit généralisée, seul 30 % du territoire est desservi ».

Un déploiement du THD sans argent public
Aux retards de déploiement dénoncés par les élus hauts-alpins s’ajoute un autre aspect, celui de l’adhésion au SMO Sud THD. C’est un coût non négligeable pour chaque département et qui n’est pas justifié au regard des résultats : 1,4 million d’euros dans l’investissement et 300.000 euros de fonds de fonctionnement, et ce pendant cinq ans.  Aussi si SFR Collectivités réalise le déploiement sur ses fonds propres, c’est une économie d’importance que vont faire les départements concernés qui n’auraient plus qu’à financer les frais de fonctionnement, soit 300 000 euros. Les économies réalisées de l’ordre de 1,4 million d’euros trouveront à n’en pas douter d’autres attributions !

*Initiée par l’Etat fin 2017, la démarche AMEL lancée début 2018 par le gouvernement permet de faire appel à un opérateur privé pour compléter le réseau d’infrastructures numériques sur des territoires jusqu’à présent couverts par des réseaux d’initiative publique (RIP).

 **FTTH : Fiber To The Home, la fibre optique arrive directement jusqu’au domicile de l’abonné. I

Facebook Comments
Lire la suite
Commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Economie numérique

La Région Sud lance son nouveau site Internet, plus dynamique et participatif, au service des usagers

Publié

le

Actualités, vidéos, accès direct aux aides et dispositifs, navigation intuitive et plateforme participative, le site internet de la Région Sud fait peau neuve. Objectif : s’adapter aux nouveaux usages et besoins des internautes.
A l’ère des tablettes et des smartphones, les usagers demandent aujourd’hui un accès rapide aux informations qu’ils recherchent. Le nouveau site de la Région a donc été conçu pour faciliter la navigation, répondre aux attentes des utilisateurs et rendre l’Institution plus lisible. Sur www.maregionsud.fr, l’internaute peut ainsi, dès la page d’accueil, se renseigner sur les aides régionales et appels à projets. Les informations concernant la jeunesse, la formation et les transports, thématiques générant le plus de demandes, sont également accessibles en un clic, tout comme les actualités et principales actions engagées par la Région.
Pour Renaud Muselier, Président de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, ”En proposant un site plus moderne, plus dynamique et intuitif, la Région se met toujours plus au service des habitants pour apporter une réponse claire et rapide à leurs besoins. Je souhaite, poursuit-il, faire de la Région une institution proche des citoyens, qu’ils soient lycéens, salariés ou entrepreneurs… Une institution qui les accompagne dans leurs démarches et dans leur quotidien ».
Grande nouveauté : Sudopolis. Cette plateforme participative donne la parole aux internautes sur des sujets d’intérêt général. Sondages, articles, appels à idées… c’est un espace dédié à l’engagement citoyen et à l’expression collective qui est ainsi proposé.

Facebook Comments
Lire la suite

Economie numérique

D’ici 2020, Toulon disposera d’un Hôtel d’entreprises du numérique et d’un Datacenter

Publié

le

Hubert Falco, président de TPM, et Xavier Lafaure, dirigeant de XL Datacenter

La Métropole Toulon Provence Méditerranée (TPM) vient d’officialiser le projet d’hôtel d’entreprises du numérique et de Datacenter que réalisera dans le quartier du Zénith Oméga à Toulon, l’entreprise toulonnaise XL Datacenter*, lauréate de l’appel à projet lancé en 2018.
Le président de TPM, également maire de Toulon, Hubert Falco, et Xavier Lafaure, dirigeant de XL Datacenter, ont signé le 6 mars dernier le compromis de vente pour un ancien bâtiment militaire situé sur l’avenue Commandant-Nicolas, entre le Zénith Oméga et le Cirfa (centre de recrutement des armées) à Toulon.
« Nous l’avions acheté à la Marine en 2014, pour le protéger, avec, déjà, une vision de ce que nous voulions en faire », rappelle Hubert Falco, lors de cette officialisation. Il est vrai que ce projet s’inscrit pleinement dans la stratégie de développement économique de la métropole basé autour du numérique et de l’innovation.

L’actuel bâtiment de l’avenue Commandant-Nicolas à Toulon. (Patrick Blanchard et Repro DR)

Un projet livré en 2020
En tout, la société XL Datacenter investira 2,5 millions d’euros dans la réalisation de l’hôtel d’entreprises du numérique et du Datacenter dont 900 000 euros pour l’achat (au prix des domaines) du bâtiment. La vente définitive doit intervenir d’ici à la fin de l’été pour des travaux qui démarreraient en septembre. Fin 2020, le projet devrait être livré.
Au terme de travaux les start-up du numérique pourront bénéficier de 1.000 m² d’espace de travail modulaire, avec des espaces de coworking, un point restauration en toit terrasse, ainsi qu’un Datacenter installé au rez-de-chaussée du bâtiment sur 430 m², et pouvant accueillir près de 90 baies informatiques.  “Il est important de garder une proximité pour la gestion de ces données, d’autant que certaines entreprises ont l’obligation de les stocker en France“, analyse Xavier Lafaure, le patron de XL Datacenter. Ce dernier souligne également que Toulon bénéficie déjà d’installations – des câbles sous-marins – qui relient la rade aux « plaques » américaines et asiatiques. Le territoire pourrait donc profiter de ces branchements et faire transiter les données dans un temps éclair.
Le futur Hôtel d’entreprises bénéficiera d’une connexion Internet en très haut débit, et conformément aux souhaits de la Métropole lors du lancement de l’appel à projets, les loyers seront plus que modérés, à hauteur de 12 euros le mètre carré HT, incluant la connexion et l’accueil. “Sa situation dans le centre-ville est idéale car c’est important d’être près de la gare, et d’avoir facilement accès au très haut débit. Enfin, pour les entreprises qui veulent s’y installer, c’est plus simple aussi pour le logement car Toulon est doté d’une belle offre“, commente Xavier Lafaure.
Les dossiers des futurs locataires seront étudiés collégialement avec la collectivité et TVT Innovation, l’agence de développement économique de TPM.

Le numérique, une filière porteuse à Toulon
Lors de l’officialisation de ce projet, Hubert Falco n’a pas manqué de souligner que pour la Métropole TPM, « le numérique est un secteur clé du développement économique, créateur d’activité et d’emplois ». Le numérique contribue à la dynamique économique de la métropole et s’inscrit comme un facteur essentiel de démocratie participative, a expliqué en substance le président de TPM. Cela a changé la vie, mais aussi la ville qui compte 2 500 étudiants, 1 500 entreprises et 6 000 emplois dans le numérique, sachant que pour accélérer les échanges, la Métropole a investi dans 450 kilomètres de très haut débit desservant 750 sites et 120 zones

* XL Datacenter est une entreprise née de l’association des entités XL Ventures et Alcatraz IT issues du groupe dirigé par Xavier Lafaure.

Facebook Comments
Lire la suite

Economie numérique

[VIDÉO] l’ARII devient risingSUD pour mieux booster les entreprises et faire grandir les territoires de la Région Sud

Publié

le

Bernard Deflesselles,et Jean-François Royer

‘’Un nouveau Sud se lève…’’ ont affirmé Bernard Deflesselles, président, et Jean-François Royer, directeur général de la nouvelle marque de l’agence de développement économique de la Région Sud : risingSUD, la nouvelle identité de l’ARII, l’agence régionale d’innovation et de l’internationalisation des entreprises.
À l’international, parler de l’ARII, ce n’est pas simple. Rising Sud ça parle, c’est comme Business France”  explique Bernard Deflesselles, député LR des Bouches du Rhône et vice-président de la Région Sud en charge du développement économique, en présentant la feuille de route validée par le président Renaud Muselier.
risingSUD a pour ambition d’accélérer les entreprises et faire grandir les territoires de la Région Sud, au travers de quatre missions : accélérer la croissance des entreprises, développer les entreprises à l’international, déployer des projets structurants et attirer les investisseurs et les talents.

Un effort particulier sera fait pour l’accompagnement des PME de 50 salariés et 5M€ de chiffre d’affaires vers la taille d’ETI. L’action de risingSUD s’inscrit aussi dans la continuité des huit OIR (Opérations d’intérêt régional) qui auraient déjà permis d’identifier 700 M€ d’investissements sur le milliard prévu d’ici 2021.
‘’La feuille de route est claire : l’agence devient le bras armé de la Région sur les 8 filières d’excellence portées par les Opérations d’Intérêt Régional (OIR). La région bénéficie de son action ciblée en matière d’emploi et d’investissement pour viser la création de 50 000 emplois d’ici 2021 et 1 milliard d’€ d’investissement’’ souligne dans le communiqué de la région, Renaud Muselier, président de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Aux côtés de la Team Sud Export, risingSUD met en œuvre une offre de services au bénéfice de l’internationalisation des entreprises (actions collectives à l’international : salons, missions, accueil de délégations), programme bootcamp, Alliance Californie San Diego, réseau EEN…).
risingSUD assure le lien entre Business France, l’agence nationale et les agences départementales et métropolitaines : “Nous assurons une synergie avec les agences de développement départementales comme Provence Promotion” explique Bernard Deflesselles.
Composée d’une équipe de 40 collaborateurs, aux compétences variées et pluridisciplinaires (ingénierie financière, conseil RH, ingénierie de projets, marketing, communication, intelligence économique), sans parler des profils bilingues spécialistes de l’international, risingSUD dispose d’un budget de 4,7 millions d’euros.

[Vidéo] Jean-François Royer, directeur général de risingSUD détaille les ambitions de la nouvelle feuille de route.

Facebook Comments
Lire la suite

Facebook

Trending

X
X